Posts Tagged ‘Lynchage’

Indignation en France après le passage à tabac de deux policiers

janvier 1, 2018

Paris – Le passage à tabac de deux policiers dans la banlieue de Paris dans la nuit de la Saint-Sylvestre a soulevé une vague d’indignation en France, où le président Emmanuel Macron a dénoncé un « lynchage lâche et criminel ».

Au total, huit policiers et trois militaires ont été blessés en France dans la nuit de dimanche à lundi, au cours de laquelle 1.031 véhicules ont été incendiés et 510 personnes arrêtées, a indiqué le ministère de l’Intérieur.

Le nombre de véhicules incendiés, soit directement soit par propagation, est passé de 935 l’année dernière à 1.031, a précisé le ministère, le nombre de personnes interpellées de 456 à 510.

A Champigny-sur-Marne, dans la banlieue est de Paris, deux policiers –un homme et une femme– appelés pour une rixe pendant une soirée privée ont été pris à partie et roués de coups peu avant minuit.

Des vidéos largement reprises sur les réseaux sociaux montrent un grand nombre d’individus se précipitant sur un véhicule retourné. Une femme en uniforme, à terre, encerclée, reçoit des coups de pied pendant que plusieurs personnes s’acharnent sur le véhicule.

Les renforts policiers, arrivés sur place, « ont fait usage de tirs de grenades et de moyens de désencerclement » pour venir en aide à leurs collègues agressés, selon une source proche du dossier. Les deux policiers souffrent l’un d’une fracture du nez, l’autre de commotions au visage. Plusieurs véhicules des pompiers et de la sécurité civile ont été saccagés.

Deux personnes ont été interpellées pendant ces affrontements, mais les agresseurs des deux policiers restent en fuite, selon la même source.

L’incident a provoqué une vague d’indignation sur les réseaux sociaux en France. Le président Emmanuel Macron a promis, sur Twitter, que les « coupables du lynchage lâche et criminel des policiers » seront « retrouvés et punis ».

« Honneur à la police et soutien total à tous les agents bassement agressés », a-t-il affirmé.

« S’attaquer à nos forces de sécurité, c’est s’attaquer à notre République », a tweeté le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb.

« Ces scènes d’une rare violence viennent rappeler que perdure et s’amplifie dans notre pays, à côte de la menace terroriste, une insécurité confinant parfois à la guérilla urbaine », a dénoncé pour sa part la présidente du Front national (extrême droite) Marine Le Pen.

Quelque 140.000 policiers, gendarmes, militaires, sapeurs-pompiers et personnels de secours avaient été mobilisés durant la nuit de la Saint-Sylvestre.

En octobre 2016, la violente agression de deux policiers, grièvement blessés par des cocktails Molotov dans leurs voitures à Viry-Châtillon, dans la banlieue sud de Paris, avait déclenché un mouvement de protestation inédit parmi les forces de l’ordre françaises. Les policiers avaient manifesté pour exprimer leur « malaise » face à la « haine anti-flics », et dénoncer le manque de moyens financiers.

Romandie.com avec (©AFP / 01 janvier 2018 20h54)                   

Kenya: un suspect lynché après une attaque ayant fait 6 morts dans un lycée

octobre 14, 2017

Nairobi – Un étudiant soupçonné d’avoir participé tôt samedi à une attaque ayant fait six morts contre un lycée dans le nord du Kenya a été lynché par des habitants de Lokichogio (nord du Kenya), ont annoncé des responsables.

Après l’attaque, qui a tué cinq élèves et un garde de sécurité de l’internat, le suspect, un lycéen suspendu de l’établissement, a été arrêté. Par la suite, des habitants en colère l’ont lynché pour se venger.

« Six personnes ont été tuées dans l’attaque, dont cinq lycéens, et plusieurs ont été blessées », a déclaré Seif Matata, un responsable du comté de Turkana.

Dix-huit personnes ont été blessées par balle au cours de l’attaque, selon le gouverneur de la région du Turkana, Josphat Nanok.

L’attaque lancée contre le lycée a été menée par des hommes armés venus du Soudan du Sud, a-t-on appris auprès des autorités locales.

Des membres de la milice de la tribu des Toposa, du Soudan du Sud frontalier du Kenya, seraient responsables de l’attaque dirigée par le lycéen suspendu, selon M. Matata.

Ce lycéen, Abraham Lochor, originaire du Soudan du Sud et âgé de 20 ans, a été arrêté par la police mais une foule en colère a pénétré dans le commissariat de police, l’a sorti de sa cellule et l’a tué en le lapidant, mettant le feu à sa dépouille.

« Le suspect était détenu au commissariat de police de Kakuma pour un interrogatoire sur l’attaque et nous essayons de savoir comment ils ont réussi à se saisir de lui. C’est malheureux, » a déclaré le chef de la police de la région du Turkana, Ronald Opili.

L’attaque du lycée s’est produite vers 03H00 (00H00 GMT), alors que les élèves du lycée mixte de Lokichogio dormaient dans leurs chambres, selon M. Matata.

La Croix-Rouge kényane a évacué plusieurs blessés par avion vers l’hôpital d’Eldoret, plus au sud.

Les conflits communautaires, notamment les conflits territoriaux et les disputes pour du bétail opposant la tribu Toposa du Sud-Soudan et l’ethnie Turkana du Kenya, sont fréquents au Turkana, une vaste région aride et reculée du nord-ouest du Kenya.

