Posts Tagged ‘justin trudeau’

Canada: Le premier ministre Justin Trudeau rencontre des réfugiés afghans

octobre 10, 2021

OTTAWA — Le premier ministre fédéral Justin Trudeau a amorcé le week-end de l’Action de grâce en rencontrant une famille de réfugiés afghans qui est récemment arrivée au pays.

© Fournis par La Presse Canadienne

Obaidullah Rahimi a été engagé à l’ambassade du Canada à Kaboul en 2008. L’an dernier, il est devenu employé à temps plein.

M. Rahimi est arrivé au Canada avec sa femme, sa fille de trois ans et un bébé âgé d’un mois et demi.

«C’est l’essence même de l’Action de grâce. Nous songeons à quel point nous sommes chanceux», a affirmé M. Trudeau lors de sa rencontre avec M. Rahimi à Ottawa samedi.

Le premier ministre a rencontré la famille dans une maison où des bénévoles ont préparé des paniers-cadeaux pour les réfugiés afghans. M. Trudeau en a enveloppé un.

M. Rahimi a raconté au premier ministre qu’il aimait son travail à l’ambassade canadienne. Il juge que les Canadiens sont très amicaux et se dit heureux d’être au pays.

«Merci, merci de nous avoir accueillis ici et merci pour tout ce que vous avez fait», a-t-il exprimé.

Le Canada a accueilli plus de 1000 réfugiés afghans. Le Canada s’est engagé à en recevoir 40 000, à la suite de la prise de contrôle de l’Afghanistan par les talibans au cours de l’été.

M. Trudeau a déclaré que les Canadiens étaient heureux que Obaidullah Rahimi et sa famille soient en sécurité.

«Nous sommes heureux de vous amener ici pour la prochaine étape de votre vie», a déclaré le premier ministre.

«C’est une chose importante d’être là pour plusieurs de vos compatriotes qui ont souffert et qui ont maintenant subi un revers avec les talibans  —  une chose terrible, mais nous continuerons à travailler ensemble pour un avenir meilleur», a-t-il ajouté.

Pour une famille afghane à Calgary, il y a de quoi être reconnaissant, même si elle n’a pas l’habitude de célébrer l’Action de grâce.

M. Azatullah a dit que les 13 membres de sa famille ont emménagé dans un logement permanent vendredi, après être restés dans un logement temporaire depuis leur arrivée au Canada il y a un mois et demi. Il a demandé que son nom de famille ne soit pas utilisé, car certains membres de sa famille sont encore en Afghanistan. 

«Nous apprécions le gouvernement du Canada qui nous a aidés dans une période très difficile», a-t-il déclaré lors d’une entrevue samedi. Il apprécie également les organisations et les personnes qui ont aidé sa famille à trouver un logement et lui ont fourni des informations sur la vie au Canada. 

Sa famille est venue au Canada parce que son défunt frère travaillait à l’ambassade, a-t-il dit. M. Azatullah a été accompagné au Canada par sa mère, sa belle-sœur et les enfants de ses frères et sœurs. 

Il s’inquiète pour ses deux frères, sa sœur et sa belle-sœur qui sont toujours en Afghanistan et espère les faire venir au Canada également. Trois des neveux qui l’ont accompagné au Canada sont venus sans leur mère, a-t-il ajouté.

Malgré tout, il est plein d’espoir pour son avenir au Canada et, bien que l’Action de grâce soit tranquille cette année, il a dit qu’il prévoyait de célébrer la fête l’année prochaine.

«Je me sens bien ici».

———

Cet article a été produit avec le soutien financier des Bourses Facebook et La Presse Canadienne pour les nouvelles.

Avec La Presse Canadienne

Note aux lecteurs: Dans une version précédente, La Presse Canadienne écrivait erronément que le Canada s’était engagé à en recevoir 20 000 réfugiés afghans. En réalité, le nombre s’élève à 40 000.

Élections fédérales – Les Canadiens conviés aux urnes le 20 septembre

août 12, 2021

Après avoir esquivé durant plusieurs semaines les questions sur le déclenchement d’une campagne électorale pour laquelle il se préparait activement, le premier ministre Justin Trudeau se rendrait à Rideau Hall dimanche pour demander à la gouverneure générale de dissoudre la Chambre des communes, ont rapporté jeudi différents grands médias canadiens.

