Posts Tagged ‘Maire’

France/Maire tué dans le Var : le conducteur de la camionnette mis en examen

août 7, 2019

Mai

Mairie de Signes Google map

Ce maçon de 23 ans a été remis en liberté et placé sous contrôle judiciaire. Il conduisait la camionnette qui a mortellement renversé le maire de Signes venu le verbaliser pour un dépôt de gravats dans une décharge sauvage.

Le conducteur de la camionnette qui a mortellement renversé le maire de Signes (Var) venu le verbaliser pour un dépôt de gravats dans une décharge sauvage a été mis en examen mercredi pour « homicide involontaire », a-t-on appris auprès du parquet de Toulon. Ce maçon de 23 ans a été remis en liberté et placé sous contrôle judiciaire.

Le parquet de Toulon, qui avait ouvert une information judiciaire pour « homicide involontaire » mercredi matin, avait requis le placement en détention provisoire. Il peut encore faire appel de cette remise en liberté.

Maire de Signes depuis 1983, Jean-Mathieu Michel, 76 ans, est mort lundi après avoir été renversé par la camionnette dont il voulait verbaliser les occupants pour avoir jeté des gravats en bordure d’une route. Le chauffeur de la camionnette, un maçon de 23 ans, qui avait été placé en garde à vue lundi, doit être présenté à un juge d’instruction ce mercredi après-midi, en vue d’une mise en examen, a précisé le parquet qui a demandé son placement en détention provisoire. L’autre occupant de la camionnette, un apprenti de 20 ans, également placé en garde à vue lundi, avait été libéré mardi dans la soirée.

Selon les premiers éléments de l’enquête, la mort de Jean-Mathieu Michel, qui a ému l’ensemble de la classe politique, serait accidentelle. Le chef de l’Etat, Emmanuel Macron a «salué avec respect le dévouement inlassable» du maire de Signes et adressé une lettre de condoléances à sa famille.

La commission des lois du Sénat va consulter les maires

Ce décès a soulevé l’émotion de la classe politique et provoqué nombre de réactions d’élus locaux. Le mandat de maire est «extrêmement difficile et on doit davantage le soutenir», a abondé ce mercredi sur franceinfo la secrétaire d’Etat Marlène Schiappa, rappelant que le ministre chargé des Collectivités territoriales Sébastien Lecornu prépare pour la rentrée un projet de loi «qui permette de mieux sécuriser les parcours des élus et des maires».

«Leur responsabilité parfois même pénale est engagée et vous avez assez peu de rémunération, de reconnaissance et de moyens, il faut bien le dire», a-t-elle souligné. Elle a aussi jugé «intéressante» la consultation des maires sur les violences auxquelles ils sont confrontés que le Sénat va lancer la semaine prochaine, en liaison avec l’Association des maires de France (AMF). Les réponses serviront à élaborer un «plan d’action» pour des conditions d’exercice de leurs mandats en «sécurité» et dans la «dignité». Vanik Berberian, président de l’Association des maires ruraux de France (AMRF), a appelé sur Europe 1 à «très rapidement trouver des réponses», alertant sur la «dégradation au fil du temps» de l’image des maires.

Par Le Figaro.fr avec AFP

Un ballon représentant le maire de Londres en bikini vole près du Parlement britannique

septembre 1, 2018

Des opposants au maire travailliste de Londres, Sadiq Khan, ont fait voler samedi près du Parlement britannique un ballon géant le représentant en bikini, en réponse au « Bébé Trump » géant qui avait flotté au même endroit en juillet.

L’action a été initiée par Yanny Bruere, qui se revendique comme un « partisan de la liberté d’expression ».

Des opposants au président américain Donald Trump avaient déployé un ballon le caricaturant en bébé joufflu et colérique pendant sa visite officielle au Royaume-Uni, en juillet.

« Faisons un +bébé Khan+ et voyons si la LIBERTÉ D’EXPRESSION s’applique à tous », a écrit Yanny Bruere sur une page de crowdfunding (financement participatif), récoltant près de 60.000 livres sterling (67.000 euros) pour son projet.

Il y explique son désaccord avec la politique du maire de Londres et dénonce une hausse de la criminalité dans la capitale britannique.

Le maillot de bain fait référence à l’interdiction en 2016 d’une publicité pour des produits amincissants dans les transports londoniens. Jugée sexiste, la publicité représentait une mannequin au corps élancé et vêtue d’un bikini jaune demandant « Votre corps est-il prêt pour la plage? ».

