Posts Tagged ‘Livraison’

Covid-19 : les États-Unis vont livrer 1,5 million de doses du vaccin AstraZeneca au Canada

mars 26, 2021

Les États-Unis vont livrer la semaine prochaine au Canada 1,5 million de doses du vaccin d’AstraZeneca contre le Covid-19, a annoncé vendredi 26 mars Anita Anand, ministre canadienne des Services publics et de l’Approvisionnement.

Les États-Unis disposent de dizaines de millions de doses de ce vaccin qui n’a pas, à ce stade, reçu le feu vert des autorités sanitaires américaines. À l’inverse, le Canada a autorisé fin février ce vaccin, l’un des quatre approuvés par Ottawa avec ceux de Pfizer-BioNTech, Moderna et Johnson & Johnson. «Je peux confirmer que les 1,5 million de doses d’AstraZeneca provenant des États-Unis arriveront au Canada mardi prochain par camion», a dit Anita Anand lors d’une conférence de presse. La Maison Blanche avait annoncé la semaine dernière envisager l’envoi de millions de doses de ce vaccin au Mexique et au Canada.

400 millions de doses commandées

Le Canada a commandé 20 millions de doses du vaccin d’AstraZeneca, mais aucune date de livraison n’a encore été établie, selon le ministère canadien de la Santé. Au total, le Canada a commandé ou réservé plus de 400 millions de doses de divers vaccins. Le pays doit recevoir d’ici le 18 avril 6 millions de doses, soit l’équivalent du «nombre total de doses reçues au cours des 3 derniers mois», a précisé Anita Anand. À ce jour, 11% des 38 millions de Canadiens ont reçu au moins une dose de vaccin, selon Anita Anand.

Ottawa a aussi commandé deux millions de doses de la version du vaccin d’AstraZeneca produite en Inde par le Serum Institute, dont quelques centaines de milliers ont déjà été livrées. Le Canada doit aussi recevoir 1,9 million de doses du vaccin AstraZeneca d’ici la fin juin par le biais du dispositif onusien Covax, qui vise notamment à aider les pays pauvres à vacciner leurs populations contre le Covid, avait précédemment indiqué le premier ministre Justin Trudeau.

Par Le Figaro avec AFP

Congo/Covid-19 : le gouvernement réceptionne plus de 805 mille masques

mai 18, 2020

Les artisans congolais ont livré, le 18 mai, à la ministre des Petites et moyennes entreprises, de l’Artisanat et du Secteur informel, Yvonne Adelaïde Mougany, un dernier lot de 805 mille 949 masques de fabrication locale.

 

La ministre Adélaïde Mougany après avoir reçu l’enveloppe des artisans/Photo Adiac

 

Les couturiers retenus ont tenu le pari en produisant la totalité de la demande du gouvernement. Ils ont livré au total un million cinq cents mille masques. En plus de la commande officielle, ces derniers ont confectionné quatre-vingt-trois mille masques supplémentaires. Ce qui porte le nombre total à un million cinq cent quatre-vingt-trois mille.

« Le gouvernement, par le bien du chef de l’Etat, Denis Sassou N’Guesso, avait donné mission aux artisans de produire 1,5 million de masques. Je suis contente de ce que les artisans ont réussi à couvrir la commande en si peu de temps, avec un surplus de quatre-vingt mille masques », s’est réjouie Yvonne Adélaïde Mougany.

L’objectif du gouvernement est de permettre à chaque Congolais, surtout les plus démunis, de disposer d’un masque afin de se protéger contre la pandémie du coronavirus. La commande des masques fait partie des stratégies adoptées par le gouvernement pour renforcer la riposte à la pandémie et briser la chaîne de contamination.

En vue de contribuer à la riposte à la maladie, les artisans congolais ont collecté trois millions francs CFA et les ont remis à la ministre des Petites et moyennes entreprises qui a promis de transmettre la somme au gouvernement.

« Je vous dis merci pour avoir remis au gouvernement, ce matin, votre contribution d’un montant de trois millions francs CFA, pour soutenir le Fonds national de solidarité mis en place par le président de la République », a souligné la ministre des Petites et moyennes entreprises.