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau

© Graham Hughes La Presse canadienne Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau

Les prochaines élections générales du Canada auront lieu le 20 septembre 2021, selon plusieurs sources anonymes citées par La Presse canadienne, Reuters, le Globe and Mail et Radio-Canada–CBC. Il s’agit de la date à laquelle il était prévu que les parlementaires reviennent siéger à Ottawa.

Aucun autre parti fédéral ne souhaite le déclenchement d’une campagne électorale, au même moment où l’administratrice en chef de la santé publique du Canada, la Dre Theresa Tam, affirme que le pays est maintenant entré dans une quatrième vague pandémique.

Élections anticipées

La loi canadienne ne force pas la tenue d’élections avant le 16 octobre 2023. Or, une campagne électorale peut quand même être déclenchée à tout moment jugé opportun par le premier ministre, qui n’a qu’à demander au gouverneur général de dissoudre le Parlement.

Un lundi est alors choisi comme date pour l’élection, suivant une campagne d’au minimum 37 jours (en comptant la date de déclenchement) et d’au maximum 51 jours, selon les règles établies en 2018. Le souvenir de l’élection de 2015 est encore frais, lors de laquelle le premier ministre Stephen Harper avait déclenché une très longue campagne électorale estivale de 78 jours, provoquant sa perte.

Justin Trudeau a passé une partie de l’été à annoncer de nouveau des fonds prévus au budget de 2021 dans différentes provinces et en compagnie de politiciens locaux. Il était par exemple à Montréal, le 5 août, pour réitérer, aux côtés du premier ministre François Legault, que le Québec allait être compensé à hauteur de 6 milliards de dollars pour sa part du programme fédéral de garderies subventionnées. Des ministres fédéraux ont également annoncé pas moins de six fois en juillet, dans autant de villes, les investissements prévus pour un train de VIA Rail à grande fréquence entre Québec et Toronto.

Au moins 27 députés ont déjà annoncé qu’ils ne se représenteraient pas aux prochaines élections, dont 12 libéraux, en prévision d’un scrutin en 2021. Tous les partis ont appuyé sur la pédale d’accélérateur pour recruter des candidats et préparer un scrutin estival, s’accordant par exemple le droit de nommer à partir de leur quartier général des candidats dans certaines circonscriptions.

Fluctuations en Chambre

Le Parti libéral du Canada (PLC) a fait élire 157 députés lors du dernier scrutin, qui s’est tenu le 21 octobre 2019. Il a subséquemment formé un gouvernement minoritaire, ce qui signifie qu’il avait besoin de l’appui d’au moins un parti d’opposition aux Communes pour faire adopter ses projets de loi. Il a par exemple bénéficié de l’appui du NPD lors du dernier discours du Trône et de celui du Bloc québécois pour le projet de loi C-10 sur la radiodiffusion, envoyé au Sénat à la toute dernière minute avant l’été.

Divers départs, démissions, renvois et deux élections partielles en 2020 ont fait diminuer le nombre de députés libéraux à 155. Le parti de Justin Trudeau fait le pari qu’il réussira à gagner au moins 15 circonscriptions de plus cette fois, pour atteindre une majorité au Parlement, à 170 députés sur 338.

Les libéraux avaient réussi à décrocher la victoire dans 184 circonscriptions lors des élections générales de 2015. Leur baisse en 2019 est attribuable à la perte de 14 sièges dans l’Ouest canadien (dont 6 en Colombie-Britannique), de 6 sièges en Atlantique, de 5 sièges au Québec, d’un siège en Ontario et d’un siège au Nunavut.

Bien que le Parti conservateur du Canada eût récolté plus de votes que le Parti libéral du Canada en 2019 (6,2 millions de votes contre 6 millions), la distribution géographique de ses appuis l’a cantonné dans le rôle d’opposition officielle, avec 121 élus. Le Bloc québécois a fait élire 32 députés aux Communes, soit plus de 40 % des sièges du Québec à Ottawa. Le Nouveau Parti démocratique compte 24 députés, dont un seul au Québec.

Par  Boris Proulx avec La Presse canadienne

Canada: Une première gouverneure générale autochtone, « un choix historique »

juillet 6, 2021

 Mary Simon se tourne vers le premier ministre Justin Trudeau lors d'une annonce au Musée canadien de l'histoire à Gatineau, au Québec, le mardi 6 juillet 2021. Mme Simon été nommé gouverneur général du Canada, la première personne autochtone à assumer ce rôle.

