Posts Tagged ‘la capitale’

Des milliers d’élèves centrafricains exigent la reprise des cours

février 3, 2015

Des milliers d'élèves centrafricains exigent la reprise des cours
Des milliers d’élèves centrafricains exigent la reprise des cours © AFP

Plusieurs milliers d’écoliers sont descendus mardi dans la rue, bloquant la circulation dans le centre de Bangui, pour exiger du gouvernement « le droit à l’éducation » en raison de la grève des enseignants, a constaté l’AFP.

Les manifestants qui répondaient à l’appel de l’Union scolaire de Centrafrique (USCA), ont convergé vers le monument des Martyrs, érigé en mémoire des victimes des écoliers, élèves et étudiants tués par la garde de l’ex-empereur Jean-Bedel Bokassa en 1979, bloquant toutes les artères débouchant sur ce monument. La circulation a été perturbée.

Les enseignants sont entrés en grève de huit jours le 29 janvier et exigent le paiement des salaires des mois de novembre décembre 2013, janvier 2014 et janvier 2015. Ils avaient déjà fait une grève d’avertissement de trois jours la semaine dernière. Jeudi dernier à Bangui, la plupart des élèves n’avaient pu accéder à leurs classes.

Le pays est plongé dans une grave crise sécuritaire depuis plus de deux ans, une multitude d’écoles hors de la capitale centrafricaine n’ont pas repris les cours depuis le début des troubles.

Seules les écoles de la capitale et de régions du sud-ouest avaient réellement repris les cours en début d’année scolaire. Dans le reste du pays, l’insécurité est telle que les écoles n’ont pas rouvert alors que de nombreux professeurs ou instituteurs ont fui sans regagner leurs postes.

Jeuneafrique.com avec AFP

Algérie: 7 membres des forces de sécurité tués dans un attentat à la bombe

juillet 13, 2014

Alger – Trois soldats et quatre gardes communaux ont été tués samedi soir dans l’explosion d’une bombe dans la région de Sidi Bel-Abbès, dans l’ouest de l’Algérie, a annoncé dimanche le ministère de la Défense.

L’engin a explosé vers 19H45 (18H45 GMT) au passage d’une unité de la garde communale, un corps de sécurité créé en 1994 pour lutter contre les groupes armés islamistes, renforcée par des soldats.

L’attaque a eu lieu à Sidi Chaïb, près de Sidi Bel-Abbès, à 440 km à l’ouest de la capitale, a précisé le ministère sur son site internet.

Cette attaque est la plus meurtrière depuis celle revendiquée par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) en Kabylie en avril dernier: onze soldats avaient alors été tués dans une embuscade, deux jours après l’élection présidentielle du 17 avril, dont ils étaient chargés d’assurer la sécurité.

Dimanche, le ministère de la Défense a assuré que ce genre d’actes criminels ne fait que renforcer la détermination des membres de l’Armée nationale populaire (armée) à éliminer les résidus des groupes terroristes et à assainir le territoire national de leurs actes abjects.

Depuis le début de l’année, au moins 56 islamistes armés ont été tués, dont 12 à la frontière algéro-malienne, selon l’armée.

Des groupes radicaux armés continuent de se cacher dans les maquis et de commettre attentats et attaques dans le nord-est de l’Algérie, longtemps après la fin de la guerre civile qui avait opposé dans les années 1990 l’armée à des groupes islamistes extrémistes.

Romandie.com avec(©AFP / 13 juillet 2014 13h20)

Congo : près de 200 morts dans une série d’explosions à Brazzaville

mars 4, 2012

Près de 200 personnes ont trouvé la mort dimanche dans des  explosions à  Brazzaville. Selon une source  diplomatique contactée à  Brazzaville par l’AFP depuis Kinshasa, les  explosions proviendraient du dépôt  de munitions Mpila, situé dans un  quartier est de Brazzaville, au bord du  fleuve Congo.

Près de 200 personnes ont été tuées et des centaines blessées dans une série  d’explosions dimanche dans un dépôt de munitions à Brazzaville, la capitale du  Congo, a indiqué à l’AFP une source diplomatique européenne. On compte près de 200 morts dans les hôpitaux militaires selon des sources à l’hôpital central confirmant la déclaration de Betu Bangana, chef du protocole de la présidence de la République et environ 1.500 blessés dans un état  plus ou moins grave, a indiqué une autre source jointe par téléphone depuis Paris.  Toujours selon des  sources concordantes, il y aurait également de nombreux blessés admis  dans des hôpitaux civils de la capitale.

« C’est un  dépôt d’armes qui a pris feu a Mpila. C’est à côté de la  présidence.  J’ai vu deux blessés. Un avait une plaie à la jambe et un autre à   l’épaule, sans doute blessés par des maisons qui sont tombées. Chez moi,  un mur  est tombé. Là, on entend des bruits mais moins », a déclaré une  habitante de  Brazzaville à l’AFP.

A  Kinshasa, plusieurs bâtiments près du fleuve ont eu leurs vitres   soufflées, et une église dans le centre ville a eu des vitres brisées et  une  partie de l’édifice se serait effondrée, selon une source  religieuse kinoise.  Un panache de fumée sur la capitale congolaise était visible depuis Kinshasa,  sur la rive d’en face du fleuve Congo.

Court moment de panique à Kinshasa

Une  première forte explosion a été entendue vers 08H00 (07H00 GMT), puis   une seconde une vingtaine de minutes plus tard, et deux autres ont suivi   jusqu’à environ 08h45. Enfin, une dernière forte détonation a été entendue vers  10H45 (9H45 GMT).
Les  explosions ont créé un court mouvement de panique  à Kinshasa dans le  quartier de la résidence présidentielle, situé au bord du  fleuve Congo  et qui fait face à la capitale congolaise. « Ici chez nous c’est   calme, il n’y a pas de problèmes à Kinshasa. Pas de panique, nous  demandons aux  habitants de vaquer à leurs occupations », a déclaré le  directeur de la  télévision nationale en RDC lors d’un message télévisé.
Les   communications téléphoniques entre Kinshasa et Brazzaville, les deux  capitales  les plus rapprochées au monde, étaient très difficiles dans la  matinée.

Jeuneafrique.com avec AFP et Reuters