Posts Tagged ‘la haye’

Des coups de feu tirés à l’ambassade saoudienne à La Haye, pas de blessé

novembre 12, 2020

Plusieurs coups de feu ont été tirés sur l’ambassade de l’Arabie saoudite à La Haye sans faire de blessés, a annoncé la police jeudi 12 novembre. «Juste avant 6H00, nous avons reçu un message disant qu’un coup de feu avait été tiré sur un bâtiment à La Haye. Il n’y a pas eu de blessé», a déclaré la police sur Twitter.

Un certain nombre de douilles de balles ont été découvertes sur les lieux après l’incident, a déclaré la police citée par l’agence de presse néerlandaise ANP. Les médias locaux ont fait mention de vingt impacts de balles dans le bâtiment et ont montré des photos de trous dans les fenêtres. La police n’a pas confirmé le nombre de coups de feu.

Des agents ont bouclé l’accès aux lieux où des équipes médico-légales mènent une enquête, a indiqué la police. Le motif de la fusillade n’est pas connu.

L’incident survient un jour après qu’un attentat à l’explosif a visé à Jeddah en Arabie saoudite une cérémonie commémorant l’anniversaire de l’armistice du 11 novembre 1918, en présence de diplomates occidentaux, y compris français et britannique. Cet attentat a fait deux blessés, un employé consulaire grec et un policier saoudien.

Par Le Figaro avec AFP

Pays-Bas : plusieurs blessés dans une attaque au couteau à La Haye

novembre 29, 2019

La police de La Haye a affirmé qu’elle cherchait un homme âgé de 45-50 ans qui portait un châle et un survêtement gris.

Trois personnes ont été blessées vendredi soir lors d’une attaque au couteau dans une des rues les plus commerçantes de La Haye, a annoncé la police néerlandaise. Selon les médias néerlandais, les victimes ont été précisément ciblées et la piste terroriste a été écartée. «Attaque au couteau avec plusieurs blessés dans la GroteMarktstraat à La Haye. Services d’urgence sur place», a annoncé la police de la ville sur Twitter. Elle a ensuite précisé que trois personnes avaient été blessées.

Les médias néerlandais ont montré des badauds rassemblés derrière un cordon de police. Des hélicoptères survolaient l’endroit de l’attaque et plusieurs véhicules de secours étaient sur place. L’attaque s’est produite alors que de nombreux habitants faisaient leurs courses pour profiter des soldes du «Black Friday» à la Haye, le siège de la Cour et du gouvernement néerlandais. La police a dit rechercher «un homme au teint légèrement basané», âgé de 40 à 50 ans et vêtu d’un manteau noir, d’un pantalon de jogging gris et d’une écharpe. Les autorités néerlandaises n’ont pas donné d’autres informations sur les circonstances de l’attaque.

Le Le Figaro.fr avec Reuters

Rencontre entre Charles Blé Goudé et Guillaume Soro à La Haye

novembre 25, 2019

 

 

Ivoirien, investis-toi dans la paix !

Ivoirien, investis dans la paix
Ivoirien, tu as besoin de la paix
Ivoirien, ton moteur c’est la paix

Refrain:
Aujourd’hui comme demain
Ton slogan de chaque matin
Sera toujours la paix du lendemain

Ivoirien, l’heure de la réconciliation
A sonné sur le carillon de la Côte d’Ivoire
Mets-toi debout car tu es la solution

Ta conscience de vivre ensemble est brisée
Comme les eaux paisibles de la Lagune Ébrié
Car tu es le grand héritier de ce beau pays

Ivoirien, hier tu étais plus fort dans l’unité
Car tu étais bien fier dans la fraternité
Il est temps de retrouver ton akwaba

Ivoirien, sors du sentier de l’inimitié
Prends ta daba et cultive bien l’amitié
Mais surtout sers-toi de la clef du pardon

Oh! Ivoirien, la patrie t’appelle ce jour
Fais-la confiance comme un bonjour
Que tu sais dire dans les pas de ta marche

Ivoirien, regarde ton frère dans la joie du coeur
Et prends courage de panser les plaies sans rancoeur
Essuies tes larmes et investis-toi dans le pardon.