 

Avec Adiac-Congo par Firmin Oyé

Centrafrique : nouvelle livraison d’armes russes à Bangui

août 17, 2019

Munitions saisies à Bria (centre-est), Centrafrique, le 11 février 2015 © Nations unies / Flickr 

Un accord de défense a été signé entre les deux pays en août 2018. Quatorze livraisons supplémentaires sont prévues dans les semaines à venir.

Après une première livraison en janvier, une deuxième cargaison d’armes légères et de munitions russes destinées à l’équipement des forces armées centrafricaines (FACA) est arrivée mercredi à Bangui.
Après de longues négociations, la Russie a obtenu mi-décembre le droit de donner un stock d’armement conséquent aux forces centrafricaines malgré un embargo sur les armes imposées depuis 2013.

La cargaison débarquée mercredi à l’aéroport international de Bangui M’poko constitue la première tranche d’une livraison annoncée le 21 mai par la présidence russe.

En tout, 14 chargements doivent être acheminés « au cours des prochaines semaines », a déclaré Viktor Tokmakov, premier conseiller de l’ambassade de Russie en Centrafrique.

Des militaires centrafricains et des soldats de la force de paix de l’ONU en Centrafrique (Minusca) ont été déployés dans Bangui, la capitale centrafricaine, pour protéger les convois, a indiqué la Minusca.

Renforcer l’armée nationale

Les cargaisons acheminées comprennent des armes légères (pistolets, fusils d’assaut, de précision et mitrailleuses, mais également lance-roquettes RPGs et armes anti-aériennes) et des munitions.

Les matériels sont destinés à équiper huit bataillons (soit environ 2.700 hommes) des FACA, formés par des instructeurs russes au camp militaire de Bérengo, dans le sud-ouest du pays.

L’armée nationale doit à terme remplacer les soldats de la force de paix de l’ONU en Centrafrique (Minusca) dans un pays où des groupes armés continuent de s’affronter.

Une première livraison d’armes russes avait été effectuée entre janvier et février, en vertu d’un accord de défense signé entre la Russie et la Centrafrique en août 2018.

Washington, Paris et Londres avaient demandé à leur partenaire russe des mesures renforcées de stockage de ces armes et de les identifier précisément avec des numéros de série, selon des sources diplomatiques.

Par Jeune Afrique avec AFP

La Russie va livrer des systèmes antiaériens S-300 à l’armée syrienne sous deux semaines

septembre 24, 2018

Moscou – La Russie a annoncé lundi son intention de renforcer la défense antiaérienne de l’armée syrienne avec ses batteries S-300, à la suite de la destruction par erreur d’un avion russe après des frappes israéliennes, ainsi que de brouiller certaines communications sur la Méditerranée.

« Nous sommes convaincus que la réalisation de ces mesures va refroidir les têtes brûlées et empêchera les actes irréfléchis constituant une menace pour nos soldats », a déclaré le ministre de la Défense Sergueï Choïgou lors d’une déclaration diffusée à la télévision.

« Dans le cas contraire, nous réagirons de manière appropriée face à la situation », a-t-il averti.

Lundi dernier, la défense anti-aérienne syrienne a visé par erreur un Illiouchine-20 au-dessus de la Méditerranée, tuant les 15 militaires qui se trouvaient à bord. Au même moment, des missiles israéliens ciblaient des dépôts de munitions dans la province syrienne de Lattaquié (nord-ouest).

Moscou avait fait porter la responsabilité à l’armée israélienne et menacé de mesures de rétorsion, le président Vladimir Poutine expliquant qu’il s’agirait de renforcer les défenses de l’armée russe déployée en Syrie.

« Les forces armées syriennes seront fournies d’ici deux semaines en systèmes modernes S-300. Ils sont capables d’intercepter des appareils sur une distance de plus de 250 kilomètres et peuvent frapper en même temps plusieurs cibles dans les airs », a indiqué Sergueï Choïgou lundi.

La Russie et la Syrie ont signé en 2010 un accord pour la livraison de S-300, mais Damas n’a toujours pas pris possession de ce matériel en raison de l’opposition d’Israël, a expliqué M. Choïgou, ajoutant que « la situation a changé » vu les événements des derniers jours.

Actuellement, les S-300 opérés par les Russes sont déployés autour de la base navale russe de Tartous, des S-400 plus modernes étant déployés sur la base aérienne de Hmeinim (ouest).

