Posts Tagged ‘Kintelé’

Séminaire gouvernemental : le quotidien des Congolais s’invite aux débats

juin 17, 2021

Le volet social, notamment l’accès à l’eau et à l’électricité, les pensions de retraite, ainsi que les bourses des étudiants, ont dominé les débats dans le groupe 2, lors de la troisième journée du séminaire gouvernemental qui se tient depuis le 14 juin au Centre international de conférence de Kintélé.

Le Premier ministre présidant les travaux du groupe 2/PM

Comme le jour précédent, le Premier ministre, chef du gouvernement, Anatole Collinet Makosso, a pris part aux exposés portant, entre autres, sur l’identification des principes et avantages de travail pour chaque chef de département ministériel, la gestion axée sur les résultats (GAR) et l’impact des styles de leadership sur les performances.

« Les échanges de ce matin, dans le groupe 2, ont porté sur la fixation des priorités de chaque ministère. Ce qui s’est fait dans un climat de responsabilité et qui appelle à la nécessité des résultats pour chaque membre du gouvernement », a commenté le ministre de l’Enseignement technique et professionnel, Ghislain Thierry Manguessa Ebome.

Se tenant jusqu’au 19 juin prochain, le séminaire gouvernemental permettra aux ministres de s’approprier les priorités du projet de société du président de la République, « Ensemble, poursuivons la marche », ainsi que ses orientations contenues dans son discours d’investiture. Selon la ministre de l’Environnement, du Développement durable et du Bassin du Congo, Arlette Soudan-Nonault, cette initiative est la bienvenue car elle permettra de décliner le projet de société du chef de l’Etat en programme de gouvernement, en politique générale.

« Il était impératif que nous regardions dans le même sens. Il est important que nous ayons le même langage, la même approche. Donc, cet échange vient à point nommé », s’est-elle réjouie.

Notons que les exposés présentés par les experts nationaux et autres consultants, le 15 juin, ont porté sur différentes problématiques dont la poursuite des négociations avec le Fonds monétaire international, les priorités du gouvernement, le management par objectif et le climat des affaires. Ces travaux ont, par ailleurs, permis de mettre en exergue les priorités de chaque ministère afin d’aboutir à une GAR.

Avec Adiac-Congo par Parfait Wilfried Douniama

Congo/Vie estudiantine : portes-ouvertes et visite guidée de la Résidence étudiants à Brazzaville

mai 30, 2021

Une séance de portes-ouvertes, suivie d’une visite guidée, offre aux Brazzavillois la découverte de nouveaux lieux dédiés aux logements étudiants à Brazzaville.

Vue intérieure partielle de ILK Résidence estudiantine de Talangaï Brazzaville, Congo

Photo : Vue intérieure partielle de ILK Résidence estudiantine de Talangaï à Brazzaville

De passage à Paris, Valencia Iloki a expliqué les grandes lignes de « l’opération portes-ouvertes suivie d’une visite guidée » qui s’est déroulée à Brazzaville, ville universitaire par excellence, ce vendredi 28 mai, à la découverte de ILK Résidence étudiants, située dans un immeuble à la sortie du viaduc de Kintélé.

Dans ce bâtiment d’habitation, en dehors des commodités et du confort pratique propre à chacune, les six chambres disposent en commun d’un grand salon, d’un réfectoire et d’une bibliothèque.

Pour l’initiatrice de ce projet innovant au Congo, l’objectif envisagé est la mise en place de logements privés pour les jeunes promis aux études, dans des lieux plus propices que le logement familial, leur permettant d’apprendre à se construire et enrayant ainsi les conditions défavorables de l’habitat, source d’échec.

Ce type de logements, préconise-t-elle, pourrait être une manière d’accompagner l’État dans la promotion de la culture estudiantine privilégiée par la mise à disposition d’un habitat adéquat.

De tels lieux d’habitat participeraient à la promotion de l’intelligence et favoriseraient un climat propice aux études supérieures pour apprendre aux étudiants à être indépendants. Pour les jeunes venant d’autres villes, de faciliter leur accueil à Brazzaville.

Ces résidences privées pour étudiants devraient fleurir, à l’instar des hôtels de résidences de séjours de vacances, pense-t-elle. Celles-ci pourraient d’ailleurs susciter la mise en place d’un partenariat public-privé avec l’État afin de vulgariser les logements étudiants.

En somme, projette-t-elle, au lieu de privilégier uniquement les résidences meublées pour des lieux de divertissements ou pour accueillir les vacanciers, il s’agit en parallèle de multiplier des lieux de vie au profit de la prospérité intellectuelle.

Elle invite les ministères de tutelle, ceux du Partenariat public privé, de l’Enseignement supérieur, et celui de la Construction et de l’Habitat, à réfléchir ensemble sur la mise en place d’un cadre juridique favorable pour permettre le développement des résidences logements équipées pour étudiants.

La réflexion peut être poussée jusqu’à associer le ministère des Affaires sociales en vue de la création d’un fonds d’aide aux étudiants : égalité de chances oblige.

Dès son ouverture, ILK Résidence, placée en partenariat pédagogique avec l’association Accès Droit pour tous, fera bénéficier aux résidents d’une conférence-débat gratuite chaque trimestre autour du thème de leur choix.

Avec Adiac-Congo par Marie Alfred Ngoma

Congo-Brazzaville/Kintélé: un militaire de la GR se colle à une femme qu’il violait dans les herbes

mai 28, 2021

Toute femme n’est pas à violer dans ce pays où chacun met les garde-fous dans sa vie, soit dans les prières, soit dans les pratiques ancestrales. Un militaire de la garde républicaine est resté collé à une femme qu’il violait dans les herbes au quartier kintélé dans la banlieue nord de Brazzaville, capitale du Congo. Conspué par les riverains, le militaire n’a été libéré qu’après paiement d’une forte amende apportée par sa famille à sa victime.

A Kintélé dans la banlieue de Brazzaville, une scène surréaliste défraie la chronique et alimente les discussions dans les Ngandas et habitations. Un militaire qui a menacé une femme avec son arme pour assouvir ses appétits sexuels en a payé un lourd tribut. A peine avoir introduit brutalement son pénis dans le vagin de sa victime, il a selon ses explications senti comment quelque chose l’a bloqué.

Apeuré, il s’est mis à supplier sa victime qui l’aurait menacé de couper son pénis s’il n’accédait pas à ses doléances. Elle a exigé le paiement d’une forte somme d’argent pour libérer le militaire.

Un peu vers 15 heures en cette journée du jeudi 27 Mai, une femme qui revenait de la prière à la montagne Émile Biayenda a été violenté par un militaire qui lui a exigé de se faire violer sous la menace d’une arme.

Traînée dans les herbes par le militaire, la victime n’a pas paniqué et s’est laissé faire. Allongée à même le sol, elle a enlevé son slip pour permettre au militaire de perpétrer son viol en toute tranquillité.

A peine qu’il a pénétré la femme que le militaire a senti quelque chose comme un cadenas ayant bloqué son pénis.En tentant de se retirer, il ne pouvait plus et a compris s’être trompé de victime. Aussitôt, il a tenté en vain de bénéficier de la clémence de la femme. Elle lui a exigé une rançon et un prix à l’amiable a été marchandé entre les deux.

Le militaire violeur a appelé par téléphone quelques proches pour réunir la somme exigée préalable à sa libération. Une honte pour sa famille qui ignorait tout de ses activités de violeur.

Avec Sacer-infos par Stany Frank