Posts Tagged ‘la Pologne’

Walesa voudrait que la Pologne dispose d’armes nucléaires, face à la Russie

septembre 24, 2014

Varsovie – L’ancien président polonais Lech Walesa a souhaité que son pays emprunte des armes atomiques pour répondre à la menace que représente selon lui la Russie de Vladimir Poutine, dans une interview publiée mercredi.

La Pologne doit se montrer ferme face à la Russie. Poutine cherche à nous faire peur avec son arme nucléaire, alors pourquoi nous n’aurions pas un tel arsenal’, demande le chef historique du syndicat Solidarité dans les colonnes du quotidien Rzeczpospolita.

Nous devrions emprunter, prendre en location, des armes nucléaires et montrer à Poutine que si un soldat russe pose un seul pied sur notre sol, nous frapperons. Que ce soit clair, assène Lech Walesa, 70 ans.

(A l’heure actuelle, il n’existe pas de possibilité d’emprunter ou de louer des armes nucléaires. Cependant, certains pays, tels la Belgique, l’Allemagne, les Pays-Bas, l’Italie et la Turquie, accueillent sur leur territoire des armes nucléaires partagées dans le cadre de l’Otan.)

La Pologne devrait dire tout haut: +Monsieur Poutine, nous ne vous laisserons pas faire un pas en avant. Si vous le tentez, vous périrez et nous périrons aussi+, ajoute encore Lech Walesa.

C’est sous sa présidence, le 17 septembre 1993, que les derniers soldats soviétiques du Pacte de Varsovie avaient quitté la Pologne. Celle-ci a rejoint l’Otan le 12 mars 1999, en même temps que la Hongrie et la République tchèque.

Mercredi, un important exercice militaire a démarré en Pologne, réunissant 12.500 soldats dont 750 de huit autres pays de l’Otan.

Cet exercice prend une signification particulière compte tenu des événements en Ukraine, a déclaré le ministre polonais de la Défense Tomasz Siemoniak lors d’une cérémonie marquant le début de ces manœuvres.

Organisé tous les deux ans depuis 2006 par l’armée polonaise sous le nom de code Anaconda, cet exercice était initialement prévu pour les seuls états-majors. Compte tenu du conflit armé en Ukraine, le ministre a décidé cette année de l’élargir aux troupes sur le terrain.

Nous voulons nous entraîner à des opérations de défense, dans le cadre de l’article 5 de l’Otan qui parle de la défense collective, a déclaré M. Siemoniak à la presse.

Il s’agit du premier exercice de cette importance depuis le début du conflit en Ukraine, a-t-il souligné.

Outre les Polonais, il réunit les soldats d’Estonie, de Lituanie, des Pays-Bas, de la République tchèque, de la Hongrie, du Canada, des États-Unis et du Royaume-Uni, qui s’entraineront dans le nord de la Pologne jusqu’au 3 octobre. Il a pour objectif principal les préparatifs à l’accueil, en cas de besoin, des forces de réaction rapide de l’Otan.

Nous voulons tirer de cet exercice des conclusions pour l’avenir non seulement lointain, mais également plus proche, a déclaré à la presse le général de brigade danois Torben Möller du commandement de l’Otan de Brunssum aux Pays-Bas. Les leçons de ces manœuvres seront utiles lors d’un exercice des états-majors de l’Otan qui se déroulera dans quinze jours à Bydgoszcz dans le nord de la Pologne, a-t-il dit.

Il est important pour l’Otan de montrer que nous nous tenons ensemble, a ajouté l’officier.

Romandie.com avec(©AFP / 24 septembre 2014 12h33)

La Russie hausse le ton face à la « menace » de l’OTAN

septembre 2, 2014

La Russie a prévenu qu’elle réagirait à la « menace » que constitue le renforcement annoncé de la présence de l’OTAN près de ses frontières. Moscou accuse les Occidentaux de jouer l’escalade dans la crise ukrainienne, alors que l’UE est prête à introduire cette semaine encore de nouvelles sanctions.

« Je n’ai aucun doute sur le fait que le rapprochement de l’infrastructure militaire des pays membres de l’OTAN des frontières de notre pays, y compris par l’élargissement du bloc, aura sa place parmi les menaces militaires extérieures », a assuré le secrétaire adjoint du Conseil de sécurité russe Mikhaïl Popov. Il n’a pas précisé quels seraient les contours de la nouvelle doctrine russe.

Ces propos font écho aux projets de l’Alliance atlantique d’adopter lors de son sommet de jeudi et vendredi au Pays de Galles un plan de réactivité, en réponse à l’attitude de la Russie dans la crise ukrainienne, perçue comme une menace directe par certains pays membres (États baltes, Pologne, Roumanie, Bulgarie).

« Tous les faits témoignent de la volonté des autorités des États-Unis et de l’OTAN de poursuivre leur politique de détérioration des relations avec la Russie », a dénoncé M. Popov. Selon le « New York Times », l’Alliance atlantique veut mettre sur pied une force de 4000 hommes capable de répondre en 48 heures, avec le soutien de certains anciens pays du bloc soviétique comme la Pologne, aux mouvements de troupes russes.

Personnes déplacées en nette hausse

 

Faute de changement de position de Moscou, l’UE a, elle, menacé d’introduire dans la semaine de nouvelles sanctions contre l’économie russe, déjà au bord de la récession. Les pays membres de l’UE prendront une décision sur un nouveau train de sanctions contre Moscou d’ici vendredi, a dit la cheffe de la diplomatie italienne Federica Mogherini. Quatre secteurs seront visés: la défense, les technologies à double usage civil et militaire et la finance.

