Posts Tagged ‘l oréal’

Carla Bruni, une larme pour Nicolas Sarkozy :  »J’enrage de ne pouvoir parler »

mars 28, 2013
Nicolas Sarkozy et Carla Bruni - pour la 58e anniversaire de Nicolas Sarkozy au restaurant Giulio Rebellato - à Paris le 28 janvier 2013.

Nicolas Sarkozy et Carla Bruni – pour la 58e anniversaire de Nicolas Sarkozy au restaurant Giulio Rebellato – à Paris le 28 janvier 2013. Dans cette photo : Nicolas Sarkozy, Carla Bruni-Sarkozy

 Nicolas Sarkozy et Carla Bruni Sarkozy à la sortie du Royal Monceau, le 9 février 2013.Carla Bruni - Little French Songs - album attendu le 1er avril 2013.Carla Bruni chante "Mon Raymond", extrait de l'album "Little French Songs", atendu le 1er avril dans les bacs.Nicolas Sarkozy et Carla Bruni Sarkozy à la sortie du Royal Monceau, le 9 février 2013.Nicolas Sarkozy et Carla Bruni Sarkozy à la sortie du Royal Monceau, le 9 février 2013.

 Nicolas Sarkozy et Carla Bruni - pour la 58e anniversaire de Nicolas Sarkozy au restaurant Giulio Rebellato - à Paris le 28 janvier 2013.Carla Bruni - Echo Music Awards à Berlin, le 21 mars 2013.Carla Bruni - Echo Music Awards à Berlin, le 21 mars 2013.Carla Bruni - Echo Music Awards à Berlin, le 21 mars 2013.Nicolas Sarkozy et Carla Bruni - pour la 58e anniversaire de Nicolas Sarkozy au restaurant Giulio Rebellato - à Paris le 28 janvier 2013.

 

En pleine promotion de son album Little French Songs, Carla Bruni vit un drame intime, la mise en examen pour « abus de faiblesse » de son époux, Nicolas Sarkozy, dans l’affaire Bettencourt. Elle s’était bien gardée de tout commentaire depuis son départ de l’Élysée, mais, interrogée mardi 26 mars dans un grand hôtel par Le Parisien, la chanteuse ne peut contenir son émotion.<:aside> 

Malgré la « situation » comme elle dit, cette étiquette « ex-première dame », la promotion de Little French Songs se déroulait en douceur. Mais le premier jour du printemps, Nicolas Sarkozy est mis en examen pour « abus de faiblesse » au préjudice de l’héritière L’Oréal, Liliane Bettencourt. Ce jour-là, Carla Bruni n’est pas auprès de son « Raymond« , elle est à Berlin à la cérémonie des Echo Music Awards au côté de Lana Del Rey. Interrogée hier par Le Parisien sur l’état d’esprit de son époux, Carla répond, très émue : « Il est serein et combatif. On va tout faire pour que la vérité éclate. Mais j’ai vraiment du mal à en parler… C’est douloureux de ne pas en parler. C’est douloureux pour la famille [Elle essuie une larme, NDLR]. Pardonnez-moi… Ce que je peux vous dire, c’est que c’est impensable d’imaginer qu’un homme comme lui puisse abuser de la faiblesse d’une dame qui a l’âge de sa mère. » Et on connaît l’importance d’Andrée Sarkozy pour son fils. Dans Le Figaro, ce mercredi, Carla confie sa douleur et sa colère : « Ma famille et moi, nous le vivons comme une épreuve très douloureuse […]. J’enrage de ne pouvoir m’exprimer. »

L’intéressé a choisi Facebook pour adresser quelques mots à ceux qui l’on soutenu. Dans un court message, Nicolas Sarkozy écrit : « Au moment où je dois faire face à l’épreuve d’une mise en examen injuste et infondée, je veux remercier du fond du coeur tous ceux qui ont tenu à me témoigner de leur confiance […]. Je vais consacrer toute mon énergie à démontrer ma probité et mon honnêteté. La vérité finira par triompher. Je n’en doute pas. »

