Posts Tagged ‘Lumbubashi’

RDC: La dépouille de l’Archevêque de Lubumbashi inhumée dans la crypte de la Cathédrale

avril 9, 2021

Lubumbashi, 09 avril 2021 (ACP).- La dépouille de l’Archevêque Métropolitain de Lubumbashi, Mgr. Jean-Pierre Tafunga Mbayo décédé le 31 mars 2021 à Pretoria en Afrique du Sud, a été inhumée vendredi dans la crypte de la Cathédrale Saints Pierre et Paul du centre-ville de Lubumbashi en présence du Cardinal Fridolin Ambongo Besungu et de plusieurs autorités tant nationales que provinciales.

L’inhumation a été précédée par le recueillement, le dépôt des gerbes des fleurs suivi d’une messe de requiem dite par le président de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO), Mgr Marcel Utembi Tapa, sur le parvis de la Cathédrale Saints Pierre et Paul. Mgr. Marcel Utembi Tapa a indiqué que par la mort de l’Archevêque Métropolitain de Lubumbashi, Dieu montre à chacun le mystère de la mort et de la résurrection.

Il a indiqué que la mort est une étape de la vie qui ne doit pas être une période de souffrance ni de chagrin, mais plutôt un moment de méditation pour l’édification de la foi conduisant vers la vie éternelle. Il a rappelé que feu Mgr. Tafunga Mbayo, qui a quitté la terre des hommes la veille du Tridium Pascal, était un bon berger, un pasteur aimant. Il a demandé aux chrétiens de continuer à prier pour leur père dans la foi et à pérenniser sa devise Episcopale : « Amor et Misericodia », qui veut dire (Amour et Miséricorde).

Vibrant hommage de la CENCO

Au cours de cette messe, la CENCO à travers son président, a rendu un vibrant hommage à Feu Mgr Jean-Pierre Tafunga dont le ministère Episcopal a été marqué par des très riches étapes dans le diocèse de Kilwa-Kasenga, à Uvira et dans l’Archidiocèse de Lubumbashi.

L’Episcopat de la RD Congo a reconnu la modestie, la simplicité de ce vrai disciple de Saint Jean Bosco. Le secrétaire de la CENCO, l’Abbé Donatien Nshole, a, dans la lecture du discours  du Saint Siège, relevé que le Pape François s’unit à la communauté de Kilwa-Kasenga, d’Uvira, de Lubumbashi frappée par la disparition de Mgr. Tafunga Mbayo.  Le chargé de communication de la province ecclésiastique de Lubumbashi, l’Abbé Richard Kazadi Kamba, pour sa part, a lu le message des condoléances du Chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo et du Premier ministre, Sama Lukonde, adressé à l’Eglise Famille de Dieu de Lubumbashi.

Mgr. Jean-Pierre Tafunga, un pèlerin infatigable

Le Cardinal Fridolin Ambongo Besungu, quant à lui, a déclaré que Mgr. Jean-Pierre Tafunga était un pèlerin, un prêtre qui a pu bien accompagner ses brebis en leurs montrant le chemin de maintenir la joie et la paix du peuple de Dieu.

Il a précisé que l’illustre disparu a passé solennellement ces derniers moments comme Archevêque de Lubumbashi, lors de sa visite pastorale au mois de février dernier dans les diocèses de Sakania-Kipushi et de Kilwa-Kasenga. L’évêque de Kolwezi, Mgr. Nestor Ngoie Katawa, a salué la mémoire d’un pasteur soucieux de la croissance spirituelle et doctrinale des brebis à travers les visites dans les paroisses et des lettres pastorales pour les temps forts de l’Avent et de Carême.

Remerciements de l’Archidiocèse de Lubumbashi

L’administrateur diocésain de l’Archidiocèse de Lubumbahi, Mgr. Dénis Moto, a remercié le Président de la République, pour son accompagnement dans cette dure épreuve. Il a dit sa reconnaissance au gouvernement provincial du Haut-Katanga pour sa disponibilité à soutenir financièrement l’archidiocèse de Lubumbashi dans différents domaines.

Il a exprimé sa gratitude à Dieu pour l’amour manifesté à l’endroit de Mgr. Jean-Pierre Tafunga Mbayo, qui laissé un héritage humain, pastoral et spirituel imposant. Feu Mgr. Jean-Pierre Tafunga Mbayo est né à Likasi le 29 juillet 1942 et a été ordonné prêtre le 16 septembre 1972 par feu Mgr. Eugène Kabanga Songa Songa.  Il devint le premier supérieur provincial Africain de l’Afrique Centrale du 15 Août 1990 à janvier 1993. Il fut nommé évêque de Kilwa-Kasenga le 04 octobre 1992 par le Pape Jean-Paul II et ordonné évêque dudit diocèse le 31 janvier 1993 par Mgr. Eugène Kabanga.

