Posts Tagged ‘Maison d’arrêt’

Congo/Prison : Isolement de Ghys Fortuné Dombé Bemba et extraction d’André Okombi Salissa

janvier 26, 2017

 

Le journaliste Ghys Fortuné Dombe Bemba, Directeur du Journal Talassa est toujours au régime d’isolement de 18h à 6h du matin depuis son incarcération. Il passe la nuit dans le bureau du Directeur de la Maison d’Arrêt.

A partit de 6h du matin à 18h, il est enfermé dans une salle jouxtant le bureau des Agents Pénitentiaires.

Les familles ne comprennent toujours pas pourquoi cette interdiction de visites et pourquoi cet acharnement en sa personne, alors qu’il ne faisait que son travail.

Nous osons espérer que Maître Massengo Tiassé en prendra compte dans son deuxième rapport des droits de l’homme qui sont bafoués au jour le jour au Congo-Brazzaville.

Par ailleurs, ce matin un commando d’hommes armés jusqu’aux dents, cagoulés, appuyés par 3 chars de guerre, a fait irruption à la Maison d’arrêt et a enlevé le détenu André Okombi Salissa qui était encore en pyjama, – sans lui permettre le temps de s’habiller.

Comme l’intéressé avait refusé de partir, ils l’ont soulevé par force et l’ont embarqué dans une direction inconnue avec tous ses effets.

Brazzanews.fr avec Zenga-mambu.com

Congo: Hommage au Maréchal de logis Milandou Dandou Cedrick, tué pour avoir sauvé les opposants emprisonnés

janvier 6, 2017

 

Nous publions ci-dessous la photo du Maréchal de logis Milandou Dandou Cedrick, gendarme tué par les miliciens de Denis Sassou Nguesso pour avoir demandé aux opposants emprisonnés illégalement à la maison d’arrêt de Brazzaville (Général Mokoko, Colonel Marcel Ntsourou, Paulin Makaya ….) de ne pas sortir de leurs cellules afin d’éviter les tirs des snipers du régime placés à l’extérieur de la maison d’arrêt.

 

milandou-gendarme

Avec Zenga-mambu.com

Congo: Tentative d’enlèvement de deux prisonniers politiques à la Maison d’arrêt de Brazzaville

novembre 5, 2016

Tentative d’enlèvement et d’assassinat du Général Jean Marie Michel MOKOKO et du Colonel Marcel NTSOUROU dans la nuit du 2 au 3 novembre 2016 à la maison d’arrêt de Brazzaville

police-cgo

Dans la nuit du 2 au 3 novembre 2016, un complot ourdi contre le Général J3M et le Colonel Marcel NTSOUROU  par le Commandant Destin OBA-APOUNOU et ses commanditaires venait d’être déjoué.

Sous la grande pluie qui s’est abattue la nuit du 2 au 3 novembre sur Brazzaville, le Commandant OBA-APOUNOU va profiter de ce moment particulier où la météo était très mauvaise,  surtout de l’absence de son adjoint, Monsieur Sylvert OKANDZE, surveillant général de ladite maison d’arrêt, pour remplacer les cadenas des portes des cellules de J3M et du Colonel NTSOUROU. Malheureusement pour ce jeune Commandant,  l’initiative pour le moins suspecte n’a pas échappé à la vigilance citoyenne des geôliers de faction, conscients du fait qu’on les rendrait responsables du forfait que Monsieur OBA-APOUNOU s’apprêtait à perpétrer contre le Général J3M et le Colonel NTSOUROU.

Après être saisi de la situation par le biais des personnes de bonne foi, Monsieur Sylvert OKANDZE a menacé son Directeur d’en référer à la tutelle pour dénoncer cet acte extrêmement grave qui n’obéit de moins aux principes de la gestion pénitentiaire par lequel il ne voudrait pas être complice.

