Posts Tagged ‘Kintélé’

Congo – Œuvres artistiques: Denis Sassou Nguesso présidera l’exposition sur l’œuvre de Marcel Gotène lundi à Kintélé

février 16, 2018

 
 

Exposition et vernissage de l’œuvre artistique de Marcel Gotène l’activité qui s’étalera sur trois mois s’ouvre ce lundi 19 février 2018, sous le patronage du chef de l’État congolais, Denis Sassou N’Guesso.

 

Le vernissage de l’exposition sur Marcel Gotene aura pour cadre le Centre international de Conférence de Kintélé, sous le thème « Gotène au cœur du cosmos ».

Cette exposition, qui est à la fois une manière de faire connaître et de rendre international les productions artistiques de Marcel Gotène, aura, outre le coté culturel, une partie scientifique.

Le programme y relatif prévoit pour le mardi, 20 février 2018, au même lieu, un colloque international marqué par une leçon inaugurale du Professeur Théophile Obenga.

Ce colloque sera le lieu de lire à travers l’art de Gotène, au-delà des couleurs, ce que l’artiste voulait dénoncer à  travers ses tableaux.

Naviguant entre le figuratif et l’abstrait, Marcel Gotène s’est voulu original, en créant des personnages, des paysages, des atmosphères au surréalisme déroutant. Son univers est fait de blanc, de bleu, de rouge, de jaune, de noir, de vert et d’un peu de marron. Il n’hésite pas à créer des êtres monstrueux à deux têtes. Une inspiration qui a fait de lui, le Gotène auquel le Congo rend hommage par cette exposition.

La carrière de Marcel Gotène a été couronnée de nombreux prix et distinctions au Congo et à l’étranger. « Je ne suis pas venu au monde pour changer l’homme, mais j’aime le respect », aimait à répéter Marcel Gotène.

Décédé en 2013, l’homme est resté vivant et immortel à travers sa peinture, mieux son art.

Bertrand BOUKAKA/Les Échos du Congo-Brazzaville

Congo/Brazzaville: Cérémonie de la 12e promotion de gendarmerie à Kintélé

mai 13, 2017

Hier le 12 mai, s’est déroulée la sortie de la 12e promotion des sous-officiers de l’école des sous-officiers de gendarmerie de Bifouiti, à l’esplanade du stade la Concorde à Kintélé.

Il s’agit de la promotion baptisée Colonel Mouassiposso. Celle-ci a reçu le Général Mouagny Victor, patron de la gendarmerie qui s’est adressé en ces termes aux nouveaux gendarmes: « On vous enverra partout où besoin se fera ».

Le message de l’officier supérieur n’avait fini de faire le tour du complexe sportif  que les familles des gendarmes ont répondu en chœur « To boyi, le pool toboyi » semant la honte la confusion et la désolation au sein des généraux présents à cette cérémonie.

Les familles ne veulent plus envoyer leurs enfants dans le Pool. Nous leur demandons d’être cohérents et d’aller plus loin. Qu’elles interdisent à leurs enfants de s’engager dans l’armée. Au Congo le métier de militaire est très ingrat. Qu’elles disent à leurs enfants qui sont déjà engagés de déserter, qu’ils quittent le pays momentanément, quitte à demander l’asile à l’étranger.

 

Pool: Désertions massives

Des militaires désertent les villages du Pool. Ce matin les habitants étaient surpris de constater que les militaires ne sont plus à leurs postes habituels sur l’axe Mbanza-Ndounga.

 

Pool: La mort c’est pour les enfants des autres

Le capitaine Gilles Bokemba, nommé commando marin en service au sein de la marine nationale avait été déployé dans le Pool, il y a 9 mois environ. Gilles Bokemba est le fils du Général Gilbert Bokemba, Chef d’Etat-Major de l’armée de Terre.

Dès que son fils a mis pieds dans le Pool, son papa l’y a extrait de force. Un hélicoptère y a été envoyé pour l’exfiltrer.

Depuis lors tous les fils de militaires sont exemptés de séjours dans le Pool.

Avis aux miliciens et autres militaires zélés. Quand comprendrez-vous que vous allez mourir pour rien, pour les autres qui protègent leurs enfants, qui montent en grade facilement et qui sont beaucoup mieux rémunérés que vous?

Vraiment militaires vous allez mourir pour 1.000 FCFA.

Avec Brazzanews.fr

Congo: Décès de la fille du Général Norbert Dabira

avril 23, 2017
La fille du Général Norbert Dabira est décédée. Christelle DABIRA, fille de Norbert DABIRA est morte à la suite d’un accident à Kintété.
La voiture accidentée de la fille de Dabira à Kintélé

Le clan au pouvoir et leur loge maçonnique « Elikia » ont demandé à ce que chacun de leurs camarades au sein de l’obédience sacrifie 2 personnes pour conserver le pouvoir.

Les décès accidentels ou par de proches de membres du clan (enfants, parents, épouses, maîtresses, neveux, cousins, collaborateurs) que nous ne cessons de comptabiliser depuis quelques temps sont peut-être à analyser sous le prisme de la pratique satanique de la loge maçonnique.

