Posts Tagged ‘Johanna Mikl-Leitner’

Schengen: l’Autriche menace la Grèce d’une exclusion provisoire, Berlin proteste

janvier 23, 2016

Berlin – La ministre autrichienne de l’Intérieur, Johanna Mikl-Leitner, a menacé samedi la Grèce d’une exclusion provisoire de Schengen si Athènes ne renforce pas ses contrôles aux frontières face à l’afflux de migrants, hypothèse qualifiée de pseudo-solution par le chef de la diplomatie allemande Frank-Walter Steinmeier.

Si le gouvernement d’Athènes n’entreprend pas enfin plus pour la sécurité des frontières extérieures de l’UE, alors nous devrons parler de façon ouverte d’une exclusion provisoire de la Grèce de l’espace (de libre circulation) Schengen, a déclaré Mme Mikl-Leitner à l’édition dominicale du journal Die Welt, selon des propos diffusés samedi.

Des pseudo-solutions comme l’exclusion d’Etats hors de l’espace Schengen ne font rien avancer, surtout, elles ne réduisent pas le flux des migrants et divisent l’Europe, a réagi le ministre allemand des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, dans un entretien aux journaux du groupe de presse Funke-Mediengruppe.

Pour Mme Mikl-Leitner, lorsqu’un Etat (de l’espace) Schengen ne remplit pas durablement ses obligations et n’accepte l’aide qu’à reculons, alors il n’y a aucune interdiction d’y réfléchir. A ses yeux, l’idée que la frontière gréco-turque ne puisse pas être contrôlée est un mythe.

La patience de nombreux Européens a atteint ses limites (…) On a beaucoup parlé, maintenant, il faut agir. Il s’agit de protéger la stabilité, l’ordre et la sécurité en Europe, a encore insisté Mme Mikl-Leitner.

Il n’y aura pas de solution à la crise des réfugiés si la solidarité disparaît, a commenté M. Steinmeier.

Nous devons au contraire tirer dans le même sens et concentrer toutes nos forces pour lutter contre les causes qui poussent les réfugiés à fuir, pour renforcer les frontières extérieures de l’UE et parvenir à une répartition juste (des demandeurs d’asile) au sein de l’Europe, a-t-il ajouté.

La Grèce, qui fait face à une grave crise économique et doit se serrer la ceinture, est accusée depuis des mois de ne pas suffisamment protéger ses frontières qui sont également des frontières extérieures de l’Union européenne.

Des centaines de milliers de migrants sont arrivés sur les îles grecques en provenance des côtes turques. Ils tentent ensuite de poursuivre leur odyssée vers d’autres pays européens, en particulier l’Allemagne.

La présidence du Conseil de l’UE avait écarté en décembre l’hypothèse d’une exclusion de la Grèce de l’espace Schengen.

Il n’est pas juridiquement possible d’exclure un Etat de la zone Schengen, avait assuré le ministre luxembourgeois de l’Immigration, Jean Asselborn, dont le pays assurait alors la présidence du Conseil.

Ce scénario d’une suspension ou d’une exclusion de la Grèce de cette zone de libre circulation avait été évoqué dans plusieurs médias.

La porte-parole du Premier ministre grec Alexis Tsipras avait toutefois démenti être menacée par l’UE d’une sortie de cet espace.

Romandie.com avec(©AFP / 23 janvier 2016 15h16)

Des milliers d’Européens ont manifesté contre l’offensive israélienne à Gaza

juillet 20, 2014

Paris – Des milliers de personnes ont manifesté dimanche dans plusieurs capitales européennes contre l’offensive israélienne à Gaza, majoritairement dans le calme excepté près de Paris où une nouvelle manifestation propalestinienne interdite a dégénéré en violences et actes de vandalisme.

Environ 11.000 manifestants ont défilé dans le centre-ville de Vienne pour protester contre le crime et l’oppression en Palestine, tout comme à Amsterdam et à Stockholm, où respectivement quelque 3.000 et un millier de personnes ont défilé contre les attaques israéliennes.

A Vienne, les rassemblements ont été encadrés par un lourd dispositif policier. Craignant des incidents, le Premier, ministre autrichien, Johanna Mikl-Leitner, avait appelé plus tôt les manifestants à défiler pacifiquement.

Nous ne sommes pas antisémites, nous sommes ici pour les gens. Nous appelons les Européens et les Américains à enfin intervenir, ont déclaré les organisateurs autrichiens au début de leur marche.

D’autres manifestations de moindre envergure, comptabilisant au plus 600 personnes, ont eu lieu dans les villes autrichiennes de Graz et de Linz.

Aux Pays-Bas, environ 3.000 personnes, dont beaucoup portaient des drapeaux palestiniens et de pays du Proche-Orient ou turcs, scandant Libérez la Palestine, ont manifesté sans incidents dimanche à Amsterdam sous une présence policière discrète, a constaté un journaliste de l’AFP.

Il faut que cela s’arrête, des enfants sont en train d’être tués et ils sont innocents, a déclaré à l’AFP Ekrem Kara, 32 ans, arborant un traditionnel keffieh noir et blanc.

Je ne comprends pas pourquoi le monde reste silencieux, pourquoi personne ne dit rien, il faut que cela s’arrête, a-t-il ajouté.

Au moins 438 Palestiniens ont été tués à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne le 8 juillet, dont au moins 100 ce dimanche, la journée la plus sanglante. Dix-huit militaires israéliens ont été tués dans le même temps.

A Stockholm, un millier de manifestants ont défilé dans le calme brandissant des pancartes sur lesquelles on pouvait lire Résistez pour la paix et L’Holocauste n’en justifie pas un autre devant un effectif réduit de policiers suédois.

En revanche, en France, à Sarcelles, ville proche de Paris connue pour son multiculturalisme, un rassemblement propalestinien non autorisé a dégénéré en violences avec les forces de l’ordre et en saccages de commerces.

Les forces de l’ordre ont tiré des cartouches de gaz lacrymogène et des balles en caoutchouc pour tenter de disperser les casseurs.

Treize personnes ont été interpellées, a indiqué une source policière. Le calme semblait revenu en début de soirée.

La veille, dans le nord de Paris, des milliers de manifestants avaient déjà bravé l’interdiction des autorités, leur rassemblement dégénérant en affrontements pendant des heures avec les forces de l’ordre.

Par ailleurs à Londres, plusieurs centaines de personnes ont participé dimanche après-midi à une manifestation pro-israélienne devant l’ambassade d’Israël, a constaté un photographe de l’AFP.

En parallèle plusieurs dizaines de manifestants propalestiniens ont organisé une contre-manifestation au rassemblement qui a duré deux heures, de 14H00 à 16H00 (15H00 GMT), mais ils ont été tenus à distance par la police qui n’a procédé à aucune arrestation.

Romandie.com avec(©AFP / 20 juillet 2014 22h28)