Posts Tagged ‘Lituanien’

Craignant le coronavirus, un Lituanien enferme sa femme dans la salle de bains

mars 4, 2020

 

La police lituanienne a annoncé mercredi être intervenue pour libérer une femme que son mari, craignant qu’elle soit contaminée par le nouveau coronavirus, avait enfermée dans leur salle de bains.

«Nous avons été informés qu’un homme et ses deux fils adultes refusaient de laisser sortir cette femme de la salle de bains après qu’elle leur avait dit pouvoir être contaminée par le coronavirus», a indiqué à l’AFP le porte-parole de la police nationale Ramunas Matonis.

«Ni violence ni plainte»

Elle aurait dit à son mari qu’elle a pu attraper le virus en parlant avec une personne arrivée de l’étranger.

«Les policiers y sont allés, il n’y avait eu ni violence ni plainte, donc on a appelé une ambulance», a précisé le porte-parole.

Selon les médias locaux, la femme a subi un test qui a donné un résultat négatif.

Jusqu’à présent, un seul cas de contamination a été enregistré en Lituanie, un pays balte de 2,8 millions d’habitants. Il s’agit d’un homme de 39 ans ayant séjourné récemment à Vérone, dans le nord de l’Italie.

Par Le Figaro avec AFP

Feu vert à l’extradition vers les États-Unis d’un Lituanien qui aurait volé Google et Facebook

juillet 17, 2017

Vilnius – Un tribunal de Vilnius a autorisé lundi l’extradition vers les Etats-Unis un Lituanien accusé d’avoir soutiré quelque 100 millions de dollars à Google et Facebook.

« La cour a pris une décision en faveur de l’extradition du citoyen lituanien Evaldas Rimasauskas vers les Etats-Unis où il sera poursuivi au pénal », a déclaré la juge Aiva Surviliene, a constaté l’AFP.

Âgé de 48 ans, Evaldas Rimasauskas a été arrêté en mars en Lituanie à la demande des autorités de Washington qui l’accusent d’avoir trompé deux entreprises américaines en s’étant fait passer pour un fournisseur asiatique de matériel informatique dans les années 2013-2015.

L’avocate de Rimasauskas a indiqué à l’AFP que les deux géants américains de l’internet Facebook et Google étaient mentionnés dans l’acte d’accusation. La justice américaine n’avait pas identifié les entreprises victimes.

Dans une déclaration publique, les procureurs américains ont déclaré que M. Rimasauskas avait utilisé des faux comptes e-mail pour se faire passer pour « des employés et des agents » du fabricant asiatique.

Il est également accusé d’avoir fabriqué des factures, des contrats et des lettres pour inciter les entreprises à verser plus de 100 millions de dollars (87 millions d’euros) sur des comptes bancaires à l’étranger sous son contrôle.

Me Snieguole Uzdaviniene, avocate de M. Rimasauskas qui risque jusqu’à 20 ans de prison, a indiqué que son client allait faire appel de la décision du tribunal.

Romandie.com avec(©AFP / 17 juillet 2017 16h36)