Posts Tagged ‘LUNE’

Sept pays signent avec les États-Unis un texte régissant la future exploration de la Lune

octobre 13, 2020

À l’approche de la mission Artémis 3, sept pays ont signé un texte visant l’encadrement juridique de l’exploration de la Lune. Certaines puissances spatiales rivales ne font cependant pas partie des signataires.

La Nasa a annoncé mardi 13 octobre que sept pays avaient signé ce qu’elle appelle les «accords d’Artémis», un texte qui veut encadrer juridiquement la nouvelle vague d’exploration de la Lune et d’autres astres et autoriser la création de «zones de sécurité». Les pays signataires sont: Australie, Canada, Italie, Japon, Luxembourg, Émirats arabes unis, Royaume-Uni.

Ni la Chine, ni la Russie n’en font partie à ce jour, faisant craindre l’émergence d’un «Far West» dans l’espace, puisque le grand traité international régissant l’espace, datant de 1967, reste vague sur la question de l’exploitation des ressources extraterrestres ; la Nasa est pressée d’imposer un précédent en façonnant un régime juridique autorisant explicitement les entreprises privées à opérer sur d’autres astres, de façon protégée. Le chef de l’agence spatiale russe, Dmitri Rogozine, a estimé lundi que le programme Artémis de retour sur la Lune était trop «américano-centrique».

Deux astronautes américains, dont une femme, doivent marcher sur la Lune en 2024 lors de la mission Artémis 3, et la Nasa veut associer d’autres pays à la construction de la mini-station qui sera assemblée en orbite lunaire à partir de 2023. «Artémis sera le programme international d’exploration habitée le plus large et le plus divers de l’histoire, et les accords d’Artémis seront le véhicule pour établir cette coalition mondiale singulière», a déclaré Jim Bridenstine, administrateur de la Nasa.

Les accords énumèrent dix principes, tels que la transparence des activités, l’interopérabilité des systèmes nationaux, l’obligation de cataloguer tout objet spatial, l’assistance à un astronaute en danger, le partage des données scientifiques et la bonne gestion des débris spatiaux. Mais le texte devient plus controversé en prévoyant la possibilité de créer des «zones de sécurité» par les pays pour protéger leurs activités sur un corps céleste, par exemple l’extraction de ressources, comme de l’eau au pôle sud de la Lune.

Le traité de 1967 interdit toute «appropriation nationale par proclamation de souveraineté, ni par voie d’utilisation, ni par aucun autre moyen». Mais la Nasa se fonde sur un autre article du traité qui proscrit toute activité qui «causerait une gêne potentiellement nuisible» pour justifier de la création de ces zones de sécurité, tout en réaffirmant la primauté du traité de l’espace.

Par Le Figaro avec AFP

L’éclipse solaire, expliquée en cinq points

août 21, 2017

Une éclipse solaire.... (Photo Archives AFP)

Une éclipse solaire. Photo Archives AFP

Le Canada et les États-Unis pourront profiter lundi d’une éclipse solaire qui sera totale ou partielle selon le lieu où l’on se trouve. La Presse canadienne s’est entretenue avec Sébastien Giguère, coordonnateur scientifique et responsable de l’éducation à l’ASTROlab du Mont-Mégantic pour en savoir davantage sur l’un des phénomènes «les plus bouleversants et grandioses» à observer sur Terre, selon plusieurs experts.

Voici ses explications résumées en cinq points:

– Un phénomène relativement fréquent

«Du point de vue global, de la Terre, ce n’est pas quelque chose qui est extrêmement rare, il y en a chaque six mois environ», a expliqué M. Giguère. Cependant, il faut remonter à 1979 pour retrouver la dernière éclipse totale en Amérique du Nord. Les experts jugent qu’un endroit précis est touché par une éclipse totale environ tous les 400 ans. Mais cette fois-ci, par une «coïncidence incroyable», la ville de Carbondale, en Illinois, pourra voir une éclipse totale cette année et en 2014. «Cette ville-là va vivre deux éclipses totales en moins de sept ans, ce qui est fabuleux. On dit 400 ans en moyenne, mais ça peut être 1000 ans sans avoir d’éclipse à un endroit donné», a ajouté M. Giguère.