© Sean Kilpatrick/Radio-Canada Mary Simon se tourne vers le premier ministre Justin Trudeau lors d’une annonce au Musée canadien de l’histoire à Gatineau, au Québec, le mardi 6 juillet 2021. Mme Simon été nommé gouverneur général du Canada, la première personne autochtone à assumer ce rôle.

La nomination de l’Inuk Mary Simon comme 30e gouverneure générale du Canada est accueillie avec fierté dans la sphère politique autochtone. Cependant, la « nature coloniale » de son rôle rend certains internautes perplexes.

Michèle Audette, ancienne commissaire de l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées (ENFFADA) et conseillère à la réconciliation à l’Université Laval, a pu rencontrer Mme Simon à quelques reprises, notamment à l’Organisation des Nations unies.

Je pense que [le gouvernement a] fait un choix remarquable et historique, a-t-elle affirmé sur les ondes de RDI. Je suis rassurée de savoir qu’elle pourra continuer de parler de sa vérité et celle des premiers peuples.»

L’Association des Femmes autochtones du Canada (AFAC) a réagi à l’annonce de cette nomination par communiqué.

En tant que femmes autochtones, nous sommes ravies de l’annonce d’aujourd’hui et fières qu’une femme inuk occupe enfin ce poste prestigieux», peut-on y lire.

Nous devons par contre souligner que Mme Simon devra jouer un important rôle dans un système de gouvernance qui demeure colonial», nuance cependant le communiqué.

Le chef de l’Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador (APNQL) Ghislain Picard a quant à lui transmis ses félicitations à Mme Simon sur Twitter.

Au nom des Premières Nations du Québec et du Labrador, je tiens à exprimer mes plus sincères félicitations à la première gouverneure générale autochtone du Canada Madame Mary Simon», a-t-il écrit en anglais.

Mary est une diplomate, une militante et une femme inuk forte. J’ai hâte de travailler avec elle en tant que représentante de la Couronne au Canada», a pour sa part écrit le chef national de l’Assemblée des Premières Nations (APN) Perry Bellegarde, également sur Twitter.

Un symbole du colonialisme

Sur les réseaux sociaux, la nomination de Mary Simon est accueillie avec une certaine réserve. Le poste de gouverneur général en est un de représentation du monarque du Royaume-Uni et constitue un symbole du colonialisme, expliquent certains utilisateurs de Twitter.

Le bureau canadien du gouverneur général est un héritage colonialiste par excellence, un rappel douloureux de la façon dont toute cette terre a été volée aux peuples autochtones», a écrit un internaute.

Avoir un Autochtone comme représentant de la reine d’Angleterre c’est faire 10 pas en arrière. On envoie vraiment un message de soumission», a écrit la militante et chroniqueuse Maïtée Saganash dans une publication sur Twitter par la suite supprimée.

Avec CBC/Radio-Canada 

Canada: Justin Trudeau est en quarantaine dans un hôtel trois étoiles

juin 16, 2021

OTTAWA — Le premier ministre du Canada s’est inscrit sur le registre d’un hôtel trois étoiles dans à la dernière étape de son voyage à l’étranger.

© Fournis par La Presse Canadienne

Justin Trudeau et le reste de la délégation canadienne qui s’est rendu au Royaume-Uni et en Belgique se sont enregistrés dans un hôtel près de l’aéroport d’Ottawa mardi soir pour commencer une quarantaine de 14 jours.

Ottawa a introduit une règle plus tôt dans l’année selon laquelle ceux qui entrent dans le pays par voie aérienne doivent rester dans un hôtel approuvé par le gouvernement jusqu’à trois nuits avant de rentrer chez eux pour terminer le reste de leur quarantaine.

Le bureau de Justin Trudeau a déclaré que le premier ministre et sa délégation officielle suivraient les mêmes règles de voyage qui sont demandées aux Canadiens.

L’opposition conservatrice a dénoncé le fait que le premier ministre ne séjourne pas dans l’un des mêmes hôtels autorisés par le gouvernement que les citoyens doivent choisir.

L’endroit où le premier ministre et le reste de la délégation séjournaient était calme mardi soir.

Les journalistes et le personnel du gouvernement ont reçu des chambres au même étage et ont été accueillis avec des paniers de nourriture.

Les membres de la délégation ne devraient pas quitter la chambre d’hôtel jusqu’à ce qu’ils reçoivent un résultat négatif au test de dépistage de la COVID-19 qu’ils ont subi à leur arrivée.

