Posts Tagged ‘Maison des aînés’

Canada: Des maisons des aînés à 800 000 $ la chambre

juin 9, 2022

« C’est inexplicable que ça coûte ce prix-là », souligne le consultant et professeur en sciences infirmières Philippe Voyer.

Chantier de contruction.

Les maisons des aînés coûteront au moins 2,8 milliards de dollars au total, selon la dernière évaluation du ministère de la Santé. Photo : Radio-Canada

Experts et entrepreneurs du milieu de l’hébergement pour aînés s’inquiètent de la possibilité de voir le concept de maison des aînés être mis de côté en raison de la hausse importante des coûts.

Au cours des prochains mois, des dizaines de maisons des aînés seront livrées au gouvernement afin d’héberger, à terme, près de 3500 personnes âgées en perte d’autonomie.

Annoncée à moins de 400 000 $ la chambre en 2019, la dernière évaluation du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) s’élève en moyenne à plus de 800 000 $, pour un total de 2,8 milliards de dollars.

Le consultant et professeur titulaire responsable de la formation continue à la Faculté des sciences infirmières de l’Université Laval, Philippe Voyer, se désole d’une telle hausse des coûts.

C’est inexplicable que ça coûte ce prix-là, souligne M. Voyer. Il connaît bien le concept de maison des aînés pour avoir accompagné des entrepreneurs et le gouvernement dans le développement de nouvelles approches de soins auprès de la clientèle en perte d’autonomie.

M. Voyer cite quelques projets récents de CHSLD et de ressources intermédiaires (RI) lancés par le privé à moins de 300 000 $ la chambre. Des projets inspirés du concept de maison des aînés avec des maisonnées, des chambres et des toilettes individuelles ainsi que des aires communes.

Selon lui, ces bâtiments au privé et les maisons des aînés sont des produits qui sont équivalents et qui répondent bien aux besoins populationnels.

Pour moi, ce que je trouve désolant, c’est que les gens remettent en question le concept de maison des aînés alors que ce sont les coûts de construction qui sont problématiques.

Le chantier de construction d'une maison des aînés, où l'on aperçoit une grue.

Une maison des aînés en construction Photo : Radio-Canada

Interrogée plus tôt cette semaine par Radio-Canada, la ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais, reconnaissait que les maisons des aînés coûtent plus cher [car] on travaille avec des matériaux de qualité, on veut que ces maisons soient solides pendant de nombreuses années.

« C’est tellement un bon modèle qu’on est en train de faire […] Les experts, les gériatres nous disent de faire ces maisons-là. »— Une citation de  Marguerite Blais, ministre responsable des Aînés et des Proches aidants

Guillaume Houle, porte-parole de l’Association de la construction du Québec, nous disait récemment qu’il y a tellement eu de fluctuations depuis le début de la pandémie que les entrepreneurs doivent se protéger face à des hausses des coûts et parce que la chaîne d’approvisionnement est complètement déréglée.

Au Parti québécois, le chef parlementaire Joël Arseneau suggérait cette semaine, en conférence de presse, de mettre un terme au projet de maison des aînés.

« Chaque fois qu’on se penche sur le dossier, les coûts explosent. […] Continuer à s’enfoncer dans un puits sans fond, dans un projet ruineux, alors que les besoins sont ailleurs, bien, ce serait poursuivre dans la mauvaise voie. »— Une citation de  Joël Arseneau, chef parlementaire du PQ

Du privé à moins de 300 000 $

À Terrebonne, en banlieue de Montréal, Sébastien Barrette et ses partenaires ont ouvert en février 2021 la Maison l’Étincelle, après une interruption des travaux en raison de la pandémie.

Un milieu d’hébergement pour aînés en perte d’autonomie de 144 unités, regroupant ressources intermédiaires et résidence privée pour aînés avec des problèmes cognitifs.

Ça ressemble en tout point aux maisons des aînés […] avec des maisonnées de 16 personnes, explique M. Barrette, qui a eu recours aux services de Philippe Voyer.

Nous, ici, on a été capables de le faire à moins de 250 000 $ par chambre, précise le gestionnaire.

Un homme souriant assis en face de la caméra.

Sébastien Barrette, copropriétaire de la Maison l’Étincelle à Terrebonne Photo : Radio-Canada

Ce qu’il entend sur la hausse du coût des maisons des aînés le préoccupe. Il y a un tsunami d’aînés en perte cognitive qui s’en vient, rappelle-t-il.

