Posts Tagged ‘Laurent Gbagbo’

Côte d’Ivoire : sous les braises, la paix

juillet 4, 2021
Laurent Gbagbo, le 20 juin, à la Cathédrale Saint Paul d’Abidjan.

Le 17 juin, l’ex-président Gbagbo, acquitté par la justice internationale, est rentré dans son pays. L’événement, aussi historique soit-il, ne suffira pas à permettre la réconciliation nationale tant attendue. Les adversaires d’hier doivent faire leur aggiornamento.

En matière de trajectoires politiques nationales, le pire n’est jamais sûr et le meilleur rarement garanti. Ce n’est que bien après les événements – même censément historiques comme le retour d’un ex-président acquitté par la justice internationale – que l’on constate, avec le recul, si telle ou telle période remarquable fut un véritable point d’inflexion…

Enivrée ou traumatisée par le retour au pays natal du « Christ de Mama », la Côte d’Ivoire de 2021 inaugurera-t-elle « l’Éburnie d’après » ? Après le péché originel d’un balayeur balayé. Après le retour chaotique à l’autostrade démocratique. Après les 3 000 morts d’une crise post-électorale mal digérée. Après le jugement maladroit d’un clan et le bilan tronqué des responsabilités d’un autre. Après l’élection légale d’un président à un troisième mandat qui nie la légitimité de l’arithmétique. Après le sable imbibé d’hémoglobine de Grand-Bassam. Après la mise sur la touche de fils spirituels – Guillaume Soro et Blé Goudé. Après les décès surinterprétés de deux Premiers ministres en moins de neuf mois. Après le coronavirus…

Parler moins, écouter davantage

Vœu pieux ou condition sine qua non ? Comme de bien entendu, les adversaires d’hier appellent aujourd’hui à la « réconciliation nationale ». Si d’anciennes victimes des deux camps déclarent souffrir d’un manque de cette vérité que l’on dit indispensable au pardon – vérité notamment sur les commanditaires des violences –, les cravatés psalmodient leur absence de ressentiment et appellent de leurs vœux des amnisties pourtant peu originales.

La réconciliation n’est pas qu’une incantation et ne concerne pas que le tragique dérapage du fractionnement géographique des années 2000. C’est à tous les niveaux que les gestionnaires passagers de pouvoir doivent faire leur aggiornamento. Pas seulement les trois monopolisateurs de la politique qui sont tous âgés de plus de 75 ans. Pas seulement un bloc « pro-Ouattara » et un bloc « pro-Gbagbo ». Au fil du temps, l’opportunisme politicien ivoirien a tissé toutes les combinaisons possibles – RDR-FPI, FPI-PDCI/RDA ou RHDP – et rares sont les formations politiques qui ont échappé totalement à l’attraction militariste ou aux dissensions internes.

Les politiques devront moins parler et davantage écouter ce qu’il reste de plaies mal cicatrisées et de rancœurs citoyennes parfois compréhensibles. Et ceci en s’appuyant sur les relais sociaux traditionnels que ne peuvent impressionner le trompe-l’œil inabouti d’une trop ambitieuse Commission dialogue, vérité et réconciliation (CDVR) d’un Charles Konan Banny.

Que la richesse culturelle bigarrée des régions ivoiriennes, le talent satirique consensuel d’un Gbich !, « l’ambiance facile » conscientisée d’un Magic System ou le ressort économique manifeste du poumon économique d’Afrique de l’Ouest francophone président à l’esprit nouveau tant attendu. D’où il est, le « canonisé » Félix Houphouët-Boigny saura reconnaître les siens.

Avec Jeune Afrique par  Damien Glez

Dessinateur et éditorialiste franco-burkinabè.

Côte d’Ivoire : Laurent Gbagbo accueilli en Roi à Mama, son village natal

juin 28, 2021

Avec Ivoir TVNet

Côte d’Ivoire : Laurent Gbagbo demande le divorce avec Simone Ehivet Gbagbo

juin 22, 2021

Avec RFI

Côte d’Ivoire: Laurent Gbagbo à la Cathédrale Saint-Paul ce dimanche pour dire merci au Seigneur

juin 20, 2021

Avec Treize News

Côte d’Ivoire: Les premières images de l’arrivée de Laurent Gbagbo à Abidjan

juin 17, 2021

Avec Ivoire TV5

L’ex-président Gbagbo est rentré en Côte d’Ivoire, accueilli par ses partisans en liesse

juin 17, 2021
L'ex-president Gbagbo est rentre en Cote d'Ivoire, accueilli par ses partisans en liesse
L’ex-président Gbagbo est rentré en Côte d’Ivoire, accueilli par ses partisans en liesse© AFP/JOHN WESSELS

Acquitté de crimes contre l’humanité par la Cour pénale internationale (CPI), l’ex-président Laurent Gbagbo est rentré jeudi en Côte d’Ivoire après dix ans d’absence, accueilli à Abidjan par des milliers de jeunes partisans en liesse, malgré des incidents avec la police.

C’est son acquittement définitif le 31 mars qui a rendu possible ce retour, de même que le feu vert donné par son rival, le président Alassane Ouattara, au nom de la « réconciliation nationale ».

M. Gbagbo a d’abord été acclamé à sa descente d’avion par des centaines de personnes, celles qui avaient pu avoir accès à l’aéroport: ses proches, les responsables de son parti – le Front populaire ivoirien (FPI) – et le personnel de l’aéroport et de compagnies aériennes.

