Posts Tagged ‘Kim Jong-Nam’

Assassinat de Kim Jong Nam: la défense dénonce une enquête « bâclée »

juin 27, 2018

La Vietnamienne Thi Huong (2e d) et l’Indonésienne Siti Aisyah (2e g arrière-plan), escortées par des policiers à l’issue de leur comparution devant la Haute cour de Shah Alam, le 27 juin 2018 à la périphérie de Kuala Lumpur, en Malaisie / © AFP / Mohd RASFAN

L’enquête sur l’assassinat en Malaisie Kim Jong Nam, demi-frère en disgrâce du dirigeant de la Corée du Nord, a été « bâclée », a critiqué mercredi un avocat des deux femmes accusées de cet homicide digne de la guerre froide.

L’Indonésienne Siti Aisyah et la Vietnamienne Thi Huong comparaissent devant la Haute cour de Shah Alam, un district à la périphérie de la capitale Kuala Lumpur, proche de l’aéroport où le demi-frère de Kim Jong Un avait été assassiné le 13 février 2017.

Les deux femmes sont accusées de lui avoir projeté au visage une substance qui s’est révélée être du VX, un agent neurotoxique, version hautement mortelle du gaz sarin considérée comme une arme de destruction massive. Kim Jong Nam avait succombé peu après.

Au cours de sa plaidoirie, l’avocat de l’Indonésienne, Gooi Soon Seng, a estimé que les accusations contre sa cliente étaient « vagues » et qu’il n’y avait pas de preuve que celle-ci ait manipulé du VX.

L?Indonésienne Siti Aisyah (c), escortée par des policiers à l’issue de sa comparution devant la Haute cour de Shah Alam, le 27 juin 2018 à la périphérie de Kuala Lumpur, en Malaisie / © AFP / Mohd RASFAN

« L’enquête n’a pas été seulement bâclée mais aussi déséquilibrée », a lancé l’avocat.

Le procès, qui a débuté l’an passé, a repris mercredi après avoir été suspendu pendant près de trois mois.

Depuis le début de l’affaire, les deux femmes, qui risquent la peine de mort, ont nié toute intention de tuer. Elles affirment avoir été recrutées pour participer à ce qu’elles croyaient être une farce du style « caméra cachée », mais qui s’est révélé être un complot fomenté par des agents nord-coréens.

Kim Jong-Nam, frère du leader nord-coréen Kim Jong-Un, le 11 février 2007 à l’aéroport de Pékin, en Chine / © JAPAN POOL/AFP/Archives / JIJI PRESS

Lors d’une précédente audience, l’avocat de Thi Huong avait déclaré que l’un des quatre suspects nord-Coréens en fuite avait recruté la Vietnamienne et lui avait fait commettre ce qu’elle pensait être une plaisanterie.

Kim Jong Nam était un critique du régime nord-coréen qui vivait en exil. Dès le début de l’affaire, la Corée du Sud a accusé le Nord d’avoir orchestré l’assassinat, ce que Pyongyang a toujours démenti.

Romandie.com avec(©AFP / 27 juin 2018 12h54)

Mort de Kim Jong-Nam: une suspecte dit avoir touché 90 dollars

février 25, 2017

dgzym6mm

Kuala Lumpur – L’une des suspectes dans l’assassinat du demi-frère du dirigeant de la Corée du Nord a raconté samedi avoir reçu l’équivalent de 90 dollars pour prendre part à ce qu’elle pensait être une émission de télévision type caméra cachée, selon un haut diplomate cité par les médias.

Siti Aisyah, arrêtée peu de temps après l’assassinat le 13 février de Kim Jong-Nam avec un agent neurotoxique très puissant, a ajouté qu’elle pensait que le liquide en question était une sorte d' »huile pour bébé », a déclaré l’ambassadeur adjoint d’Indonésie en Malaisie, Andreano Erwin, qui a rencontré la jeune femme samedi.

Des images de vidéosurveillance de l’attaque perpétrée à l’aéroport de Kuala Lumpur montrent Kim Jong-Nam approché par deux femmes qui lui ont apparemment projeté quelque chose au visage. Cet homme corpulent âgé de 45 ans a succombé pendant son transfert à l’hôpital.

Les enquêteurs malaisiens ont annoncé vendredi que le poison utilisé était du VX, une version plus mortelle du gaz sarin.

Siti Aisyah, 25 ans, « a seulement dit que quelqu’un lui avait demandé de le faire », selon M. Erwin.