Ces dernières semaines avaient été très douces pour Carla. Après un long silence, elle reparlait enfin musique avec la sortie imminente, le 1er avril, de Little French Songs. Une sortie qu’elle appréhendait un peu, d’autant que certains cherchent un sous-texte politique dans tout ce qu’elle écrit dans ses chansons : « Mais ça va se diluer avec le temps, estime l’artiste avec philosophie dans Le Parisien. Parce que c’est le premier [album] qui sort après cette situation. » Cette situation, c’est évidemment l’Élysée. Et si dans Le Figaro elle révèle que quitter les lieux avait été un « apaisement« , elle précise une nouvelle fois dans Le Parisien que l’avenir politique de son mari est une décision qui n’appartient qu’à lui : « Je fais avec la situation. » Dans Valeurs actuelles, Nicolas Sarkozy avait déclaré qu’il reviendrait si l’état du pays l’exigeait. Le regard que porte Carla sur la France est un regard inquiet : « L’époque est difficile, un peu sans espoir. La France est un pays qui m’émeut, avec une identité très forte, avec une culture très forte, déclare Carla Bruni dans Le Figaro. J’ai essayé de la représenter, de mon mieux. C’était un grand honneur. Ce n’est pas rien d’essayer de représenter la France. C’était un challenge. »

Purepeople.com

Mort d’Olivier Metzner : Un être solitaire à l’âme de marin… Hommage

mars 19, 2013

 

Me Olivier Metzner à Paris, le 8 juin 2011.

  Me Olivier Metzner à Paris, le 8 juin 2011. Me Olivier Metzner à Paris, le 22 septembre 2009. L'île de  Boëdic , propriété de Me Olivier  Metzner  dans le  Morbihan , photographiée en juillet 2011.   Loïk Le Floch-Prigent, ancien client de Me Olivier Metzner, à Paris, le 1er octobre 2009. Jean-Victor Meyers et sa mère Françoise Bettencourt-Meyers au défilé Saint Laurent Paris, le 4 mars 3013.  Bertrand Cantat à l'enterrement d'Alain Bashung en 2009

 Me Olivier Metzner à Paris, le 24 juin 2004.  Me Olivier Metzner à Paris, le 22 septembre 2009.  Me Olivier Metzner à Paris, le 22 septembre 2009.Me Olivier Metzner à Paris, le 22 septembre 2009. L'île de Boëdic, propriété de Me Olivier Metzner dans le Morbihan, photographiée en juillet 2011.  Me Georges Kiejman à Paris, le 4 mars 2012. 

Maître Olivier Metzner a été retrouvé mort dimanche 17 mars en fin de matinée sur la plage de son île privée de Boëdic, dans le golfe du Morbihan. Selon le substitut du procureur à Vannes, une lettre retrouvée chez lui indique que le célèbre avocat s’est suicidé. Une autopsie doit être pratiquée ce lundi. En attendant les résultats de l’examen post mortem, la profession comme ses célèbres clients lui rendent hommage.

Un homme secret et solitaire

Olivier Metzner a participé à quelques-uns des plus grands procès de ces dernières années : l’affaire Clearstream, l’affaire Kerviel, l’affaire Cantat… Dans l’affaire Bettencourt, Me Olivier Metzner défendait Françoise Bettencourt-Meyers, la fille de l’héritière L’Oréal. Dans un communiqué signé conjointement avec son époux Jean-Pierre Meyers, elle écrit : « Nous-mêmes et nos enfants sommes profondément bouleversés par la disparition brutale de maître Olivier Metzner. Nous tenons à rendre hommage à l’homme exceptionnel pour ses qualités humaines de coeur, ainsi qu’à l’avocat qui nous a accompagnés sans relâche tout au long de ces cinq années passées. Il faisait honneur à sa profession. »

