Posts Tagged ‘kyushu’

Japon: au moins 20 morts dans des inondations

juillet 9, 2017

Operation de recherches de personnes disparues, le 9 juillet 2017 à Asakura, au Japon, suite à des inondations / © JIJI PRESS/AFP / STR

Des sauveteurs poursuivaient dimanche les opérations d’évacuation dans des lieux isolés au Japon, trois jours après le début d’inondations dévastatrices dans le sud de ce pays, dont le bilan est désormais de 20 morts.

Des rivières en crue à la suite de précipitations d’une ampleur sans précédent ont détruit routes, maisons et écoles dans une grande partie de Kyushu, la plus méridionale des quatre principales îles de l’archipel nippon, à environ 900 km au sud-ouest de Tokyo.

Quelque 12.000 sauveteurs étaient encore mobilisés dimanche pour tenter de retrouver des survivants, selon le porte-parole du gouvernement, Yoshihide Suga.

« Nous faisons le maximum d’efforts pour secourir des gens » qui sont portés disparus ou bloqués, a-t-il déclaré au cours d’une conférence de presse.

Le dernier bilan fait état de 20 morts et du même nombre de personnes portées disparues ou ne pouvant pas être contactées dans les préfectures de Fukuoka et d’Oita, d’après l’agence de presse Kyodo.

Plus de 250 personnes sont toujours coupées du monde par les amas de boue, toujours selon Kyodo.

La télévision a montré des hélicoptères de secours cloués au sol sur un héliport de fortune en raison de pluies diluviennes, tandis que les habitants prient pour la sécurité de leur proches.

L’agence météorologique japonaise a mis en garde dimanche contre de nouvelles pluies diluviennes et des coulées de boue sur l’île de Kyushu, incluant Fukuoka et Oita.

Romandie.com avec(©AFP / 09 juillet 2017 17h36)                

Crues massives dans le sud du Japon: six morts, 20 disparus

juillet 6, 2017

Une rue d’Asakura au Japon, ravagée par des crues gigantesques, le 6 juillet 2017 / © AFP / Kazuhiro NOGI

Les pluies d’une ampleur sans précédent ont provoqué des crues gigantesques jeudi dans le sud-ouest du Japon, où au moins six personnes ont péri et 20 sont portées disparues.

Les cours d’eau en furie ont emporté des routes et maisons et détruit des écoles. Des milliers de soldats et sauveteurs ont bataillé toute la journée de jeudi pour parvenir jusqu’aux personnes bloquées par les torrents ou menacées par des glissements de terrain, selon le gouvernement.

« Nous nous trouvons dans une situation très grave », a déclaré le vice-Premier ministre, Taro Aso, en mettant en garde contre de nouveaux glissements de terrain.

Les provinces de Fukuoka et Oita, sur Kyushu, la plus méridionale des quatre îles principales de l’archipel nippon, à quelque 900 km de Tokyo, ont reçu 540 mm de pluie en 24 heures par endroits. Ces précipitations sont une fois et demie ce qui y est habituellement constaté au mois de juillet, en pleine saison des pluies, et elles ont de plus trouvé un sol déjà gorgé d’eau par le passage d’un typhon en début de semaine.

Des pluies abondantes devraient continuer de s’abattre sur la région dans la nuit et sur la journée de vendredi, selon l’Agence japonaise de météorologie.

Les autorités ont néanmoins pu dans la journée de jeudi lever les avertissements dits « spéciaux » de fortes précipitations tout en maintenant des niveaux d’alerte plus faibles.

Selon Kyodo, quatre personnes sont mortes dans la ville d’Asakura dans la préfecture de Fukuoka et deux autres à Hita, dans la préfecture d’Oita.

« Une vingtaine de personnes sont portées disparues », a annoncé le porte-parole du gouvernement, Yoshihide Suga, précisant que quelque 7.800 policiers, sauveteurs et soldats avaient été déployés dans les zones affectées.

– ‘Accroche-toi!’ –

Parmi les disparus, un enfant a été vu emporté par une rivière en crue et on était sans nouvelles d’un couple dont la maison a été balayée par les flots.