Romandie.com avec(©AFP / 14 octobre 2017 17h54)                                            

Congo/Pointe-Noire: Un bébé noir lynché

mai 28, 2016
L’insécurité règne à grande échelle dans la ville océane de Pointe-Noire par un groupe de bandits entretenus par le pouvoir semant terreur et horreur dans la paisible population:

« Pointe-Noire , un bébé noir  capturé par les habitants du Quartier MALALA . Samedi 28 /05/16 - 
Image :  @BrazzaNews »
Un bébé noir capitulé par la population: 5H00 << Samedi 28/05/2016>>


Pointe-Noire, quartier Malala, dans la zone de l’aéroport international Aghostino Neto, une dizaine des bébés noirs, armée des machettes braquent un malien livreur de pains dans une boutique située à quelques mettre de l’aéroport: celui-ci crie au secours.

Aussitôt, les jeunes du quartier et les gardiens sortent. Les bébés noirs prennent la fuite, les jeunes du quartier Malala arrivent quand même à mettre la main sur un bébé noir.

Le bébé noir capitulé a été bien lynché, déshabillé et exposé au public. La scène se passe à dix mètres de la boutique qui a été braquée par ces mêmes bébés noirs.

Ref-Image : Pointe-Noire, un bébé noir capturé par les habitants du Quartier Malala. Samedi 28 /05/16 –

« Pointe-Noire , un bébé noir  capturé par les habitants du Quartier MALALA . Samedi 28 /05/16 - 
Image :  @BrazzaNews »
Image: @BrazzaNews

Femme lynchée à Kaboul: des centaines de personnes aux funérailles, 13 policiers suspendus

mars 22, 2015

Kaboul – Des centaines de personnes ont assisté dimanche à Kaboul aux funérailles d’une femme lynchée jeudi par une foule dans la capitale afghane, et 13 policiers ont été suspendus, selon le ministère de l’Intérieur.

Les funérailles de cette femme, lynchée après avoir été accusée d’avoir brûlé un exemplaire du coran, ont eu lieu dimanche matin au cimetière du quartier de Panjsad Families (nord de Kaboul), et se sont déroulées dans le calme. Plusieurs membres du Parlement afghan y ont assisté, ainsi que des responsables gouvernementaux.

Dans un communiqué publié dimanche soir, le ministère de l’Intérieur afghan a précisé que 13 policiers ont été suspendus, dont le chef de la police du quartier où se sont déroulés les faits. En effet, beaucoup de témoins ont affirmé que la police n’était pas intervenue pendant le lynchage.

Et le ministre de l’Intérieur Noorul Haq Ulumi a demandé à la police criminelle de Kaboul d’enquêter sérieusement sur cette affaire. Selon le communiqué, 11 autres personnes en connexion avec les faits ont été arrêtées.

Fait rare en Afghanistan, au cours de la cérémonie dimanche matin, ce sont des femmes, militantes et membres de la société civile qui ont porté au cimetière le cercueil de la victime, Farkhunda, 27 ans.

La foule a crié Dieu est grand en demandant au gouvernement de mener les coupables devant la justice.

C’est un crime contre cette famille, un crime contre une soeur et un crime contre l’humanité, a lancé au micro Bari Salam, un militant des droits de l’Homme.

Najeebullah, le frère de la victime, a dit à l’AFP lors des funérailles que sa soeur était profondément religieuse, (et qu’elle) récitait le Coran et priait cinq fois par jour.

Jeudi, une foule dense avait battu à mort une femme soupçonnée d’avoir brûlé un exemplaire du Coran près de la mosquée du quartier de ShahDo Shamshera, dans le centre de Kaboul.

Cette femme, dont le corps a été jeté dans le lit du fleuve Kaboul avant d’être enflammé, était traitée depuis quatre ans pour des troubles psychiatriques, selon la police.

Le président Ashraf Ghani avait fermement condamné cet acte vendredi, ajoutant qu’il entrait clairement en contradiction avec la charia (loi islamique) et le système de justice islamique.

Le président Ghani a également ordonné une enquête sur l’affaire.

Nous en avons arrêté 13 en relation avec le meurtre de Farkhunda, même s’ils sont 100, nous les arrêterons tous, a assuré dimanche après-midi à l’AFP le général Zahir Zahir, chef des investigations criminelles au ministère de l’Intérieur.

M. Ghani a estimé que l’incident souligne un problème fondamental, selon lui, car presque 90% des tâches de la police sont dédiée aux combats (antiterroristes), ce qui n’est pas leur rôle constitutionnel. Le président a ensuite ajouté que l’application de l’Etat de droit est crucial pour le pays.

La mission de l’ONU en Afghanistan (Unama) a également condamné cet acte vendredi.

Les images choquantes de la victime, photo et vidéo réalisées sur téléphones portables, ont été largement diffusées sur les réseaux sociaux. On y voit toute la séquence du lynchage et du corps en train de brûler.

En 2012, la révélation de l’incinération d’exemplaires du Coran sur la base américaine de Bagram avait provoqué cinq jours de violentes émeutes antiaméricaines et d’attentats. Une trentaine de personnes avaient été tuées.

Romandie.com avec(©AFP / 22 mars 2015 15h55)