Posts Tagged ‘la loi’

Le couloir de la Méditerranée

octobre 11, 2014

La bouilloire du couloir de la Méditerranée

Dégage des vapeurs immenses et immergées

En épais nuages loin du rivage toussotant

De costauds cumulonimbus au vent

Qui gagnent l’atmosphère librement

Promenant leurs charges d’eau

Au-dessus de la calotte des maisons,

Des arbres et de nos cours à foison

Elles tombent en peau de crapaud

D’une intensité effrénée

Le jour comme de nuit

Sous l’œil impuissant et diminué

De l’homme qui partout fuit

Quand la furie gagne les rues

Les trottoirs, boulevards et avenues

Criant le trouble de l’inondation

A la peur habitée chez les voisins

Et les cousins mangeant des raisins

Leur accordant l’hospitalité et l’attention

Pour passer un temps de consolation

La chute intermittente de grosses larmes

Donne des idées à prendre des rames

Quand le ciel gonfle les ruisseaux de la ville

Qui sortent de leur lit emportant les béquilles

Et chaussures avec toutes nos casseroles

Loin de nos habitations qui subissent la loi du climat

Phénomène étrange qui sonne pourtant le glas

Gonflé à bloc puis croquant sur son passage

Nos voitures roulées qui se chevauchent

Avec leurs roues, égarées et jetées à la nage

Comme des ordures métalliques dans la Manche

Dans leur état neuf criant leur douleur à l’assurance

De les prendre en charge de cette charge d’insolence

Temporelle et naturelle venue du ciel criant la prudence

Chacun prend la mesure outrancière de la fatalité

Aux plus malchanceux celle de la mortalité

Martelant les recherches dans l’espoir de sauver des vies

Les disparus leurs corps sont dans les recoins, égarés

Attendant qu’ils soient retrouvés et repêchés

La désolation a fait son lit sous le lit des tout-petits

Atteignant le comble dans le mobilier et les effets personnels

Imprégnés et imbibés d’eau

Perdus et irrécupérables à vau-l’eau

Où le cri des lamentations nous ronge peu à peu la peau.

 

Bernard NKOUNKOU

Suisse: Des amis des chiens protestent à Lausanne contre la nouvelle loi

octobre 1, 2013

Environ 500 personnes se sont rassemblées mardi à Lausanne pour protester contre le durcissement de la loi vaudoise sur la police des chiens. Nombre de manifestants étaient accompagnés de leurs compagnons à quatre pattes.

Quelque 400 amis des bêtes, propriétaires de chiens, vétérinaires et membres de sociétés cynologiques se sont réunis vers 14h00 devant les escaliers du Grand Conseil. En fin d’après-midi, à la sortie des députés, ils sont revenus légèrement plus nombreux, a constaté l’ats.

« Non à la muselière », « chien = ami, non ennemi », « non à la discrimination canine »: venus de Morges, Jody, Tattoo et Tessa, trois colleys, portent des pancartes explicites sur leur dos.

Leur maîtresse proteste contre la nouvelle loi sur la police des chiens qui est actuellement en préparation au Grand Conseil. Ce document prévoit un durcissement de la loi de 2008 qui instaurait une liste des races potentiellement dangereuses (Amstaff, Pitbull et Rottweiler) et les soumettait à des autorisations strictes.

La nouvelle loi durcit le ton: elle prévoit que les chiens devront être tenus en laisse courte dans les lieux publics. Les animaux de grande taille (plus de 25 kilos ou plus de 55 cm au garrot) devront porter une muselière dans la foule. Et le Conseil d’Etat pourra élargir à d’autres races la liste des chiens potentiellement dangereux.

Loi absurde

« Cette loi est absurde », estime Sacha Kern, président de la section Chailly-Lausanne de la Fédération cynologique suisse. Imposer la muselière à un chien parce qu’il est de grande taille n’a aucun sens. « Il peut y avoir de petits chiens dangereux », dit-il. Vaud devrait s’inspirer de Neuchâtel, qui prépare un texte qui « s’intéresse aux chiens qui ont posé un problème ».

La muselière rend le canidé plutôt agressif et de nombreux chiens d’assistance ne pourront plus faire correctement leur travail, font valoir les défenseurs des canidés. Seuls les chiens policiers ne seront pas soumis à la loi.

Romandie.com