Posts Tagged ‘jubile’

Pour le pape, les ecclésiastiques doivent être disponibles 24h/24

mai 29, 2016

Les ecclésiastiques devraient être disponibles pour leurs ouailles jour et nuit. Le pape François a estimé dimanche qu’ils ne devraient pas se limiter à des « heures de visites » et s’octroyer du temps de détente une fois les portes de l’Eglise closes.

« Celui qui exerce un sacerdoce ne peut pas se réserver des heures de temps libre, il doit abandonner l’idée qu’il est maître de son temps », a déclaré le souverain pontife dans une homélie. Il s’exprimait dans la Basilique Saint Pierre pour le Jubilé des diacres.

« Cela me gêne profondément, quand je vois un planning dans une paroisse: « De telle heure à telle heure ». Et après’ Il n’y a pas de porte ouverte, pas de prêtre, pas de diacre, ni de profane pour recevoir les gens. Cela n’est pas bien », a-t-il expliqué.

Le chef de l’Eglise catholique romaine, âgé de 79 ans, a ajouté que les ecclésiastiques devraient accueillir « ceux qui frappent à leur porte à des heures indues, même si cela implique qu’ils doivent laisser de côté une activité plaisante ou renoncer à un repos bien mérité ».

Douceur
Il a également souligné l’importance de la douceur pour les prêtres et les diacres, et a donné ce conseil: « ne criez jamais, jamais ». Les diacres du monde entier, et leurs familles, sont venus à Rome ce week-end pour participer à ce Jubilé des diacres. L’événement se déroule dans le cadre de l’Année sainte convoquée par François et spécialement consacrée à la Miséricorde.

Plus tôt dans le mois, la proposition du pape argentin d’ouvrir une commission pour étudier l’accès des femmes au diaconat avait eu un fort retentissement.

Romandie.com

Vatican: Le « Jubilé de la miséricorde » du pape François s’ouvre à Rome

décembre 8, 2015

Le pape François a lancé mardi le jubilé de la Miséricorde, l’année sainte qu’il a fortement voulue, en ouvrant la porte sainte de la basilique Saint-Pierre. Des dizaines de milliers de fidèles assistent à ces cérémonies.

Vers 9h30, le pape a poussé la lourde porte en bronze, d’ordinaire murée. Il a prononcé la formule rituelle qui inaugure depuis 700 ans les jubilés: « Ouvrez-moi les portes de la justice ». Mais cette fois, il a renoncé au latin pour le dire en italien: « Apritemi le porte della giustizia ». Jorge Bergoglio était suivi par son prédécesseur, le pape émérite Benoît XVI, invité expressément pour l’occasion.

C’est la première fois dans l’histoire de l’Eglise que deux papes se retrouvent ensemble pour le lancement d’une année sainte. A leur suite, une longue procession de cardinaux, évêques, prêtres, religieux, religieuses et laïcs s’est dirigée ensuite vers la tombe de l’apôtre Pierre, fondateur de l’Eglise.

Dès la fin de la cérémonie, qui se doit se conclure par l’Angelus, les pèlerins pourront à leur tour franchir cette porte. Selon la tradition de l’Eglise, elle leur permet de recevoir l' »indulgence plénière » pour le pardon de leurs fautes.

Police et armée
La cérémonie était retransmise en mondovision pour les 1,2 milliard de catholiques dans le monde. Sur fond de mesures de sécurité sans précédent, quelque 50’000 fidèles avaient commencé dès 06h30 à se rassembler place Saint-Pierre, sous une pluie fine et intermittente.

Tout le quartier est zone rouge, avec des rues barrées, des patrouilles de police et de l’armée. Les nombreux vendeurs et guides amateurs n’auront pas droit de cité.

Année extraordinaire
Le soir, à 19h00, sur la façade et le dôme de la basilique tout illuminés, des oeuvres de photographes comme le Brésilien Sebastiao Salgado ou le Français Yann Arthus-Bertrand, seront projetées. Elles illustreront la beauté de la nature, mais aussi les drames de l’humanité, à commencer par les changements climatiques, au moment où se tient à Paris la conférence sur le climat.

Cette Année sainte, 15 ans après le Jubilé de l’An 2000 du pape Jean Paul II, est une Année sainte « extraordinaire », contrairement aux « ordinaires » qui ont lieu en principe tous les 25 ans. Ce Jubilé a été fortement voulu par Jorge Bergoglio, à 50 ans de la fin du Concile Vatican II, pour souligner l’importance de la « miséricorde » de Dieu, mot clé de son pontificat.

Canonisation de Mère Teresa
Moment important pour les catholiques dans le monde, il durera jusqu’au 20 novembre prochain, et illustre la volonté de François d’une ouverture de l’Eglise catholique.

