Posts Tagged ‘Lituanie’

Le roi des Pays-Bas et la présidente lituanienne rendent hommage à un héros du temps de l’Holocauste

juin 15, 2018

Jan Zwartendijk was appointed the acting Dutch consul in July 1940, weeks after Red Army entered the Baltic state / © AFP / Petras Malukas

La présidente lituanienne et le roi des Pays-Bas ont inauguré vendredi à Kaunas une installation lumineuse dédiée à la mémoire d’un diplomate néerlandais qui a sauvé plus de 2.000 juifs pendant l’Holocauste.

Le monument multimédia installé dans la deuxième ville de Lituanie symbolise les vies sauvées par Jan Zwartendijk qui a contribué à délivrer des visas aux juifs durant l’été 1940.

« Je suis très fier d’allumer l’installation à ce héros silencieux qui ne s’est jamais vanté d’avoir sauvé des gens », a déclaré Dalia Grybauskaite lors de la cérémonie, aux côtés du roi néerlandais Willem-Alexander.

« Les Pays-Bas et la Lituanie sont fiers de lui: il a sauvé près de 2.500 Juifs au péril de sa vie ».

Jan Zwartendijk, directeur du groupe Philips en Lituanie, fut nommé consul néerlandais par intérim en juillet 1940, quelques semaines après l’invasion de l’Etat balte par l’Armée rouge.

Craignant la persécution, de nombreux juifs ont décidé de fuir ce pays envahi par les soviétiques, dont des milliers de réfugiés arrivés de Pologne voisine occupée par les soviétiques et les nazis.

Jan Zwartendijk leur a fourni des documents indiquant qu’ils pourraient atteindre le territoire néerlandais de Curaçao dans les Caraïbes. Le « visa de Curaçao » ouvrait la voie à l’obtention d’un visa de transit japonais et d’un visa de sortie soviétique.

Aucun des réfugiés n’a finalement atterri à Curaçao, mais beaucoup d’entre eux ont réussi d’atteindre un pays libre ou se sont retrouvés à Shanghai où ils ont pu attendre la fin de la Seconde Guerre mondiale.

A la suite de l’annexion de la Lituanie par l’Union soviétique, Zwartendijk fut obligé de fermer le consulat à Kaunas en août 1940 et retourna en Hollande pour travailler chez Philips.

Son fils Rob, qui a assisté à la cérémonie de vendredi, a déclaré que son père n’avait jamais parlé de son rôle, se limitant à dire qu’il n’y avait rien de particulier dans ses actes.

Ceux qui n’ont pas réussi à fuir ont connu un destin tragique: plus de 90% des 200.000 Juifs lituaniens ont péri sous l’occupation nazie allemande de 1941 à 1944. Aujourd’hui, il y a environ 3.000 Juifs vivant en Lituanie, un pays de 2,8 millions d’habitants, membre de l’Otan et de la zone euro.

Jan Zwartendijk a été déclaré « Juste parmi les Nations » par le mémorial israélien Yad Vashem.

Romandie.com avec(©AFP / 15 juin 2018 19h23)

Prisons secrètes de la CIA: la Lituanie et la Roumanie condamnées

mai 31, 2018

/ © AFP / SAUL LOEB

Après la Pologne en 2015, la Lituanie et la Roumanie ont été condamnées jeudi par la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) pour leur participation au programme de prisons secrètes de la CIA, épinglées pour complicité et de multiples violations.

La Cour avait été saisie par deux prisonniers de Guantanamo, Abd al-Rahim al-Nachiri (contre la Roumanie) et Abou Zoubaida (contre la Lituanie), qui affirmaient avoir été détenus au secret dans ces pays entre 2004 et 2006. Leurs requêtes avaient été examinées publiquement par la Cour en juin 2016.

Dans deux arrêts distincts, la Cour a condamné les autorités roumaines et lituaniennes, pour plusieurs violations des droits de l’Homme dans ces prisons de l’agence de renseignement américaine.

Parmi les droits violés: l’interdiction de la torture, le droit à la liberté et à la sûreté des requérants, celui au respect de la vie privée, et leur droit à un recours effectif.

« La participation de la Lituanie au programme de détentions secrètes de la CIA l’a amenée à commettre de multiples violations des droits de l’Homme », de même que « la Roumanie a commis plusieurs violations des droit de l’Homme en se rendant complice du programme de détentions secrètes de la CIA », peut-on lire dans les deux arrêts de la Cour.

Si jusqu’ici ni Bucarest ni Vilnius n’ont admis l’existence de prisons secrètes présumées de la CIA sur leurs territoires – le parquet général roumain et le parquet lituanien ont tous deux ouvert une enquête concernant l’existence présumée de ces centres-, pour la Cour il n’y a pas de doute.

« La Roumanie a accueilli de septembre 2005 à novembre 2005 » une prison secrète dont le nom de code était « Site black », de même que « la Lituanie a accueilli une prison secrète de la CIA de février 2005 à mars 2006 », conclut la Cour dans ses deux jugements.

