Posts Tagged ‘Maire’

Mozambique: un maire en croisade contre la corruption tué par balles

octobre 5, 2017
Dans les rues de Nampula, au Mozambique © A Verdade / Flickr / Creative Commons

Connu pour ses prises de position contre la corruption, Mahamudo Amurane, le maire de la troisième ville du Mozambique, Nampula (dans le nord du pays), a été tué par balle mercredi soir à son domicile.

Le maire Mahamudo Amurane a été « assassiné par un homme de grande taille qui a ouvert le feu à trois reprises sur lui lorsqu’il quittait son domicile privé », a indiqué à la presse Saide Ali, un élu du Conseil municipal.

L’annonce de son meurtre a provoqué des manifestations de colère jeudi dans plusieurs quartiers de Nampula. La police a même été contrainte de procéder à des tirs d’avertissement pour ramener le calme.

La guerre à la corruption

Élu en 2013, Mahamudo Amurane avait déclaré la guerre à la corruption, menaçant notamment de dénoncer les pratiques de certains fonctionnaires locaux.

« Il ne fait pas de doute que ça a fait de lui la cible d’attaques, même au sein de son propre parti, le Mouvement démocratique du Mozambique (MDM) », a déclaré jeudi l’ONG Amnesty International, qui a salué la mémoire de l’élu.

Un parti avec lequel Mahamudo Amurane avait coupé les ponts l’an dernier, pour annoncer qu’il briguerait, en tant qu’indépendant, un nouveau mandat à la tête de la municipalité lors des élections locales de 2018.

Un meurtre « lâche et honteux »

Devant la presse, le chef du MDM, Daviz Simango, a dénoncé le meurtre « brutal et sans raison du maire ». « Cet acte lâche et honteux constitue une menace pour la paix », a déploré l’évêque catholique de Nampula, Inacio Suale. L’ambassade des États-Unis à Maputo a pour sa part condamné un « acte détestable » et réclamé une enquête.

Le Mozambique occupe le 142e rang sur 176 dans le classement mondial annuel de perception de la corruption établi par l’ONG Transparency International.

Jeuneafrique.com

Philippines: un maire lié au trafic de drogue tué (police)

juillet 30, 2017

Manille – Un maire philippin soupçonné par le président Rodrigo Duterte d’être impliqué dans le trafic de drogue a été abattu dimanche lors d’une opération des forces de l’ordre dans laquelle 14 autres personnes ont aussi été tuées, a indiqué la police.

M. Duterte a cité nommément des représentants des autorités locales, des policiers et des juges dans le cadre de la « guerre contre la drogue » sans précédent dans ce pays d’Asie du Sud-Est qu’il a lancée depuis son arrivée au pouvoir au printemps 2016.

Parmi les personnes désignées par M. Duterte figurait Reynaldo Parojinog, maire de la ville portuaire d’Ozamiz (sud), qui a été abattu tout comme sa femme, son frère et 12 autres personnes, dimanche par des policiers au cours d’une perquisition dans sa maison.

« Le personnel de sécurité du maire leur a tiré dessus et nos policiers ont riposté », a déclaré à l’AFP un porte-parole de la police régionale, Lemuel Gonda.

Des grenades, des munitions et de la drogue ont été saisies lors de cette opération, a indiqué de son côté le chef de la police de la province, Jaysen De Guzman.

La police avait commencé à surveiller M. Parojinog à la suite des déclarations de M. Duterte à son encontre, a-t-elle précisé.

Deux autres maires dont les noms figuraient sur la « liste » du président philippin ont été abattus l’an passé.

Elu il y a un peu plus d’un an, M. Duterte avait promis de tuer des dizaines de milliers de trafiquants de drogue, afin d’éviter aux Philippines de devenir selon lui un narco-Etat. Depuis sa prise de fonctions le 30 juin 2016, la police a abattu près de 3.200 personnes dans sa lutte contre le trafic de produits stupéfiants.

Plusieurs milliers d’autres ont par ailleurs péri dans des crimes liés aux stupéfiants, selon des statistiques de la police. Des organisations de défense des droits de l’homme font état de nombreuses victimes de milices liées au gouvernement.