Monté directement dans une voiture sur le tarmac de l’aéroport, il a brûlé l’étape du pavillon présidentiel qui avait été mis à disposition par Alassane Ouattara, où l’attendaient des responsables du FPI.

Son cortège a ensuite pris la route menant à son ancien QG de campagne de la présidentielle de 2010, situé dans le Nord d’Abidjan, où il devait prendre la parole et où l’attendaient des centaine de partisans.

Tout au long du parcours, des milliers de jeunes pro-Gbagbo enthousiastes couraient, sautaient en criant « Gbagbo est là », « Gbagbo revient », « il est là pour libérer la Côte d’Ivoire » ou encore « on est là pour Gbagbo et on est fiers ».

Peu avant l’atterrissage vers 16H30 (GMT et locales), des journalistes de l’AFP avaient entendu des tirs et vu des fumées de gaz lacrymogènes, tout près de l’aéroport.

Tour au long de la journée, la police a dispersé avec du gaz lacrymogène tous ceux qui tentaient de se rassembler près de l’aéroport, situé dans le Sud de la capitale, dans le quartier de Port-Bouët où, selon des témoins, des échauffourées ont aussi opposé les forces de l’ordre à des partisans de M. Gbagbo. Des photos de personnes blessées circulaient sur les réseaux sociaux sans qu’il soit possible de confirmer leur authenticité.

Les manifestants repoussés ne cachaient pas leur colère de voir les accès à l’aéroport bloqués, sauf pour les voyageurs devant prendre un avion et les journalistes accrédités.

Les rassemblements le long du cortège n’ont pas été interdits par le gouvernement, mais le ministre de la Communication Amadou Coulibaly a affirmé à l’AFP avoir appris l’itinéraire « par la presse ».

Il a qualifié les tentatives des partisans de M. Gbagbo de rejoindre l’aéroport de « troubles à l’ordre public », car je « n’ai pas entendu d’appel à aller l’accueillir ». « Il n’y a pas d’abus dans le maintien de l’ordre », a-t-il affirmé.

« Réaction injustifiée »

« Nous sommes surpris par cette réaction injustifiée », a déclaré Justin Katinan Koné, porte-parole de Laurent Gbagbo, affirmant que des « arrestations ont eu lieu » et que des cars de partisans de l’ex-président venus de province ont été « bloqués à l’entrée d’Abidjan ».

L’ampleur de l’accueil de l’ex-président a été au coeur des récentes négociations entre le pouvoir et le FPI: le premier souhaitant qu’il soit sans « triomphalisme », le second qu’il soit populaire en permettant au plus grand nombre de ses partisans d’être présents dans les rues d’Abidjan. L’enjeu était la sécurité de M. Gbagbo lui-même mais aussi d’éviter tout débordement.

Laurent Gbagbo, 76 ans, vivait à Bruxelles depuis son acquittement par la CPI en janvier 2019, confirmé en appel le 31 mars 2021. Au pouvoir depuis 2000, il avait été arrêté en avril 2011 à Abidjan puis transféré à la CPI à La Haye.

Ses adversaires estiment toujours qu’il a précipité son pays dans le chaos en refusant sa défaite face à Alassane Ouattara à la présidentielle de 2010. Ce refus a provoqué une grave crise post-électorale, pendant laquelle quelque 3.000 personnes ont été tuées. C’est pour ces faits qu’il avait été transféré à la CPI.

Ses proches assurent qu’il rentre sans esprit de vengeance mais pour oeuvrer à la politique de « réconciliation nationale ».

La Côte d’Ivoire est encore meurtrie par deux décennies de violences politico-ethniques, les dernières remontant à la dernière présidentielle, en 2020 et ayant fait une centaine de morts.

Alassane Ouattara a alors été réélu pour un 3e mandat controversé lors d’un scrutin boycotté par l’opposition qui jugeait ce nouveau mandat anticonstitutionnel.

La Côte d’Ivoire « doit se retrouver », estime Assoa Adou, secrétaire général du FPI, car « elle est aujourd’hui en danger de déstabilisation par des jihadistes » après des attaques contre l’armée qui ont récemment tué quatre militaires dans le Nord, à la frontière avec le Burkina Faso.

Laurent Gbagbo reste sous le coup d’une condamnation en Côte d’Ivoire à 20 ans de prison pour le « braquage » de la Banque centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest (BCEAO) pendant la crise de 2010-2011, mais le gouvernement a laissé entendre qu’elle serait abandonnée.

Par Le Point avec AFP

Côte d’Ivoire: C’est le chaud au QG du FPI actuellement à Abidjan

juin 17, 2021

Avec Ivoire TV5

Côte d’Ivoire: Message de Madame Simone Ehivet Gbagbo relatif à l’arrivée du Président Laurent Gbagbo ce jeudi 17

juin 17, 2021

Avec IvoireTV5

Bruxelles: Laurent Gbagbo dans l’avion avec Nady Bamba pour Abidjan

juin 17, 2021

Par Ivoir netTV avec France24

Côte d’Ivoire/Affaire moto à l’effigie de GBAGBO: l’homme qui était à coté du pro-Gbagbo tabassé à Abobo, parle

juin 16, 2021

Avec Ivoir Net TV