Posts Tagged ‘Kylian Mbappé’

Équipe de France : Mbappé « enragé » contre Giroud avant l’Euro

octobre 5, 2021

L’attaquant français du PSG est revenu dans « L’Équipe » sur sa colère après les propos tenus par son coéquipier dans la presse en juin.

En club comme en sélection, l’année 2021 de Kylian Mbappé aura été marquée par les mésententes, notamment avec ses partenaires en attaque. Alors que la France affronte la Belgique jeudi dans le cadre des demi-finales de la Ligue des nations, l’attaquant des Bleus et du Paris Saint-Germain s’exprime longuement dans deux entretiens accordés à L’Équipe et à RMC. Sans langue de bois, Kylian Mbappé revient donc sur les tensions ressenties avec Olivier Giroud avant l’Euro.

À l’issue d’un match de préparation contre la Bulgarie, Olivier Giroud s’était ouvertement plaint à la télévision de n’avoir pas reçu assez de ballons de la part de ses coéquipiers. L’intervention avait fortement déplu à Kylian Mbappé, qui confesse, dans les colonnes de L’Équipe : « Cela a traîné, parce que les gens ont laissé traîner. Je vais vous dire la vérité : le soir même, j’étais enragé. » Il assure néanmoins ne pas avoir l’esprit rancunier. « Deux jours après, je n’y pensais plus, affirme-t-il. Je me suis expliqué avec lui, je lui ai dit ce que j’avais à lui dire. Et après, c’était terminé. »

« Je l’accueillerais les bras ouverts » chez les Bleus

Pour la deuxième fois d’affilée, Olivier Giroud ne figure pas dans le groupe de l’équipe de France, convoqué cette semaine dans le cadre de la phase finale de la Ligue des nations. Dans L’Équipe, Kylian Mbappé s’en attriste et espère sincèrement un retour de celui avec lequel le ton était monté en juin : « Je l’accueillerais les bras ouverts. Il était tout proche de battre le record de Thierry Henry, ce serait dommage qu’il n’en ait pas la possibilité. »

Par Le Point avec AFP

France/Michel Platini : « L’association Benzema-Mbappé va être fantastique »

mai 24, 2021

Dans un entretien avec Darius Rochebin, diffusé ce lundi à 20 heures sur LCI, l’ancien capitaine des Bleus se réjouit du retour de Benzema pour l’Euro.

La semaine footballistique française a connu un tremblement terre similaire à celui de 2005, quand Zinédine Zidane était revenu en équipe de France. Plus de quinze ans après, c’est un autre retour, complètement inattendu, qui a mis en émoi les supporteurs des Bleus : celui de Karim Benzema. Écarté par Didier Deschamps depuis 2015, l’attaquant du Real Madrid disputera l’Euro 2020 (qui se jouera en juin 2021). Une annonce qui a mis en joie, Michel Platini.

Interrogé par Darius Rochebin dans un entretien diffusé ce lundi à 20 heures sur LCI, l’ancien président de l’UEFA se montre optimiste. « C’est un bon joueur, Benzema, c’est un très très bon joueur. On n’est pas l’avant-centre du Real Madrid toutes ces années sans être un très très bon joueur. » « Platoche », numéro 10 de légende, se réjouit de la future association Mbappé-Benzema. « Cela va être fantastique. Tout en brillant lui-même, Benzema peut mettre encore plus Mbappé en valeur. De la même manière, il a mis en valeur Ronaldo pendant de nombreuses années, et ensuite il a explosé. »

Avec Le Point par Florent Barraco

Coupe du monde 2018: la France bat l’Argentine et se qualifie pour les quarts de finale

juin 30, 2018

Menés 2-1 en deuxième mi-temps, les Français se sont finalement imposés 4 à 3 en huitièmes de finale à Kazan, grâce notamment à un doublé de Mbappé.

 

Kylian Mbappé célèbre le troisième but français, le 30 juin 2018, contre l’Argentine. Sergei Grits / AP
A l’issue d’un match complètement fou, l’équipe de France s’est qualifiée pour les quarts de finale de la Coupe du monde 2018. Les Français se sont imposés 4 à 3 contre l’Argentine, grâce notamment à un doublé de Kylian Mbappé, mais se sont fait peur en début de seconde période, et en toute fin de rencontre. Les hommes de Didier Deschamps connaîtront leur adversaire ce soir, à l’issue du huitième de finale entre le Portugal et l’Uruguay. Ils joueront leur quart de finale vendredi 6 juillet, à Novgorod.

