Posts Tagged ‘Lumière’

La condition du regard

octobre 6, 2010

Mes yeux ont vu l’horreur
Goûtant au cru la torpeur
Avant le bandeau noire
Entourant mes paupières

Quand l’obscurité était lumière
De ma compréhension solitaire
Je marchais comme une taupe
Et droit comme un hippocampe

J’étais nourri sans le désir
Dans l’absence du plaisir
Au grès du singulier caprice
Me plongeant dans la tristesse

Ma vue était sans regard
Comme une abeille sans dard
Je vivais dans le grand silence
D’une parole sans existence

Bernard NKOUNKOU

La rivière sur le dos de la pierre

octobre 1, 2010

La rivière coule sur le dos de la pierre
Sous l’œil amoureux de la lumière
Rampant comme un serpent du jour
Qui traverse les folles herbes depuis toujours

Vêtue de sa robe dans une expression de virginité
Elle chante depuis l’aube de sa pureté
Le cantique de l’aurore au refrain de l’embouchure
Avant d’aller se jeter au fond de la mer

Dans son cortège aquatique entre la verte fraîcheur
Elle siffle au passage des cris de bonheur
Qui résonnent continuellement dans la nature
Produisant le tendre écho sur la toiture

La rivière coule sur le dos de la pierre
Comme le serpent sur le ventre de la rivière
Qui traverse le lit dormant de la terre
Réveillant pendant la pluie le ver de terre

Bernard NKOUNKOU

Le couche-tard

septembre 30, 2010

Au cœur de la nuit endiablée
Tu es le couche-tard de la saison étoilée
L’effraie des clochers et des minarets
Le dormeur diurne des bruits insolents
Le promeneur agrégé à la jonction de la nuit
Friand de pauvres souris vandales
Dans la peau au pelage vespéral
Le grand ennemi des humains au sommeil
Qui n’a pas de nid au regard du soleil
Oiseau du sort de mauvais augure
Tu as signé ton contrat au temps nocturne
Associant ton destin à la nuit
Refusant de vivre dans le bois
Comme au jour de la création
A l’angle divin de la projection
Ta préférence dans le ciel sans lumière
Est un avantage de ta vision première
Permettant de distinguer ta proie rustique
Comme celle de la randonnée domestique
A l’heure où sonne la liberté animale
Au grand plaisir de sa course finale
Terminant son souffle dans la férocité de tes griffes
Où ton bec courbé sans pitié le prend à vif

Bernard NKOUNKOU

L’œil intérieur

septembre 29, 2010

Vaste nuit de mon œil
Qui s’endort sans réveil
Je cherche son image
Dans ma pensée refuge

Au-delà du voyage seul
De mon sommeil linceul
J’erre dans le ventre de Morphée
Comme au jour de l’Odyssée

Dans l’enclos de mes paupières
Enfermées sans lumière
Je rêve de sa silhouette du jour
Avec sa beauté de toujours

Cherchant la tenir à la main
Au grand rendez-vous du lendemain
Les rayons de son sourire
Éclaboussent la peau de mon désir

Bernard NKOUNKOU

Oasis de féminité

septembre 20, 2010

Femme du régime solitaire
Oasis isolée de féminité
Au milieu de notre terre
Enfermée dans sa sérénité

Femme de condition seule
Lune nocturne entourée d’étoiles
Où les enfants de sa tendre lumière
Représentent de précieuses pierres

Femme du silence maternel
Ciel bleu du monde naturel
Trésor corporel de riche désir
Fruit juteux d’énormes plaisirs

Femme du grand soleil d’avenir
Rayon de lumière du sourire
Chaque instant de sa belle vie
Est un bonheur caché d’envie.

Bernard NKOUNKOU