Posts Tagged ‘la bande de Gaza’

Le président égyptien presse Israël de mettre fin au conflit avec les Palestiniens

octobre 12, 2014

Le Caire – Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a déclaré dimanche à l’adresse d’Israël qu’il était temps de mettre fin au conflit avec les Palestiniens, à l’ouverture au Caire de la conférence internationale des donateurs pour la reconstruction de la bande de Gaza.

J’en appelle au peuple et au gouvernement israéliens: le temps est venu de mettre fin au conflit, a lancé le président égyptien, assis à la tribune au côté du président palestinien Mahmoud Abbas et face au secrétaire d’Etat américain John Kerry et au secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon.

M. Kerry entend profiter de cette réunion des ministres des Affaires étrangères d’une trentaine de pays et de représentants d’organisation internationales, pour demander aux Palestiniens et aux Israéliens de relancer le processus de paix qu’il avait impulsé et qui a échoué en avril.

Une guerre de 50 jours en juillet et août, dernier avatar d’un conflit israélo-palestinien vieux de près de sept décennies, a fait plus de 2.100 morts dans la bande de Gaza –essentiellement des civils– et 73 côté israélien, des soldats pour la quasi-totalité. La petite enclave palestinienne, soumise à un blocus hermétique d’Israël ces huit dernières années, a subi d’importantes destructions.

Romandie.com avec(©AFP / 12 octobre 2014 10h34)

Centre culturel français de Gaza: l’acte criminel, une hypothèse possible

octobre 8, 2014

Gaza (Territoires palestiniens) – L’acte criminel est une hypothèse possible pour expliquer le mystérieux incendie qui a endommagé dans la nuit de mardi à mercredi le Centre culturel français de Gaza, ont indiqué le ministère local de l’Intérieur et plusieurs sources proches du dossier.

Le ministère, sous le contrôle de l’organisation islamiste Hamas, revenant sur des déclarations de la nuit, a admis indirectement la possibilité d’un acte criminel.

Nous sommes déterminés à assurer la protection des institutions internationales et étrangères à Gaza, y compris le Centre culturel français, quelles que soient les raisons de l’incendie, a dit à l’AFP le porte-parole du ministère, Iyad al Bozum.

L’enquête devrait permettre très vite, peut-être dès demain, de connaître les raisons (de l’incendie) et de savoir si quelqu’un se trouve derrière, a-t-il ajouté.

Peu après l’incendie, le même porte-parole avait parlé d’un évènement accidentel causé par des jerricanes d’essence défectueux.

Des sources proches du dossier avaient pris ces propos avec beaucoup de réserve. Les témoignages faisant état de deux fortes explosions ainsi que différents éléments invitent à n’exclure aucune hypothèse, ont-elles dit sous le couvert de l’anonymat à cause de la grande sensibilité du sujet.

Un feu a éclaté peu avant minuit dans l’enceinte où se trouve le bâtiment abritant le centre culturel français ainsi que l’antenne consulaire française. Le sinistre a pris auprès d’une cuve de combustible servant à alimenter l’un des générateurs électriques le long du mur de la bâtisse.

Le feu a causé des dégâts matériels, y compris à l’intérieur, mais n’a pas fait de victime. Le centre était alors fermé et vide à l’occasion de l’Aïd al-Adha, l’une des grandes fêtes musulmanes.

Les anciens locaux du Centre culturel français ont été visés par le passé par des engins incendiaires.

Le contexte particulier de Gaza et l’hostilité entre Palestiniens et Israéliens poussent toutes les organisations internationales à la plus grande vigilance dans le territoire.

Les missions diplomatiques et bâtiments officiels français ont en outre été placés en alerte spéciale depuis qu’ont débuté les enlèvements et exécutions d’étrangers par les jihadistes de l’Etat islamique (EI) et leurs alliés, dont le Français Hervé Gourdel en Algérie.

Mais, avant même les évènements récents, les Français savaient être forcés à la prudence avec le maintien de leur présence dans un territoire en butte à trois guerres en six ans, et avec la présence d’une institution comme le Centre culturel, l’une des plus importantes du genre dans la bande de Gaza.

Le Centre culturel français et l’antenne consulaire sont dirigés respectivement par un Français et un Franco-Palestinien. Le Centre, ouvert dans les années 90 a emménagé dans de nouveaux murs fin 2013, et emploie une douzaine d’agents locaux permanents et une dizaine de vacataires.

C’est un lieu très fréquenté par les Gazaouis pour lesquels l’offre culturelle est très limitée.

La faculté à assurer la sécurité des intérêts étrangers dans la bande de Gaza est une question très sensible pour le Hamas qui contrôle de facto le territoire.

Il y a une quarantaine de Français ou Franco-Palestiniens dans la Bande de Gaza.

Romandie.com avec(©AFP / 08 octobre 2014 13h21)

Abbas demande à l’ONU de placer la Palestine sous protection internationale

juillet 13, 2014

Ramallah (Territoires palestiniens) – Le président palestinien Mahmoud Abbas a demandé à l’ONU de placer l’État de Palestine sous la protection internationale des Nations unies à la suite de la détérioration de la situation dans la bande de Gaza, a annoncé dimanche l’OLP.

Le président Abbas a remis une lettre au coordinateur de l’ONU pour le processus de paix au Moyen-Orient, Robert Serry, adressée au secrétaire général Ban Ki-moon, afin de placer officiellement l’État de Palestine sous le régime de protection internationale de l’ONU, a précisé l’Organisation de libération de la Palestine (OLP).

M. Abbas réclame aussi la création immédiate d’une commission d’enquête, selon un communiqué.

La direction palestinienne est déterminée à prendre des mesures concrètes pour faire face à la situation horrible à Gaza, a souligné Hanane Achraoui, membre du comité exécutif de l’OLP, dans ce texte.

Le président Abbas a déjà demandé à la Suisse, dépositaire de la 4ème Convention de Genève sur la protection des civils en temps de guerre, de réunir les parties contractantes à cette convention de 1949 afin de leur demander de sanctionner Israël en tant que puissance occupante et donc responsable de la sécurité des civils.

Leur accession au rang d’État non membre à l’ONU a déjà permis aux Palestiniens de signer plusieurs conventions internationales, dont les Conventions de Genève. Ils se réservent le droit de poursuivre leur adhésion à d’autres conventions et traités internationaux.

Parmi les obligations de la puissance occupante, spécifiées dans l’article 49 de la Convention, figurent l’interdiction des transferts forcés et des déportations de masse ou individuelles, celle de la destruction des biens mobiliers ou immobiliers, sauf si celle-ci est rendue absolument nécessaire par les opérations militaires et celle de la modification du statut des fonctionnaires ou des magistrats.

Par ailleurs, les Palestiniens ont l’intention de saisir de ce dossier les ministres des Affaires étrangères de la Ligue arabe, qui doivent se rencontrer lundi au Caire.

Enfin, la direction palestinienne compte demander une réunion d’urgence du Conseil des droits de l’Homme de l’ONU à Genève à propos de la dégradation des conditions à Gaza et des violations par Israël du droit international et de la législation humanitaire internationale.

Romandie.com avec(©AFP / 13 juillet 2014 17h22)