Posts Tagged ‘juba’

Treize téléspectateurs d’un match de foot tués dans un bar de Juba

novembre 7, 2016

Juba – Une fusillade dans un bar de Juba pendant la retransmission d’un match du championnat anglais de football, samedi soir, a fait au moins treize morts, a déclaré lundi la police de la capitale sud-soudanaise.

Un précédent bilan faisait état de huit morts mais plusieurs personnes ont succombé à leurs blessures et le drame a fait 13 morts et 10 blessés, a indiqué à l’AFP le porte-parole adjoint de la police de Juba, Kwacijwok Dominic Amondoc.

La fusillade a été déclenchée selon par lui par un homme furieux de s’être vu demander un droit d’entrée à 45 centimes d’euros (0,5 dollar) dans ce bar qui retransmettait le match de première ligue entre les équipes de Chelsea et Everton.

Un homme ivre a voulu rentrer dans le bar et en a été empêché par le gérant qui lui a demandé de payer. Il est parti furieux, mais il est revenu avec une arme et a commencé à tirer au hasard, a précisé M. Amondoc.

La fusillade s’est produite vers 21H00 (18H00 GMT) dans un bar de Gure, un quartier pauvre dans la périphérie sud-ouest de Juba.

Wani Patrick qui se trouvait dans le bar a été blessé à la main.

Quand j’ai été touché, je suis tombé et des gens sont tombés sur moi. Je n’ai pu me relever que lorsqu’il a eu fini de vider son chargeur, a-t-il rapporté à l’AFP depuis l’hôpital de Juba où il est soigné. Beaucoup de gens ont été touchés par balle, beaucoup de gens sont morts, a-t-il ajouté.

L’homme est parvenu à s’enfuir. Une enquête est en cours, a précisé le ministre adjoint de l’Information, Paul Akol Kordit.

C’est très regrettable et le gouvernement condamne cet acte dans les termes les plus forts et nous nous engageons à faire tout notre possible pour protéger notre peuple et mettre derrière les barreaux ces gens qui tuent des innocents sans aucune raison, a-t-il ajouté.

L’insécurité dans la capitale sud-soudanaise s’est détériorée depuis le début de la guerre civile il y a trois ans, avec la présence de milices armées et de gangs criminels.

Juba a été le théâtre de violents affrontements début juillet entre les forces du président Salva Kiir et celles du chef rebelle Riek Machar, qui ont fait des centaines de morts. Les violences se poursuivent depuis dans plusieurs régions du pays.

Romandie.com avec(©AFP / 07 novembre 2016 14h03)

DSK inaugure une banque au Soudan du Sud, plus jeune Etat du monde

mai 14, 2013

JUBA – L’ex-directeur général du Fonds monétaire international (FMI), Dominique Strauss-Kahn, a inauguré mardi une banque d’investissement à Juba, un des rares établissements de ce type dans le plus jeune pays du monde, indépendant depuis seulement juillet 2011.

Le détail de l’actionnariat de la National Credit Bank (NCB) n’a pas été dévoilé mais y figurent des investisseurs étrangers et des Sud-soudanais.

Ce n’est pas un banque venue de l’étranger, ce sera l’une de vos banques et c’est important pour votre pays, a déclaré, à un parterre de responsables rejoints par quelques curieux, M. Strauss-Kahn, dont les apparitions publiques sont rares, depuis que sa carrière s’est arrêtée net en 2011 après une accusation de viol aux Etats-Unis.

M. Strauss-Kahn était notamment accompagné à Juba par le financier Thierry Leyne, actionnaire majoritaire de la holding financière Anatevka, basée au Luxembourg et cotée à la Bourse de Paris.

Anatevka est notamment la maison-mère du groupe Assya Asset Management, présent au Luxembourg, en Belgique, à Monaco, en Israël, en Suisse et en Roumanie. Miruna Klaus, PDG de la branche suisse de ce groupe était également présente à Juba.