Olivier Metzner était un travailleur acharné. Peu réputé pour son éloquence, il a construit sa notoriété sur l’examen de la procédure : il recherchait la faille juridique, inlassablement, chez ses adversaires. Pour l’avocat pénaliste Jean-Yves Liénard, Me Olivier Metzner « a probablement inventé la lecture de la procédure pénale, il a été le premier à regarder les dossiers sous l’angle de la procédure, c’est son apport le plus important au barreau. Dans ce domaine, il a fait un malheur en faisant ses armes. » Pour parvenir à ce niveau d’excellence, Me Olivier Metzner travaillait sans cesse, ne prenant que quelques jours de vacances par an. Il passait des heures à éplucher ses dossiers et fut le premier à se rendre à la cour avec un ordinateur. Beaucoup le décrivent comme un être secret et solitaire. « Il ne partageait pas vraiment sa vie personnelle« , remarque Me Patrick Maisonneuve. L’ancien bâtonnier de Paris, Me Jean-Yves Le Borgne, en a fait l’expérience : « Cela faisait quarante ans que l’on se côtoyait et je dirais côtoyer car c’était un homme solitaire et secret, et bien qu’étant dans un rapport amical, je ne savais pas grand-chose de lui. »

Ce suicide change l’opinion qu’avait de lui Me Georges Kiejman, son adversaire dans l’affaire Bettencourt. Sur Europe 1, il a déclaré : « Je suis abasourdi. Sa mort me surprend et me choque. (…) J’avais une admiration intellectuelle pour lui mais ça ne m’empêchait pas de croire, à tort apparemment, que peut-être, il pouvait manquer de coeur et de sensibilité. Tout à coup, les conditions de sa mort me permettent de réexaminer tout ça et de voir qu’Olivier Metzner avait lui aussi ses fragilités. » Ceux qui l’ont côtoyé de près ne dressent pourtant pas ce portrait d’un homme sans coeur. Loïk Le Floch-Prigent, par exemple, que Metzner a défendu dans l’affaire Elf, se souvient d’un homme « très affectueux« . Son associé depuis vingt ans, Me Emmanuel Marsigny, le décrit comme ouvert : « N’importe quel jeune avocat pouvait le solliciter pour un conseil« .

Une âme de marin

Me Olivier Metzner s’est fait tout seul. On ne lui connaissait pas de mentor dans la profession. Il n’était pas non plus un étudiant brillant, décrochant avec difficulté son bac G (gestion, comptabilité…). Il avait coupé les ponts avec sa famille – des Normands protestants – et a donc financé seul ses études en devenant moniteur de voile. Il aimait l’opéra et fumait le cigare. En 2010, il achète pour 2,5 millions d’euros l’île de Boëdic dans le Morbihan. Un vieux rêve : « C’était un homme simple, raconte à Ouest-France le maire de Sené, la commune dont dépend l’île. Il ne souhaitait pas qu’on l’appelle maître. Il nous disait qu’il avait fait ce choix de vivre là car il était marin dans l’âme. » Un marin qui avait tout de même décidé de se séparer de son île. Dans Le Figaro en novembre dernier, il disait : « J’ai un autre projet, je vais encore plus retrouver la mer. »

La disparition de Me Olivier Metzner soulève bien des interrogations. Me Marsigny, son associé, résume pudiquement à l’AFP : « Il avait la passion de défendre, il était l’un des meilleurs pour défendre les autres mais n’a pas su se défendre de lui-même. Il est triste que quelqu’un d’aussi talentueux que lui n’ait pas réussi à trouver les ressources pour se défendre de lui-même et contre lui-même. » Dans Le Parisien, le journaliste et écrivain Denis Robert se souvient d’une interview d’Olivier Metzner en 1997 durant laquelle l’avocat craque et demande l’arrêt de l’enregistrement : « Il pleurait comme un bébé en s’excusant, raconte Denis Robert. Il nous a alors expliqué qu’il avait raté sa vie. Son vrai bonheur eut été d’être marin et de partir en mer. Le boulot d’avocat le minait. »

Purepeople.com

Apple, la marque la plus chère du monde

mai 22, 2012
 

 

INFOGRAPHIE – Les grands noms du high-tech dominent largement le classement Millward Brown, occupant sept des dix premières places. Facebook y fait une fulgurante percée en dix-neuvième position.