 

Malgré un gros pressing argentin, la France a parfaitement débuté son match. Après un coup-franc obtenu à l’entrée de la surface sur une première accélération de Kylian Mbappé, Antoine Griezmann a trouvé la barre de Franco Armani. Cinq minutes plus tard, le Parisien a récupéré le ballon dans son camp et déposé le milieu argentin sur une accélération géniale. Battu, Rojo a préféré concéder un pénalty qu’a tranquillement transformé Antoine Griezmann (1-0, 12e).

Dans la foulée, les Français ont eu plusieurs occasions. Les Argentins ont d’ailleurs frôlé la correctionnelle sur une ouverture de 60 mètres de Paul Pogba vers Kylian Mbappé, mais la faute de Nicolas Tagliafico était bien en dehors de la surface (19e). Les Français ont fini par baisser le pied, malgré plusieurs incursions dans la défense sud-américaine.

La France se fait peur

Alors qu’on se dirigeait vers la mi-temps, et sur l’un des rares dézonages de l’attaque argentine, les Sud-Américains ont trouvé Angel Di Maria plein axe. Seul à 25 mètres, le Parisien n’a pas laissé passer sa chance et a envoyé une superbe frappe dans la lucarne droite d’Hugo Lloris (1-1, 41e).

De retour des vestiaires, le même Di Maria a amusé trois défenseurs français avant d’obtenir un bon coup-franc sur le côté gauche. Repoussé dans un premier temps, le ballon a fini dans les pieds de Lionel Messi, dont la frappe légèrement déviée du bout du pied par Gabriel Mercado, couvert par Benjamin Pavard, a laissé Hugo Lloris sans réaction (1-2, 48e).

Pavard et Mbappé à la rescousse

Les Français auraient pu revenir sur une mésentente entre Fazio et son gardien (56e), mais les hommes de Didier Deschamps s’en sont finalement remis à leurs deux latéraux. Lancé en profondeur, Lucas Hernandez a adressé un centre que Benjamin Pavard a repris d’une magnifique demi-volée qui a fini dans la lucarne droite d’Armani (2-2, 58e).

A peine cinq minutes plus tard, Mbappé négociait à merveille un ballon récupéré dans la surface argentine. Après avoir éliminé deux défenseurs sur un crochet, Mbappé a trompé le portier de l’Albiceleste d’une manière similaire à celle de Sylvain Wiltord en finale de l’Euro 2000, pour redonner l’avantage aux Français (3-2, 64e).

Et dans la foulée, sur une superbe remontée de terrain, Matuidi trouvait Giroud plein axe, qui en une touche décalait Mbappé. Seul face à Armani, le Parisien a fait le break (4-2, 68e) et inscrit son troisième but dans la compétition.

L’Argentine se rappelle au souvenir des Français

Les Bleus ont eu les occasions pour alourdir le score : Giroud aurait pu tuer le match sur un décalage de Pogba, mais la frappe de l’attaquant français a seulement trouvé le petit filet d’Armani. Et sur un superbe contre à 3 contre 1, Kanté et Mbappé ont manqué l’occasion de tuer le match (73e).

Défaits, les Argentins ont semblé épuisé et sans réponse dans cette fin de rencontre. Lionel Messi a bien eu l’occasion de ramener les siens à 4-3, sur un ballon perdu par Nabil Fekir, mais sa frappe n’était pas suffisamment appuyée ou placé pour tromper Hugo Lloris (85e). C’est finalement Kun Aguero, qui a inscrit un dernier but dans les arrêts de jeu. Servi par Messi, le Citizen a placé une belle tête au fond des filets du portier français (4-3, 93e).

Les Argentins ont eu une dernière occasion pour arracher la prolongation, mais le centre-tir d’Aguero a été dévié par un de ses coéquipiers au-dessus du but de Lloris. Les Bleus pouvaient souffler et fêter leur seconde qualification pour les quarts de finale consécutive. Seule ombre au tableau, l’avertissement un peu bête de Blaise Matuidi pour contestation, qui le privera du quart de finale.

Lemonde.fr par Grégor Brandy

Ligue des champions: un apprenti nommé Mbappé

octobre 31, 2017

Le jeune prodige du Paris-Saint-Germain devrait être remplaçant face aux Belges d’Anderlecht, mardi, en Ligue des champion

Mbappé

Kylian Mbappé, le 27 octobre, au Parc des princes. FRANCK FIFE / AFP

Depuis plusieurs jours, la presse sportive en a fait un événement : le jeune attaquant du Paris-Saint-Germain, Kylian Mbappé, 18 ans, devrait être remplaçant, mardi 31 octobre, pour la réception des Belges d’Anderlecht, en phase de poules de Ligue des champions. C’est la première fois que le prodige, prêté cet été par l’AS Monaco contre la somme record de  180 millions d’euros, va s’asseoir sur le banc depuis son arrivée dans le capitale.