Romandie.com avec(©AFP / 30 juillet 2017 16h21)

Congo/Humour: Les aventures succulentes de Maurel Kihounzou

juillet 1, 2017

 

Le maire de l’arrondissement 1 Makélékélé, de Brazzaville, Morel Kihoundzou est un champion de l’humour décapant:

  • « Eh toi jeune, je te maudits, je te maudits et cette modification te poursuivra dans la tombe »

 

  • Je sors, je croise un bachelier, heureux admis à son examen, mais monsieur le maire que voulez-vous dire par bachelier: mais mountou wena bachi… :- (c’est-à-dire un homme qui a la calvitie, en lari, langue du Congo de la région du Pool)

 

  • Un jour, toujours, dans sa logorrhée et diarrhée verbale, monsieur le maire, excelle en disant: « un adulte ne peut pas commetre d’adultère, parce qu’il est dejà adulte, c’est impossible qu’un adulte tombe dans l’adultère… Impossible: Nzambi mama wa fwa, un juron qui veut dire dans la même langue: à la tombe de ma mère!

 

Avec Brazzanews.fr

 

Corse: un maire se tue à moto, une arme et 100 000 euros retrouvés sur lui

août 30, 2016

Une arme et une grosse somme en espèces ont été retrouvées après la mort d'un maire de Corse-du-Sud, lors d'un accident de moto, le lundi 29 août, près d'Ajaccio (illustration).

Une arme et une grosse somme en espèces ont été retrouvées après la mort d’un maire de Corse-du-Sud, lors d’un accident de moto, le lundi 29 août, près d’Ajaccio (illustration).afp.com/PASCAL POCHARD-CASABIANCA

Le maire d’une commune de Corse-du-Sud est décédé ce lundi, lors d’un accident de moto. L’enquête ouverte devra déterminer la provenance de l’arme et de l’importante somme d’argent retrouvées dans sa sacoche.

Les enquêteurs corses excluent toute hypothèse d’homicide, dans la mort de Charles-Antoine Casanova, maire de Guarguale âgé de 52 ans, ce lundi. L’édile de droite de cette commune d’une centaine d’habitants, en Corse-du-Sud, s’est tué à moto en périphérie d’Ajaccio, vers 8h. Une source judiciaire évoque « un accident de la circulation sans intervention d’un tiers ». Le quinquagénaire, qui souffrait de graves blessures à la tête selon France 3 et Corse Matin, est décédé à l’hôpital de la Miséricorde, rapidement après son admission.

Les enquêteurs devront maintenant déterminer l’origine des 104 000 euros en espèce ainsi que l’arme de calibre 7.65, retrouvés dans la sacoche du maire. Selon ses proches, cités par une source ayant connaissance du dossier, ce pistolet était « un moyen de se protéger ».

Anti-mariage pour tous et pour l’exclusion des Maghrébins de Sisco

Charles-Antoine Casanova s’est illustré en 2012, en affirmant publiquement sa volonté de contrevenir à la loi sur le mariage pour tous, alors tout juste adoptée. Dans les pages de Corse Matin, il avait martelé ce refus: « Je suis prêt à me soustraire à la loi en refusant d’unir deux personnes de même sexe dans ma commune. Je mesure la dimension de mon action. »

Mi-août, l’édile avait de nouveau fait parler de lui, cette fois en appelant sur Facebook le maire de Sisco à « exclure définitivement tous les Maghrébins et leurs familles de son village », après une rixe entre des Marocains de Furiani et des villageois sur une crique. Il avait fait l’objet d’un mouvement d’indignation sur Twitter et une pétition avait été partagée, pour demander sa condamnation. Elle a rassemblé 22 000 signatures à ce jour.

Lexpress.fr

La police philippine tue six gardes armés d’un maire

août 3, 2016

Six gardes armés d’un maire philippin ont été tués mercredi par la police. Le président Rodrigo Duterte avait déjà menacé de « tirer à vue » sur ce maire s’il continuait à protéger son fils trafiquant de drogue.

Des centaines de personnes sont mortes depuis l’élection en mai du président à l’issue d’une campagne outrancière qui l’a vu promettre de faire abattre des milliers de trafiquants de drogue présumés. Il a notamment appelé publiquement à leur meurtre.