Démasqué comme un cafard bien enfariné, le Commandant OBA-APOUNOU n’avait d’autre choix que de remettre en place les cadenas officiels des deux cellules en présence du surveillant général et des geôliers de service. Dans ce contexte, les questions que tout le monde se poserait, c’est de savoir pourquoi le Commandement OBA-APOUNOU a tenté de changer les cadenas des cellules de ces deux officiers valeureux des FAC ? Et sur instruction de qui ? Et pour quel dessein ?

A la lumière de ce qui précède, nous pouvons dire que ce jeune officier dont le seul mérite semble être le patronyme qu’il porte,  a été affecté à la maison d’arrêt pour être la main qui exécutera la sale besogne contre ces deux grands officiers que monsieur 8% aimerait faire taire définitivement. D’autant,  monsieur OBA-APOUNOU a avoué à huis clos que c’est sur instructions de Jean Dominique OKEMBA et NDENGUET qu’il a changé les cadenas.

A ce titre, nous attirons l’attention de la Gendarmerie Nationale qui a la charge d’assurer la sécurité de ces lieux et prenons à témoin les communautés nationale et internationale ainsi que les ONG des droits de l’homme sur ce qui pourrait arriver de fâcheux au Général MOKOKO et au Colonel NTSOUROU.

 

Zenga-mambu.com par Alphonse ONANGA avec Brazzanews.fr

Congo: Le prisonnier opposant, Jean NGouabi devenu aveugle

juillet 26, 2016
Le prisonnier politique, Jean NGOUABI se porte très très mal: il est devenu aveugle, son état de santé est très inquiétant.

Aujourd’hui il a été conduit d’urgence à l’hôpital.

Sassou Nguesso vient de réussir son coup: tuer à petit feu  Jean NGOUABI..

NB: Jean NGOUABI, proche collaborateur du Général Jean Marie Michel MOKOKO, arrêté depuis Mars 2016 par Sassou Nguesso, croupit sans jugement à la Maison d’arrêt de Brazzaville.

Ref-Image: Jean NGOUABI , très affaibli, entrain d’être conduit à la clinique, soutenu par une main de guide pour l’aider à descendre les marches de l’escalier.

« Jean NGOUABI , très affaibli  , entrain d'être conduit à la clinique . 
Brazzaville , le 26 Juillet 2016 
Image : BrazzaNews. »
« Jean NGOUABI , très affaibli  , entrain d'être conduit à la clinique . 
Brazzaville , le 26 Juillet 2016 
Image : BrazzaNews. »« Jean NGOUABI , très affaibli  , entrain d'être conduit à la clinique . 
Brazzaville , le 26 Juillet 2016 
Image : BrazzaNews. »
« Jean NGOUABI , très affaibli  , entrain d'être conduit à la clinique . 
Brazzaville , le 26 Juillet 2016 
Image : BrazzaNews. »
Image : BrazzaNews.Brazzaville, le 26 Juillet 2016

Congo: Conditions de détention de Jean-Marie Michel Mokoko

juin 19, 2016

Conditions de détention du Général du peuple << MOKOKO >>

La situation du général par notre correspondant à la maison d’arrêt de Brazzaville.

En ce jour de vendredi, 18 Juin 2016, Je viens de la Maison d’arrêt centrale de Brazzaville pour me rendre compte réellement si le général J3M y est et dans quelle condition.

Il y est dans la cellule, 19 quartiers, une cellule aménagée car elle avait pour occupant 5 colonels arrêtés dans l’affaire du 4 Mars 2012 (Colonel Moumpita, Colonel Ickonga, Colonel Ntsourou, Colonel Ingani). Nous signalons aussi que le général Jean Marie Mokoko passe les nuits dans sa cellule de la maison d’arrêt à même le sol car il avait demandé aux agents pénitentiaires d’enlever tout le conforme lit, télé, chaises, tablette, ventilateurs et autres.