Le gouverneur de la Banque centrale sud-soudanaise, Kornelio Koriom Mayik, a appelé le monde des affaires à investir dans les ressources du Soudan du Sud, pétrole, minerais, agriculture et élevage, malgré l’insécurité persistante et le manque d’infrastructure.

Ce dont (le Soudan du Sud) a besoin c’est de l’expérience nécessaire à un nouveau pays (…) de capital, d’expérience, de méthodes d’investissement de la part de gens expérimentés comme notre ami Dominique, a-t-il déclaré.

Les règles et réglementations sont en place, a-t-il assuré, bien que les nombreuses allégations de corruption ont jusqu’ici largement freiné les investissements dans le pays.

Le Soudan du Sud a conquis son indépendance du Soudan en juillet 2011, après des décennies de guerres civiles entre la rébellion sudiste et le pouvoir de Khartoum.

Le jeune pays a récupéré 75% des réserves pétrolières du Soudan d’avant partition, mais il a ces 16 derniers mois renoncé à 98% de ses recettes budgétaires, en stoppant entre janvier 2012 et avril 2013 sa production de brut, en raison d’un contentieux avec Khartoum sur les frais de transit via les oléoducs situés sur le territoire de ce dernier.

Romandie.com avec (©AFP / 14 mai 2013 21h00)

Le Soudan suspend les négociations et bombarde une ville du Soudan du Sud

avril 12, 2012

Alors que le Soudan vient d’interrompre les négociations de  paix, il a  bombardé la ville de Benliu, capitale d’un État du Soudan du Sud. Les  deux pays qui s’affrontent sur leurs frontières, s’enfoncent un peu plus   encore dans la violence.

S’achemine-t-on vers une nouvelle guerre entre le Soudan et le Soudan du Sud ? La radio officielle soudanaise a annoncé que  le Parlement suspendait les négociations avec son voisin du sud. La délégation  dépêchée sur place pour mener les discussions à Addis Adeba a été rappelée dans  la foulée. Menée sous l’égide de l’Union africaine, ces négociations  avaient pourtant conduit à des concessions de la part des deux nations. Une  visite historique du président soudanais Omar el-Béchir était même envisagée à Juba, pour y  rencontrer son homologue Salva Kiir.

Incursion sud-soudanaise

Chez les élus des deux camps, on se prépare au pire. Le président de  l’Assemblée nationale sud-soudanaise a appelé les députés à « mobiliser la  population » en préparation d’un conflit avec le Nord, ajoutant que « Khartoum  pourrait chercher une vraie guerre ». Même son de cloche chez les  députés soudanais qui ont mis « en alerte » la population.

L’annonce de la suspension des négociations survient alors que les combats  ont repris de plus belle depuis le 9 avril aux frontières. La zone pétrolière de  Heglig, revendiquée par les deux partis, est tombée entre les mains de l’armée  sud-soudanaise (SPLA). Mac Paul, vice-directeur des renseignements militaires  sud-soudanais a affirmé que la SPLA y tenait désormais ses positions.

Une information confirmée mercredi 11 avril par Rahma Mohammed Osmane, le  ministre soudanais des Affaires étrangères. Affirmant que les troupes adverses  étaient entrées jusqu’à 70 km dans leurs terres, celui-ci a estimé que cette « incursion en profondeur » était « la plus grave depuis la sécession du Soudan du  Sud » survenue en juillet 2011.

Benliu bombardée

En représailles, le Soudan a bombardé Benliu, capitale de l’État frontalier  sud-soudanais d’Unité, une zone riche en pétrole. « Apparemment ils visaient un  pont » selon Atem Yaak Atem, vice-ministre de l’Information.

Lors de l’indépendance, le Soudan du Sud avait hérité des trois-quarts des  réserves pétrolières que recelait le pays. En prenant Heglig, il prive le Nord  de son plus grand réservoir pétrolier. Ce n’est pas la première fois que cette  zone est l’objet de combat. Le 26 mars, elle était déjà tombée quelques heures  aux mains de la SPLA avant d’être reprise le lendemain par l’armée  soudanaise.

Jeuneafrique.com avec AFP