Des images de la télévision montraient des cours d’eaux gonflés de grosses vagues envahissant des zones résidentielles, saccageant les routes et inondant les terres agricoles.

Ryoichi Nishioka, qui cultive des fleurs à Asakura, a tenté en vain de sauver ses plantations de la montée des eaux. « J’ai essayé de les couvrir mais n’y suis pas parvenu », a-t-il raconté à l’AFP. « Puis les tourbillons d’eau ont inondé la zone et emporté les serres ».

M. Nishioka, 67 ans, a aussi raconté comment il avait pendant une partie de la nuit soutenu le moral d’un homme accroché à un poteau pour échapper au déferlement d’eau boueuse. « Il n’y avait plus d’électricité alors je l’ai éclairé depuis l’étage avec une lampe torche et lui ai crié des encouragements pendant trois heures de 21H00 à minuit ». « Je lui disais +Accroche-toi ! Accroche-toi ! ». Il a été finalement secouru, s’est félicité M. Nishioka.

Un vieil homme du quartier de Haki à Asakura a vu ses meubles flotter çà et là dans sa maison inondée. « Je les ai évités et suis sorti, poussé par le courant », a-t-il raconté à la NHK.

Ailleurs, un pont ferroviaire a été détruit par la rivière Kagetsu en crue, interrompant la circulation des trains, a indiqué un porte-parole de la compagnie de chemin de fer.

De nombreuses autres lignes de la région ont connu des retards ou ont cessé de fonctionner en raison des fortes pluies, tandis que les établissements scolaires étaient fermés, selon les responsables locaux et les médias.

Romandie.com avec(©AFP / 06 juillet 2017 21h06)                

Japon: 35 morts après une série de séismes, encore des habitants piégés

avril 15, 2016

Kumamoto (Japon) – La série de tremblements de terre survenue depuis jeudi dans le sud-ouest du Japon a fait au moins 35 morts et les secours craignent de nouvelles secousses et un bilan plus lourd avec des personnes enterrées vivantes sous les décombres.

La région de Kumamoto, sur l’île de Kyushu, a été secouée ces dernières 48 heures par une enfilade exceptionnelle de violents séismes qui ont provoqué destructions, incendies et glissements de terrain.

Nous savons que des personnes sont sous les décombres en de nombreux endroits. La police, les pompiers et les forces d’autodéfense (nom de l’armée japonaise) font tout pour les secourir, a déclaré le porte-parole du gouvernement, Yoshihide Suga, lors d’une conférence de presse.

Au moins un millier d’habitants ont été blessés, dont 184 gravement, selon les autorités locales.

Plus de 90.000 résidents de la région ont été évacués, dont 300 riverains d’un barrage qui menace de s’effondrer. Le gouvernement a indiqué avoir préparé des vivres pour trois jours pour des dizaines de milliers personnes hébergées dans des refuges.

Parmi les 35 morts recensés dans la préfecture de Kumamoto figurent deux étudiants qui avaient été bloqués avec une dizaine d’autres jeunes dans une résidence universitaire de Minami-Aso, zone montagneuse qui a également vu dévaler un pan de terrain, emportant des maisons, coupant une autoroute et isolant environ 500 habitants.

Nous devons avant tout sauver des vies. Nous devons agir vite, a ordonné le Premier ministre Shinzo Abe qui a annulé sa visite dans la zone et convoqué un conseil de crise. Le gouvernement a dépêché sur place 20.000 hommes.

– ‘Tellement peur’ –

L’agence de météorologie japonaise, qui prévoit de fortes pluies au cours du week-end, a mis en garde contre de nouveaux glissements de terrain sur un sol fragilisé.

La municipalité de Misato a conseillé à quelque 10.000 résidents d’évacuer les lieux par précaution, selon la chaîne de télévision NHK.

Selon le ministère de l’Industrie, plus de 100.000 foyers sont privés d’électricité, autant de gaz et des dizaines de milliers d’eau. L’essence pourrait aussi venir à manquer en raison de la difficulté par endroits de faire circuler les camions-citernes.

Je n’ai rien à manger, rien à boire, je ne sais pas quoi faire, a confié à la presse Tomoko Goto, 67 ans.