Le 10 juin 2002 il fut transféré évêque d’Uvira par le Pape Jean-Paul II, puis nommé Archevêque coadjuteur de Lubumbashi par le Pape Benoit XVI avec droit de succession le 31 juillet 2008. Il succéda ainsi à Mgr Floribert Songasonga Mwitwa le 01 décembre 2010 et pris la possession dudit archidiocèse le 30 janvier 2011.  Feu Mgr. Jean-Pierre Tafunga Mbayo est le quatrième Archevêque de Lubumbashi à reposer dans la crypte de la Cathédrale Saints Pierre et Paul après Mgrs Jean Felix De Hemptine, Eugène Kabanga Songa Songa et Floribert Songasonga Mwitwa.

Avec ACP/Kayu/NiG/JFM

Accident de train en RDC: de huit à 33 morts (responsable régional, média)

novembre 12, 2017

Lubumbashi (RD Congo) – Un accident de train de marchandises, transportant des matières inflammables, a tué huit à 33 passagers clandestins dimanche dans le sud-est de la République démocratique du Congo, selon une source officielle et la radio des Nations unies Okapi.

« Jusque là il y a huit morts et plusieurs blessés. Le bilan pourrait être beaucoup plus important », a déclaré à l’AFP Jean-Marie Tshizainga, ministre des Mines et de l’émergence de la classe moyenne de la province de Lualaba, dont le chef-lieu est Kolvezi.

Sur son site internet, Okapi parle de 33 tués, plusieurs blessés et brûlés dans l’accident de ce train qui allait de Lubumbashi à Luena dans la région minière du Katanga.

Les faits se sont produits à Buyofwe, une gare située à près de 30 km de Lubudi dans la province du Lualaba, subdivision de l’immense Katanga, région grande comme l’Espagne (497.000 km2).

Le convoi transportait 13 wagons dont des citernes d’essence. « Sur une pente, la locomotive s’est emballée avant de finir sa course dans un ravin. Dans ce choc, les citernes ont pris feu, surprenant certains passagers en plein sommeil », selon radio Okapi.

Les passagers se trouvaient à bord de ce train de marchandises après être montés illégalement pour se déplacer.

« C’est un train de marchandises qui a déraillé, qui n’est supposé transporter que des marchandises. S’il y a des individus (à bord) nous les considérons comme des clandestins », a déclaré à l’AFP un haut-responsable de la Société nationale de chemin de fer du Congo (SNCC), Sylvestre Ilunga Ilukamba.

Moteur économique de la RDC avec ses richesses minières à la frontière avec la Zambie, le Katanga a été le théâtre d’autres accidents du même type.

Le 22 avril 2014, un train de marchandises transportant plusieurs centaines de personnes avait également déraillé à hauteur de la localité de Katongola.

Le bilan officiel a fait longtemps état de 74 morts et 163 blessés, mais la Croix-Rouge congolaise affirme que 100 à 200 corps ont été inhumés sur place dans les jours qui ont suivi la catastrophe. L’agence congolaise de presse (gouvernementale) parlera un mois plus tard de 136 morts.

Le 2 juillet 1987 (la RDC s’appelait alors le Zaïre), à la frontière avec la Zambie, le déraillement d’un train à un passage à niveau a fait 150 morts. Un camion remorque, qui n’a pas pu s’arrêter au passage à niveau, avait heurté le train.

Romandie.com avec(©AFP / 12 novembre 2017 21h38)                   

RDC : condamné à trois ans de prison, Moïse Katumbi devient inéligible

juin 22, 2016

L’ancien gouverneur du Katanga et allié de Moïse Katumbi, Gabriel Kyungu wa Kumwanza (C), lors d’une conférence de presse à Lubumbashi, le 20 mai.

L’ancien gouverneur du Katanga et allié de Moïse Katumbi, Gabriel Kyungu wa Kumwanza (C), lors d’une conférence de presse à Lubumbashi, le 20 mai. Crédits : GUILLAUME KAZADI / AFP
L’opposant congolais Moïse Katumbi, candidat à la présidentielle censée avoir lieu cette année en République démocratique du Congo (RDC), a été condamné mercredi 22 juin à trois ans de prison dans une affaire de spoliation immobilière. Un jugement qui le rend pour l’heure inéligible.

Le tribunal de paix de Lubumbashi, dans le sud-est de la RDC, a donné raison à un ressortissant grec accusant l’opposant au président Joseph Kabila de faux et usage de faux pour l’acquisition d’un immeuble dont le plaignant estime qu’il devait lui revenir en héritage.

Moïse Katumbi, officiellement en convalescence à Londres, n’a pas assisté à l’audience. Accusé d’avoir recruté des mercenaires américains, il est par ailleurs poursuivi pour atteinte à la sécurité intérieure et extérieure de la RDC. Hospitalisé après avoir inhalé des gaz lacrymogènes alors qu’il se rendait au tribunal, il avait obtenu d’être soigné à l’étranger. L’opposant s’était d’abord rendu en Afrique du Sud avant de s’envoler pour Londres.

Son frère aîné, Raphaël Katebe Katoto, également proche du leader de l’Union pour la démocratie et le progrès social Etienne Tshisekedi, est récemment intervenu publiquement pour défendre Moïse Katumbi. Dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, Raphaël Katebe Katoto a dénoncé « des procès bidons » et a affirmé être propriétaire du bâtiment qui a valu à son frère d’être condamné.

Lemonde.fr