 

Entre autres décès:

– le petit frère de Jean Dominique OKEMBA est décédé mystérieusement cette semaine à Oyo;

– le fils du Colonel TSIENDZELE est décédé mystérieusement en Tunisie;

– la fille du Général Norbert DABIRA est décédée par accident hier soir.

  • Décès du garde du corps du préfet de la Bouenza:

Le garde du corps du Préfet de la Bouenza et sa femme viennent de perdre la vie dans un incendie.

Nous vous annoncions que la loge maçonnique « Elikia » demandait aux membres des sacrifices de 2 personnes pour faire perdurer le régime. D’autres morts suspectes seront à déplorer au sein du clan et des proches du pouvoir.

 

Avec Brazzanews.fr
Lu: 3.310 fois

Le Congo repère historique de l ‘ olympisme africain 2015

décembre 31, 2015
Stade de Kintele

Point névralgique du nouveau complexe sportif, le stade de Kintélé (60 000 places). © BAUDOUIN MOUANDA POUR J.A

Le Congo qui a organisé du 4 au 19 septembre 2015 les 11ème Jeux Africains de Brazzaville appelé Jeux du cinquantenaire après les premiers Jeux Africains de 1965, s’inscrit depuis lors comme un pays repère de l’olympisme africain.
Les 11ème Jeux Africains 2015, grand moment du sport africain a connu la participation de plus de 15000 athlètes, officiels et journalistes venus de 54 pays d’Afrique et de la diaspora.
L’évènement a permis au Congo d’affirmer sa place de berceau des Jeux africains pour avoir organisé les premiers Jeux Africains en 1965 et de s’inscrire comme pays repère de l’olympisme africain.

Les 11ème Jeux Africains ont été un moment d’expressions émouvantes de la jeunesse africaine pendant près de deux semaines, ils ont également permis au Congo pays hôte de démontrer à la face du monde sa capacité d’organiser les grands évènements sportifs.

Pour l’occasion, une ville entière, dotée de toutes les infrastructures modernes sans pareil en Afrique a été érigée dans la banlieue de Kintélé au nord de Brazzaville.

Ces Jeux ont permis aux athlètes congolais de réaliser une moisson sans précédente en médailles ,trente médailles dont neuf(9) contre un seul en 1965 obtenu au football.

Beaucoup de chefs d’Etat africains ont aussi marqué de leur présence cette fête de la jeunesse sportive africaine pour témoigner l’unité du continent et dire à la face du monde que l’Afrique n’est
pas seulement un continent de violence ,de guerre ,mais elle qu’elle est aussi capable de donner la joie et la pays à ses populations.

Apanews.net

 

Congo/Commune de Brazzaville : Le chef de l’Etat a officiellement lancé les travaux de construction de deux échangeurs et d’un viaduc à Talangaï

mai 12, 2015

Le président Sassou-Nguesso (à g.), après avoir donné le coup d’envoi des travaux.

Le président de la République, Denis Sassou Nguesso, a, officiellement, lancé, vendredi 8 mai 2015, au cours d’une cérémonie à «Keba-na-virage», à Talangai, le 6ème arrondissement de Brazzaville, les travaux de construction des voies d’accès au complexe olympique de Kintélé, qui avaient, déjà commencé, il y a quelques mois. C’était en présence des présidents des institutions de la République, des membres du gouvernement, des autorités communales et locales et de plusieurs invités.

Comme à l’accoutumée, le temps était à la fête, surtout que le viaduc, un  ouvrage impressionnant, est en voie de finition. Trois allocutions ont été prononcées au cours de la cérémonie: le mot de bienvenue du maire de Brazzaville, Hugues Ngouelondelé, l’allocution du ministre de l’équipement et des travaux publics, Emile Ouosso, qui a rappelé l’intérêt de la construction des routes et saisi cette opportunité pour appeler le chef de l’Etat, à la demande des populations, de lancer, officiellement, les travaux du tronçon Kinkala-Mindouli de la route nationale n°1, travaux qui sont déjà avancés, et la longue allocution du ministre à la présidence de la République, chargé de l’aménagement du territoire et de la délégation générale aux grands travaux, Jean-Jacques Bouya qui a présenté, techniquement, les ouvrages faisant l’objet de la cérémonie, et qui a aussi eu ses envolées politiques, pour louer l’action du chef de l’Etat.

D’un montant de 102 milliards 592 millions 793 mille 900 francs Cfa, le viaduc, qui porte une chaussée de double voies de 7,60 mètres de large chacune (appelé aussi Troisième sortie Nord de Brazzaville), avec un trottoir de 1,10 mètres aménagé de part et d’autre, est long de 7 km, en bordure du fleuve Congo.

Estimés à 67% de réalisation, les travaux de ce viaduc sont réalisés par la société chinoise C.r.b.c (China road and bridge corporation).

