Posts Tagged ‘Macédoine’

Frontière gréco-macédonienne: plus de 5.000 réfugiés bloqués

février 27, 2016

Athènes – Plus de 5.000 migrants étaient bloqués samedi au poste-frontière d’Idomeni, dans le nord de la Grèce, au lendemain de la décision de quatre pays des Balkans d’instaurer des nouveaux quotas, a annoncé la police locale.

Cette situation sera réglée d’ici 15 jours, a assuré samedi le ministre grec de la Politique migratoire Yiannis Mouzalas, précisant que le gouvernement entendait installer des camps provisoires à travers le pays pouvant abriter jusqu’à 2000 à 3000 personnes.

Ce blocage des migrants est intervenu après la décision de la Macédoine, il y a une semaine, de fermer sa frontière aux Afghans. Elle exige en outre des Syriens et Irakiens des papiers d’identité en plus du laissez-passer délivré dans les centres d’enregistrement grecs.

Le point de passage d’Idomeni a été néanmoins totalement fermé dans la nuit de jeudi à vendredi et ce, jusqu’à samedi en début d’après-midi, selon la police grecque.

La Slovénie et la Croatie, membres de l’UE, ainsi que la Serbie et la Macédoine ont annoncé vendredi limiter à 580 le nombre quotidien d’hommes, de femmes et d’enfants transitant vers l’Europe du Nord.

Ces pays des Balkans ont emboîté le pas à l’Autriche qui a décidé il y a plus d’une semaine de limiter l’entrée des migrants sur son territoire à 80 demandeurs d’asile par jour, et à 3.200 personnes en transit.

Outre Idomeni, quelque 800 personnes étaient aussi bloquées dans un camp provisoire grec, situé à 20 km du poste-frontière.

Seuls 150 réfugiés avaient pu traverser la frontière macédonienne jeudi avant la fermeture d’Idemoni, selon les autorités grecques. Le nombre total de migrants et réfugiés sur le sol grec s’élève actuellement à 20.000 personnes, selon les services de M. Mouzalas.

Cette situation ont entraîné des tensions à Idomeni où quelque 400 réfugiés ont protesté samedi matin, exhortant les autorités macédoniennes à les laisser passer.

Quelque 200 autres personnes ont également manifesté samedi devant l’ambassade d’Autriche à Athènes, scandant Ouvrez les frontières, et ou encore Arretez la guerre en Syrie, a constaté un journaliste de l’AFP.

Nous faisons face à une crise humanitaire que d’autres ont provoquée, a déclaré M. Mouzalas dans une interview à la radio Sto Kokkino, précisant que les camps que la Grèce prévoit d’installer doivent répondre aux besoins élementaires des migrants pour une durée limitée.

Romandie.com avec(©AFP / 27 février 2016 19h33)

Environ 7.600 migrants entrés en Macédoine en 12 heures, un record

septembre 11, 2015

Gevgelija (Macédoine) – Environ 7.600 migrants sont entrés en Macédoine entre jeudi soir et vendredi matin, un record depuis le début de la crise migratoire, a déclaré une responsable de l’ONU citée par l’agence officielle macédonienne MIA.

Environ 7.600 migrants, notamment de Syrie, sont entrés en Macédoine entre 18H00 (16H00 GMT) hier (jeudi) et 06H00 (04H00 GMT) du matin aujourd’hui (vendredi), a affirmé Alexandra Krause, chargée de la communication auprès du Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR).

Nous avons des informations de nos collègues grecs selon lesquels davantage de migrants continuent à affluer à bord d’autobus vers la frontière macédonienne, a-t-elle ajouté.

Depuis vendredi matin, les migrants, qui souhaitent poursuivre leur voyage vers les pays d’Europe occidentale, arrivaient en Macédoine à un rythme d’environ 500 par heure, selon des humanitaires et des journalistes de l’AFP.

A leur arrivée, ils se rendent au centre d’accueil installé par le HCR, où ils se font enregistrer auprès des autorités. Puis ils poursuivent leur chemin en empruntant un sentier caillouteux sur encore 500 mètres pour embarquer à bord d’autobus qui les conduiront vers le nord de la Macédoine, à la frontière avec la Serbie.

Vendredi, une trentaine d’autobus attendaient leurs passagers.

La pluie, qui tombait sans cesse jeudi, s’est arrêtée, rendant la situation des migrants un peu plus supportable.

A Presevo, à la frontière serbe, des centaines de migrants attendaient d’obtenir les documents leur permettant de poursuivre leur voyage sur le territoire de cette ex-république yougoslave, encore plus au nord, vers la Hongrie, pays membre de l’Union européenne.

La nuit a été très dure, nous sommes trempés, affirme au correspondant de l’AFP Mustafa Osman, 28 ans. Cet ancien policier originaire d’Alep (Syrie) essaye de se rendre en Allemagne en compagnie de son père, de son frère et de sa soeur.