Justin Trudeau et son équipe ont été testés près de dix fois pour la COVID-19 avant que le vol ne quitte Ottawa pour l’Europe la semaine dernière.

Un groupe consultatif d’experts a récemment déclaré au gouvernement libéral qu’il devrait éliminer progressivement la politique consistant à forcer les gens à rester dans des hôtels de quarantaine, car elle ne respecte pas la science et contient trop de lacunes pour être systématiquement suivie.

Avec Stephanie Taylor, La Presse Canadienne

Canada: Série de discours aux Communes pour dénoncer l’attaque contre une famille musulmane

juin 8, 2021

OTTAWA — Le premier ministre Justin Trudeau dénonce comme une «attaque terroriste» le drame qui s’est joué à London, en Ontario, il y a deux jours.

© Fournis par La Presse Canadienne

Le premier ministre a ainsi offert sa réaction officielle, dans un discours à la Chambre des communes mardi matin.

Son discours et ceux des autres chefs de parti ont été précédés par un moment de silence, en Chambre.

Dimanche, un automobiliste a foncé sur une famille de cinq qui marchait sur un trottoir.

La police de London a révélé, lundi, que la famille a été ciblée parce que musulmane. Les deux parents, la grand-mère et l’adolescente sont décédés. Un garçon de neuf ans a survécu et est à l’hôpital.

Un homme de 20 ans a été arrêté par la police de London.

Les chefs des partis politiques fédéraux se sont levés en Chambre pour exprimer leur peine et leur désarroi devant ce drame.

Lorsqu’il a pris la parole, le premier ministre s’est dit «horrifié». Il n’a pas manqué de rappeler l’attentat contre la mosquée de Québec, tragédie qui avait secoué le pays en entier.

Il a offert son soutien aux proches des victimes. 

«On espère tous que le petit garçon pourra se remettre de ses blessures rapidement. Même si on sait qu’il vivra longtemps avec la tristesse, l’incompréhension et la colère causées par cette attaque lâche et islamophobe», a dit le premier ministre.

Le chef conservateur a fait écho à ces propos.

«Il mérite un pays libre et sans peur», a dit Erin O’Toole de l’enfant blessé.

«Le Canada de son avenir doit être meilleur que le Canada de dimanche soir», a déclaré M. O’Toole.

«Il lui faudra beaucoup d’amour et c’est peut-être la première réponse qu’il faut à la haine», a offert le chef bloquiste en parlant, lui aussi, de l’enfant devenu orphelin.

Et Yves-François Blanchet a réclamé plus que des mots et des condoléances.

«Il faut que ça arrête maintenant», a-t-il dit des gestes de haine après avoir, lui aussi, rappelé le drame de la mosquée de Québec.

Avant les déclarations des chefs en Chambre, la leader du Parti vert, qui n’a pas de siège aux Communes, a tenu une conférence de presse où elle a réclamé que le gouvernement élabore une «stratégie nationale contre l’islamophobie».

Avec Lina Dib, La Presse Canadienne

Canada-Québec: Legault écrit à Trudeau pour défendre sa réforme de la Loi 101

mai 15, 2021

MONTRÉAL — Le premier ministre du Québec, François Legault, a écrit à son homologue fédéral, Justin Trudeau, pour défendre la réforme de la Loi 101.

© Fournis par La Presse Canadienne

Le ministre responsable du dossier, Simon Jolin-Barrette, a finalement déposé jeudi le très attendu projet de loi 96, intitulé «Loi sur la langue officielle et commune du Québec, le français», une pièce législative ambitieuse comportant plus de 200 articles.

En présentant jeudi le nouveau projet de loi avec M. Jolin-Barrette, le premier ministre avait dit qu’il avait écrit à ses homologues des autres provinces et au premier ministre Justin Trudeau pour expliquer la démarche du Québec et justifier ses références à la Constitution canadienne.

M. Legault a publié samedi sur sa page Facebook la lettre qu’il a transmise à M. Trudeau.

Après lui avoir rappelé que la protection de la langue française «est l’une des responsabilités les plus importantes, voire la plus grande responsabilité d’un premier ministre du Québec», il a énuméré à M. Trudeau les grandes lignes de la réforme, notamment «l’établissement du français comme langue de travail pour les entreprises situées au Québec et régies par des lois fédérales [et] la prédominance du français dans l’affichage commercial».

Il a souligné que le déclin du français s’est poursuivi au cours des dernières décennies, malgré les diverses mesures législatives. «Un geste fort s’impose pour renverser cette tendance», a écrit M. Legault.