La manifestation de samedi a été autorisée et le maire de Londres a déclaré à ITV London: « si les gens veulent passer leur samedi à me regarder en bikini jaune, ils ont tout à fait le droit de le faire -bien que je ne pense pas que le jaune soit ma couleur ».

Romandie.com avec(©AFP / (01 septembre 2018 13h26)                                                        

Sénégal: Khalifa Sall perd la mairie de Dakar sur décision du président

août 31, 2018

Une banderole demandant la libération du maire de Dakar, Khalifa Sall, brandie par ses partisans dans la capitale sénégalaise, le 31 juillet 2017. / © AFP/Archives / SEYLLOU

Le président sénégalais Macky Sall a révoqué vendredi par décret de ses fonctions le maire de Dakar, Khalifa Sall, au lendemain de sa condamnation en appel à cinq ans de prison pour escroquerie sur les deniers publics, soulevant les protestations de ses avocats et de défenseurs des droits de l’homme.

« Monsieur Khalifa Ababacar Sall est révoqué de ses fonctions de maire de la Ville de Dakar », selon un décret signé par Macky Sall et par le Premier ministre, Mahammed Boune Abdallah Dionne.

La Cour d’appel de Dakar a confirmé jeudi la peine de cinq ans décidée en première instance à l’encontre du maire de Dakar, l’un des principaux opposants au chef de l’Etat et candidat déclaré à la présidentielle de février 2019.

Sa révocation a fait l’objet d’éditions spéciales à la télévision et à la radio.

« La condamnation du maire de Dakar par la Cour d’appel le prive de la capacité juridique et de l’autorité morale nécessaires à l’exercice de ses fonctions », d’après un rapport du ministre de la Gouvernance territoriale, qui a la tutelle sur les villes, et sur lequel se fonde notamment le décret.

– « Persécution » –

La révocation du maire de Dakar a été immédiatement dénoncée comme « illégale, anti-démocratique et sans fondement » par un de ses avocats, Amadou Ali Kâne, joint par téléphone par l’AFP.

« Khalifa Sall n’est pas définitivement condamné. Nous sommes dans les délais de recours et en matière pénale ceux-ci sont suspensifs. Il avait six jours à partir » de la date de sa condamnation en appel « pour se pourvoir en cassation », a déclaré Me Kâne, évoquant les textes qui organisent la Cour suprême au Sénégal.

« Le harcèlement et la persécution (contre le maire de Dakar) semblent se confirmer. Cette décision est manifestement illégale », a également déclaré sur une radio Me Assane Dioma Ndiaye, président de la Ligue sénégalaise des droits de l’homme (LSDH) et avocat de Khalifa Sall.

« C’est catastrophique à ce stade de la procédure que le président Macky Sall prenne un décret pour révoquer Khalifa Sall. C’est admettre qu’il est (définitivement) fautif alors que les voies de recours ne sont pas encore terminées », a fait remarquer Babacar Ba, du Forum du justiciable, une organisation de défense des droits de l’homme.

« Khalifa Sall est toujours présumé être innocent. Où sont les conseillers et les juristes du président de la République », s’est demandé M. Ba.

Le maire de Dakar Khalifa Sall, le 6 décembre 2010, dans la capitale sénégalaise. / © AFP/Archives / Erick-Christian AHOUNOU

La défense du maire et son entourage avaient annoncé jeudi un recours devant la Cour suprême après sa condamnation en appel et confié son intention de se présenter à la présidentielle.

– Dissident –

Le porte-parole du gouvernement sénégalais, Seydou Guèye, n’avait pas répondu vendredi en fin d’après-midi aux appels de l’AFP.

La cour d’appel a condamné Khalifa Sall à cinq ans de prison ferme et à verser « solidairement » avec trois de ses sept coaccusés la somme de 1,8 milliard de francs CFA (environ 2,75 millions d’euros) à l’Etat du Sénégal.

Khalifa Sall, en détention depuis mars 2017, avait été condamné en première instance pour « escroquerie portant sur des fonds publics » et « faux en écriture », pour le détournement d’environ 2,5 millions d’euros prélevés entre 2011 et 2015 sur les caisses de la Ville de Dakar.

Maire depuis 2009, ce dissident du Parti socialiste (PS) et de la majorité présidentielle affirme que les poursuites judiciaires à son encontre visent à l’empêcher de se présenter à la présidentielle, ce que démentent les responsables de la majorité.