Il est interdit de visites sous l’ordre du procureur de la république sauf de ses conseils et d’un membre de famille sous présentation d’un billet du moins signé par le procureur. Et toujours sous l’ordre d’Oko Ngakala, sa cellule est maintenue fermée 24/24. Or la règle est que les cellules de la maison d’arrêt doivent être ouvertes tous les jours de 10h à 16 h et de 8h à 18 h pour les cellules VIP.

Brazzanews.fr #‎FreeMokoko‬

Congo/Jean-Marie Michel Mokoko à la Maison d’arrêt: « Ne vous vous gênez pas de moi, faites votre boulot… »

juin 16, 2016
 
Zenga-mambu.com par Didier Onka

Congo: Arrivée du lit du Général Jean-Marie Michel Mokoko à la Maison d’arrêt de Brazzaville

juin 16, 2016

Le Général du peuple, Jean Marie Michel MOKOKO est déjà au parquet.

Son lit, en pièces détachées, pour sa détention, sans condition, est arrivé à la maison d’arrêt de Brazzaville. Sur ces images vous pouvez voir, comment les surveillants, après le transport, attendent de faire rentrer son lit, son matelas, ses coussins, de la porte d’entrée de la Maison d’arrêt pour les placer dans sa cellule.

« Le lit empoisonné du General MOKOKO »
« Le lit empoisonné du General MOKOKO »
Brazzanews.fr

Congo: L’opposant Paulin fait tour éclair au Palais de justice

mai 25, 2016

 

Après 5h d’attente au Parquet, le juge Okieli qui suit l’instruction n’est pas venu au Tribunal, le Pauvre Paulin Makaya vient d’être reconduit à la Maison d’arrêt, sans suite favorable.

Rappel : Paulin MAKAYA est un prisonnier politique du régime dictatorial de Denis Sassou Nguesso . Paulin MAKAYA est un homme politique , il est président d’un parti politique , l’UPC ( Unis pour le Congo ) , il a été arrêté le 30 Novembre 2015 à Brazzaville pour ces opinions politique.

Fait semblant car l’avocat de Paulin MAKAYA, maître Ambroise Malonga est passé hier à TV5, dénonçant les pratiques d’un autre âge de la détention des prisonniers politiques alors que soit disant le candidat Denis Sassou Nguesso a gagné librement les élections du 20 mars.

Suite à cette intervention fracassante, le pouvoir a simulé une invitation ce jour qui n’était autre qu’un leurre procédural pour calmer les esprits et faire avaler à la communauté internationale la pilule que son dossier est en cours d’instruction. Faux.

Paulin MAKAYA a effectué une sortie touristique – une promenade de détente –  entre la maison d’arrêt et le palais de justice pour lui permettre de prendre un peu d’air non pollué différent de celui de ses conditions de détention.
Paulin MAKAYA à la sortie du Parquet de Brazzaville . Mercredi 25 /05/16 -Image -@BrazzaNews

Photo de BrazzaNews.
Avec Brazzanews.fr

Congo: Visite imminente de la Maison d’arrêt de Brazzaville

mai 16, 2016

Les diplomates étrangers, les organismes nationaux et internationaux des Droits de l’homme sur le point de rencontrer les prisonniers politiques

Les diplomates en poste à Brazzaville, les organismes nationaux et internationaux des Droits de l’Homme ont émis le souhait de visiter les prisonniers politiques qui se trouvent actuellement à la Maison d’arrêt centrale de Brazzaville, à proximité du Palais de justice.

Depuis quelques jours, des organismes internationaux en charge des droits de l’homme avec leurs confrères nationaux assisté des diplomates en poste à Brazzaville, ont, semble t-il, obtenu du gouvernement congolais la visite des prisons du Congo.

Dans un état pléthorique, la Maison d’arrêt de Brazzaville fait office de vieille garde, de rempart honteux de notre justice. Pour éviter d’être témoins du constat malheureux et fâcheux d’une proximité inconcevable des prisonniers durant cette visite, le pouvoir de Brazzaville veut procéder dès ce soir de disperser en plusieurs postes de détention les prisonniers politiques afin de distraire ces visiteurs, en mission de prospection.