Le premier ministre du Québec a aussi reconnu que l’ancienne Loi 101 avait suscité de la controverse dans le reste du Canada lors de son adoption, mais a rappelé que depuis «des hommes politiques canadiens et des observateurs n’ont pas hésité à la qualifier de  grande loi canadienne.» Il a aussi dit que l’ancien premier ministre fédéral Stephen Harper avait fait adopter une motion à la Chambre des communes reconnaissant la nation québécoise. 

«C’est dans ce contexte de reconnaissance de notre nation et de son devoir de protéger sa langue que je vous invite à prendre acte du dépôt de ce projet de loi important», a ajouté M. Legault.

Il a averti M. Trudeau que le gouvernement québécois s’appuie «sur l’ensemble des moyens dont dispose le Québec, incluant la disposition de dérogation.»

M. Legault a aussi tenté de le rassurer en écrivant que «le projet de loi respecte les droits et les institutions de la communauté d’expression anglaise au Québec».

Avec La Presse Canadienne

Canada-Québec: Legault demande à Trudeau «d’en faire plus» aux frontières

avril 22, 2021

Justin Trudeau doit mieux contrôler l’arrivée des voyageurs au pays pour éviter que les variants indiens et brésiliens ne multiplient le nombre de cas de COVID-19. C’est ce que lui demandent François Legault et les premiers ministres de l’Ontario, de l’Alberta et de la Colombie-Britannique dans une lettre qu’ils comptent lui envoyer jeudi.

La détection d’un premier cas du variant indien en Mauricie préoccupe le premier ministre québécois.

© Jacques Boissinot Archives La Presse canadienne La détection d’un premier cas du variant indien en Mauricie préoccupe le premier ministre québécois.

« On est en train de préparer une lettre, peut-être même qu’elle est déjà envoyée avec quelques premiers ministres, entre autres, de l’Alberta, Colombie-Britannique, l’Ontario, une lettre à M. Trudeau pour dire il faut en faire plus sur les vols internationaux, sur les entrées terrestres et entre nous aussi, on s’est entendus pour tout faire pour réduire les “voyagements” entre les provinces », a-t-il affirmé en point de presse.

Il a rappelé aux Québécois d’éviter de se déplacer en Colombie-Britannique, où quelques dizaines de cas du variant indien ont été identifiés, et en Ontario où le nombre de cas de COVID-19 a récemment explosé.

Bien que la situation au Québec soit plus encourageante qu’il y a quelques semaines, le premier ministre québécois demeure « extrêmement prudent ». La détection d’un premier cas du nouveau variant indien en Mauricie mercredi l’inquiète. « Évidemment, l’inquiétude qu’on a toujours c’est de savoir est-ce que nos vaccins sont efficaces contre ce variant, a-t-il dit. Ce qui me réjouit, c’est de savoir qu’on l’a détecté, donc ça veut dire qu’on fait bien le travail de détection. »

Or, des voyageurs ont trouvé une façon de « contourner la quarantaine » et préfèrent payer une amende, a déploré M. Legault. Les voyages internationaux soulèvent également d’autres questions. « Sur un vol de New Delhi à Montréal ou à Toronto, est-ce qu’il y a des passagers qui peuvent être contaminés, être testés négatifs à l’arrivée, mais ensuite développer le virus ? », a-t-il demandé.

« Il y a aussi, on me dit, des faux certificats de tests négatifs, donc il y aurait des passagers qui sont embarqués avec des faux tests et qui étaient contaminés », a ajouté celui qui préside le Conseil de la fédération.

Il espère que son homologue fédéral va acquiescer à sa demande. « Je pense qu’il y a déjà beaucoup qui a été fait par M. Trudeau, mais avec le variant indien et le variant brésilien, il faut être encore plus prudent », a-t-il souligné.

Le nombre de nouveaux cas de COVID-19 détectés en Inde a atteint le chiffre record de 315 000 en une seule journée jeudi, selon le quotidien britannique The Guardian. Le pays compte près de 1,4 milliard d’habitants. L’Australie a décidé de limiter le nombre de vols en provenance de ce pays pour tenter de contrôler le risque de transmission du virus.

Avec Le Devoir par  Mylène Crête 

Canada: Justin Trudeau et François Legault de passage à Trois-Rivières

mars 22, 2021

Le premier ministre du Canada Justin Trudeau et le premier ministre du Québec François Legault seront à Trois-Rivières, lundi, pour une annonce sur l’accès à Internet haute vitesse.