Les gardes ont été tués mercredi à l’aube dans la ville d’Albuera, sur l’île de Leyte, dans une fusillade entre policiers et soutiens du maire Rolando Espinosa, a déclaré la police. L’incident « est lié à l’enquête concernant l’implication du maire et de son fils dans le trafic illégal de drogue », a déclaré à la presse le porte-parole de la police nationale Dionaldo Carlos.

Six hommes armés ont été tués, a-t-il affirmé. Dix-sept armes et plusieurs grenades avaient été trouvées sur place.

Lundi, le président Duterte avait donné 24 heures à M. Espinosa et à son fils pour se rendre, après l’arrestation de cinq employés et gardes du corps du maire dans une opération anti-drogue. « Sinon, un ordre de ‘tirez à vue’ sera donné s’ils résistent ou mettent en danger les policiers chargés de les arrêter », avait expliqué le porte-parole de la présidence, Ernesto Abella, à la télévision.

Tu vas mourir
Le maire s’est finalement rendu mardi, mais son fils reste en fuite. Dans une étrange conférence de presse aux côtés du maire diffusée en direct à la télévision, le chef de la police nationale, Ronald de la Rosa, l’a appelé à se rendre: « Si tu nous écoutes là, Kerwin, ton père s’est déjà rendu, tu devrais faire comme lui ». « Si tu ne te rends pas, tu vas mourir. Donc il vaudrait mieux te rendre, ta vie est réellement en danger », a-t-il ajouté.

La police affirme avoir tué plus de 400 trafiquants de drogue depuis l’élection de M. Duterte. Les organisations de défense des droits de l’Homme craignent que ce bilan ne soit bien plus élevé, des civils se transformant aussi en justiciers suite aux appels au meurtre du président.

Selon la police, plus de 100’000 trafiquants et consommateurs de drogue se sont rendus à la police lors de multiples redditions de masse, dans plusieurs régions du pays. Ils ont promis de cesser leurs activités illégales.

Romandie.com avec(ats / 03.08.2016 13h53)

Sadiq Khan : « Londres a choisi aujourd’hui l’espoir plutôt que la peur »

mai 7, 2016

Sadiq Khan, membre de l’opposition travailliste, au City Hall, l’hôtel de ville de Londres, dans la nuit du 6 au 7 mai.

Sadiq Khan, membre de l’opposition travailliste, au City Hall, l’hôtel de ville de Londres, dans la nuit du 6 au 7 mai. Kirsty Wigglesworth / AP
« Cette élection ne s’est pas passée sans polémique, et je suis fier de voir que Londres a choisi aujourd’hui l’espoir plutôt que la peur, l’unité plutôt que la division », a déclaré dans la nuit de vendredi 6 à samedi 7 mai le nouveau maire de Londres, le travailliste Sadiq Khan. Fils d’un immigré pakistanais conducteur d’autobus, M. Khan, 45 ans, a obtenu 1 310 143 voix, contre 994 614 voix pour son principal adversaire, le conservateur Zac Goldsmith, fils du milliardaire Jimmy Goldsmith.

Lire aussi :   Sadiq Khan, le « vivre-ensemble » à la mairie de Londres

En devenant maire de Londres, le député succède au conservateur Boris Johnson et devient le premier maire musulman d’une grande capitale occidentale. Ancien avocat des droits de l’homme, M. Khan a promis, lors de son discours au City Hall, l’hôtel de ville de la capitale, qui a suivi l’annonce officielle de son élection, d’être « le maire de tous les Londoniens ».

Pour le mariage homosexuel

Pendant la campagne, face aux violentes attaques des conservateurs, qui l’ont accusé d’accointance avec les extrémistes islamistes, il s’est dit « déçu » mais a évité la surenchère. Il s’est contenté de rappeler qu’il a toujours dénoncé le radicalisme, a voté pour le mariage homosexuel – ce qui lui a valu des menaces de mort – et a fait campagne pour sauver le pub de son quartier.