Le prisonniers politiques qui croupissent sans jugement à la maison d’arrêt de Brazzaville sont : Paulin Makaya, Jean Ngouabi, Anatole Limbongo Ngoka, Jacques Banagadzala, Raymond Eboga, Christine Moyen, Geoffroy Danghat, Serge Matsouele, Jean de Dieu Kiakouama, Yvon Sendet, Martin Madebana, Jean-Claude Sita, Narcisse Mazouta, Colonel Marcel Mpika, Marion Michel Madzimba Ehouango, Anthyme Bahimina, Patrice Legani, Bruno Ngouabi et tout récemment Joseph Kitsadi, arrêté à Kinkala, conduit par hélicoptère et transféré dans ce lieu de triste souvenir.

Or selon certaine source, une opération discrète va être menée pour distraire les diplomates consistant à déplacer les 3/4 des prisonniers politiques. Ce beau monde sera transféré nuitamment pour échapper à la visite des diplomates et des organismes internationaux des Droits de l’Homme, certains seront placés dans les commissariats d’autres seront transférés la nuit à la maison d’arrêt de Ouesso.

Aux diplomates, organismes nationaux et internationaux d’être exigeants avec Mr 8%

Les ambassadeurs, les responsables des chancelleries étrangères, les organismes nationaux et internationaux des Droits de l’Homme veulent former une délégation pour visiter la maison d’arrêt de Brazzaville, en vue de confronter le régime illégal de Brazzaville, afin de connaître le nombre exact des prisonniers politiques au Congo Brazzaville, dont le chiffre est occulté et méconnu, au regard de nombreuses arrestations intempestives et sauvages.

Or certains prisonniers politiques sont des prisons extrajudiciaires du genre DGST et d’autres sont portés disparus.

Informé de la démarche, le pouvoir aux abois de Brazzaville, persona non grata dans certaines missions et réunions internationales – en mal de confiance et de reconnaissance – veut déplacer les prisonniers qui s’y trouvent.

Cette démarche de la visite des diplomates devrait également s’étendre aux leaders de l’opposition qui sont encerclés: Jean-Marie Michel Mokoko et André Okombi Salissa.

Avec Brazzanews.fr

Congo/Archidiocèse de Brazzaville : Démenti de l’abbé Mathieu Bakanina, au président Clément Miérassa

octobre 21, 2014

 

Abbé Matthieu Bakanina

Ancien ministre, chrétien engagé à la paroisse Saint-François d’Assises, président du P.s.d.c (Parti social-démocrate congolais), parti situé à l’opposition, Clément Mierassa a posté une information sur sa page Facebook, le mardi 21 octobre 2014, au sujet de l’abbé Mathieu Bakanina, en écrivant que ce dernier «est arrêté depuis ce matin 10h et se trouve présentement à la Maison d’arrêt de Brazzaville».

 

L’abbé Mathieu Bakanina, directeur spirituel au Moyen-séminaire Saint-Jean de Kinsoundi, dans l’archidiocèse de Brazzaville, a contacté la rédaction de La Semaine Africaine, au téléphone, pour opposer un démenti formel et catégorique, à l’information diffusée par l’opposant congolais et qui a plongé nombre de chrétiens, à l’intérieur comme à l’extérieur du pays, dans l’émoi.

L’abbé Mathieu Bakanina déclare qu’il n’a fait l’objet d’aucune interpellation ni arrestation et qu’il n’est pas du tout placé en détention à la Maison d’arrêt de Brazzaville. Rentré de France au mois de septembre dernier, il est tout à fait libre de ses mouvements et se trouve présentement à Pointe-Noire, pour des raisons de deuil familial. Ce démenti sera repris dans l’édition de vendredi prochain de La Semaine Africaine.

La Rédaction de La Semaine Africaine