Le premier ministre du Québec François Legault et le premier ministre du Canada Justin Trudeau la semaine dernière, lors d'une annonce à Saint-Jérôme.

© Ivanoh Demers/Radio-Canada Le premier ministre du Québec François Legault et le premier ministre du Canada Justin Trudeau la semaine dernière, lors d’une annonce à Saint-Jérôme.

Les deux premiers ministres feront un point de presse à l’hôtel Delta de Trois-Rivières à 14h. Il y sera question d’une entente entre le gouvernement fédéral et le gouvernement provincial pour financer l’accès à Internet haute vitesse au Québec.

Le ministre fédéral de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie François-Philippe Champagne, qui est aussi député de Saint-Maurice—Champlain, ainsi que le député provincial d’Orford et adjoint parlementaire du premier ministre du Québec, Gilles Bélanger, seront aussi du point de presse.

Il y a quelques semaines, le gouvernement provincial de François Legault s’était engagé à brancher tous les Québécois à Internet haute vitesse d’ici septembre 2022.

Environ 250 000 Québécois n’ont toujours pas accès à Internet haute vitesse.

Avec CBC/Radio-Canada

Canada: Trudeau fustige les agressions racistes contre les Canadiens d’origine asiatique

mai 22, 2020

 

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a fustigé vendredi les agressions «inacceptables» contre des Canadiens d’origine asiatique, qui se sont multipliées ces derniers mois en raison de l’épidémie de coronavirus.

Le chef du gouvernement canadien a déploré «l’augmentation importante des actes racistes à l’encontre des Canadiens d’origine asiatique», lors de sa conférence de presse quotidienne. «Au cours des dernières semaines et des derniers mois, des statues, des édifices ont été vandalisés. Des personnes ont été attaquées, verbalement et physiquement, c’est inacceptable», a-t-il souligné. «La haine et la discrimination n’ont pas leur place au Canada», a ajouté Justin Trudeau.

À Vancouver (ouest), des statues représentant des lions au Millenium Gate, à l’entrée du quartier chinois, ont été couvertes de graffitis en début de semaine. La police de Vancouver a constaté une «augmentation du nombre d’incidents et des actes criminels haineux contre des personnes asiatiques», selon un communiqué publié début mai. Vingt agressions anti-Asiatiques avaient été signalées à la police depuis le début de l’année, dont 15 en avril, contre 12 en 2019.

Début mai, le rockeur canadien Bryan Adams a dû présenter ses excuses après le tollé suscité par des déclarations sur ses réseaux sociaux, et des accusations le soupçonnant d’alimenter le racisme anti-Chinois. Des incidents de ce genre se sont multipliés dans le monde où de plus en plus d’Asiatiques doivent affronter des discours anti-Chinois après que le virus est apparu fin 2019 en Chine.

Fin mars, le président américain Donald Trump a appelé à «protéger» les Américains d’origine asiatique, assurant que la propagation du nouveau coronavirus n’était «pas de leur faute», après avoir été accusé d’alimenter lui-même ce phénomène en parlant de «virus chinois».

Par Le Figaro avec AFP

 

La frontière canado-américaine fermée pour encore au moins 30 jours

avril 18, 2020
Le premier ministre Justin Trudeau.
© Sean Kilpatrick/Radio-Canada Le premier ministre Justin Trudeau.
Le premier ministre Justin Trudeau confirme que le Canada et les États-Unis vont prolonger de 30 jours les mesures mises en place aux frontières.

Cette annonce fait en sorte que la frontière canado-américaine sera fermée au moins jusqu’au 21 mai.

Le dernier bilan fait état de 31 927 cas et de 1366 décès de la COVID-19 au Canada.

Vendredi, lors de son point de presse quotidien, le premier ministre a annoncé deux enveloppes totalisant 4 milliards de dollars pour venir notamment en aide aux secteurs pétrolier et culturel.

Ces deux investissements permettront de conserver, selon M. Trudeau, 10 000 emplois au pays alors que la pandémie force plusieurs travailleurs à rester à la maison.

En plus de la COVID-19, l’Alberta doit également faire face à une importante chute des prix du pétrole qui a sévèrement frappé son économie.

Aussi, le premier ministre a annoncé que 125 militaires ayant une formation médicale iront prêter main-forte dans les CHSLD du Québec.

Avec CBC/Radio-Canada