– Une éclipse partielle au Québec et au Canada

Les Québécois et Canadiens ne pourront pas voir d’éclipse solaire totale lundi; le Soleil ne sera que partiellement caché. Selon les régions du pays, d’est en ouest, la Lune couvrira entre 31 et 89 % du Soleil. Au Québec, où 40 à 50 % du Soleil sera caché, le phénomène pourra être observé en après-midi, alors que dans l’Ouest, ce sera plutôt en matinée. À Montréal, vers 13 h 21, la Lune commencera à cacher le Soleil et atteindra son point maximal à 14 h 38, pour se tasser complètement à 15 h 50. Pour les villes situées plus vers l’Est, le spectacle commencera quelques minutes plus tard. Il faut toutefois espérer que le ciel soit dégagé pour que le phénomène soit bien visible.

– Rendez-vous en 2024

Le 8 avril 2024, en après-midi, le Québec aura sa première éclipse totale depuis le 10 juillet 1972. L’éclipse totale pourra alors être observée à Montréal, Sherbrooke et au Mont-Mégantic. «Quand on se dit que ça arrive une fois à tous les 400 ans en moyenne, et qu’on en a une dans moins de sept ans, on est privilégiés», a soutenu M. Giguère. Les Québécois devront profiter de cette occasion, puisque rien d’autre n’est prévu dans l’horizon 2100, selon l’ASTROlab.

– Un phénomène spectaculaire

Les Américains de plusieurs États où l’éclipse solaire se manifestera auront tout un spectacle lundi matin. Lorsque la Lune cache complètement le Soleil, de multiples phénomènes se produisent: les étoiles les plus brillantes peuvent être visibles dans le ciel, les oiseaux ont tendance à retourner à leur nid, les insectes nocturnes se font entendre et la température peut chuter d’environ 15 degrés Celcius. «Le noir de la Lune devant le Soleil, c’est le noir le plus noir que l’on puisse apercevoir, à tel point qu’il y a des instruments scientifiques qui sont calibrés avec ce noir-là», a expliqué M. Giguère. La durée du phénomène dépend du lieu où l’on est, mais l’éclipse totale peut s’étaler sur un maximum de 2 minutes et 40 secondes.

– La protection essentielle

Il est extrêmement dangereux de regarder directement une éclipse solaire partielle sans avoir la protection en conséquence. «Même si le Soleil sera caché jusqu’à 50 %, sa luminosité est amplement suffisante pour endommager notre rétine. Et notre rétine n’est pas munie de terminaisons nerveuses, donc on ne peut pas ressentir la douleur», a fait remarquer l’expert. L’option la plus facile pour se protéger est de se procurer des lunettes d’éclipses – et non pas des lunettes fumées normales – ou de se fabriquer une boîte de carton spéciale qui projettera la réflexion du Soleil. «Le Soleil pendant une éclipse solaire n’est pas plus dangereux qu’en temps normal, mais en temps normal, on n’a pas l’idée de le regarder directement», a-t-il résumé. Dans le cas d’une éclipse totale, il est cependant possible de la regarder directement pendant les secondes ou minutes que le Soleil sera entièrement dissimulé.

Lapresse.ca

Arabie: la fête de la fin du ramadan célébrée dimanche

juin 24, 2017

 

Ryad – La fête de l’Aïd el-Fitr, marquant la fin du ramadan, le mois de jeûne musulman, sera célébrée à partir de dimanche, ont annoncé samedi les autorités religieuses en Arabie saoudite.

Dans un communiqué du cabinet royal publié par l’agence officielle Spa, les autorités religieuses ont indiqué qu’après l’observation du premier croissant de lune de chawal, le nouveau mois lunaire, dimanche sera le premier jour de la fête du Fitr.