Homme politique populaire de 62 ans, Khalifa Sall est considéré comme l’un des rares adversaires à pouvoir menacer dans les urnes le président sortant Macky Sall, qui devrait briguer un second mandat.

Jeudi, la Cour suprême du Sénégal avait par ailleurs rejeté jeudi le pourvoi d’un autre opposant, Karim Wade, fils et ministre de l’ex-président Abdoulaye Wade (2000-2012), contre sa radiation des listes électorales. Un décision qui constitue un revers judiciaire pour cet autre candidat déclaré à la présidentielle qui, selon son avocat, conserve néanmoins des chances de se présenter.

Romandie.com avec(©AFP / (31 août 2018 20h43)

Une candidate d’Ennahdha élue première maire de Tunis

juillet 3, 2018

La nouvelle maire de Tunis, Souad Abderrahim, lors de son intronisation, le 3 juillet 2018 / © AFP / FETHI BELAID

Souad Abderrahim, tête de liste du parti islamiste Ennahdha lors des récentes municipales, a été élue mardi maire de Tunis, une première pour une femme.

« J’offre cette victoire à toutes les femmes de mon pays, à toute la jeunesse et à la Tunisie », a lancé, visiblement émue, la nouvelle édile de 53 ans, jusque-là gérante d’une entreprise pharmaceutique.

Mme Abderrahim, membre du bureau politique d’Ennahdha mais qui se définit comme indépendante, a été élue par les nouveaux conseillers municipaux, avec 26 voix contre 22 pour son principal adversaire, Kamel Idir. M. Idir, ancien responsable local sous le régime de Zine el Abidine Ben Ali, était la tête de liste du parti Nidaa Tounès, fondé par l’actuel président Béji Caïd Essebsi.

Souad Abderrahim a été élue lors d’un deuxième tour boycotté par certains élus de gauche et du centre, se refusant de voter pour l’un ou l’autre des deux partis hégémoniques, Ennahdha et Nidaa.

Parti d’inspiration islamiste et actuel allié de Nidaa Tounès au niveau national, Ennahdha était arrivé en tête dans nombre de localités lors des municipales du 6 mai, les premières depuis la révolution de 2011.

A Sfax, deuxième ville du pays et grand centre économique, un proche d’Ennahdha a également été élu maire fin juin.

Dans la capitale, Ennahdha était arrivé en tête mais sans majorité absolue, avec 21 sièges sur 60, lors d’un scrutin marqué par une forte abstention alimentée par les difficultés économiques persistantes et la défiance vis-à-vis des élites.

A l’échelle du pays, ce sont les listes indépendantes qui ont remporté le plus grand nombre de sièges, avec 2.367 élus dans les 350 municipalités, soit 32,9%.

– « Cheikh de la médina » –

Appréciée de la base d’Ennahdha, Mme Abderrahim est une compagne de route de longue date du parti, mais le mouvement a été accusé durant la campagne de l’utiliser afin de moderniser son image.

Militante durant ses années universitaires, elle avait siégé au sein du bloc Ennahdha à l’Assemblée Constituante de 2011 à 2014, où elle s’était taillée une réputation de moralisatrice, avant de disparaître quasiment du paysage politique, jusqu’aux municipales.

La nouvelle maire de Tunis rejette l’étiquette « d’islamiste », à l’image du parti lui-même, qui reste soucieux de ne pas braquer ses opposants et s’est transformé mi-2016 en parti « civil à référent islamique », actant une séparation entre politique et religieux. Il se définit désormais comme « musulman démocrate ».

La nouvelle maire de Tunis, lors des élections municipales du 6 mai 2018 / © AFP / FETHI BELAID

« Le premier dossier, ça sera l’amélioration de l’esthétique de Tunis », a déclaré Mme Abderrahim à l’AFP.

La capitale tunisienne est notamment confrontée à un problème de gestion des déchets, qui s’est empiré après 2011.

Ces élections marquent en outre le début de la décentralisation, un projet crucial dans un pays où les municipalités étaient jusque-là peu autonomes, dépendantes d’une administration centrale souvent clientéliste.

Depuis la révolution ayant chassé Ben Ali en 2011, elles étaient administrées par des délégations spéciales, à la gestion souvent défaillante.

Mme Abderrahim, qui devra quitter son entreprise en vertu de la loi, devient la première « cheikh de la médina », le titre masculin traditionnel donné au maire de la capitale car il occupe une fonction particulière lors de certaines fêtes religieuses.

Comme elle, de nombreuses femmes viennent d’accéder au pouvoir local à la faveur d’une loi très stricte sur la parité.