Bernard NKOUNKOU

 

Communiqué final de la rencontre entre Blé GOUDE et SORO Guillaume à la Haye

 

Avec IvoirTV.net

Pays-Bas: 35.000 personnes dans les rues de La Haye pour le climat

septembre 27, 2019

 

Des dizaines de milliers de Néerlandais venus des quatre coins du pays se sont rassemblées vendredi à La Haye afin de participer à la «grève pour le climat» organisée sur toute la planète.

Plus de 35.000 personnes, selon les organisateurs (la police n’a pas communiqué de chiffres), se sont réunies dans le centre-ville de La Haye, avant de se rendre en cortège devant le Parlement et sous les fenêtres du bureau du premier ministre, Mark Rutte. Dans le cortège, où figuraient de nombreux jeunes, florissaient des pancartes, banderoles et draps colorés, exhortant le gouvernement néerlandais et d’autres dirigeants mondiaux à prendre davantage de mesures contre le réchauffement climatique. «Changement de système, pas de climat», «Tous les adolescents disent non à plus de CO2», «Salutations depuis Utrecht-sur-mer» – Utrecht étant une ville du centre du pays -, pouvait-on lire.

Les Pays-Bas sont particulièrement vulnérables aux conséquences du changement climatique, une partie du pays se trouvant en dessous du niveau de la mer. «Je crois qu’on est en train de foutre en l’air la planète, pour dire les choses», a lancé Yara Korvr, étudiante. «Il faut dire stop. Nous devons davantage prendre soin de la terre, et moins prendre soin des gens et de notre économie», a-t-elle poursuivi. «Il y a dix ans, lorsque j’interrogeais mes élèves sur le changement climatique, quasiment personne ne pensait que cela se produirait», a affirmé Jos Hendriks, professeur de physique-chimie. «Maintenant, on voit que tout le monde réalise que c’est en train de se produire», a-t-il ajouté.

Le premier ministre libéral a indiqué avoir «bien reçu le message». «Le gouvernement a un plan avec des mesures très ambitieuses pour lutter contre le réchauffement climatique», a déclaré Mark Rutte lors d’une conférence de presse hebdomadaire. «Nous n’en avons pas fait assez par le passé mais aujourd’hui nous sommes déterminés à oeuvrer pour le climat», a-t-il poursuivi, glissant toutefois qu’il était aussi important pour les jeunes manifestants de «finir leur scolarité». Dans une procédure historique intentée par une ONG, la justice néerlandaise a ordonné en appel en octobre à l’Etat de réduire ses émissions de gaz à effet de serre d’au moins 25% d’ici 2020.

Par Le Figaro.fr avec AFP

Côte d’Ivoire : de La Haye, Charles Blé Goudé rêve de construire un « grand parti »

août 18, 2019
Charles Blé Goudé. © Vincent Fournier/J.A.

 

Le Cojep, le parti de l’ancien leader ivoirien récemment acquitté de crimes contre l’humanité, a tenu son premier congrès samedi. Charles Blé Goudé intervenait par vidéo conférence des Pays-Bas.

« Nous allons construire un grand parti! », a lancé samedi Charles Blé Goudé, l’ancien chef des Jeunes Patriotes de Côte d’Ivoire, récemment acquitté de crimes contre l’humanité par la CPI, à l’ouverture à Abidjan du premier congrès du Cojep, son mouvement devenu un parti.

« Je suis Charles Blé Goudé, je vous parle depuis La Haye », a déclaré l’ex-leader intervenant par vidéo conférence devant près de 2.000 personnes rassemblées à Yopougon, un quartier populaire d’Abidjan.

« Je vous fais une promesse, ensemble vous et moi nous allons construire un grand parti politique dont le bastion sera la Côte d’Ivoire » a-t-il martelé.

