Posts Tagged ‘la nouvelle star’

L’ouragan Katrina Darling, reine de la nudité

août 30, 2012

Le ban de publicité du mariage entre Katrina Darling et le magazine Playboy rentre dans sa phase d’exécution, de célébration sur fond de publication à la rentrée de septembre.

Évènement annoncé et très attendu, l’attente est à la surprise de l’inédit édité, celle de l’autre face de la nudité de la nouvelle star qui va à la conquête de son étoile.

Katrina Darling

Katrina Darling

Jeune à la beauté pétillante et piquante, Katrina Darling est une vraie darling girl, qui bénéficie des faveurs et des saveurs d’une certaine presse britannique qui la pousse à défrayer la chronique aux harmoniques médiatiques et d’occuper déjà avec ses soubrettes la manchette des journaux et des sites web.

A 22 ans, elle a réussi à s’imposer grâce à sa juvénilité et à sa vénusté. A cet âge, elle a tout le temps de bien se faire manager et de performer.

Son cocktail de beauté fleurie au goût de la provocation offre sur le plateau du monde people des mets à la succulence paradisiaque.

Charmante sirène à la beauté irrésistible, à l’élégance cousue de nombreuses facettes assaisonnant vices et vertus qui se frayent un chemin personnel et recherché.

                     La cousine de Kate Middleton nue dans Playboy                                   

Lumignon d’espoir ? Météore ? Soleil ? Katrina Darling a la chance de briller ou de s’éteindre si elle se comporte bien. C’est à elle de jouer et de partir dans la bonne voie.

Femme coquette et avenante mais aussi appétissante et ravissante, Katrina Darling, au regard de croqueuse d’hommes, est une lionne à la puissance dominante qui laisse tomber entre le creux de ses belles épaules une gracieuse chevelure – sorte de crinière ambiante et triomphante !

http://youtu.be/WUEOzLa0zEI

Entre émotion et admiration, interrogation et attention, des questions fusent sur une telle attitude féminine. Unique en son genre, la cousine de Kate Middleton, a bouleversé la conscience des royautés petites et grandes allant de l’Angleterre en passant par l’Espagne, la Belgique, Monaco, les Émirats jusqu’en Scandinavie etc.

Son style de nudité a fait chorus et suivi maintenant par beaucoup de people comme le prince Harry à Las Vegas, Daphné Bürki dans sa prochaine émission du Grand Journal,  Leonardi Di Caprio dans son prochain film The Wolf of Wall Street de Martin de Scorsese et pourtant elle n’était pas la première dans cette exhibition. C’est plutôt son côté magique qui a créé la différence. Celle aussi de la découvrir car elle était inconnue du grand public.

Bernard NKOUNKOU

Ce que le salaire d’Ibrahimovic pourrait rapporter à l’État

juillet 19, 2012
Le président du PSG Nasser Al-Kelaifi (à gauche), Zlatan Ibrahimovic (au centre) et le directeur sportif, Leonardo
Le président du PSG Nasser Al-Kelaifi (à gauche), Zlatan Ibrahimovic (au centre) et le directeur sportif, Leonardo

Si le salaire de 14 millions par an de la nouvelle star du PSG choque la classe politique, il pourrait également rapporter entre 32 et 56 millions au pays, selon que la taxe Hollande entre en vigueur ou pas.

Quand une star de football débarque dans le championnat français, on entend souvent la même rengaine: «ces joueurs sont trop payés!», «leur salaire est indécent!». L’arrivée de Zlatan Ibrahimovic au PSG, à l’instar du transfert capoté de David Beckham de janvier dernier, n’y a pas fait exception. Les socialistes se sont dits choqués par son salaire. «On respecte les lois françaises, a répondu le président du club parisien Nasser Al-Kelaifi. On le fait aujourd’hui et on le fera demain. La signature d’Ibrahimovic est très positive pour le PSG, mais aussi pour le football français».

Elle le sera également pour l’État. Car qui dit gros salaire, dit impôts et charges sociales très élevées. Si l’on se base sur un salaire net annuel de 14 millions d’euros (primes comprises), l’arrivée d’Ibrahimovic rapporterait 56 millions d’euros à l’Etat: 40 millions en impôts et 16 millions en charges sociales. Un résultat obtenu à la condition que la taxe à 75% que souhaite mettre en place François Hollande, soit définitivement appliquée. Outre les 20 millions de transferts (hors bonus), il en coûterait 70 millions d’euros au club parisien.

La prime d’impatriation pour alléger la facture du PSG

A l’inverse, si la «taxe à 75%» n’entrait pas en vigueur, ce salaire record pour la Ligue 1 coûterait 32,5 millions au PSG et rapporterait environ 19 millions à l’Etat dont 11,4 millions en impôts et 7,5 millions en cotisations sociales. «La particularité de ce contrat est que le salarié (Ibrahimovic) a exigé un salaire «net-net» (net d’impôts et nets de charges), souligne Marylène Bonny-Grandil, avocat fiscaliste chez Altexis. Du coup, il a dû exiger qu’en cas de changement de fiscalité, c’est l’employeur (le PSG) qui prendra en charge l’impôt dû, considéré lui-même comme un avantage fiscal taxable».

Mais afin d’alléger la facture fiscale, le PSG pourrait s’appuyer sur l’article 155B du Code général des impôts. Ce dernier permet aux salariés étrangers recrutés par une entreprise française et n’ayant pas été domiciliés en France pendant plus de cinq ans de bénéficier d’une exonération sur le revenu d’au moins 30% et jusqu’à 50%. Ce qui le ferait passer la base imposable d’Ibrahimovic à un maximum de 7 millions d’euros environ. Par ailleurs, le joueur serait exonéré d’impôt sur la fortune pendant également cinq ans mais serait quand même imposé sur tous ses biens acquis en France (immobilier, actions…)

Lefigaro.fr par Guillaume Errard