Apple n’est pas seulement le groupe le plus cher du monde, avec une valorisation boursière de 495 milliards de dollars, c’est aussi la marque la plus puissante, selon le classement BrandZ-Millward Brown. Pour la deuxième année consécutive, la firme à la pomme domine largement ce palmarès, toutes catégories confondues, avec une valeur de marque de 182,9 milliards de dollars, en hausse de 19% sur un an. Apple creuse même l’écart avec ses poursuivants, loin devant IBM (115,9 milliards de dollars) et Google.Pour arriver à ces chiffres, Millward Brown prend en compte des éléments factuels, comme la capitalisation boursière du groupe, la part du bénéfice imputable à la marque – pour les sociétés qui en ont plusieurs en portefeuille, L’Oréal ou Procter & Gamble, par exemple.

Apple a réussi son positionnement premium: ses tarifs sensiblement plus élevés que ceux de ses concurrents n'empêchent pas les consommateurs de lui rester fidèles.
Apple a réussi son positionnement premium: ses tarifs sensiblement plus élevés que ceux de ses concurrents n’empêchent pas les consommateurs de lui rester fidèles. Crédits photo : SAM YEH/AFP

D’autres éléments, plus subjectifs, comme l’attachement des clients à la marque sont aussi pris en considération. Celui-ci reflète le fait qu’un consommateur n’achète pas un produit, mais une marque, quitte à la payer plus cher que la concurrence. C’est toute la valeur «premium» du haut de gamme. À ce jeu-là, Apple est très fort, avec des tarifs sensiblement plus élevés que ceux de ses concurrents. «Le soin apporté sur le produit et l’expérience client renforcent le lien d’usage avec les consommateurs», souligne Benoît Tranzer, directeur général de Millward Brown France. Si les consommateurs sont très attachés à la pomme, ils le sont encore plus à Facebook. «40% des personnes interrogées estiment accorder davantage de valeur à Facebook qu’à n’importe quel réseau social. Soit dix fois plus que le taux moyen d’adhésion», ajoute Benoît Tranzer, qui prédit une poursuite de la croissance de valeur du nom Facebook. En toute logique, le réseau social devrait faire son entrée dans le Top 10 dès l’année prochaine, au fur et à mesure qu’il gagnera de nouveaux utilisateurs. Contrairement à Google, qui a perdu une place pour glisser en troisième position. Le moteur de recherche, premier du classement pendant quatre ans, paie aujourd’hui le prix de ses investissements dans Android, qui ont infléchi sa rentabilité. Conséquence, il se fait doubler par IBM, dont la notoriété reste forte et mondiale. «Ses campagnes de publicité “Smart Planet” ont notamment eu un impact positif auprès du grand public», note Benoît Tranzer.

Le luxe français bien placé

Les utilisateurs de nouvelles technologies sont aussi prompts à brûler leurs idoles. En témoigne BlackBerry, valorisée 25 milliards de dollars en 2011 et qui pointait en 25e position, sortie du Top 100 cette année. La marque ne vaut plus que 8 milliards. Un destin similaire à ceux de Nokia et de Nintendo, elles aussi rayées du classement.

Si les valeurs technologiques sont largement représentées, les marques de luxe et plus particulièrement les françaises tirent aussi leur épingle du jeu. Louis Vuitton, à la 21e place, reste le premier représentant national dans ce classement et première marque mondiale du monde du luxe. Hermès, deuxième français, a gagné sept places au classement général pour arriver en 32e position, avec une croissance de 61 % de la valeur de la marque.

Lefigaro.fr par Elsa Bembaron

Bettencourt: Sarkozy oppose « le mépris le plus cinglant » aux accusations de Joly

avril 12, 2012

Nicolas Sarkozy a opposé jeudi soir sur France 2 le « mépris le plus cinglant » aux accusations lancées par la candidate écologiste Eva Joly concernant un éventuel financement de sa campagne de 2007 par la milliardaire Liliane Bettencourt, héritière de L’Oréal.

« Sur les ragots, sur la médisance, sur la méchanceté, sur la volonté de détruire et de démolir, permettez-moi de vous opposer le mépris le plus cinglant », a lancé M. Sarkozy dans Des paroles et des actes (France 2), soulignant que Mme Joly était celle qui « veut gouverner » avec François Hollande.