D’un coût total de 28 milliards 148 millions 196 mille175 francs Cfa, deux échangeurs vont donner accès au viaduc. Il y a un premier échangeur à «Keba-na-virage», avec un passage supérieur (Ps1) permettant les échanges entre l’avenue des Trois Martyrs, l’avenue Marien Ngouabi et la troisième sortie Nord de Brazzaville.

Un deuxième échangeur, avec un passage supérieur (Ps2) à  hauteur du ruisseau Kélékélé, va permettre de fluidifier les échanges entre la deuxième sortie Nord existante et la troisième sortie (en construction). A cela s’ajoutent le réaménagement de l’avenue des Trois Martyrs sur 660 mètres entre l’école fleuve Congo et le carrefour «Keba-na-virage», la réalisation de la rampe d’accès Sud du viaduc sur 1 km, le rétablissement de la deuxième sortie Nord par la rue Tchitondi sur 900 mètres, y compris le rétablissement des échanges à l’intérieur des quartiers, par la réalisation de contre allées et le réaménagement de quatre rues, à savoir: rue de l’Ecole fleuve Congo, rue Epena, rue Souanké, rue Loutété, ainsi que les avenues adjacentes. Ces travaux sont réalisés par la société S.g.e.c-Congo et sont à un  niveau de réalisation de 45%. Le contrôle de ces ouvrages est assuré par la société française Egis International, pour un montant de 3 milliards 061 millions 837 mille113 francs Cfa.

Ces deux projets de grande envergure, jamais réalisés au Congo, sont une première dans l’histoire de construction des infrastructures dans le pays. Outre les deux gigantesques chantiers précités, deux autres projets sont, également, en cours d’exécution: il s’agit de la réhabilitation, l’élargissement et le réaménagement des voies, notamment la route nationale 2, tronçon rond-point Mikalou-pont Djiri et la deuxième sortie Nord de la ville de Brazzaville.

Présentant les caractéristiques de ces quatre projets, Jean-Jacques Bouya, ministre à la présidence de la République, chargé de l’aménagement du territoire et de la délégation générale aux grands travaux, a indiqué que les infrastructures urbaines qui s’implantent dans la ville-capitale relèvent d’un triple enjeu: démographique, économique, environnemental et touristique.

De l’enjeu démographique, Jean Jacques Bouya a signifié qu’avec un taux de croissance de 3%, Brazzaville comptera, à l’horizon 2035, près de 3 millions d’habitants. «Un tel accroissement implique l’anticipation dans l’aménagement du territoire, en dotant, dès à présent, la ville d’équipements qui tiennent comptent des besoins des générations à venir», a-t-il déclaré, avant d’ajouter, en parlant de l’enjeu économique: «La fluidité de la circulation des personnes et des biens marchands réduira, très certainement, les coûts de transport, dans un maillage qui désengorgera le centre-ville. Il s’en suivra, de toute évidence, la localisation de l’arrière-ville, des très petites entreprises et des petites et moyennes entreprises, en zone périphérique, avec la vocation d’approvisionner le marché urbain en produits variés, donnant lieu à une augmentation du niveau global du bien-être social». De l’enjeu environnemental et touristique, poursuit-il, «le viaduc permettra aux touristes et aux défenseurs de la nature, de contempler la pittoresque et ressuscité baie de Ngamakosso, en passe d’être valorisée en ville du futur, dans un projet harmonieux…».

Un projet dont il souligne, d’ailleurs, l’importance: «Par son caractère stratégique, ce projet à composantes variées, en considération du linéaire pont du Djoué-Case De Gaulle, restaurant Mami-Wata, Slog, Rond-point Saint-Tropez, Hopital de Talangai, Keba-na-virage, viaduc Kintélé, permettra un rééquilibrage de l’agglomération sinon, un basculement presque régulier des flux automobiles et humains portés par l’activité qui s’annonce vitale dans la désormais ville de Kintélé», a-t-il encore déclaré, avant de poursuivre: «D’ici quelques mois seulement, pour rallier Mpila, Talangai et Kintélé, à partir de Bacongo, on ne sera pas obligé d’affronter l’engorgement du C.c.f, Congo pharmacie, la gare centrale, Dragage et consort. On s’affranchira, tranquillement, au bord du fleuve, en suivant la corniche, pour bénéficier de l’air doux et berceur du Fleuve et des effets qu’induit le couloir naturel».

Toutefois, avant de fixer rendez-vous, dans quatre mois et une semaine, à l’auditoire, pour l’inauguration, par le président de la République, de ces gigantesques chantiers en cours, Jean-Jacques Bouya a encore lancé un appel aux citoyens qui s’opposent à l’expropriation pour cause d’utilité publi-que, «de laisser se déployer les ouvrages. Et pourtant, la facilité financière est disponible. Et même en cas de contestations, les dispositions légales existent et devraient être observées», a-t-il conclu, tout en les appelant à la conscience citoyenne.

Notons qu’après cette cérémonie, le président de la République et tous les officiels ont visité le viaduc en construction, jusqu’à Kintélé.

Lasemaineafricaine.net par Grévy-Joël OKEMBA