Jusqu’où pourra-t-on répondre à la demande de dizaines de milliers de personnes, compte tenu du prix des maisons des aînés? s’interroge M. Barrette.

À Vaudreuil-Dorion, sur la Rive-Sud de Montréal, le groupe de Jean-François Blanchard va construire pour l’automne prochain 111 nouvelles chambres au Manoir Harwood, un CHSLD privé.

La pandémie a eu au moins une bonne chose : on a eu le temps de réfléchir et de s’inspirer des maisons des aînés, un concept excellent, dit-il.

Prix moyen par chambre : 230 000 $

À Québec, le milieu de vie Humanitae, spécialisé dans une clientèle atteinte d’alzheimer, regroupe 170 unités avec des maisonnées de 12 à 15 chambres. Un bâtiment construit à moins de 300 000 $ l’unité en 2019.

Lors de la campagne électorale de 2018, la Coalition avenir Québec (CAQ) avait fait de l’hébergement des aînés un thème central de son programme.

Les maisons des aînés étaient le projet d’une génération, disait François Legault, alors que sa candidate Marguerite Blais rappelait l’intention du parti d’en finir avec les listes d’attente en CHSLD.

Avec Radio-Canada par Daniel Boily et Davide Gentile

Canada-Québec: Maison des aînés de Trois-Rivières: une seule soumission à l’étude

mai 23, 2021

La Société québécoise des infrastructures (SQI) analyse présentement la seule soumission qu’elle a reçue à la suite du processus d’appel d’offres pour la Maison des aînés de Trois-Rivières qui s’est terminé mercredi.

Les travaux de démolition sont commencés à l’ancien Canadian Tire de la rue Fusey.

© SYLVAIN MAYER, Le Nouvelliste Les travaux de démolition sont commencés à l’ancien Canadian Tire de la rue Fusey.

C’est la firme Pomerleau qui a déposé une soumission au montant de 54,4 millions $ pour la construction de la Maison des aînés qui prendra place sur le site de l’ancien Canadian Tire de la rue Fusey, dans le secteur du Cap-de-la-Madeleine.

Le processus devrait se faire à l’intérieur d’un délai de 60 jours, a fait savoir le porte-parole de la SQI, Martin Roy, qui assure que la livraison est toujours prévue pour l’été ou l’automne 2022.

«On est toujours dans le processus de l’analyse de la soumission reçue. Que ce soit la conformité, la ventilation, les garanties de soumissions, les cautionnements, etc.», a-t-il fait savoir.

En plus du coût de construction de 54,4 millions $, d’autres frais devraient s’ajouter.

Il est donc encore trop tôt pour savoir si les coûts seront plus ou moins élevés que l’évaluation de 58 millions $ qui avait été faite au départ.

«C’est ce qu’on évalue au complet aussi. Il y a aussi d’autres coûts au-delà du coût de construction. Il y a tous les honoraires professionnels pour ce qui est des architectes, des ingénieurs, etc. On est en train d’évaluer le tout», a soutenu le porte-parole de la SQI.

Une maison de 96 places

La Maison des aînés et alternative de Trois-Rivières doit accueillir 96 personnes, dont 72 personnes âgées nécessitant du soutien à l’autonomie ainsi que 24 personnes vivant avec un handicap, un trouble du spectre de l’autisme ou une déficience.

Les besoins de ces deux clientèles sont bien sûr différents.

Ce nouveau modèle de centre de soins de longues durées doit, selon le gouvernement Legault, remplacer progressivement les CHSLD tels que nous les connaissons.

Les résidents habiteront dans des unités climatisées pouvant accueillir 12 personnes où l’on doit retrouver autant les chambres que les milieux de vie. En cas d’éclosion, cela permet de mieux circonscrire la propagation du virus.

«Actuellement en CHSLD, c’est plus de 80 % des patients qui ont des troubles neurocognitifs sévères. Nous avons une obligation de concevoir des lieux pour les accueillir et prendre soin d’eux différemment. C’est tout l’aspect hospitalo-centrique qui disparaît», affirmait lors de l’annonce de la construction de la Maison des aînés de Trois-Rivières la ministre des Aînés, Marguerite Blais.

Une fois construite, cette Maison des aînés doit employer une cinquantaine de personnes, note Julie Michaud, agente d’information au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie et du Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ).

«Nous aurons besoin d’infirmières, d’infirmières auxiliaires, de préposés aux bénéficiaires, d’aide de service et de personnel de soutien», précise-t-elle.

Avec Sébastien Lacroix – Le Nouvelliste