Venus de tous le pays, les militants du Cojep ont déployé lors d’une cérémonie festive des banderoles sur lesquelles étaient inscrits des slogans: « Avec Charles Blé Goudé nous sommes engagés pour la reconquête des libertés » ou « on a vaincu le 32 », le numéro de la cellule où il a passé cinq ans à La Haye avant son acquittement en première instance par la Cour pénale internationale.

Horizon 2020 ?

« Le congrès qui est aussi une fête pour magnifier la vérité va délivrer un message fort de réconciliation et dire que l’acquittement de Charles Blé Goudé n’est pas une victoire sur un camp, mais la manifestation de la vérité car la Côte d’Ivoire en avait besoin », a affirmé de son côté Jean-Claude Gnahoua, responsable du Cojep en Europe, qui participait à la réunion.

Le congrès qui doit s’achever dimanche pourrait désigner Charles Blé Goudé comme président du Cojep et lui donner mandat de participer aux futurs scrutins, y compris à la présidentielle.

L’ancien chef controversé des Jeunes Patriotes de Côte d’Ivoire se voit un destin présidentiel dans son pays, mais avait annoncé ne pas vouloir être candidat en 2020. « Un jour, j’aimerais diriger mon pays. Mais j’ai tout mon temps. Je sais que la Côte d’Ivoire m’attend », avait déclaré à Jeune Afrique ce fidèle de l’ex-président ivoirien Laurent Gbgabo – également acquitté par la CPI.

Par Jeune Afrique avec AFP

Hommage à Zagreb au criminel de guerre qui s’était suicidé à La Haye

décembre 11, 2017

Un portrait du général croate Slobodan Praljak, lors d’une cérémonie en sa mémoire à Zagreb, le 11 décembre 2017 / © AFP / STR

Plus de 2.000 personnes ont assisté lundi à Zagreb à une cérémonie à la mémoire du criminel de guerre croate de Bosnie Slobodan Praljak, qui s’était suicidé fin novembre en pleine audience du Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY) à La Haye.

Le 29 novembre, alors le TPIY venait de confirmer sa condamnation à 20 ans de prison, Slobodan Praljak avait avalé le contenu d’une fiole de poison devant ses juges stupéfaits, qui venaient de confirmer sa condamnation pour des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité commis pendant la guerre en Bosnie (1992-1995).

Il était mort quelques heures plus tard à l’hôpital d’une insuffisance cardiaque, à l’âge de 72 ans. Les premiers résultats de l’enquête ont établi qu’il avait avalé du cyanure de potassium.

Slobodan Praljak a été incinéré la semaine dernière au crématorium de Mirogoj à Zagreb lors d’une cérémonie privée en présence de sa famille et de quelques amis.

Depuis sa mort, les Croates lui ont rendu de nombreux hommages, notamment à travers des dépôts de gerbes de fleurs et de bougies sur les places de plusieurs villes de Croatie et de Bosnie.

La cérémonie de lundi, organisée par l’association des généraux croates dans la prestigieuse salle de concert Vatroslav Lisinski, a duré environ une heure. Les lignes de transports public en direction de la salle étaient gratuites pour ceux qui souhaitaient y assister.

Pendant la cérémonie, qui s’est terminée par l’hymne national croate, des anciens collaborateurs et amis de Slobodan Praljak ont pris la parole.

« Personne ne peut être comparé au grand homme qu’était Slobodan », a déclaré Miroslav Tudjman, fils du défunt Franjo Tudjman, premier président de la Croatie indépendante. Il a qualifié le verdict du TPIY de « dégradation de la justice internationale ». « C’est une parodie, un théâtre de l’absurde ».

Slobodan Praljak était « un héros » qui a « sacrifié sa vie pour la Croatie », a témoigné Vjekoslav Balen, un retraité de 74 ans venu à la cérémonie.

Le ministre croate en charge des vétérans de guerre et de hauts responsable du HDZ, le parti de droite au pouvoir, étaient aussi présents dans la salle pleine à craquer. Avant la cérémonie, les visiteurs avaient été invités à signer un livre de condoléances.