« La peur ne nous apporte pas plus de sécurité, elle ne nous rend que plus faibles, et la politique de la peur n’est tout simplement pas la bienvenue dans notre ville. »

M. Khan a promis une politique sociale : il veut construire davantage de logements abordables et geler les tarifs des transports pendant quatre ans. Mais il se dit aussi favorable au monde des affaires, et s’est engagé à défendre les intérêts de la City, en premier lieu en faisant campagne pour rester dans l’Union européenne.

A ceux qui le voient désormais en position de briguer la tête du Labour et dans la foulée le poste de premier ministre, il affirme ne pas avoir cette ambition. Maire de Londres, « c’est une fin en soi », affirme-t-il.

Lemonde.fr

Le musulman Sadiq Khan en passe de devenir maire de Londres

mai 5, 2016

Les Londoniens sont en passe d’élire maire jeudi Sadiq Khan, un musulman fils d’un chauffeur d’autobus pakistanais, parfaite illustration du cosmopolitisme de la capitale britannique. Son principal adversaire est le conservateur et fils de milliardaire Zac Goldsmith.

Les bureaux de vote ont ouvert à 06h00 et fermeront à 21h00 (08h00 et 23h00 en Suisse). Les résultats ne seront pas connus avant vendredi après-midi.

Les sondages donnent au candidat travailliste une avance de plus de dix points. Si elle se concrétise dans les urnes, Sadiq Khan, 45 ans, député de Tooting, un quartier populaire du sud de Londres où il a grandi en cité HLM, succédera au charismatique Boris Johnson. Il deviendra ainsi le premier maire musulman d’une grande capitale occidentale.

« Je suis fier d’être musulman », a-t-il déclaré mercredi à l’AFP, interrogé sur cette perspective. Mais il a souligné que sa confession n’était que l’une des composantes de sa personnalité. « Je suis londonien, je suis britannique (…) j’ai des origines pakistanaises, je suis un père, un mari, un supporteur de Liverpool », a-t-il dit, alors que le camp adverse tente sans relâche d’instrumentaliser sa religion pour refaire son retard.

Attaques sur sa religion
Zac Goldsmith, 41 ans, député du quartier résidentiel de Richmond, a notamment accusé l’ancien avocat des droits de l’Homme d’avoir fréquenté des extrémistes islamistes. Ces attaques ont été relayées par le Premier ministre David Cameron.

Le journal dominical et pro-conservateur Mail on Sunday est allé plus loin en titrant il y a quelques jours: « Jeudi, allons-nous vraiment donner la ville la plus fantastique au monde à un Parti travailliste qui pense que les terroristes sont ses amis' ». La question est illustrée de la photo d’un autobus éventré lors des attentats terroristes qui ont frappé Londres en 2005.

Londres et sa tolérance
Mais dans une ville dont 30% de la population est non blanche et tient à sa réputation de tolérance, cette stratégie pourrait avoir l’effet inverse de celui souhaité, estiment les analystes.

« On ne peut pas dire que les jeux sont faits », note toutefois dans le quotidien Evening Standard Tony Travers, professeur à la London School of Economics (LSE), selon qui le taux de participation sera décisif. « Plus il sera faible, plus ce sera positif pour Zac Goldsmith », a-t-il dit.

Les deux candidats ont promis de répondre aux problèmes les plus criants de la capitale, dont la population a augmenté de 900’0000 habitants en huit ans pour atteindre 8,6 millions: logements inabordables, transports saturés et pollution.

Nouveaux parlements régionaux
Outre les Londoniens, les Écossais, les Gallois et les Irlandais du Nord voteront jeudi pour élire leurs nouveaux parlements régionaux, tandis que 124 conseils municipaux seront renouvelés en Angleterre.

Ces scrutins qui s’annoncent mal pour les travaillistes, en pleine tempête depuis une semaine en raison des propos jugés antisémites de certains des membres du parti. Plusieurs responsables ont été suspendus du parti, dont une députée et l’ancien maire de Londres Ken Livingstone, un proche du chef du Labour Jeremy Corbyn.