Par ailleurs, « la navigation par satellite, les radars de bord et les systèmes de communication de l’aviation militaire attaquant des cibles sur le territoire syrien seront supprimées dans les zones adjacentes à la Syrie en mer Méditerranée », a indiqué Sergueï Choïgou.

Moscou accuse Israël d’être responsable de la destruction de son avion, affirmant que l’armée israélienne l’avait prévenue seulement une minute avant les frappes et que les avions israéliens s’étaient servi de l’Il-20 comme « boucliers » contre les missiles syriens.

L’armée israélienne a nié la version russe, répondant dimanche dans un communiqué que ses avions ne « s’étaient pas cachés derrière un quelconque appareil et que les appareils israéliens se trouvaient dans l’espace (aérien) israélien au moment où l’avion russe a été abattu ».

L’armée russe intervient en Syrie depuis septembre 2015 en soutien au régime de Bachar al-Assad, ce qui lui a permis de reprendre le contrôle d’une grande partie du territoire.

Romandie.com avec(©AFP / 24 septembre 2018 10h05)                                                        

Congo : Des stratégies de persécution du pouvoir pour un meilleur asservissement

janvier 4, 2017

 

Le 31 décembre 2016, le pouvoir de Brazzaville arrête une stratégie dans ses officines pour asservir les populations qui attendent des provisions leur permettant de fêter le Nouvel AN.

Après l’embargo fait sur les camions transportant le charbon de bois, en provenance du Pool, sous prétexte de moyens d’introduction des armes de guerre, l’interdiction est passée sur un autre mode opératoire, cette fois-ci sur les véhicules des marchandises périssables.

Dès lors pour asphyxier les populations en attente de provisions – à consommation rapide – près d’une quarantaine chargée de produits vivriers pour la vente a été immobilisée. Interdiction leur a été faite de traverser Nganga Lingolo pour atteindre les quartiers sud de Brazzaville, lieu de leur destination et de la livraison immédiate de leurs produits.

Les pauvres chauffeurs conduisant ces denrées alimentaires, fatigués et privés de poursuivre leur route, ont subi le martyr de la conscience allant du 31 décembre jusqu’au 3 janvier de l’année, devant leur volant, sans pour autant atteindre leur simple objectif de livraison saine pour répondre à l’attente des populations.

Pire encore, ils ont passé le réveillon à bord de leur véhicule sans leur famille, sentant la sueur de la transpiration, baillant comme des corbeaux en l’absence des corneilles. Ils étaient soumis à un traitement abject et inhumain pour leur seule appartenance à la région du Pool.

Or de nombreux produits ont commencé à pourrir dans les camions et ne pouvaient plus être vendus, hors délai, désormais bons pour la poubelle, à la satisfaction et la grande joie des décideurs se tournant le pouce.

C’est une sorte d’apartheid d’une autre couleur qui s’installe au Congo.

Quel sera dans les mois à venir les autres scénarios concoctés par le pouvoir de Brazzaville pour tenir en laisse cette partie de la population ?

Par LoeilduCongo

La France livre trois nouveaux avions Rafale à l’Egypte

janvier 28, 2016

Le Caire – L’Egypte a reçu jeudi trois nouveaux avions de combat français Rafale, a indiqué l’armée égyptienne dans un communiqué, six mois après trois premières livraisons sur un total de 24 appareils commandés en février 2015.

L’armée égyptienne a reçu trois nouveaux avions de combat Rafale, a annoncé jeudi le porte-parole de l’armée dans un communiqué.

Le contrat signé entre Paris et Le Caire avait été le premier conclu à l’exportation par le constructeur français Dassault Aviation pour cet avion fleuron de l’aéronautique militaire française.

Il prévoyait aussi, pour un montant total estimé à 5,2 milliards d’euros, la livraison d’une frégate multimissions FREMM du groupe naval français DCNS et de missiles.

La frégate et les trois premiers Rafale ont été livrés en juillet 2015 à l’Egypte.

En octobre 2015, l’Egypte et la France avaient en outre finalisé l’achat des deux navires de guerre français Mistral du groupe DCNS dont la vente à la Russie avait été annulée par Paris deux mois plus tôt en raison de l’implication de Moscou dans la crise ukrainienne.

