Posts Tagged ‘le Parlement’

Libye: à peine installé le nouveau Premier ministre visé par une attaque

mai 27, 2014

Tripoli – A peine installé, le nouveau Premier ministre libyen, Ahmed Miitig, a été visé par une attaque, au moment où des voix s’élèvent dans le pays pour rejeter son gouvernement né dans l’anarchie.

Jeune homme d’affaires de 42 ans originaire de Misrata (ouest), Ahmed Miitig et son gouvernement ont été investis dimanche par le Parlement dans un climat de vives tensions alimentées par une lutte d’influence entre politiciens et milices armées.

Appuyé par les islamistes, M. Miitig, le cinquième et le plus jeune chef de gouvernement depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, est arrivé au pouvoir alors que le processus de transition est complètement grippé et le pays livré aux milices armées.

Il préside un cabinet de 18 ministres qui ont prêté serment lundi devant le président du Congrès général national libyen (CGN-parlement) Nouri Abou Sahmein.

Selon un responsable de son bureau, M. Miitig et sa famille sont sortis indemnes de l’attaque menée à l’aube par des hommes armés.

Il y a eu une attaque à la roquette et aux armes légères contre la maison du Premier ministre, a indiqué ce responsable sous le couvert de l’anonymat, ajoutant que deux assaillants ont été blessés dans l’attaque.

D’après des témoins, l’attaque a eu lieu vers 03H00 locales (01H00 GMT) dans un quartier résidentiel de l’ouest de Tripoli et selon un photographe de l’AFP aucun dégât n’était visible.

Le Parlement libyen, une instance contestée depuis plusieurs mois, a accordé dimanche sa confiance au cabinet d’Ahmed Miitig, qui conduira une courte phase de transition, des nouvelles élections ayant en effet été annoncées pour le 25 juin afin de mettre en place un Parlement chargé de remplacer le CGN et de former un nouveau cabinet.

Méconnu du grand public, M. Miitig succède à Abdallah Al-Theni, qui assurait l’intérim depuis le limogeage le 11 mars d’Ali Zeidan, un libéral, après un bras de fer de plusieurs mois avec les islamistes.

– ‘Parachever les institutions de l’Etat’ –

Dans une allocution reproduite par les médias, M. Miitig a tendu la main à ses détracteurs en les invitant à un dialogue national global pour parachever les institutions de l’Etat et s’est engagé à poursuivre le combat contre les terroristes et ceux qui menacent la sécurité du pays, en allusion aux groupes jihadistes implantés notamment dans l’est du pays.

Quelques heures après l’entrée en fonction du nouveau cabinet, les rebelles autonomistes qui bloquent depuis près d’un an des sites pétroliers dans l’Est libyen ont fait monter les enchères en affirmant qu’ils ne reconnaissaient pas un gouvernement illégal.

Nous refusons le gouvernement d’Ahmed Miitig, a déclaré Ibrahim Jodhrane, chef des rebelles autoproclamé président du bureau politique de la Cyrénaïque (région orientale), accusant les blocs islamistes au Congrès d’imposer illégalement le cabinet de M. Miitig.

Les ports de l’Est sont bloqués depuis juillet 2013 par des gardes des installations pétrolières, partisans de l’autonomie, empêchant toute exportation de brut et provoquant une chute de la production à 250.000 barils par jour, voire moins, contre près de 1,5 million b/j en temps normal.

En avril, les rebelles avaient suspendu leur mouvement dans deux petits ports, à l’issue d’un accord avec le gouvernement sortant, mais bloquent toujours les deux principaux terminaux du pays.

Ajoutant à la confusion, le gouvernement sortant a publié sur son site internet une lettre qui lui a été adressée par le vice-président du CGN, Ezzedine Al-Awami, un libéral, et dans laquelle il lui demande de continuer à assurer l’intérim, soulignant que l’élection de M. Miitig était illégale.

Signe de l’anarchie, aucune liste officielle du nouveau cabinet n’a encore été diffusée, tandis que le budget 2014 est toujours bloqué en raison des divisions profondes au Congrès.

Dans la foulée, un général dissident, Khalifa Haftar, a accentué la pression en lançant le 16 mai une campagne baptisée la Dignité contre les groupes extrémistes et en réclamant la dissolution du CGN.

Cette opération a reçu le soutien de plusieurs brigades et milices et l’adhésion d’une grande partie de la population.

Samedi, M. Haftar, que le CGN accuse de mener un coup d’Etat, a affirmé avoir reçu un mandat du peuple… pour purger le pays des terroristes et extrémistes.

Alors que l’Occident et l’ONU, inquiets du risque de chaos en Libye, ont appelé à une transition politique sans violences, les pays du Maghreb ont annoncé la tenue d’une réunion urgente le 1er juin à Tunis pour discuter de la situation dans ce pays.

Romandie.com avec(©AFP / 27 mai 2014 14h40)

Ukraine: le Parlement démet le ministre de la Défense après la perte de la Crimée

mars 25, 2014

KIEV – Le Parlement ukrainien a approuvé mardi la démission du ministre de la Défense Igor Tenioukh, critiqué pour sa gestion de l’humiliante perte de la Crimée, et nommé à sa place Mikhaïlo Koval.

