Posts Tagged ‘Khaled Drareni’

Algérie : des opposants arrêtés à la veille des législatives

juin 11, 2021

Deux journalistes et un opposant politique ont été gardés à vue dans un centre de la sécurité intérieur. D’autres arrestations sont notamment signalées.

Karim Tabbou est un visage tres populaire de la contestation antiregime, Hirak, declenchee en fevrier 2019. Il a ete arrete avec trois autres voix critiques, la veille des legislatives.
Karim Tabbou est un visage très populaire de la contestation antirégime, Hirak, déclenchée en février 2019. Il a été arrêté avec trois autres voix critiques, la veille des législatives. © RYAD KRAMDI / AFP

Jeudi en fin de journée, plusieurs arrestations ont ciblé journalistes et activistes à Alger et dans d’autres villes à deux jours de la tenue des législatives anticipées du samedi 12 juin.

Selon Radio M, « le journaliste et directeur des deux médias Radio M et Maghreb émergent, Ihsane El Kadi a été interpellé par des services de sécurité à sa sortie de son bureau à Alger centre ce jeudi 10 juin 2021 en fin d’après-midi ».

Ihsane El Kadi avait été placé sous contrôle judiciaire le 18 mai à la suite d’une plainte déposée par le ministère de la Communication pour « atteinte à la sécurité et l’intégrité de l’unité nationale », et « publications qui nuisent à l’intérêt national ».

Khaled Drareni interpellé

Le ministère de la Communication reproche au journaliste la publication d’un article, le 23 mars, où le patron de médias plaidait contre la « diabolisation » du mouvement Rachad, organisation d’opposants en exil formée notamment d’anciens cadres du Front islamique du salut (FIS), dissous en 1992, et classée « terroriste » par les autorités.

L’autre journaliste interpellé hier en fin de journée à Alger est Khaled Drareni, fondateur du site d’information Casbah Tribune, et correspondant en Algérie pour TV5 Monde et pour Reporters sans frontières (RSF). Interpellé à plusieurs reprises en 2019 et en 2020 lors des manifestations du hirak, il est finalement placé sous mandat de dépôt le 29 mars 2020 et condamné, le 15 septembre, à deux ans de prison ferme pour « incitation à attroupement non armé et d’atteinte à l’intégrité du territoire national ».

Drareni a été libéré de prison le 19 février 2021 – avec une trentaine de détenus – dans le cadre d’une grâce présidentielle.

La troisième personnalité interpellée hier est Karim Tabbou, dirigeant de l’Union démocratique et sociale (UDS, parti non agréé). Tabbou a été condamné d’abord pour « atteinte au moral de l’armée » puis pour « incitation à la violence » et a passé plusieurs mois en prison avant sa libération le 2 juillet 2020.

Il a été placé en garde à vue, avant d’être libéré et mis sous contrôle judiciaire, fin avril dernier, à la suite d’une plainte du président du Conseil national des droits de l’homme (CNDH, officiel), avec lequel il a eu une altercation durant l’enterrement du fondateur de la Ligue algérienne de défense des droits de l’homme, Ali Yahia Abdennour.

Ihsane El Kadi, Khaled Drareni et Karim Tabbou auraient été, selon des avocats et leurs proches, interrogés et gardés à vue dans un des centres de la sécurité intérieure sur les hauteurs d’Alger. Ils ont pu contacter par téléphone leurs proches tard dans la nuit pour les informer de leur lieu de détention.

222 arrestations

Selon le Comité national pour la libération des détenus (CNLD), d’autres activistes ont été interpellés jeudi ailleurs qu’à Alger, alors que le jour même, le procureur du tribunal d’Alger a annoncé l’arrestation de dix personnes qui seraient membres d’une « cellule qui incitait aux rassemblements et à l’atteinte à la sécurité nationale ». Douze autres personnes sont en fuite, dont une partie à l’étranger, selon le procureur, qui a mentionné la France et les États-Unis.

Au moins 222 personnes sont actuellement incarcérées pour des faits en lien avec le hirak et/ou les libertés individuelles, selon le CNLD, alors que les manifestations hebdomadaires sont interdites depuis fin mai.

Ces arrestations interviennent au moment où les autorités ont procédé, ce jeudi, à une modification du Code pénal, en créant une « liste nationale des personnes et des entités terroristes », selon le communiqué du conseil des ministres et en élargissant la définition de l’acte terroriste ou le sabotage à « tout acte visant la sûreté de l’État, l’unité nationale et la stabilité et le fonctionnement normal des institutions par toute action ayant pour objet ».