Pas moins de 21 célébrations sont prévues, avec des accents sur des groupes divers – familles, Curie romaine, jeunes, bénévoles, diacres, prêtres, malades et handicapés, catéchistes, détenus, etc. En septembre, la probable canonisation de Mère Teresa devrait être un autre temps fort de cette année sainte.

Romandie.com

Centrafrique: le pape ouvre la porte sainte de la cathédrale de Bangui, en prélude au Jubilé

novembre 29, 2015

Bangui – Le pape François a ouvert dimanche la porte sainte de la cathédrale de Bangui, dans un geste solennel pour la paix et le pardon des fautes en Centrafrique, à dix jours de l’ouverture à Rome du Jubilé de la Miséricorde qu’il a proclamé.

Ouvre-nous la porte de Ta miséricorde, a prié le pape François, avant d’ouvrir les deux battants de la porte. Nous demandons la paix pour la Centrafrique et tous les peuples qui souffrent de la guerre, a-t-il proclamé.

François avait tenu à accomplir à Bangui ce geste exceptionnel, qui permet lors des Jubilés aux fidèles pénitents de franchir la porte d’une cathédrale et de recevoir le pardon de leurs péchés.

Le pape, le jour du deuxième anniversaire de son élection, le 13 mars 2015, avait annoncé ce Jubilé de la miséricorde à partir du 8 décembre, qui débutera officiellement par l’ouverture de la basilique Saint-Pierre à Rome et durera douze mois.

Aujourd’hui, Bangui devient la capitale spirituelle du monde. L’Année de la miséricorde est proclamée à l’avance à Bangui. Elle est pour cette terre qui souffre du manque de paix, et tous les autres pays qui, dans le monde, passent par l’épreuve de la guerre, a souligné François.

Tous, nous demandons paix, miséricorde, réconciliation, pardon, amour, a-t-il dit d’un ton très grave sur le parvis de la cathédrale de l’Immaculée Conception, avant d’ouvrir cette porte décorée de fleurs et de feuilles.

Dieu a guidé mes pas vers vous. Je suis particulièrement heureux que ma visite pastorale coïncide avec l’ouverture dans votre pays de cette Année jubilaire, a-t-il ajouté au début de la messe dans la cathédrale de la capitale centrafricaine, ville qui porte toujours les stigmates des violences entre ex-rebelles majoritairement musulmans et miliciens essentiellement chrétiens qui ont ensanglanté le pays depuis 2013.

Romandie.com avec(©AFP / 29 novembre 2015 18h01)

Beyoncé… journaliste émérite

mai 8, 2012

La chanteuse récompensée d’un award pour un article

 
Beyoncé... journaliste émérite

 
Après Beyoncé chanteuse, Beyoncé actrice, ou encore Beyoncé mannequin, voici Beyoncé journaliste, et même distinguée par la profession. La vénus callipyge de la pop se voit même récompensée pour un article écrit dans Essence en juillet 2011.

Après avoir pris le micro et chanté tout son saoul –ou sa soul-, la miss a choisi de prendre la plume. Beyoncé, 30 ans, maman comblée de sa petite Blue Ivy Carter avec laquelle elle jubile d’assortir ses vêtements, avait pondu sa première histoire pour le magazine Essence. Une histoire intitulée Eat, Play, Love –qui n’est pas sans nous rappeler le Eat, Pray, Love de l’écrivain Elizabeth Gilbert- dans laquelle Queen Be revenait sur son désir de break de neuf mois. «J’ai déjà parlé de prendre des vacances avant cela, mais je suis toujours retournée en studio après deux semaines, donc personne ne me croit. Aujourd’hui, je suis sérieuse. Je vais prendre un an pour faire les choses que je n’ai jamais eu le temps de faire», expliquait-t-elle alors.

Malgré des similitudes énormes avec le célèbre roman, Beyoncé va recevoir un award de l’association new-yorkaise des journalistes noirs pour ce papier – New York Award Black Journalist. Une nouvelle à double tranchant, qui n’a, semble-t-il, pas fini de diviser les professionnels. «Ce genre de récompenses néglige le travail des véritables journalistes qui écrivent sur des sujets de fonds», confie Amber Rose, de Mused Magazine. Michael Feney, reporter du Daily news et membre du NABJ prend quand à lui la défense de la chanteuse-auteure en herbe: «C’est un award et je pense sincèrement qu’il lui a été décerné pour le contenu de son article et non pour son nom.

Publié en juillet 2011, l’article de Beyoncé n’a peut-être pas marqué les esprits mais à coup sûr un tournant dans la vie de la chanteuse. Depuis sa publication, la belle s’est consacrée à un nouveau rôle plein de surprises: celui de mère.

Gala.fr par Pauline Gallard