D’abord rejeté faute du nombre de voix suffisant, le départ de M. Tenioukh a finalement été approuvé par 228 députés et la nomination de son remplaçant par 251 voix au cours d’une séance agitée.

Le général Koval, né en 1956, était posté en Crimée et avait été brièvement détenu début mars par les forces pro-russes qui ont pris le contrôle de la péninsule rattachée la semaine dernière à la Russie.

La gestion de la crise par Kiev, accusé d’impuissance et d’improvisation, s’attirait des critiques de plus en plus vives, y compris au sein du pouvoir de transition en place depuis la chute de Viktor Ianoukovitch.

M. Tenioukh avait lui-même proposé sa démission devant les députés.

Nous avons besoin que ceux qui travaillent et prennent les décisions soient des spécialistes, des gens capables de prendre les bonnes décisions et en répondre dans des conditions extrêmes, des conditions de danger, des conditions de confrontation militaire, a déclaré le président du Parlement et président du pays par intérim Olexandre Tourtchinov.

L’autorité de ce dernier dans ce dossier avait été mise en cause par l’ex-champion Vitali Klitschko, qui avait menacé de demander son départ faute de changement à la tête du ministère de la Défense.

Après la nomination de M. Koval, M. Tourtchinov a mis au vote sa propre démission, qui a été largement rejetée, seuls deux députés l’approuvant.

Les forces russes et pro-russes qui ont le contrôle de la Crimée depuis trois semaines ont pris possession ces derniers jours, le plus souvent sans combat, de la plupart des bases et navires ukrainiens sur la péninsule rattachée à la Russie depuis la semaine dernière.

M. Tourtchinov a annoncé lundi le retrait des troupes de Crimée et leur redéploiement dans le reste du pays.

Romandie.com avec(©AFP / 25 mars 2014 12h06)

Mme Laimdota Straujuma sera la première femme à diriger le gouvernement en Lettonie

janvier 22, 2014

RIGA – Mme Laimdota Straujuma, 62 ans, sera la première femme à diriger le gouvernement en Lettonie, après le feu vert donné mercredi par le Parlement à ce nouveau cabinet de centre droit.

L’investiture de son gouvernement a été approuvée par 64 députés, contre 27 et moins deux abstentions.

Mme Straujuma a promis au Parlement de poursuivre la politique économique d’austérité de son prédécesseur Valdis Dombrovskis pendant les neuf mois qui restent jusqu’aux élections législatives d’octobre.

Le gouvernement sera professionnel et plein d’enthousiasme. Nous sommes prêts à travailler dur et sérieusement, a-t-elle déclaré.

Les médias comparent volontiers Mme Straujuma à la chancelière allemande Angela Merkel, à cause d’une certaine ressemblance physique, d’un âge comparable et d’une même expérience de jeunesse derrière le Rideau de fer.

Mme Straujuma se dit profondément flattée par la comparaison avec l’une des femmes les plus puissantes au monde.

Connue pour son rire spontané et sa coiffure peu soignée, elle s’est laissée convaincre depuis sa nomination à se donner un nouveau look.

Cependant, elle aura besoin de toutes les compétences de négociation comparables à celles de Mme Merkel pour conduire son gouvernement dans les mois à venir.

Son principal atout est d’être compétente, très estimée par ceux qui ont travaillé avec elle auparavant, et qu’elle s’entend bien avec les gens. Sa principale faiblesse, c’est qu’elle n’est pas un politicien et peut être perdue lorsque les intérêts des partis politiques entrent en jeu, estime l’analyste politique Iveta Kazoka.

Elle devra diriger une large coalition composée par quatre des cinq partis présents au Parlement et disposant d’une majorité confortable de 66 sièges sur 100, dont six députés indépendants.

Ministre de l’Agriculture sans étiquette depuis 2011, elle est devenue début janvier la candidate officielle du parti Unité du Premier ministre sortant Valdis Dombrovskis. La coalition comprend en outre le parti de la Réforme et l’Alliance nationale, et un nouveau venu, le petit parti des Verts et des Fermiers (ZSS).

Les députés de l’opposition estiment que le nouveau gouvernrment est voué à l’échec. La pousuite de la politique du cabinet précédent est un chemin (..) qui va tuer l’économie, a déclaré Igors Pimenovs, député du Centre de l’Harmonie, parti pro-russe de gauche.

Pays européen le plus durement frappé par la récession en 2008-2009, la Lettonie — 2 millions d’habitants — a réussi, à coup de mesures draconiennes, à sortir son économie de la crise pour devenir le 18e membre de la zone euro au 1er janvier, une réussite saluée par le FMI.

Dune croissance zéro en 2010, la Lettonie arrive en tête des 28, avec une hausse de son PIB de 5% en 2011, comme en 2012, et une croissance attendue de plus de de 4% en 2013.

Parmi les problèmes à résoudre, restent la réduction du déficit public, la baisse du chômage et l’amélioration de la compétitivité.

Le pays respecte néanmoins tous les critères de Maastricht, affichant une inflation annuelle moyenne de zéro en 2013. Le déficit des finances publiques attendu l’an dernier devrait se chiffrer à 1,5% et la dette publique à 42% du PIB.

Romandie.com avec(©AFP / 22 janvier 2014 13h42)