Des centaines de personnes qui n’avaient pu entrer dans la salle suivaient la cérémonie sur des écrans géants installés dans les couloirs et l’entrée.

Plus tard dans la journée, une messe à sa mémoire devait être célébrée dans une église de Zagreb.

Ingénieur de formation, Slobodan Praljak avait également décroché des diplômes en art dramatique et en philosophie avant de devenir un haut responsable militaire des Croates de Bosnie.

Malgré la confirmation de sa peine de 20 ans de prison pour participation à « une entreprise criminelle commune » d’épuration ethnique aux dépens des Bosniaques en 1993 et 1994, Slobodan Praljak a été salué en héros par de nombreux Croates, en Bosnie comme en Croatie.

Romandie.com avec(©AFP / 11 décembre 2017 16h30)                

Quand Blé Goudé rend hommage à son « co-équipier » de la prison de la CPI

décembre 5, 2017

 

Charles Blé Goudé, à la Cour pénale internationale, le 27 mars 2014. © Michael Kooren/AP/SIPA

Dans une lettre ouverte publiée suite au suicide en pleine audience de Slobodan Praljak, l’ancien ministre de la jeunesse de Laurent Gbagbo évoque les parties de football entre détenus du pénitencier de Scheveningen.

Alors que les audiences de son procès pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité ont repris depuis le 27 novembre dernier, ce sont quelques lignes sur les réseaux sociaux qui ont fait parler de Charles Blé Goudé. Au lendemain du suicide de l’ancien général croate Slobodan Praljak, lors de son jugement mercredi 29 novembre, l’ancien jeune patriote ivoirien a rendu hommage à son co-accusé.

Contacté par Jeune Afrique, l’entourage de l’ancien ministre de la jeunesse confirme l’authenticité de ce courrier. « Il voulait rendre hommage à un ami. Il s’entendait très bien avec Slobodan Praljak, qui lui disait toujours qu’il fallait tenir bon, il lui disait que la vérité finirait par triompher », raconte Youssouf Diaby, le porte-parole de Charles Blé Goudé.

Slobodan Praljak, au moment où il ingère le poison avec lequel il s’est suicidé, en pleine audience de la CPI, le 29 novembre 2017. © AP/SIPA

A 73 ans, tu débordais encore d’énergie. (…) Adieu mon coéquipier

Matchs de mini-foot

Dans cet lettre ouverte, rien de politique cependant, mais des accents sportifs. « A 73 ans, tu débordais encore d’énergie et tu n’as jamais manqué un seul de nos matchs de mini-foot. Même lorsque j’arrivais en retard, tu prenais toujours soin de réserver ma place. (…) Adieu mon coéquipier », écrit ainsi Blé Goudé.

Alors qu’il venait d’entendre la confirmation de sa condamnation à vingt ans de prison pour des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité commis pendant la guerre en Bosnie (1992-1995), Slobodan Praljak s’est soudainement donné la mort en ingérant une fiole dont des analyses ont depuis révélé qu’elle contenait du cyanure.

L’avant-veille du suicide, les deux hommes s’étaient vus pour la dernière fois lors d’une partie de football dans la cour de leur prison. « Tu m’as dit : « Au revoir, merci pour tout Charles, merci mon fils. » Je ne savais pas que c’était un adieu », poursuit ainsi Blé Goudé dans sa missive.

« Praljak ne lui avait jamais dit au revoir à part cette fois-ci, mais ça ne l’a pas vraiment alerté. Charles Blé Goudé n’était pas au courant de ses intentions », explique Youssouf Diaby.

« Laurent Gbagbo fait le coach »

Ces rencontres footballistiques entre détenus du pénitencier de Scheveningen sont très régulières, expliquent les proches de l’ancien ministre de Laurent Gbagbo. Pendant les périodes où les audiences devant la Cour pénale internationale sont interrompues, elles sont mêmes quotidiennes. « Tout le monde y participe, même Laurent Gbagbo, il regarde, commente, fait le coach », poursuit Youssouf Diaby.