Selon l’Instance indépendante électorale (Isie), 47% des élus sont des femmes, dont 573 sont têtes de listes (29,5% du total).

Les conseils municipaux sont encore en train de se constituer, mais la proportion du nombre de femmes maires en Tunisie pourrait être relativement élevée, ont souligné des observateurs.

Le journal arabophone Al-Maghreb faisait état mardi matin de 52 femmes élues maires sur un total de 269 communes où l’élection a déjà eu lieu.

Romandie.com avec(©AFP / 03 juillet 2018 15h36)

États-Unis: San Francisco élit pour la première fois une femme noire comme maire

juin 14, 2018

London Breed, 43 ans, va devenir la première femme noire à diriger San Francisco, le 14 juin 2018 / © GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP / JUSTIN SULLIVAN

London Breed, la prochaine maire de San Francisco, va devenir la première femme noire à diriger cette ville phare, alors qu’aucune femme n’avait jusqu’ici dirigé une municipalité aussi grande aux Etats-Unis.

Mme Breed, 43 ans, présidente du conseil municipal de ce bastion démocrate, a fait campagne dans cette ville à population à très forte majorité blanche et hispanique en mettant en avant ses origines modestes et promettant de lutter contre la criante crise du logement et des SDF.

Le quotidien local San Francisco Chronicle notait jeudi que cette élection historique était d’autant plus significative que le coût de la vie « dément » de San Francisco, le plus élevé du pays avec New York, « a chassé la plupart de la classe moyenne noire », qui ne représentent plus que 5% de la population (13% en 1970).

« D’où que vous veniez, quoique vous décidiez de faire dans la vie, vous pouvez faire de ce que vous voulez », a-t-elle affirmé lors de son discours de victoire.

Mme Breed, une modérée qui a bénéficié du soutien financier de figures de la Silicon Valley et n’est pas affiliée à un parti, a proclamé sa victoire mercredi sur les marches de l’hôtel de ville à la suite d’un scrutin serré, où des voix restent à comptabiliser.

« C’est une jeune femme remarquable, elle va faire un très bon travail et nous lui souhaitons le meilleur car son succès est celui de San Francisco », a déclaré mercredi son adversaire Mark Leno en concédant sa victoire.

Une supportrice de London Breed pendant la conférence de presse de la maire nouvellement élue, à San Francisco, le 14 juin 2018 / © GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP / JUSTIN SULLIVAN

Cet ancien sénateur du Congrès californien aurait été le premier maire ouvertement homosexuel de cette ville symbole du combat pour les droits des gays.

San Francisco, célèbre pour son progressisme, s’est proclamée sanctuaire par opposition à la politique anti-immigration du président républicain Donald Trump. Elle est également l’une des plus en pointe sur le combat écologique.

Le mois dernier, LaToya Cantrell était devenue la première femme noire élue maire de La Nouvelle-Orléans, également une première historique pour cette ville peuplée à 60% de noirs.

Romandie.com avec(©AFP / 14 juin 2018 22h36)

Mozambique: un maire en croisade contre la corruption tué par balles

octobre 5, 2017
Dans les rues de Nampula, au Mozambique © A Verdade / Flickr / Creative Commons

Connu pour ses prises de position contre la corruption, Mahamudo Amurane, le maire de la troisième ville du Mozambique, Nampula (dans le nord du pays), a été tué par balle mercredi soir à son domicile.

Le maire Mahamudo Amurane a été « assassiné par un homme de grande taille qui a ouvert le feu à trois reprises sur lui lorsqu’il quittait son domicile privé », a indiqué à la presse Saide Ali, un élu du Conseil municipal.

L’annonce de son meurtre a provoqué des manifestations de colère jeudi dans plusieurs quartiers de Nampula. La police a même été contrainte de procéder à des tirs d’avertissement pour ramener le calme.

La guerre à la corruption

Élu en 2013, Mahamudo Amurane avait déclaré la guerre à la corruption, menaçant notamment de dénoncer les pratiques de certains fonctionnaires locaux.

« Il ne fait pas de doute que ça a fait de lui la cible d’attaques, même au sein de son propre parti, le Mouvement démocratique du Mozambique (MDM) », a déclaré jeudi l’ONG Amnesty International, qui a salué la mémoire de l’élu.

Un parti avec lequel Mahamudo Amurane avait coupé les ponts l’an dernier, pour annoncer qu’il briguerait, en tant qu’indépendant, un nouveau mandat à la tête de la municipalité lors des élections locales de 2018.

