Posts Tagged ‘l immigration’

Egypte: la pression s’accentue sur le candidat salafiste à la présidentielle

avril 7, 2012

La commission électorale égyptienne a annoncé samedi avoir été  informée par le ministère des Affaires étrangères que la mère du candidat  salafiste à la présidentielle, Hazem Abou Ismaïl, avait bien un passeport  américain, ce qui va probablement l’exclure de la course.

La loi électorale stipule en effet que tout candidat à la magistrature  suprême doit être uniquement égyptien, de même que ses parents et son épouse.

Selon le ministère égyptien des Affaires étrangères, « Nawal Abdel Aziz Nour a  obtenu la nationalité américaine le 25 octobre 2006 », a indiqué la commission  dans un communiqué.

Le ministère a joint à sa lettre la copie de la demande de naturalisation de  la mère du candidat, aujourd’hui décédée.

La commission avait déjà indiqué jeudi avoir été informée par le service de  l’immigration que la mère de Hazem Abou Ismaïl avait utilisé un passeport  américain dans ses déplacements de et vers l’Egypte avant son décès.

La nouvelle avait provoqué la colère des partisans du salafiste, qui ont  dénoncé une « manipulation » et sont descendus vendredi par milliers dans la rue  pour exiger que leur candidat reste dans la course.

Le dépôt des candidatures à l’élection présidentielle, dont le premier tour  est prévu les 23 et 24 mai, s’achève dimanche.

La commission doit examiner les candidatures les 12 et 13 avril.  Les  candidats rejetés auront 48 heures pour contester la décision et la liste  définitive doit être publiée le 26 avril.

M.  Abou Ismaïl avait déposé sa candidature en fanfare le 30 mars, avec les  30. 000 parrainages d’électeurs nécessaires et flanqué de dizaines de véhicules.

Les salafistes, nouveaux venus sur la scène politique égyptienne, ont fait  une percée surprise aux législatives en remportant un quart des sièges.  Ces  fondamentalistes s’attachent à la lettre des textes religieux et veulent  l’application de la charia (loi islamique) au quotidien.

Jeuneafrique.com avec AFP

Christine Boutin retire sa candidature

février 13, 2012

La présidente du Parti chrétien-démocrate a choisi de «s’allier» avec Nicolas Sarkozy dont elle partage les valeurs, tout en souhaitant qu’il n’oublie pas la solidarité.

Christine Boutin a finalement jeté l’éponge, ce qui pourtant ne lui ressemble guère. Elle a annoncé lundi soir sur TF1 qu’elle renonçait à être candidate à l’élection présidentielle: «J’ai décidé, avec mon Parti chrétien-démocrate, de faire une alliance avec le président de la République, candidat sans doute cette semaine. Je veux être avec lui pour faire gagner la France.» Il s’agit d’une «al­liance» et pas d’un «ralliement», a-t-elle précisé un peu plus tard au Figaro.Il y a trois semaines, Christine Boutin a été reçue par Nicolas Sarkozy à l’heure du petit déjeuner. Elle lui a fait part de ses convictions et revendications sur les valeurs et lui a annoncé que le PCD entendait avoir cent candidats aux élections législatives de juin. Elle assure en revanche n’avoir demandé aucun poste au gouvernement (elle a été ministre du Logement de mai 2007 à juin 2009) si le président est réélu. En lisant l’interview accordée par Nicolas Sarkozy au Figaro Magazine , Christine Boutin a applaudi le refus du mariage homosexuel et de l’euthanasie, ainsi que le discours sur l’école et la volonté présidentielle de «lever le tabou sur l’immigration». Elle s’est retrouvée dans le triptyque de valeurs: «autorité, travail, liberté». Mais elle entend bien profiter de la campagne, à laquelle elle souhaite participer «dans le premier ou le deuxième cercle» pour imposer un quatrième thème: la solidarité. «Sarkozy, explique- t-elle, est en train de recentrer la droite sur ses valeurs. C’est bien, mais il ne doit pas oublier la solidarité.» Elle espère notamment que son idée de « revenu de base» pourra être étudiée lors du prochain quinquennat.

Qu’est-ce qui l’a finalement décidée à renoncer si tôt? Elle avait 300 parrai­nages d’élus et, après son voyage sur les routes de Compostelle, constatait que «ça commençait à rentrer». Alors? Alors, dit-elle, «compte tenu de la situation du monde, je ne devais pas affaiblir Nicolas Sarkozy mais faire gagner la France, d’autant que François Hollande défend tout le contraire de ce à quoi je crois».

Lundi soir, Christine Boutin a affirmé «continuer le combat» avec notamment ses 100 candidats aux législatives afin de «commencer à irriguer le territoire poli­tique». Enfin, elle a révélé au Figaro quelle était la «bombe atomique» dont elle avait menacé Nicolas Sarkozy le 19 décembre si elle n’avait pas eu ses parrainages: elle aurait fait la grève de la faim. Ce ne sera pas utile.

Lefigaro.fr par Béatrice Houchard