Pour sa part, le Haut Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR) a indiqué que plus d’un demi-million de personnes ont été déplacées par les combats en Ukraine. Elles sont au moins 260’000 à avoir fui les combats dans l’est du pays en Ukraine et le même nombre en Russie.

 

Romandie.com

La France prête à envoyer quatre avions de combat à la Pologne et aux Baltes, si l’Otan le demande

mars 21, 2014

TALLINN – La France va proposer aux pays Baltes et à la Pologne d’envoyer quatre avions de combat (Rafale et Mirage 2000) pour renforcer, dans le cadre de l’Otan, la surveillance aérienne au-dessus de ces pays, a-t-on affirmé vendredi dans l’entourage du ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian.

Le ministre français de la Défense, qui a débuté vendredi par l’Estonie une tournée express dans les pays Baltes et en Pologne, va s’efforcer ainsi de rassurer Baltes et Polonais, voisins de la Russie, dans le cadre de la crise en Ukraine, a-t-on ajouté de même source, en soulignant que l’Otan assurait depuis 2004 la protection de l’espace des Baltes. C’est une mission de +police du ciel+, a-t-on expliqué.

Jusqu’en mai, ce sont les Etats-Unis qui assurent cette mission. Avec la crise ukrainienne, ils ont porté de quatre à dix le nombre d’avions qui y sont dévolus.

Ensuite, la Pologne, membre de l’Otan, prendra la relève.

C’est dans ce contexte que Paris propose son aide. C’est la réassurance de mise à disposition d’avions français, si l’Otan le décide et si les Polonais en ont besoin, a-t-on souligné dans l’entourage de M. Le Drian.

Paris propose également, toujours si la demande en est faite, d’assurer une patrouille Awacs, au départ de la France, environ deux fois par semaine, a-t-on ajouté.

Interrogé à l’issue du sommet européen de Bruxelles sur le fait de savoir si cette mise à disposition n’était pas le signe d’une escalade militaire, le président français François Hollande a répondu : sûrement pas de notre côté. Il s’agit simplement d’assurer à nos amis, à nos alliés l’expression de notre solidarité et de veiller à ce que des opérations de sécurités puissent être menées. Il n’y a pas d’autres message que celui-là, c’est une preuve de coopération et de solidarité, a-t-il dit.

L’OTAN a déjà décidé de faire patrouiller des Awacs pour rassurer la Pologne et la Roumanie.

L’Awacs resterait basé en France. Les avions de l’OTAN qui assurent la police du ciel balte sont stationnés sur la base de Siauliai en Lituanie. Cela fait aussi partie de la gesticulation: rassurer les voisins de la Russie et montrer aux Russes qu’on se prépare en cas de besoin, a-t-on commenté.

Après Tallinn, Jean-Yves Le Drian se rendra à Vilnius puis à Varsovie.

Romandie.com avec(©AFP / 21 mars 2014 15h58)

Le Vice-président des États-Unis en Pologne et en Lituanie la semaine prochaine

mars 14, 2014

WASHINGTON – Le vice-président des Etats-Unis Joe Biden va se rendre en début de semaine prochaine en Pologne et en Lituanie pour des consultations sur la situation en Ukraine avec Varsovie et les pays baltes, a annoncé vendredi la Maison Blanche.

Le vice-président voyagera en Pologne et en Lituanie la semaine prochaine, du (lundi) 17 au (mercredi) 19, pour des réunions avec des partenaires de la région afin de discuter des événements en Ukraine et d’autres dossiers régionaux, a précisé la Maison Blanche dans un communiqué.

Lors de cette tournée, que le numéro deux de l’exécutif américain entamera au lendemain du référendum de rattachement de la Crimée à la Russie prévu dimanche, M. Biden s’entretiendra avec les président et Premier ministre polonais, ainsi que les chefs d’Etat des trois pays baltes (Lituanie, Lettonie, Estonie) selon la même source.

A ces occasions, M. Biden aura des consultations sur des mesures pour soutenir la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Ukraine, a précisé l’exécutif américain, qui a dénoncé comme illégal selon le droit international et la Constitution ukrainienne le référendum de rattachement à la Russie organisé dans la péninsule de Crimée.

M. Biden profitera de sa tournée, selon Washington, pour insister sur nos accords de défense collectifs conformément au traité de l’Atlantique Nord et notre soutien durable à tous nos alliés et partenaires en Europe.

Tant la Pologne que les pays baltes, anciens membres du pacte de Varsovie devenus alliés de Washington au sein de l’Otan après la chute du Rideau de Fer, ont manifesté leur inquiétude vis-à-vis des mouvements de troupes russes en Crimée ces derniers jours.

La semaine dernière, le Pentagone avait annoncé un renforcement des entraînements aériens conjoints avec la Pologne et une augmentation de leur participation à la protection de l’espace aérien des pays baltes, qui comptent comme l’Ukraine des minorités russophones.

Dimanche, le ministère polonais de la Défense avait annoncé l’arrivée dans le pays de 12 avions de chasse F-16, envoyés par les Etats-Unis, en sus d’avions de transport et de 300 soldats.

Washington avait déjà envoyé auparavant quatre appareils F-15 pour renforcer la surveillance de l’espace aérien balte.

Romandie.com avec(©AFP / 15 mars 2014 00h36)