Charles Blé Goudé a rejoint l’ancien président ivoirien dans la prison de la CPI en 2014. Un centre pénitentiaire unique au monde où se côtoient chef d’États déchus, anciens ministres ou miliciens, tous poursuivis pour les crimes les plus graves.

On dit que personne n’a jamais tenté de s’en évader. En revanche, l’ancien commandant de l’armée de résistance du Seigneur, Dominic Ongwen avait tenté de se suicider en 2016. Il avait alors ingéré des produits ménagé mais avait été rapidement soigné.

Jeuneafrique.com par

TPIY: le Croate de Bosnie Praljak est mort

novembre 29, 2017

Captures d’images de la vidéo du TPIY sur laquelle on voit l’ex-chef militaire des Croates de Bosnie Slobodan Praljak avaler du poison, au moment du verdict, le 29 novembre 2017 à La Haye / © International Criminal Tribunal for the former Yugoslavia/AFP / –

L’ex-haut responsable des forces croates de Bosnie « est mort dans un hôpital de La Haye après avoir bu du poison » dans la salle d’audience du tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY) à La Haye, a annoncé l’agence officielle croate Hina.

Agé de 72 ans, Slobodan Praljak a entendu le tribunal confirmer sa condamnation à 20 ans de prison, avant de dire « Je rejette votre verdict », de sortir une fiole, d’en avaler le contenu avant que son avocat n’indique qu’il s’agissait de poison. Le décès a été annoncé par plusieurs médias croates, dont la chaîne privée N1 et les principaux quotidiens Jutarnji List et Vecernji List avant d’être confirmé par Hina, qui cite une source proche de l’accusé.

Romandie.com avec(©AFP / 29 novembre 2017 15h10)                

RDC: l’opposant Jean-Pierre Bemba sort de son silence et appelle la fin de l’ère Kabila

octobre 31, 2017

L’ancien vice-président congolais, Jean-Pierre Bemba, devant la Cour pénale internationale à La Haye, le 21 juin 2016. © Michael Kooren/AP/SIPA

Depuis La Haye où il purge une peine de prison pour crimes contre l’humanité, l’ancien vice-président congolais s’est exprimé par voie de communiqué lundi 30 octobre pour appeler à la mobilisation des forces politiques afin de préparer l’alternance politique en RDC.

Jean-Pierre Bemba a beau être incarcéré en Europe, il n’en reste pas moins un observateur de la vie politique congolaise. Depuis La Haye, aux Pays-Bas, où il purge une peine de 18 ans de prison pour crimes contre l’humanité, crimes de guerre et subornation de témoins, il est sorti de son silence pour s’exprimer sur la situation de son pays. Dans un communiqué publié le 30 octobre, l’ancien vice-président congolais appelle à une « grande coalition des forces sociales et des responsables politiques » afin de revendiquer « l’alternance démocratique » en République démocratique du Congo (RDC).

Les accords de Sun City et Lusaka, qui ont mis un terme à la deuxième guerre du Congo, « ont été les lieux marquants où les Congolais ont acté que plus jamais en RDC il ne devait y être toléré une dictature, plus jamais il ne devait s’y exercer un pouvoir illégitime», écrit-il.

Sa prise de position intervient alors que la crise politique qui secoue la RDC depuis plus d’un an semble s’éterniser. Le second et dernier mandat du président Joseph Kabila, au pouvoir depuis 2001, a pris fin le 20 décembre 2016 et la Constitution ne lui permet pas de se représenter.

Selon les termes de l’accord dit de la Saint-Sylvestre conclu entre le pouvoir et l’opposition le 31 décembre 2016 sous l’égide de l’Église catholique, des élections présidentielle, législatives et locales sont prévues au plus tard fin 2017. Cet accord devait permettre d’éviter de nouvelles violences après le maintien au pouvoir du chef de l’État.

