Posts Tagged ‘Konan Banny’

Commission centrale de la Cndvr: Banny enrôle Didier Drogba

août 10, 2011

L`information n`est pas encore officielle mais elle est confirmée par plusieurs sources bien traduites.

Le Premier ministre, Charles Konan Banny aurait décidé d`inscrire la méga star du football ivoirien, Didier Drogba Tébily, dans le top 11 des commissaires centraux qui vont engager, à partir du 1er septembre prochain, la grande bataille de la réconciliation nationale.

Le goléador du club londonien de Chelsea a été choisi pour représenter dans cette commission très sélecte les Ivoiriens de la diaspora. Une grosse prise qui témoigne, si besoin en était, qu`au-delà des réceptions officielles et des ballets de personnalités à son cabinet, le Premier ministre Charles Konan Banny consacrait du temps à la réflexion et au travail.

C`est normalement aujourd`hui, mercredi 10 août que le chef de l`Etat, le président Alassane Ouattara, devrait signer un décret nommant les 10 membres qui siègeront avec M. Charles Konan Banny au sein de la commission centrale de la Cdvr, et qui ont pour mission d`orienter et d`impulser un rythme au processus de réconciliation nationale que la Côte d`Ivoire attend de tous ses vœux.

Dans cette commission siègeront des personnalités de la société civile issues des différentes régions de la Côte d`Ivoire et de certaines communautés étrangères vivant dans notre pays. Avec le choix de Drogba, il faut dire que le président de la Cdvr a voulu miser sur des personnalités qui ont une certaine envergure, une aura nationale, des leaders, des hommes d`influence capables de rassembler les Ivoiriens par-delà leurs divergences ethniques, religieuses, politiques ou sociales, des hommes qui symbolisent en quelque sorte le consensus national. Et notre Didier Drogba national correspond totalement à ce profil. L`on se souvient qu`alors que notre pays cherchait ses marques dans son cheminement vers les élections de sortie de crise, le capitaine des Eléphants de Côte d`Ivoire et certains de ses coéquipiers ont joué le rôle d`ambassadeur de la paix.

Par leurs performances en équipe nationale, à travers des spots publicitaires et d`autres initiatives, ils ont essayé de faire comprendre à leurs compatriotes la nécessité du pardon, de la tolérance, de la fraternité, de l`amour du prochain, en un mot, de la paix entre tous les Ivoiriens. En portant son choix sur Drogba, Charles Konan Banny cible en particulier notre jeunesse qui a payé un lourd tribut de cette crise.

Pour tous les jeunes Ivoiriens, Drogba est un modèle de réussite et aussi d`humilité. Il saura trouver les mots qu`il faut pour parler à ses frères afin que tous se pardonnent et réapprennent à vivre ensemble.

Selon de bonnes sources, dans l`équipe des 11 membres de la commission centrale, Banny aurait coopté cinq (5) femmes. Non pas par souci d`établir la parité homme-femme au sein de cette instance, mais parce que les femmes ont manifesté beaucoup d`intérêt dans le cadre de la réconciliation nationale. De fait, Charles Konan Banny a toujours cru en la capacité des femmes à relever les grands défis. En témoigne la présence remarquée des femmes dans nos différents gouvernements.

Le Nouveau Réveil par Akwaba Saint Clair

Le Fpi à Charles Konan Banny: « Nous sommes prêts à demander pardon »

juillet 26, 2011

C’est un bon pas dans le sens de la réconciliation nationale. Au terme d’une audience avec Charles Konan Banny, le président de la Commission dialogue, vérité et réconciliation (C.d.v.r.), le président intérimaire du Front populaire ivoirien (Fpi), Miaka Ouréto, a émis la possibilité pour son parti de demander pardon.

« Le Fpi se prononcera le moment venu. C’est un sacrifice qu’il saurait faire », a-t-il répondu à la question de savoir si le Fpi est prêt à demander pardon dans le cadre de la réconciliation. Une voix suffisamment représentative de l’ex-parti au pouvoir dans la mesure où Miaka Ouréto était accompagné de plusieurs cadres de la formation : Dano Djédjé, Amani N’Guessan, Alphonse Douaty et Odette Lorougnon, la présidente des femmes frontistes. Le nouveau patron du parti à la rose a souligné que, même si eux ont décidé d’endosser la responsabilité des actes du parti, cela n’efface pas la responsabilité individuelle.

Au-delà donc du parti, il a estimé que les individus doivent reconnaître leur responsabilité propre. « Il est bon que ces individus prennent la parole pour dire qu’ils reconnaissent ce qu’ils ont fait et dire qu’ils regrettent s’ils s’y reconnaissent. Et, puisqu’il s’agit de réconciliation, il faut regretter l’acte », a-t-il conseillé. Et, de préciser qu’ils n’ont « jamais » fait de la libération de Laurent Gbagbo un préalable pour s’impliquer dans la réconciliation.

Selon l’intervenant, le Fpi a toujours fait part de sa volonté de s’impliquer dans la réconciliation. De son avis, la « visite de courtoisie » à Konan Banny est une façon de traduire cet engagement en acte. Il s’agissait également, a-t-il indiqué, de s’accorder sur la mission de la commission et définir dans quelle mesure son parti pourrait s’y impliquer. Il a confié que le Fpi et le patron de la C.d.v.r se sont mis d’accord sur leur approche de la réconciliation.

Nord-Sud par Bamba K. Inza