Un meurtre « lâche et honteux »

Devant la presse, le chef du MDM, Daviz Simango, a dénoncé le meurtre « brutal et sans raison du maire ». « Cet acte lâche et honteux constitue une menace pour la paix », a déploré l’évêque catholique de Nampula, Inacio Suale. L’ambassade des États-Unis à Maputo a pour sa part condamné un « acte détestable » et réclamé une enquête.

Le Mozambique occupe le 142e rang sur 176 dans le classement mondial annuel de perception de la corruption établi par l’ONG Transparency International.

Jeuneafrique.com

Philippines: un maire lié au trafic de drogue tué (police)

juillet 30, 2017

Manille – Un maire philippin soupçonné par le président Rodrigo Duterte d’être impliqué dans le trafic de drogue a été abattu dimanche lors d’une opération des forces de l’ordre dans laquelle 14 autres personnes ont aussi été tuées, a indiqué la police.

M. Duterte a cité nommément des représentants des autorités locales, des policiers et des juges dans le cadre de la « guerre contre la drogue » sans précédent dans ce pays d’Asie du Sud-Est qu’il a lancée depuis son arrivée au pouvoir au printemps 2016.

Parmi les personnes désignées par M. Duterte figurait Reynaldo Parojinog, maire de la ville portuaire d’Ozamiz (sud), qui a été abattu tout comme sa femme, son frère et 12 autres personnes, dimanche par des policiers au cours d’une perquisition dans sa maison.

« Le personnel de sécurité du maire leur a tiré dessus et nos policiers ont riposté », a déclaré à l’AFP un porte-parole de la police régionale, Lemuel Gonda.

Des grenades, des munitions et de la drogue ont été saisies lors de cette opération, a indiqué de son côté le chef de la police de la province, Jaysen De Guzman.

La police avait commencé à surveiller M. Parojinog à la suite des déclarations de M. Duterte à son encontre, a-t-elle précisé.

Deux autres maires dont les noms figuraient sur la « liste » du président philippin ont été abattus l’an passé.

Elu il y a un peu plus d’un an, M. Duterte avait promis de tuer des dizaines de milliers de trafiquants de drogue, afin d’éviter aux Philippines de devenir selon lui un narco-Etat. Depuis sa prise de fonctions le 30 juin 2016, la police a abattu près de 3.200 personnes dans sa lutte contre le trafic de produits stupéfiants.

Plusieurs milliers d’autres ont par ailleurs péri dans des crimes liés aux stupéfiants, selon des statistiques de la police. Des organisations de défense des droits de l’homme font état de nombreuses victimes de milices liées au gouvernement.

Romandie.com avec(©AFP / 30 juillet 2017 16h21)

Congo/Humour: Les aventures succulentes de Maurel Kihounzou

juillet 1, 2017

 

Le maire de l’arrondissement 1 Makélékélé, de Brazzaville, Morel Kihoundzou est un champion de l’humour décapant:

  • « Eh toi jeune, je te maudits, je te maudits et cette modification te poursuivra dans la tombe »

 

  • Je sors, je croise un bachelier, heureux admis à son examen, mais monsieur le maire que voulez-vous dire par bachelier: mais mountou wena bachi… :- (c’est-à-dire un homme qui a la calvitie, en lari, langue du Congo de la région du Pool)

 

  • Un jour, toujours, dans sa logorrhée et diarrhée verbale, monsieur le maire, excelle en disant: « un adulte ne peut pas commetre d’adultère, parce qu’il est dejà adulte, c’est impossible qu’un adulte tombe dans l’adultère… Impossible: Nzambi mama wa fwa, un juron qui veut dire dans la même langue: à la tombe de ma mère!

 

Avec Brazzanews.fr

 

Corse: un maire se tue à moto, une arme et 100 000 euros retrouvés sur lui

août 30, 2016

Une arme et une grosse somme en espèces ont été retrouvées après la mort d'un maire de Corse-du-Sud, lors d'un accident de moto, le lundi 29 août, près d'Ajaccio (illustration).

Une arme et une grosse somme en espèces ont été retrouvées après la mort d’un maire de Corse-du-Sud, lors d’un accident de moto, le lundi 29 août, près d’Ajaccio (illustration).afp.com/PASCAL POCHARD-CASABIANCA

Le maire d’une commune de Corse-du-Sud est décédé ce lundi, lors d’un accident de moto. L’enquête ouverte devra déterminer la provenance de l’arme et de l’importante somme d’argent retrouvées dans sa sacoche.