La livraison des avions Rafale à l’Egypte intervient alors que la France et l’Inde ont conclu lundi un accord intergouvernemental pour l’acquisition de 36 Rafale par l’armée indienne, mais doivent encore s’entendre sur les modalités financières.

Romandie.com avec(©AFP / 28 janvier 2016 17h50)

Des centaines de tonnes de fausse viande suisse livrées en Russie

mai 18, 2015

Des centaines de tonnes de fausse viande suisse ont été livrées à la Russie depuis l’an dernier afin de contourner les sanctions de l’Union européenne (UE). Des faux certificats vétérinaires ont été utilisés.

Les autorités russes ont transmis à l’Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV) 105 de ces faux certificats pour vérification. Il en ressort que 90 étaient falsifiés, portant sur un total de 1800 tonnes de viande et produits carnés, selon un document en allemand des autorités vétérinaires russes cité lundi par la « Basler Zeitung » et que l’ats s’est procuré.

Les faits incriminés se sont déroulés en 2014 et 2015. Il s’agit principalement de viande de porc et de lard, dont la provenance est encore inconnue. Les opérations douanières ont été effectuées en Lituanie.

Afin d’éviter que la chose ne se reproduise, des règles plus strictes ont été instaurées depuis le 7 février dernier. L’OSAV et le Secrétariat d’Etat à l’économie (SECO) suivent l’affaire en collaboration avec les autorités vétérinaires russes.

Romandie.com

Feu vert de Poutine à la livraison de missiles S-300 à l’Iran

avril 13, 2015

La Russie a mis fin lundi à l’interdiction de livrer ses batteries antiaériennes S-300 à l’Iran. Elle a estimé que l’accord-cadre signé à Lausanne avec Téhéran le permettait sans attendre une éventuelle levée des sanctions.

Commentant la décision du président Vladimir Poutine de signer un décret ouvrant en théorie la voie à de possibles ventes et livraisons de S-300 à Téhéran, Washington a estimé que ces ventes « n’aident en rien » la conclusion d’un accord final avec l’Iran.

Israël avait été le premier pays à réagir, voyant dans ces possibles ventes une conséquence de l’accord trouvé le 2 avril à Lausanne qui accorde une « légitimité » à Téhéran.

Cette annonce est « la preuve que la croissance économique qui suivra la levée des sanctions sera exploitée par l’Iran pour s’armer et non pas pour assurer le bien-être du peuple iranien », a réagi le ministre chargé des renseignements Youval Steinitz, dans un communiqué.

Satisfaction à Téhéran
Téhéran, pour sa part, s’est félicité de la décision russe, estimant qu’elle pourrait assurer une « sécurité durable » dans la région.

L’annonce du Kremlin intervient alors que les négociateurs de l’Iran et des 5+1 (Chine, Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Russie et Allemagne) ont jusqu’à fin juin pour tenter de régler les détails techniques et juridiques complexes en vue de trouver un accord définitif qui mettrait fin à 12 ans de crise diplomatique internationale sur le programme nucléaire iranien.

Vente conclue en 2007
Les équipements concernés par le décret russe sont capables d’intercepter en vol des avions ou des missiles. Leur vente avait été conclue en 2007 entre les deux pays pour 800 millions de dollars.

L’ancien président russe Dmitri Medvedev avait interdit en 2010 la livraison de ces missiles à l’Iran en application de la résolution 1929 de l’ONU sanctionnant Téhéran pour son programme nucléaire controversé.

L’Iran avait alors saisi la Cour internationale d’arbitrage à Genève pour réclamer à Moscou quatre milliards de dollars à titre de dédommagement.

« Exclusivement défensif »
Selon le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov, la décision de la Russie d’annuler les livraisons de batteries antiaériennes n’était pas liée à la résolution de l’ONU mais seulement à la volonté de Moscou de tout entreprendre pour « stimuler le plus possible le processus de négociations » dans le dossier nucléaire iranien.

M. Lavrov s’est par ailleurs attaché à rappeler que « les S-300 ont un caractère exclusivement défensif » et qu’ils ne « constituent aucune menace pour les Etats de la région, y compris évidemment pour Israël ».

Romandie.com