Les Emirats arabes unis, le Koweït, Bahreïn, le Qatar et le Yémen ont également annoncé sur leurs agences de presse que dimanche marquerait le début de l’Aïd el-Fitr.

Le sultanat d’Oman est le seul pays de la péninsule arabique à avoir fixé la date du Fitr à lundi, l’observation du croissant de lune n’ayant pas pu être observée samedi, selon un communiqué des autorités religieuses publié à Mascate.

Pendant le ramadan, mois de piété et de prière, les fidèles s’abstiennent de manger, de boire et d’avoir des rapports sexuels du lever au coucher du soleil.

Romandie.com avec(©AFP / 24 juin 2017 21h41)                   

La Lune tombe vers le Soleil

mars 6, 2016

Un petit salut dominical au croissant lunaire qui s’apprête à éclipser le Soleil, mais qui doit d’abord rencontrer Vénus lundi matin.
Vénus et la Lune
Ce dimanche 6 mars à l’aube, le croissant lunaire dominait Vénus (en bas à gauche) d’une quinzaine de degrés au-dessus de l’horizon est-sud-est. Une très belle lumière cendrée – le reflet de l’éclat solaire sur la Terre – éclairait joliment la portion nocturne du disque de Séléné. Du côté de la technique : boîtier Sony Alpha 7s, pose de 1/15e de seconde (ISO 160), objectif de 85 millimètres de focale ouvert à 1,8. Cliquez sur l’image pour une version plus grande.
© Guillaume Cannat

Demain à l’aube, le lundi 7 mars, un très mince croissant lunaire fera une brève halte à côté de Vénus au-dessus de l’horizon est-sud-est. Ces deux astres seront à 3 degrés l’un de l’autre avec la Lune juste à l’aplomb de la planète, le tout à moins de 5 degrés de hauteur. Si vous tendez le bras devant vous à l’horizontale avec le pouce déployé comme pour faire du stop vers le ciel, le haut de votre pouce est à 5 degrés de hauteur environ si sa base est au niveau de la ligne d’horizon. Ce n’est pas très haut, il faut donc choisir un site d’observation dépourvu d’obstacles naturels ou artificiels dans cette direction, qui est celle du lever du Soleil.

Ce beau rendez-vous est observable pratiquement partout sur Terre – de près de 55° de latitude nord à 55° de latitude sud – entre une heure et une demi-heure avant le lever du Soleil. Naturellement, selon votre position géographique dans l’hémisphère Nord ou Sud, l’orientation et la position relative des deux astres seront légèrement différentes. En France métropolitaine, les prévisions météo sont variables selon les régions, mais je vous invite à tenter votre chance car la Lune et Vénus sont des astres brillants et il suffit d’une petite éclaircie ou d’une trouée dans un ciel nuageux pour parvenir à les voir. Si vous possédez des jumelles vous pouvez bien sûr les utiliser pour faciliter vos recherches, et si vous voulez conserver un souvenir photographique les conditions lumineuses sont suffisantes pour faire confiance à l’automatisme de votre appareil. Il faut juste prendre soin de le stabiliser en le fixant sur un pied ou en vous appuyant sur un bord de fenêtre ou une rambarde, et de vérifier que la mise au point se fait bien sur l’infini.

7 mars 2016
Lundi 7 mars à l’aube, entre une heure et une demi-heure avant le lever du Soleil, tentez d’observer Vénus et le mince croissant lunaire au ras de l’horizon est-sud-est. Ces deux astres sont à moins de 3 degrés d’écart et, sur ce schéma, leur position est indiquée pour la France métropolitaine.