Un hôpital de la ville de Kumamato a dû être évacué dans la nuit, et l’aéroport fermé.

Le tremblement de terre le plus fort, de magnitude 7 sur l’échelle ouverte de Richter, d’après l’Institut de géophysique américain (USGS), est survenu samedi à 01H25 locale (16H25 GMT vendredi) à une profondeur de 10 km seulement.

L’agence de météorologie japonaise l’a évalué à 7,3, précisant que celui-ci était le principal et que celui de la veille (de magnitude un peu inférieure) était en fait un choc précurseur.

Depuis le premier séisme, plus de 300 autres secousses de différentes puissances ont été enregistrés, selon l’agence de météo.

Les inquiétudes étaient aussi alimentées par une petite éruption du volcan Aso, mais le niveau d’alerte n’a pas été élevé et le lien avec les tremblements de terre reste incertain.

– Usines touchées, pas les centrales nucléaires –

Nous sommes sorties de la maison à cause des secousses qui n’en finissaient pas. On a eu tellement peur, a raconté Hisako Ogata, 61 ans.

J’ai été réveillé. Mon corps rebondissait sur le lit. Le téléviseur est tombé, a témoigné un photographe de l’AFP.

Des bâtiments endommagés, un pont de 200 mètres effondré, des routes fissurées voire éventrées, un sanctuaire séculaire démoli: les habitants ont constaté avec stupeur l’ampleur des dégâts.

Les transports étaient fortement perturbés et de nombreuses usines à l’arrêt pour procéder à des vérifications, dans les secteurs de l’automobile (Toyota, Nissan et Honda), de l’électronique (Sony, Fujifilm, Renesas) ou encore de l’alimentation (Yamazaki).

Aucune anomalie n’a été relevée dans la centrale nucléaire de Sendai où se trouvent les deux seuls réacteurs du Japon en service, ni dans celles de Genkai et Ehime, également secouées, ont assuré les opérateurs.

Situé à la jonction de quatre plaques tectoniques, l’archipel subit chaque année plus de 20% des séismes les plus forts recensés sur Terre.

Les Japonais sont encore plus sensibles aux risques depuis le tsunami de mars 2011, qui a tué quelque 18.500 personnes et provoqué la catastrophe nucléaire de Fukushima.

Romandie.com avec (©AFP / 16 avril 2016 14h42)

Fort séisme au large de l’île japonaise de Kyushu

mars 13, 2014

TOKYO – Un fort séisme d’une magnitude de 6,3 s’est produit vendredi au large de l’île japonaise de Kyushu, dans le sud du Japon, faisant une vingtaine de blessés mais sans provoquer d’alerte au tsunami, selon les autorités et médias.

L’épicentre du tremblement de terre, qui a eu lieu à 02H06 locales (17H06 GMT jeudi), était situé à 13 km au nord de la ville de Kunisaki-shi et à une profondeur de 82 km, a précisé l’Institut d’études géologiques des États-Unis (USGS).

Le centre de surveillance des tsunamis dans le Pacifique n’a pas diffusé de message d’alerte pas plus que les autorités japonaises.

Selon les données compilées par la chaîne de télévision publique nippone NHK, un total de 17 blessés plutôt légers, souvent des personnes âgées, avaient été recensés à 6H00 locales (jeudi 21H00 GMT) dans 5 préfectures de l’ouest et du sud (Hiroshima, Oita, Yamaguchi, Okayama et Kochi).

Le séisme, dont la magnitude a été évaluée à 6,1 par l’agence météorologique nationale japonaise, a secoué fortement les îles de Shikoku, Honshu et Kyushu, soit une grande partie du territoire de l’ouest, du sud et du centre de l’archipel.

Les experts de l’agence de météo appelle à la vigilance, craignant de fortes secousses secondaires dans les jours à venir.

Aucune anomalie n’a été enregistrée dans les centrales nucléaires d’Ikata, dans la commune d’Ehime, et de Shimane, selon les opérateurs cités par les médias. Outre les 6 de Fukushima Daiichi, les 48 autres réacteurs atomiques du Japon sont actuellement stoppés.