« Manœuvres »

Sauf qu’entretemps, la Commission électorale (Ceni) a expliqué le 10 octobre dernier avoir besoin de 504 jours supplémentaires pour achever l’enrôlement des électeurs dans le Kasaï. Ce qui repousse de fait les élections au premier trimestre 2019. Une annonce qui a suscité l’ire de l’opposition congolaise.

« Force est de constater que le pouvoir en place s’est organisé pour que les élections n’aient pas lieu, écrit Jean-Pierre Bemba. La Ceni, à qui nous avons délégué l’organisation matérielle du scrutin, semble faire obstacle par des manœuvres à ce processus au profit d’un groupe de personnes plongeant notre pays dans l’incertitude totale ».

La coalition des forces politiques qu’il appelle de ses voeux pour remédier à cette situation « ne devra pas servir d’ambitions personnelles et de calculs politiciens mais devrait plutôt être une mobilisation nationale pour défendre la Constitution de la république est les acquis démocratiques», poursuit Jean-Pierre Bemba.

Reconnu coupable de crimes contre l’humanité et de crimes de guerre en tant qu’autorité hiérarchique, Jean-Pierre Bemba a déjà été condamné à 18 ans de prison le 21 juin 2016 pour la vague de meurtres et de viols commis par le Mouvement de libération du Congo (MLC), alors groupe armé, en Centrafrique entre octobre 2002 et mars 2003. En mars dernier, il a par ailleurs été condamné à un an de prison et 300 000 euros d’amendes pour subornation de témoins.

Jeuneafrique.com

Guinée équatoriale : la CIJ reconnaît le caractère diplomatique de l’immeuble parisien attribué à Teodorìn Obiang

décembre 7, 2016

Le fils du président équato-guinéen Teodoro Nguema Obiang Mangue devant l’Assemblée générale de l’ONU, le 30 septembre 2015. © Frank Franklin II/AP/SIPA

La Cour internationale de justice, réunie à La Haye ce mercredi 7 décembre, ne tranche pas sur l’immunité de Teodoro Nguema Obiang Mangue, vice-président de Guinée équatoriale, mais reconnaît le caractère diplomatique de l’immeuble situé 42, avenue Foch à Paris.

C’est une décision mi-figue mi-raisin qu’a rendue le 7 décembre la Cour internationale de justice (CIJ), à La Haye. Saisie le 13 juin dernier par la Guinée équatoriale, cette dernière lui demandait de prononcer des mesures conservatoires contre la France dans le cadre de l’affaire dite des Biens mal acquis (BMA), aux motifs que, premièrement, Teodoro Nguema Obiang Mangue (visé par l’enquête parisienne) bénéficiait d’une immunité diplomatique en tant que 2e vice-président de son pays, et que, deuxièmement, l’immeuble dans lequel furent saisis les biens constituait une représentation diplomatique de Malabo.

La CIJ déclare d’une part ne pas être compétente pour déterminer si oui ou non le fils du président équato-guinéen était protégé par son immunité diplomatique au moment où la France a procédé à ladite saisie (meubles, habits, voitures…) dans l’immeuble situé 42, avenue Foch, à Paris. Dans ce cadre, elle dit ne pouvoir « indiquer de mesures conservatoires ».

Perquisitions interdites

En revanche, la CIJ reconnaît le caractère diplomatique de l’immeuble (la France, elle, soupçonne Teodorìn de l’avoir acquis à titre personnel) : « La France doit, dans l’attente d’une décision finale en l’affaire, prendre toutes les mesures dont elle dispose pour que les locaux présentés comme abritant la mission diplomatique de la Guinée équatoriale au 42 avenue Foch à Paris jouissent d’un traitement équivalent à celui requis par l’article 22 de la convention de Vienne sur les relations diplomatiques, de manière à assurer leur inviolabilité », a-t-elle confirmé dans un communiqué. En d’autres termes : la France ne peut plus procéder à d’autres perquisitions dans cet immeuble.

Jeuneafrique.com par Michael Pauron