Les enquêteurs corses excluent toute hypothèse d’homicide, dans la mort de Charles-Antoine Casanova, maire de Guarguale âgé de 52 ans, ce lundi. L’édile de droite de cette commune d’une centaine d’habitants, en Corse-du-Sud, s’est tué à moto en périphérie d’Ajaccio, vers 8h. Une source judiciaire évoque « un accident de la circulation sans intervention d’un tiers ». Le quinquagénaire, qui souffrait de graves blessures à la tête selon France 3 et Corse Matin, est décédé à l’hôpital de la Miséricorde, rapidement après son admission.

Les enquêteurs devront maintenant déterminer l’origine des 104 000 euros en espèce ainsi que l’arme de calibre 7.65, retrouvés dans la sacoche du maire. Selon ses proches, cités par une source ayant connaissance du dossier, ce pistolet était « un moyen de se protéger ».

Anti-mariage pour tous et pour l’exclusion des Maghrébins de Sisco

Charles-Antoine Casanova s’est illustré en 2012, en affirmant publiquement sa volonté de contrevenir à la loi sur le mariage pour tous, alors tout juste adoptée. Dans les pages de Corse Matin, il avait martelé ce refus: « Je suis prêt à me soustraire à la loi en refusant d’unir deux personnes de même sexe dans ma commune. Je mesure la dimension de mon action. »

Mi-août, l’édile avait de nouveau fait parler de lui, cette fois en appelant sur Facebook le maire de Sisco à « exclure définitivement tous les Maghrébins et leurs familles de son village », après une rixe entre des Marocains de Furiani et des villageois sur une crique. Il avait fait l’objet d’un mouvement d’indignation sur Twitter et une pétition avait été partagée, pour demander sa condamnation. Elle a rassemblé 22 000 signatures à ce jour.

Lexpress.fr

La police philippine tue six gardes armés d’un maire

août 3, 2016

Six gardes armés d’un maire philippin ont été tués mercredi par la police. Le président Rodrigo Duterte avait déjà menacé de « tirer à vue » sur ce maire s’il continuait à protéger son fils trafiquant de drogue.

Des centaines de personnes sont mortes depuis l’élection en mai du président à l’issue d’une campagne outrancière qui l’a vu promettre de faire abattre des milliers de trafiquants de drogue présumés. Il a notamment appelé publiquement à leur meurtre.

Les gardes ont été tués mercredi à l’aube dans la ville d’Albuera, sur l’île de Leyte, dans une fusillade entre policiers et soutiens du maire Rolando Espinosa, a déclaré la police. L’incident « est lié à l’enquête concernant l’implication du maire et de son fils dans le trafic illégal de drogue », a déclaré à la presse le porte-parole de la police nationale Dionaldo Carlos.

Six hommes armés ont été tués, a-t-il affirmé. Dix-sept armes et plusieurs grenades avaient été trouvées sur place.

Lundi, le président Duterte avait donné 24 heures à M. Espinosa et à son fils pour se rendre, après l’arrestation de cinq employés et gardes du corps du maire dans une opération anti-drogue. « Sinon, un ordre de ‘tirez à vue’ sera donné s’ils résistent ou mettent en danger les policiers chargés de les arrêter », avait expliqué le porte-parole de la présidence, Ernesto Abella, à la télévision.

Tu vas mourir
Le maire s’est finalement rendu mardi, mais son fils reste en fuite. Dans une étrange conférence de presse aux côtés du maire diffusée en direct à la télévision, le chef de la police nationale, Ronald de la Rosa, l’a appelé à se rendre: « Si tu nous écoutes là, Kerwin, ton père s’est déjà rendu, tu devrais faire comme lui ». « Si tu ne te rends pas, tu vas mourir. Donc il vaudrait mieux te rendre, ta vie est réellement en danger », a-t-il ajouté.

La police affirme avoir tué plus de 400 trafiquants de drogue depuis l’élection de M. Duterte. Les organisations de défense des droits de l’Homme craignent que ce bilan ne soit bien plus élevé, des civils se transformant aussi en justiciers suite aux appels au meurtre du président.

Selon la police, plus de 100’000 trafiquants et consommateurs de drogue se sont rendus à la police lors de multiples redditions de masse, dans plusieurs régions du pays. Ils ont promis de cesser leurs activités illégales.

Romandie.com avec(ats / 03.08.2016 13h53)