Une autre femme, Doan Thi Huong, 28 ans, a été également été arrêtée après le meurtre, mais selon le diplomate, l’Indonésienne a assuré ne pas la connaître.

Selon la police malaisienne, une de ces deux femmes est tombée malade durant sa détention, avec des vomissements.

Les autorités malaisiennes ont fait savoir samedi que l’aéroport allait être nettoyé à fond pour éliminer toute trace possible du poison VX.

Des équipes spéciales vont s’assurer qu’il ne subsiste aucune trace de ce poison indolore, inodore et hautement toxique, ainsi que dans des lieux fréquentés avant l’attaque par les deux femmes.

Les autorités malaisiennes travaillent avec des experts pour « pouvoir dire clairement au public » s’il subsiste dans l’aéroport – resté ouvert depuis l’attaque – des particules de VX « qui pourraient affecter la santé des gens qui y sont passés », a indiqué le chef de la police, Abdul Samah Mat.

Il a par ailleurs confirmé que les enquêteurs s’étaient notamment rendus dans un appartement à Kuala Lumpur, mais s’est refusé à commenter les informations de certains médias disant que des armes chimiques y auraient été saisies.

Le VX s’attaque au système nerveux et musculaire et peut provoquer la mort en quelques minutes.

Depuis le début de cette affaire digne d’un roman d’espionnage, la Corée du Sud pointe du doigt son voisin du Nord, citant un « ordre permanent » du dirigeant Kim Jong-Un pour éliminer son demi-frère Kim Jong-Nam, critique du régime le plus fermé au monde.

Romandie.com avec(©AFP / 25 février 2017 14h55)             

Meurtre de Kim: la police malaisienne soupçonne cinq Nord-Coréens

février 19, 2017

Kuala Lumpur – La police malaisienne soupçonne cinq Nord-Coréens d’être impliqués dans l’assassinat du demi-frère en exil du dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un, une annonce présentée dimanche par Séoul comme la preuve que Pyongyang est derrière ce meurtre.

Fils aîné de l’ancien dirigeant nord-coréen Kim Jong-Il, Kim Jong-Nam, 45 ans, a été attaqué le 13 février par deux femmes qui lui auraient jeté un liquide au visage à l’aéroport de Kuala Lumpur, où il devait embarquer pour Macao. Il a succombé pendant son transfert à l’hôpital.

Tan Sri Noor Rashid Ibrahim, haut responsable de la police malaisienne, a annoncé dimanche lors d’une conférence de presse que les enquêteurs recherchaient quatre ressortissants nord-coréens âgés de 33 à 57 ans qui ont tous fui la Malaisie le jour de l’assassinat.

La police malaisienne a arrêté samedi un Nord-Coréen de 46 ans, un certain Ri Jong Chol, présenté lors de la conférence de presse comme travaillant dans l’informatique.

Une femme détentrice d’un passeport vietnamien, une autre d’un passeport indonésien, ainsi que le petit ami de cette dernière, un Malaisien, ont également été interpellés.

La Vietnamienne, Doan Thi Huong, 28 ans, travaille dans un « lieu de divertissement », a indiqué la police dimanche, et l’Indonésienne Siti Aishah, 25 ans, est une masseuse dans un spa.

Le gouvernement sud-coréen a estimé dimanche que l’annonce de la police malaisienne prouvait que Pyongyang était responsable de l’assassinat de Kim Jong-Nam.

« Plusieurs facteurs font que notre gouvernement est certain que l’homme tué est Kim Jong-Nam et, compte tenu du fait que cinq suspects sont Nord-Coréens, nous pensons que le gouvernement nord-coréen est responsable de cet incident », a déclaré Jeong Joon-Hee, porte-parole du ministère sud-coréen de l’Unification.

De son côté, Tan Sri Noor Rashid Ibrahim a ajouté que trois autres Nord-Coréens étaient recherchés pour l’aide qu’ils pourraient apporter aux enquêteurs.

Des experts malaisiens ont effectué vendredi des analyses d’échantillons du corps du défunt, afin de déterminer la substance toxique qui lui a été lancée au visage.

Samedi, le ministre malaisien de la Santé avait prévenu que cette analyse pourrait prendre jusqu’à deux semaines, et qu’aucune information ne serait communiquée « tant que nous n’aurons pas trouvé quelque chose de certain ».