Romandie.com

Canada: L’ancien maire de Toronto Rob Ford décède d’un cancer

mars 22, 2016

L’ancien maire de Toronto Rob Ford est décédé mardi des suites d’un cancer à l’âge de 46 ans, a indiqué mardi son successeur, John Tory. Ce personnage haut en couleurs avait été plongé en 2013 dans un scandale de consommation de drogues.

Les médecins lui avaient diagnostiqué en 2014 un liposarcome, forme de cancer qui se manifeste par une tumeur se logeant entre autres dans les tissus adipeux. Quelques mois plus tard, la maladie l’avait contraint de se retirer de la course à sa réélection, mais il avait néanmoins brigué avec succès un poste de conseiller municipal.

« Je suis attristé d’apprendre que Rob Ford, mari, père, conseiller et ancien maire de Toronto, est décédé », a écrit dans un communiqué le maire John Tory en exprimant ses condoléances à sa femme Renata ainsi qu’à leurs deux enfants.

Romandie.com

Le maire de Rome impliqué dans un scandale de notes de frais démissionne

octobre 8, 2015

Rome – Le maire de Rome, Ignazio Marino, impliqué dans un scandale de note de frais et dans le collimateur de la presse italienne depuis des semaines, a présenté jeudi sa démission dans un message adressé aux Romains.

J’ai fait mon choix: je présente ma démission, déclare dans son message M. Marino, évoquant la perte du soutien de son Parti démocrate (PD) qui le poussait vers la sortie et ajoutant que les conditions politiques pour poursuivre étaient très minces, voire inexistantes.

Le maire de gauche a mis un minuscule bémol à sa démission, rappelant qu’aux termes de la loi il dispose de 20 jours pour changer d’avis.

M. Marino a précisé qu’il utiliserait ce délai pour voir s’il était possible de reconstruire les conditions politiques pour rester en place, mais l’entreprise semble extrêmement difficile, tous les principaux dirigeants du PD, y compris le chef du gouvernement Matteo Renzi, lui ayant tourné le dos.

Si la démission devient effective dans 20 jours, le préfet de Rome devra nommer un commissaire qui va gérer la ville jusqu’aux prochaines élections, vraisemblablement au printemps prochain.

Dans un communiqué mis en ligne sur sa page Facebook plus tôt dans la journée, le maire de la ville éternelle avait assuré que les 20.000 euros de note de frais visés par les médias concernaient des dîners ou déjeuners professionnels mais qu’il préférait rembourser pour mettre un terme à la polémique.

Une partie de la presse italienne, qui adore haïr M. Marino, avait en effet entrepris de décortiquer toutes ses additions, à la recherche de celle qui prouvera qu’il a dîné en tête-à-tête avec sa femme et non avec un ambassadeur ou un homme d’affaires.

Romandie.com avec(©AFP / 08 octobre 2015 20h12)

Interdiction d’un spectacle clandestin de Dieudonné à Bruxelles

mai 17, 2015

Le maire de Bruxelles a fait interdire dimanche un spectacle non annoncé du polémiste français Dieudonné à Bruxelles, a indiqué l’agence de presse Belga. Des forces de police ont été déployées pour empêcher tout incident.

L’annonce du spectacle avait uniquement été publiée sur le site internet de Dieudonné. Les personnes souhaitant venir étaient invitées à communiquer leur adresse mail pour connaître l’heure et le lieu du spectacle.

Les renseignements ont été communiqués aux intéressés dimanche peu après 15h00: 18h00 dans une salle d’un ancien site industriel près du centre de Bruxelles, selon les indications fournies à l’agence Belga.

Fausse marque
Le bourgmestre de Bruxelles Yvan Mayeur a immédiatement pris un arrêté pour faire interdire ce spectacle et a annoncé sa décision à l’agence de presse. Il a fondé sa décision sur le risque élevé de troubles à l’ordre public et a pour cette raison également décidé d’interdire toute manifestation de soutien ou contre la venue de Dieudonné sur l’ensemble du territoire de la ville de Bruxelles.

Des forces de police ont été déployées aux abords de la salle, louée officiellement pour un défilé d’une marque de sport qui n’existe pas, a indiqué le maire.

Les autorités belges avaient fait interdire début mai un congrès antisémite à Bruxelles, où était invité Dieudonné.

Romandie.com