Terrorisme : élargissement de la définition

La nouvelle définition englobe aussi toute action visant à « œuvrer ou inciter, par quelque moyen que ce soit, à accéder au pouvoir ou à changer le système de gouvernance par des moyens non constitutionnels », ou « porter atteinte à l’intégrité du territoire national ou d’inciter à le faire, par quelque moyen que ce soit ».

Les mouvements Rachad et le MAK (Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie) ont été classés par les autorités, le 18 mai, comme « organisations terroristes ». Ces deux mouvements ont été souvent accusés par les autorités de pousser à la violence, profitant des marches du hirak. Les deux mouvements réfutent ces accusations.

Par ailleurs, des collectifs, des associations, des partis et des personnalités ont publié une déclaration rejetant les législatives : « L’Algérie est enfermée dans une politique d’état d’urgence non déclarée : fermeture de toutes les places publiques, empêchement des manifestations et de toute expression pacifique appelant à un changement démocratique. Tandis que des salles et des canaux médiatiques sont ouverts pour promouvoir l’échéance du 12 juin. »

Par Le Point avec Adlène Meddi

Algérie : le journaliste Khaled Drareni libéré

février 20, 2021
Khaled Drareni fait le V de la victoire après avoir été libéré de prison, à Alger, le 19 février 2021.

Khaled Drareni, libéré vendredi après presque un an de détention, a commencé sa carrière comme un présentateur télé vedette avant de devenir un symbole du combat pour la liberté de la presse en Algérie.

Relâché après une longue journée d’attente pour ses proches, les militants et collègues journalistes rassemblés devant le centre pénitencier de Koléa, à l’ouest d’Alger, il est apparu serein, en bonne forme, masque sanitaire sur le visage.

« Je remercie tous ceux qui m’ont soutenu et qui ont soutenu les détenus d’opinion car votre soutien est essentiel pour nous tous et il est la preuve de notre innocence », a-t-il réagi dans une vidéo relayée sur les réseaux sociaux.

À sa sortie de prison, il fait le V de la victoire avec les doigts, un signe qu’il a brandi ces dernières années face aux intimidations des autorités.

Né à Alger le 10 mai 1980 dans une famille aisée, Khaled Drareni, allure athlétique et charismatique, a étudié le droit et les sciences politiques à la faculté de Ben Aknoun à Alger, avant d’entamer une carrière de journaliste.

Professionnalisme et rigueur

Après des débuts dans les médias publics, Khaled Drareni est propulsé comme présentateur vedette sur des chaînes privées à partir de 2013, notamment grâce à ses émissions sur Dzair TV et Echourouk TV.

Respecté par ses collègues pour son professionnalisme et sa rigueur, il crée en 2017 le site d’information Casbah Tribune qui couvre l’actualité algérienne, et bloqué par les autorités depuis décembre 2020. Il travaille en même temps comme correspondant en Algérie de la chaîne francophone TV5 Monde et de l’ONG Reporters sans frontières (RSF).

Le journaliste de 40 ans est condamné mi-septembre à deux ans de prison ferme pour « incitation à attroupement non armé » et « atteinte à l’unité nationale ». Il était apparu amaigri lors de son procès et l’on s’était inquiété sur ses conditions de détention.

JE N’AI FAIT QU’EXERCER MON MÉTIER

Khaled Drareni, célibataire, a été menacé à plusieurs reprises par les services de sécurité qui lui reprochaient sa proximité avec le Hirak, le mouvement de protestation populaire. Il avait été arrêté en mars 2020 à Alger, en marge d’une manifestation.

Mais le journaliste se défend devant le tribunal : « Je n’ai fait qu’exercer mon métier ».

Il couvre les marches du Hirak dès le début du mouvement en février 2019, notamment via son compte Twitter, suivi par des centaines de milliers de personnes, où il partage photos, slogans et déclarations en direct des défilés de la contestation.

« Détention arbitraire »

Tandis que les procédures judiciaires s’enchaînent contre lui, journalistes et militants des droits humains se mobilisent en Algérie, mais aussi à l’étranger pour exiger sa libération immédiate.

Le président Abdelmadjid Tebboune –celui là même qui a permis sa libération en décrétant une grâce présidentielle en faveur de détenus du Hirak-– avait laissé entendre que Khaled Drareni était un espion au service d’ambassades étrangères, sans jamais citer son nom.

« Enfin libre! Après 11 mois de détention arbitraire pour avoir exercé son métier, notre correspondant en Algérie Khaled Drareni retrouve la liberté qu’il n’aurait jamais dû perdre! », a réagi RSF sur Twitter.

Par Jeune Afrique avec AFP