La Corée du Nord a demandé à la Malaisie la restitution du corps de Kim Jong-Nam. Mais Kuala Lumpur a estimé que la dépouille devait rester en Malaisie tant qu’elle n’était pas formellement identifiée par une comparaison de son ADN avec celui d’un membre de sa famille.

« Nous espérons qu’un membre de la famille vienne nous aider dans l’enquête », a déclaré M. Noor Rashid, ce qui n’a pas été le cas.

Samedi, l’ambassadeur nord-coréen en Malaisie Kang Chol a affirmé que son pays rejetterait les résultats de l’autopsie, car « la Malaisie l’a imposée, sans notre autorisation et sans que nous y participions ».

Les relations entre Pyongyang et Kuala Lumpur étaient jusqu’à présent cordiales, et les visiteurs des deux pays sont exemptés de visa, un cas rare pour les ressortissants nord-coréens.

Romandie.com avec (©AFP / 19 février 2017 12h04)             

Meurtre de Kim Jong-Nam: une femme au passeport vietnamien arrêtée (police malaisienne)

février 15, 2017

Kuala Lumpur – Une femme au passeport vietnamien a été arrêtée dans le cadre de l’enquête sur l’assassinat à l’aéroport de Kuala Lumpur de Kim Jong-Nam, demi-frère en disgrâce du dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un, a annoncé mercredi la police malaisienne.

La suspecte a été interpellée tôt mercredi à l’aéroport international de Kuala Lumpur, a déclaré le chef de la police de ce pays d’Asie du Sud-Est, Khalid Abu Bakar.

Cette femme a un passeport vietnamien au nom de Doan Thi Huong, née le 31 mai 1988. Elle a été « formellement identifiée à partir des caméras de surveillance à l’aéroport et était seule au moment de l’arrestation », a-t-il ajouté.

Kim Jong-Nam, 45 ans, fils aîné du dirigeant défunt Kim Jong-Il qui vivait depuis des années en exil, a vraisemblablement été empoisonné lundi par deux femmes qui auraient pris la fuite en taxi.

Certains médias ont évoqué des aiguilles empoisonnées, d’autres parlent d’un liquide lancé au visage de la victime, décédée lors de son transfert à l’hôpital.

Romandie.com avec(©AFP / 15 février 2017 11h28)      

Un demi-frère du dirigeant nord-coréen assassiné en Malaisie (Yonhap)

février 14, 2017

Séoul – Un demi-frère du dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un a été assassiné en Malaisie, a rapporté mardi l’agence sud-coréenne Yonhap.

L’agence cite une source gouvernementale à Séoul selon laquelle ce demi-frère, Kim Jong-Nam, a été tué lundi, sans autre précision. Aucune source officielle n’était joignable à Séoul dans l’immédiat.

Kim Jong-Nam, âgé de 45 ans, a été empoisonné avec des aiguilles par deux femmes non identifiées à l’aéroport international de Kuala Lumpur, selon la chaîne de télévision sud-coréenne Chosun.

Selon cette chaîne, affirmant citer plusieurs sources gouvernementales, les deux femmes ont hélé un taxi et se sont enfuies immédiatement après.

En Malaisie, le responsable de la police à l’Aéroport international de Kuala Lumpur, le commissaire adjoint Abdul Aziz Ali, a déclaré à l’AFP qu’un quadragénaire coréen avait été découvert malade lundi à l’aéroport.

Les autorités de l’aéroport l’ont immédiatement transporté à l’hôpital et il est mort en route, a ajouté ce responsable de la police. « Nous n’avons aucun autre détail sur ce Coréen. Nous ne connaissons pas son identité », a-t-il précisé.

Kim Jong-Nam a été un temps considéré comme l’héritier potentiel de son père Kim Jong-Il avant de tomber en disgrâce suite à une tentative manquée en 2001 d’entrer au Japon avec un passeport falsifié pour visiter Disneyland.

Depuis, il a vécu en quasi-exil, principalement dans le territoire chinois de Macao.

Kim Jong-Un est devenu le dirigeant de la Corée du Nord à la mort de leur père en décembre 2011.

Kim Jong-Nan, connu comme un partisan des réformes en Corée du Nord, avait déclaré à un journal japonais s’opposer au mode de succession dynastique du pouvoir.

Si son décès est confirmé, ce serait le plus important sous le régime de Kim Jong-Un depuis l’exécution de l’oncle du dirigeant nord-coréen Jang Song-Thaek en décembre 2013.

Romandie.com avec (©AFP / 14 février 2017 13h23)