Posts Tagged ‘la riviera’

Abidjan: Cambriolage à la résidence de l’ancien ministre de Gbagbo Dano Djédjé

septembre 11, 2012

Le ministre Sébastien Dano Djédjé, 1er secrétaire général adjoint chargé de la réconciliation et de la cohésion sociale du FPI, a été victime d’un cambriolage à son domicile, hier mardi 11 septembre 2012.

«C’est vers 9h00 ce matin (hier matin ndlr) que deux individus armés de pistolets automatiques ont fait irruption chez moi, maîtrisé mes frères qui se trouvaient devant le portail avant d’entrer et de fracturer la porte d’entrée de la villa. Une fois à l’intérieur, ils m’ont contraint à les précéder dans ma chambre et à l’aide d’un gros sac ont chargé tout ce qui a de la valeur (…ordinateur portable, bijoux de mon épouse, téléphones portables…).

Au salon, ils ont continué de se servir avant d’emporter le tout dans mon véhicule. Le braquage a duré environ 45 m. Il n’y a pas eu de blessé», raconte l’ancien ministre. Alertée par la famille, la police de la Riviera a procédé au constat d’usage une heure plus tard. Bilan : un ordinateur portable, de l’argent liquide, tous les téléphones portables, tous les bijoux de famille, tous les objets en argent et en or emportés. Les agresseurs armés ont abandonné le véhicule du Professeur Dano Djédjé à 500 m de son domicile.

Depuis sa libération de l’Hôtel ‘’La Pergola’’, le ministre Dano Djédjé bénéficiait d’une garde rapprochée pourvue par l’Etat et constituée par 3 policiers. Cette protection lui a été retirée au lendemain de l’attaque du camp d’Akouédo par des inconnus.
L’Intelligent d’Abidjan par Le Snacom

Côte d’Ivoire: Bernard Zadi Zaourou est mort

mars 21, 2012

Voici ses dernières volontés

Dès l’annonce le mardi 20 mars 2012 du décès, à l’âge de 74 ans du Professeur Bernard Zadi Zaourou Bottey – jour de la commémoration internationale de la Francophonie – une équipe de reportage s’est rendue sur les ‘’traces’’ du maître de la littérature orale, de la stylistique et de la poésie.

Au GRTO (Groupe de recherche sur la tradition orale) à Cocody-Danga. Les locaux sont vides. L’ambiance morose renseigne sur la douleur qui étreint le monde de la littérature. Le Pr Coulibaly Adama, enseignant au département de Lettres modernes à l’Université de Cocody est consterné. Le disciple du maître est abasourdi par la nouvelle. «Il n’y a personne ici. Les collègues se sont rendus au domicile du maître à la Riviera 3», nous informe-t-il. Au domicile du défunt, à la Riviera 3, sis à la Cité Saint Pierre des Rosées, des lamentations mêlées de cris de toutes sortes se font entendre.

A l’intérieur du préau où sont disposés quelques sièges, des femmes assises à même le sol, pleurent à chaudes larmes. Des cris de sanglots fusent de partout. Des paroles prononcées en Bété provoquent l’émoi au sein de l’assistance qui fond en larmes. Dans cette ambiance de recueillement, des parents et amis échangent. «Le Professeur Zadi Zaourou est décédé en fin de matinée d’un arrêt cardiaque.

Depuis quelques semaines, il se plaignit de violents maux de tête. Le samedi 17 mars dernier, il a fait un AVC (accident cardiovasculaire) et il a été conduit au CHU de Treichville. Puis, il a été conduit à la Pisam (Polyclinique Sainte Anne Marie) où il a subi une intervention chirurgicale à la tête puisque le sang avait irrigué son cerveau», annonce un proche de la famille qui a requis l’anonymat, parce que, dans la tradition, il faut attendre d’être désigné porte-parole de la famille pour informer les ‘’étrangers’’, selon la tradition. Les dernières volontés du Professeur Zadi Zaourou, a-t-il révélé, étaient celles-ci : «Beaucoup d’humilité, beaucoup de générosité et l’ardeur au travail». Ce proche dit avoir retenu du défunt «l’humilité et le don de soi».  «Le Pr Zadi Zaourou a formé trente-trois (33) générations de cadres et d’étudiants ivoiriens. Même dans la maladie, il continuait d’encadrer des doctorants et des étudiants», révèle la même source. Le programme des obsèques, précise-t-il, sera connu à l’issue d’une rencontre entre les différents membres de la famille.

L’intelligent d’Abidjan par P.K