Selon toute vraisemblance, le natif de Bondy (Seine-Saint-Denis) laissera sa place à l’Argentin Angel Di Maria, de dix ans son aîné, alors que le PSG peut, dès mardi soir, valider sa qualification pour les huitièmes de finale de la plus prestigieuse des compétitions européennes. Avec 863 minutes de jeu avalées sur les 900 disputées par son équipe depuis deux mois, Mbappé (4 buts et 4 passes décisives au compteur) semble avoir besoin de recharger ses batteries.

Mais cette sortie temporaire du onze titulaire survient alors que l’ex-apprenti de l’Institut national du football de Clairefontaine (2011-2013), particulièrement mature et exigeant avec lui-même, a vécu un mois d’octobre en demi-teinte. Incisif et efficace dès son intégration au sein de l’armada parisienne, digne pendant de la star brésilienne Neymar et du buteur uruguayen Edinson Cavani, le Francilien n’a pas forcément brillé lors des derniers matchs de sa formation contre Marseille (2-2) et Nice (3-0).

« Un talent qui hiberne »

Cette prétendue mauvaise passe a conduit le journal L’Equipe à se polariser sur la « première période de doutes » que traverserait le jeune homme. Si prompt à ériger Mbappé au rang de plus grand espoir du foot mondial, la saison dernière, lors de l’épopée de l’AS Monaco jusqu’en demi-finales de Ligue des champions, L’Equipe s’attarde aujourd’hui sur le « déchet technique », « les mauvais choix », les dribbles « prévisibles » de l’ailier, enclin à prouver sa valeur et dont l’immense talent « hiberne ».

« La relance par le banc », titre même le journal sportif pour mieux souligner la présumée lassitude morale d’un joueur, « dont le langage corporel confine parfois à la suffisance ». Après le nul arraché par le PSG au Stade-Vélodrome lors du clasico, les observateurs ont, en outre, durement critiqué les propos peu amènes de Mbappé relatifs à la médiocre prestation de l’arbitre Ruddy Buquet. Le prodige alimentant ainsi l’image d’un PSG arrogant, vitrine du football français et donc au-dessus de la mêlée.

Feuille de route

« On ne veut pas faire les victimes, mais certains faits de jeu nous mettent malheureusement des bâtons dans les roues […] La L1 commence à attirer des grands joueurs qui commencent à avoir des équipes de plus en plus compétitives […] Il faut que les arbitres se mettent au niveau, tout simplement », a développé, à chaud, Mbappé.

Cette sortie franche et assumée du joueur tranchait avec ses éléments de langage convenus, servis aux médias depuis son éclosion à l’AS Monaco. Un contraste d’autant plus saisissant que celui qui fêtera, en décembre, ses 19 ans, a intégré très tôt, dès son passage à l’INF Clairefontaine, les fondamentaux d’une communication toute en retenue. Dans la Principauté, le joueur avait coutume de rester dans sa bulle, se contentant de livrer poliment ses analyses, sourire enjôleur et sac à dos sur les épaules, au terme des rencontres.

Prématurées, ces critiques émanant de la presse sportive renvoient à l’écrasante attente suscitée par Mbappé, qui a signé son premier contrat professionnel en… mars 2016, et est aujourd’hui nommé parmi les trente joueurs en lice pour remporter le Ballon d’or. A force d’avaler les records de précocité tel un cheval fou, le jeune homme a nourri l’idée d’une ascension foudroyante, sans limites. Son entourage étant même parfois sidéré par l’enchaînement rapide des événements.

Etape initiatique

Couvé par ses parents, qui gèrent ses intérêts avec l’aide du cabinet d’avocats Verheyden & Cognard, l’attaquant du PSG a en réalité établi, dès son arrivée à l’INF Clairefontaine, une feuille de route à la fois ambitieuse et raisonnée. Programmé pour avoir une carrière au moins à la hauteur d’un Thierry Henry, meilleur buteur de l’histoire de l’équipe de France (51 réalisations), le joueur a constamment mûri ses choix, procédant par étapes. Sa décision de rejoindre le PSG, qui le courtise depuis l’enfance, et de s’imposer dans l’Hexagone avant de rallier un grand club européen, obéit à cette logique.

A l’aune de la trajectoire du jeune homme, ce mois d’octobre délicat doit ainsi être perçu comme une phase incontournable, une étape initiatique, dans son apprentissage du haut niveau et de ses codes. L’entraîneur du PSG, Unai Emery, ne dit pas autre chose : « On parle d’un joueur qui a débuté au plus haut niveau l’an dernier, c’est normal qu’il soit dans un processus d’apprentissage. J’ai fait dans ma tête une idée du futur, c’est le PSG champion et Mbappé champion. » Raison supplémentaire pour considérer les récentes « difficultés » de l’attaquant parisien comme un non-événement.

Lemonde.fr par Rémi Dupré