La candidate écologiste à l’Elysée a assuré mercredi sur France 2 qu’il existait des « présomptions concordantes et précises » contre Nicolas Sarkozy dans les affaires Bettencourt et Karachi et que c’était « une « anomalie de pouvoir solliciter un second mandat » quand on est « cerné » comme lui « par des affaires judiciaires ».

« Je n’ai pas à répondre à Mme Joly! Mme Joly, c’est qui? C’est l’alliée de François Hollande, c’est bien ça? » a-t-il lancé.

« C’est celle qui veut gouverner avec François Hollande, ils ont signé un pacte de gouvernement ensemble, ils se sont répartis les circonscriptions ensemble. Et même François Hollande a payé cher, 24 réacteurs nucléaires, rien que pour obtenir un sourire de Mme Joly », a martelé le président-candidat.

« Quand on pense que cette dame, qui viole tous les principes du droit, qui porte des accusations scandaleuses sans aucune preuve, était magistrate, ça fait frémir! » a également fustigé M. Sarkozy.

« Et quand vous vous faites l’écho de ce qu’elle a dit, vous apportez des éléments, vous lui demandez des faits et à ce moment, je m’expliquerai! » a conclu M. Sarkozy.

AFP

Malgré la crise, le monde compte plus de milliardaires

mars 8, 2012

Le Mexicain Carlos Slim figure toujours en tête du classement «Forbes» des plus grandes fortunes mondiales. Bernard Arnault reste au quatrième rang.

Bernard Arnault reste la quatrième fortune mondiale. Le patron du groupe LVMH vaut 41 milliards de dollars, exactement comme en 2011. Le Français de 63 ans, première fortune d’Europe, était passé de la 7e place en 2010 à la 4e l’an dernier. C’est le Mexicain Carlos Slim qui reste pour la troisième année consécutive l’homme le plus riche de la planète, devançant comme les deux années passées l’Américain Bill Gates(61 milliards) depuis que celui-ci consacre une grosse partie de sa fortune à des donations. Le roi mexicain des télécommunications a vu toutefois sa fortune chuter de 74 à 69 milliards de dollars.L’héritière de l’Oréal, Liliane Bettencourt conserve la quinzième place du classement avec un patrimoine de 24 milliards de dollars, quasiment inchangé depuis l’an dernier (23,5). François Pinault marque lui une remarquable progression passant de la 67e place à la 59e avec 13 milliards.

Ce ne sont pas seulement les Français mais l’ensemble des fortunés de la planète qui se portent de mieux en mieux. Le monde compte désormais 1226 milliardaires, un record absolu depuis 25 ans que le classement existe. Il avait déjà été battu l’an dernier avec 1210 milliardaires. Ensemble, ils pèsent désormais 4600 milliards de dollars et ont un patrimoine moyen de 3,7 milliards de dollars, inchangé depuis 2011.

La belle progression de Xavier Niel

Au-delà des personnalités, le classement Forbes indique que l’industrie du luxe a depuis longtemps oublié la crise. Les discrets patrons de Chanel, Alain et Gerhard Wertheimer, à la 122e place mondiale et 5e fortune française, ont vu leur fortune grimper de 1,5 milliard de dollars depuis l’an dernier.

Dans la publicité, la famille Decaux, 7e fortune de France et au 216e rang mondial, voit elle son patrimoine baisser de 6 à 4,9 milliards de dollars selon Forbes. À 44 ans, le premier patron français de l’Internet Xavier Niel est au 8e rang en France. Sa fortune est évaluée à 4,5 milliards par Forbes. Une belle progression depuis deux ans. En 2010, il était encore à la 12e position avec 2,6 milliards.

À noter l’entrée de l’Espagnol Amancio Ortega parmi les cinq hommes les plus riches au monde. Le magnat de la mode, qui détient notamment l’enseigne Zara, n’est pas loin derrière Bernard Arnault avec un capital de 37,5 milliards de dollars.

Lefigaro.fr par Adèle Smith