Le requérant Abou Zoubaida y a été détenu et « les autorités internes (lituaniennes) savaient que la CIA le soumettrait à des traitements contraires à la Convention », note la Cour, jugeant que « le pays est responsable des violations des droits de l’intéressé ».

– « Informations cruciales » –

Pour arriver à de telles conclusions, la Cour européenne a indiqué avoir « dû établir les faits à partir de différentes sources d’informations ».

Elle a dit avoir notamment trouvé « des informations cruciales » dans un rapport de la Commission d’enquête du Sénat américain sur la pratique de la torture à la CIA. Le rapport avait été rendu public en décembre 2014.

Le gouvernement lituanien a immédiatement réagi jeudi, n’excluant pas de faire appel du jugement.

« Nous analysons la situation, l’arrêt est particulièrement important, plus de 300 pages. Nous devons l’étudier en détail. Nous avons la possibilité de faire appel de cette décision. Nous considérerons cette possibilité », a déclaré à l’AFP le ministre lituanien de la Justice, Elvinas Jankevicius.

Vilnius et Bucarest devront verser 100.000 euros de dommages moraux à chacun des requérants.

Al-Nachiri, un Saoudien, est soupçonné d’avoir perpétré l’attentat contre le navire USS Cole, qui avait tué 17 Américains dans le port yéménite d’Aden en octobre 2000. Il affirmait avoir été détenu au secret en Roumanie d’avril 2004 à septembre 2006 et disait y avoir subi de mauvais traitements alors qu’il se trouvait aux mains des autorités américaines.

Ce dernier est toujours détenu par les autorités américains dans des conditions restrictives, selon la Cour.

Le second, Abou Zoubaida, un Palestinien apatride, est considéré comme l’un des principaux membres d’Al-Qaïda par Washington au moment de son arrestation. Il se plaignait d’avoir été emprisonné en Lituanie pendant plus d’un an, de février 2005 à mars 2006.

« Ce jugement constitue un sévère camouflet face aux tentatives honteuses de la Roumanie de cacher la vérité concernant l’accueil d’une prison secrète de la CIA », a réagi Amrit Singh, une des avocats d’Abd al-Rahim Al-Nachiri, qui y voit un arrêt « essentiel pour mettre fin à l’impunité de la complicité européenne dans le programme de torture de la CIA ».

Les deux arrêts ne sont pas définitifs, les gouvernements roumain et lituanien ayant trois mois pour faire appel et demander un réexamen devant la Grande chambre de la CEDH.

En février 2015, la CEDH, déjà saisie d’une requête de Zoubaida, avait définitivement condamné la Pologne pour son rôle dans les prisons secrètes de la CIA.

Romandie.com avec (©AFP / 31 mai 2018 13h14)                

Le Vice-président des États-Unis en Pologne et en Lituanie la semaine prochaine

mars 14, 2014

WASHINGTON – Le vice-président des Etats-Unis Joe Biden va se rendre en début de semaine prochaine en Pologne et en Lituanie pour des consultations sur la situation en Ukraine avec Varsovie et les pays baltes, a annoncé vendredi la Maison Blanche.

Le vice-président voyagera en Pologne et en Lituanie la semaine prochaine, du (lundi) 17 au (mercredi) 19, pour des réunions avec des partenaires de la région afin de discuter des événements en Ukraine et d’autres dossiers régionaux, a précisé la Maison Blanche dans un communiqué.

Lors de cette tournée, que le numéro deux de l’exécutif américain entamera au lendemain du référendum de rattachement de la Crimée à la Russie prévu dimanche, M. Biden s’entretiendra avec les président et Premier ministre polonais, ainsi que les chefs d’Etat des trois pays baltes (Lituanie, Lettonie, Estonie) selon la même source.

A ces occasions, M. Biden aura des consultations sur des mesures pour soutenir la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Ukraine, a précisé l’exécutif américain, qui a dénoncé comme illégal selon le droit international et la Constitution ukrainienne le référendum de rattachement à la Russie organisé dans la péninsule de Crimée.

M. Biden profitera de sa tournée, selon Washington, pour insister sur nos accords de défense collectifs conformément au traité de l’Atlantique Nord et notre soutien durable à tous nos alliés et partenaires en Europe.

Tant la Pologne que les pays baltes, anciens membres du pacte de Varsovie devenus alliés de Washington au sein de l’Otan après la chute du Rideau de Fer, ont manifesté leur inquiétude vis-à-vis des mouvements de troupes russes en Crimée ces derniers jours.

La semaine dernière, le Pentagone avait annoncé un renforcement des entraînements aériens conjoints avec la Pologne et une augmentation de leur participation à la protection de l’espace aérien des pays baltes, qui comptent comme l’Ukraine des minorités russophones.

Dimanche, le ministère polonais de la Défense avait annoncé l’arrivée dans le pays de 12 avions de chasse F-16, envoyés par les Etats-Unis, en sus d’avions de transport et de 300 soldats.

Washington avait déjà envoyé auparavant quatre appareils F-15 pour renforcer la surveillance de l’espace aérien balte.

Romandie.com avec(©AFP / 15 mars 2014 00h36)