En mars 2011, plus de 18.000 personnes avaient été directement tuées lors d’une séisme sous-marin de magnitude 9 qui avait provoqué un tsunami sur la côté nord-est du Japon, le pire désastre qu’ait connu le pays depuis la fin de la 2e guerre mondiale.

Les systèmes de refroidissement de la centrale nucléaire Fukushima Daiichi avaient été soudainement arrêtés, entraînant la fusion des coeurs de 3 des 6 réacteurs et obligeant plus de 150.000 personnes à abandonner leur domicile dans les jours et semaines suivantes.

Le Japon est situé au confluent de quatre plaques tectoniques et enregistre chaque année plus de 20% des séismes recensés sur Terre. Les habitants de l’ouest secoués vendredi matin ont non seulement en mémoire la catastrophe du nord-est le 11 mars 2011, mais aussi le tremblement de terre qui a frappé durement la ville de Kobe et ses environs en 1995, faisant plus de 6.400 morts.

Romandie.com avec(©AFP / 13 mars 2014 23h29)

Quelque 280 personnes pour attraper un macaque au Japon

septembre 11, 2013

Pas moins de 280 chasseurs, pompiers et fonctionnaires ont été déployés lundi dans une ville japonaise pour attraper un macaque qui mordait et terrorisait la population. Le singe, finalement capturé, était accusé d’avoir attaqué 18 personnes depuis août, a déclaré un porte-parole de la bourgade de Hyuga, sur l’île de Kyushu.

Il s’agissait de la seconde tentative de grande ampleur pour capturer l’animal. Après sa capture dans une maison abandonnée, la municipalité a essayé de placer le macaque auprès des zoos et universités de la région, mais personne ne le voulait. L’animal a finalement été euthanasié.

Des agents de la force publique continuent de patrouiller les rues de la ville, au cas où d’autres singes se révéleraient méchants, a ajouté le porte-parole.

Romandie.com

Secousse de magnitude 6 dans l’ouest du pays, dix blessés

avril 12, 2013

Un tremblement de terre de magnitude 6 a secoué l’ouest du Japon samedi près de la ville portuaire de Kobe, faisant dix blessés, ont annoncé l’agence de météorologie et télévision publique NHK. L’agence a noté une légère élévation du niveau de la mer par endroits, mais n’a pas déclenché d’alerte au tsunami.

NHK a fait état de dix blessés, légèrement atteints dans la plupart des cas. Une personne a notamment été heurtée par la chute d’un tableau à Osaka, un homme est tombé dans un escalier dans la même ville et une octogénaire a dû être hospitalisée à Himeji après une chute, a-t-elle détaillé. NHK a aussi signalé la rupture d’une canalisation d’eau dans la ville d’Awaji, sur l’île du même nom.

Le séisme s’est produit samedi à 05h33 heure locale (vendredi à 22h33 en Suisse) à 10 kilomètres de profondeur sous la petite île d’Awaji en mer de Seto, près de Kobe.

La secousse a fait trembler tout l’ouest de la grande île de Honshu, secouant les immeubles des métropoles de la région industrielle du Kansai, notamment Kobe et Osaka. Le séisme a été en outre ressenti sur l’île de Shikoku et, dans une moindre mesure, au nord de l’île de Kyushu.

Trafic ferroviaire ralenti

Quelques répliques se sont déclenchées et les autorités ont appelé les habitants de l’île d’Awaji à la prudence.

Les services ferroviaires locaux ont été suspendus et les trains à grande vitesse Shinkansen ont circulé à vitesse réduite dans la région après la secousse initiale, avant que le trafic ne revienne progressivement à la normale en début de matinée. Les opérations ont été momentanément interrompues à l’aéroport international du Kansai situé à proximité, ainsi qu’à celui d’Itami à Osaka.

La compagnie d’électricité Kansai Electric Power a affirmé qu’aucun dysfonctionnement n’avait été enregistré à sa centrale nucléaire d’Oi, qui abrite les deux seuls réacteurs actuellement en fonctionnement au Japon.

Un tremblement de terre de magnitude 7,2 avait frappé Kobe environ à la même heure le 17 janvier 1995, faisant plus de 6400 morts. Il avait complètement paralysé la ville et fait s’effondrer de grands immeubles.

Romandie.com