Après cette rencontre avec Vénus, la vieille lune va poursuivre sa route en direction de la position apparente du Soleil et, le 9 mars, elle passera juste devant lui et l’éclipsera. Le 20 mars 2015, les observateurs européens avaient pu profiter du magnifique spectacle du disque solaire partiellement ou totalement éclipsé par le disque lunaire. Cette année, le phénomène sera visible de l’autre côté du globe, de Sumatra à Hawaii. Je vous renvoie à mon précédent billet pour connaître plus précisément les régions concernées par l’éclipse solaire totale du 9 mars 2016. Si vous n’êtes pas déjà sur place, vous pourrez suivre cette éclipse sur le web ; je diffuserai des images en direct dans mon prochain billet. Petite précision horaire : pour les européens, le direct se produira dans la nuit de mardi à mercredi, entre minuit et 5 heures du matin. Pour patienter, ne manquez pas le dernier rendez-vous de la Lune et de Vénus lundi matin !

Lemonde.fr par Guillaume Cannat

La Lune est plus jeune qu’on ne le pensait

août 21, 2011

Les roches ramenées par Apollo 16 en 1972 offrent de nouvelles données.

La Lune est le seul satellite naturel de la Terre (et le cinquième plus gros de tout le système solaire). Mais comment est-elle née et arrivée là où elle est? La question divise les scientifiques, même si une majorité se rallie à la théorie selon laquelle la Lune est un bout de Terre arrachée à notre planète suite à la collision avec un astéroïde géant. D’autres pensent qu’elle peut être née de manière concomitante à la Terre, ou que cette dernière aurait capturé un astéroïde…

De nouveaux travaux franco-américains publiés dans Nature jettent un pavé dans la mare: de toutes récentes analyses d’échantillons lunaires ramenés par la mission Apollo 16 (un peu plus de 95 kg) montrent que la Lune est plus jeune qu’on le croyait, ou qu’elle ne s’est pas formée, comme on l’imaginait, il y a 4,46 milliards d’années. Dans tous les cas, son mode de formation est remis en cause.

«Les échantillons lunaires sont rares et la Nasa ne les “distribue” aux laboratoires que très parcimonieusement, au milligramme près, surtout quand les analyses sont destructrices, explique Maud Boyet, géochimiste du laboratoire Magmas et volcans de l’université Blaise-Pascal de Clermont-Ferrand (unité mixte CNRS), l’une des signataires des travaux. J’avais déjà travaillé avec Richard Carlson de la Carnegie Institution de Washington et nous avons pu bénéficier des compétences de Lars Borg, de Lawrence Livermore National Laboratory, qui est l’un des membres de la commission qui gère tous les échantillons lunaires.»

Cristallisation magmatique

L’échantillon étudié vient de la collection de roches lunaires du Johnson Space Center. Un minuscule morceau de 1,88 gramme prélevé sur l’échantillon FAN 60025. Examiné sous toutes les coutures, il a livré son âge. Et indiqué que la Lune était environ 100 millions d’années plus jeune qu’on ne le croyait. Ce qui ne cadre pas avec le modèle de naissance de notre satellite naturel dans lequel un océan de magma en fusion s’est peu à peu solidifié.

«Personnellement, estime Maud Boyet, je pencherai plutôt pour l’hypothèse d’un mécanisme de cristallisation magmatique différent que pour un rajeunissement de la Lune.» D’autres analyses en cours pourraient, espère-t-on, trancher entre ces hypothèses.

Lefigaro.fr par Jean-Luc Nothias

Oasis de féminité

septembre 20, 2010

Femme du régime solitaire
Oasis isolée de féminité
Au milieu de notre terre
Enfermée dans sa sérénité

Femme de condition seule
Lune nocturne entourée d’étoiles
Où les enfants de sa tendre lumière
Représentent de précieuses pierres

Femme du silence maternel
Ciel bleu du monde naturel
Trésor corporel de riche désir
Fruit juteux d’énormes plaisirs

Femme du grand soleil d’avenir
Rayon de lumière du sourire
Chaque instant de sa belle vie
Est un bonheur caché d’envie.

Bernard NKOUNKOU