Posts Tagged ‘liberté de parole’

Nicolas Sarkozy démissionne du Conseil constitutionnel

juillet 4, 2013

» Pourquoi les comptes de campagne de Nicolas Sarkozy ont-ils été rejetés?
Sitôt rendue publique la décision des Sages de rejeter ses comptes de campagne, l’ancien président de la République Nicolas Sarkozy a annoncé jeudi 4 juillet qu’il démissionnait « immédiatement » du Conseil constitutionnel, dont il est membre de droit, « afin de retrouver sa liberté de parole ».

Après la décision du Conseil constitutionnel et devant la gravité de la situation et les conséquences qui en résultent pour l’opposition et pour la démocratie, Nicolas Sarkozy démissionne immédiatement du Conseil constitutionnel afin de retrouver sa liberté de parole », indique-t-il dans un communiqué à l’AFP.
Cependant, selon l’article 56 de la Constitution, en tant qu’ancien président de la République, Nicolas Sarkozy est membre de droit du Conseil à vie, et ne peut donc pas réellement démissionner. Il peut simplement s’abstenir de siéger, ce qu’il fait déjà depuis un moment, puisqu’il s’était déjà mis en retrait vis-à-vis des Sages depuis le début de l’examen de ses comptes de campagne.

Le rejet du compte de campagne présidentielle 2012 de Nicolas Sarkozy a été confirmé jeudi par le Conseil constitutionnel, une mesure sans précédent pour un ancien chef de l’État. Une décision qui prive l’ex-candidat UMP du remboursement par l’État de quelque dix millions d’euros de frais de campagne.

« Nous prenons acte »
L’ancien Premier ministre François Fillon a appelé sa « famille politique » à « assumer de manière solidaire les conséquences financières » du rejet du compte de la campagne présidentielle 2012 de Nicolas Sarkozy.

De son côté, le président de l’UMP, Jean-François Copé qui s’est immédiatement entretenu avec Nicolas Sarkozy, a annoncé qu’il convoquerait « la semaine prochaine » le bureau de l’UMP. « Nous prenons acte de la décision du Conseil constitutionnel qui annule l’intégralité du compte de campagne de Nicolas Sarkozy pour un dépassement de 2,1%. Nous allons en examiner tous les considérants », écrit le président du parti, Jean-François Copé, dans un communiqué.

Plus tard dans une déclaration réalisée au siège de l’UMP, Jean-François Copé a assuré que « la voix de l’UMP ne s’éteindra pas », appelant « les Françaises et les Français » à participer à « une grande souscription nationale », lancée dès lundi pour aider le parti. « L’heure est à la mobilisation,au rassemblement et au courage », a conclu le président du parti.

Le Nouvel Observateur avec AFP

Audrey Pulvar dresse le bilan des années Montebourg

février 8, 2013

La journaliste confesse des moments difficiles

 
Audrey Pulvar dresse le bilan des années Montebourg

Audrey Pulvar lunettes (hauteur)Audrey PulvarArnaud Montebourg et Audrey Pulvaraudrey-pulvaraudrey-pulvar

La relation entre Audrey Pulvar et Arnaud Montebourg a longtemps passionné les médias, mais a surtout empoisonné la vie professionnelle de la journaliste. Aujourd’hui, ils ont rompu, et l’ancienne chroniqueuse de Laurent Ruquier parle librement de de ces années «difficiles».

Le moins que l’on puisse dire c’est que tout le temps qu’elle a vécu une histoire d’amour avec Arnaud Montebourg, Audrey Pulvar n’a pas été à la noce. Maintenant qu’elle est séparée du ministre du Redressement Productif, la journaliste a retrouvé une liberté de parole dont elle n’hésite pas à se servir. Invitée du Buzz Média Orange Le Figaro, Audrey Pulvar est revenue sur ces trois années qu’elle juge «difficiles».

Et c’est sans langue de bois qu’elle avoue à propos de cette histoire: «Oui, j’ai payé très cher». Jugez plutôt: écartée de France Inter, d’i-Télé, de France 2… Audrey Pulvar a subi, comme Anne Sinclair, Christine Ockrent, Béatrice Schonberg avant elle, l’interdiction du cumul des mandats, politique et journalistique, dans un même couple. Pourtant, elle revendique son intégrité: «Je suis restée la même personne, j’ai toujours gardé mon indépendance d’esprit, ma liberté de ton, ma liberté de parole, mes sujets de prédilection… je n’ai pas la sensation d’avoir changée en étant avec ou en étant plus avec Arnaud Montebourg. Mais j’en ai subi, le terme “subir” est le bon, des conséquences très désagréables, qui, j’espère, sont maintenant derrière moi». http://bcove.me/f1wd9fdv

Ce qu’Audrey Pulvar ne comprend pas c’est pourquoi France 2 n’a pas voulu qu’elle continue à collaborer à On n’est pas couché, alors que Laurent Ruquier l’avait recrutée pour être partisane. «J’étais dans cette émission pour affirmer un point de vue, pour défendre des idées, donc je me pose toujours la question de savoir pourquoi je n’y avais plus ma place» s’étonne-t-elle.

La journaliste est revenue sur son passage mouvementé aux Inrocks, une expérience qui a été gâchée par l’affaire de la BPI. La relation de confiance qui l’unissait à Mathieu Pigasse s’en est trouvée complètement polluée. «Ça a complètement faussé le climat entre nous. J’ai pour coutume de dire que j’ai été un dommage collatéral dans cette affaire. Après, la relation a été très mauvaise (…) et j’ai eu la sensation, et je n’étais pas la seule, que le journal était pris en otage dans ce conflit de personne. Donc j’ai préféré partir» explique-t-elle.

Aujourd’hui, c’est plutôt de retours dont il s’agit pour Audrey Pulvar puisqu’elle est désormais chroniqueuse sur i-Télé et sur RTL, dans On refait le monde.

Gala.fr par Jean-Christian Hay