Le seul but de cet exode c’est de survivre, renchérit Wahid Rashid, 37 ans, alors qu’il tente tant bien que mal de sécher son passeport au dessus d’un feu de bois improvisé.

Les première pluies ont laissé entrevoir de nombreux problèmes qu’apporteront l’automne et l’hiver aux migrants qui traversent les Balkans.

Le Premier ministre serbe Aleksandar Vucic a affirmé jeudi soir que la Serbie allait être confrontée à de nombreux problèmes à partir du 15 septembre, date de l’entrée en vigueur en Hongrie d’une nouvelle législation anti-migrants.

Nous devons nous préparer pour cet hiver. Après le 15 septembre, les réfugiés qui séjournaient en Serbie entre deux et trois jours y resteront plus longtemps, entre cinq et dix jours et nous devons être prêts pour cette nouvelle réalité, a-t-il dit.

Adoptées par Budapest, plusieurs mesures qui doivent prendre effet le 15 septembre ont pour objectif de rendre la frontière hongroise aussi étanche que possible à l’immigration clandestine.

Romandie.com avec(©AFP / 11 septembre 2015 14h07)

Macédoine: 14 clandestins somaliens et afghans meurent écrasés par un train

avril 24, 2015

Skopje – Quatorze clandestins somaliens et afghans ont péri écrasés par un train jeudi soir dans le centre de la Macédoine, un accident qui illustre les dangers qu’assument les immigrants dans leur tentative de parvenir dans l’Union européenne.

L’accident s’est produit tard dans la soirée à hauteur de la ville de Veles, à 50 km au sud de la capitale Skopje. Une cinquantaine de clandestins se reposaient sur une voie ferrée lors du passage à cet endroit d’un train international en provenance de Grèce, selon les premiers éléments de l’enquête.

Le machiniste a tenté d’arrêter le train, il a activé la sirène, de nombreux migrants ont réussi à s’enfuir mais 14 ont été tués, selon le communiqué du Parquet macédonien, qui précise que les clandestins étaient originaires d’Afghanistan et de Somalie.

Ils remontaient cette voie ferrée en direction de la Serbie, au nord, dernière étape vers l’Union européenne.

L’accident s’est produit dans un étroit canyon difficile d’accès et les migrants n’avaient pas suffisamment d’espace autour de la voie ferrée pour fuir, a expliqué un responsable de la police lors d’une conférence de presse, précisant que les victimes étaient surtout des jeunes gens.

Dans cette zone, d’un côté de la voie ferrée il y a une paroi rocheuse et un ravin de l’autre.

Ceux qui ont participé à l’évacuation des cadavres ont décrit une scène d’horreur, avec des corps déchiquetés sur quelque 150 mètres, selon la même source.

Les cadavres des victimes ont été transportés à Veles et posés dans la chapelle d’un cimetière municipal, selon une porte-parole de la police, Anita Stojkovska.

Huit migrants afghans et somaliens ont été arrêtés et placés en détention au commissariat de Veles, alors que les autres ont réussi à s’enfuir, selon la même source.

– La route des Balkans –

Cet itinéraire est fréquemment le théâtre d’accidents similaires. Une douzaine de clandestins ont péri au cours des six derniers mois dans des accidents semblables en Macédoine.

La Macédoine, comme les autres pays de la région, se trouve sur la route des Balkans utilisée par des groupes criminels se livrant au trafic d’êtres humains, de drogue et d’armes vers les pays de l’UE.

En raison de la grave crise économique qui frappe la Grèce, les migrants venus surtout d’Asie centrale et du Moyen-Orient décident de quitter ce pays membre de l’Union européenne en passant par la Serbie, qui n’est pas membre de l’UE mais offre un accès terrestre vers trois pays du bloc européen: la Roumanie, la Hongrie et la Croatie.

Selon le dernier rapport de l’agence européenne pour la sécurité des frontières de l’UE (Frontex), les passeurs macédoniens demandent entre 120 et 200 euros pour amener les migrants jusqu’à la frontière serbe.

D’autres réseaux ont éclos sur la frontière entre la Grèce et l’Albanie et organisent des passages en bateau vers l’Italie.

La route par les Balkans est toutefois moins onéreuse que la traversée, 1.800 euros maximum contre jusqu’à 3.000, toujours selon Frontex.

A la frontière entre la Serbie et la Hongrie, porte d’entrée de l’UE vers l’Autriche et l’Allemagne, le nombre de migrants a augmenté de 338% (une multiplication par quatre) entre 2012 et 2013, selon Frontex.

L’Union européenne a décidé jeudi de tripler le budget de son opération de patrouille en mer pour prévenir de nouveaux drames de l’immigration en Méditerranée, après le naufrage au large de la Libye d’un chalutier qui a fait plus de 700 morts dimanche.

Malte est, avec l’Italie et la Grèce, en première ligne face à l’afflux d’immigrés qui tentent de gagner l’Europe en entamant une périlleuse traversée de la mer.

Romandie.com avec(©AFP / 24 avril 2015 14h10)