Posts Tagged ‘Maladies’

L’obésité exacerbe plusieurs causes de décès

octobre 30, 2019
© Fournis par Canadian Press Enterprises Inc
 

MONTRÉAL — L’obésité est impliquée dans les deux tiers des décès attribuables à des maladies non transmissibles à travers le monde, et le risque associé à certaines maladies diffère pour les hommes et pour les femmes, prévient une nouvelle étude britannique publiée par le journal médical PLOS Genetics.

L’obésité ne joue donc pas uniquement un rôle dans des problèmes de santé comme le diabète et les troubles cardiovasculaires.

«Ce qui est utile dans cette étude-là, c’est la quantification de la magnitude globale de l’effet de l’obésité sur la globalité des complications cardiovasculaires. Ça confirme un peu ce dont on se doutait déjà», a commenté le docteur André Carpentier, de la faculté de médecine de l’Université de Sherbrooke.

Afin d’identifier les causes de décès exacerbées par l’obésité, les chercheurs de l’Université d’Oxford ont utilisé des données génétiques et trois mesures d’obésité pour examiner les dossiers de quelque 425 000 participants à la gigantesque UK Biobank, à la recherche de liens de causalité.

Les résultats sont stupéfiants.

L’analyse démontre que l’obésité contribue à une longue liste de problèmes de santé, notamment les coronaropathies, le diabète de type 1 et 2, les accidents vasculaires cérébraux, la maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC), la stéatose hépatique non alcoolique, les maladies chroniques du foie, la défaillance rénale… et même le cancer du poumon.

«Cet élément-là nous démontre bien le problème avec ce genre d’études-là, a dit le docteur Carpentier. On peut déterminer un lien de causalité entre un phénomène et un autre, mais on ne peut pas en déterminer le mécanisme. On ne peut pas savoir si le fait d’être obèse modifie le comportement en regard de la cigarette, et que c’est ça le lien causal avec le cancer du poumon.»

En d’autres mots, ajoute-t-il, ce n’est pas parce qu’on sait que l’obésité cause un problème de santé qu’on est pour autant en mesure de déterminer quelle composante de l’obésité est responsable de cette maladie-là.

«Il faut mieux connaître les mécanismes, il faut être capables de les cibler, et ensuite tester si en ciblant ces mécanismes-là on prévient les maladies», a expliqué le docteur Carpentier.

Et si l’obésité cause le diabète de type 2 chez les hommes comme chez les femmes, le risque est plus élevé chez les femmes, tandis que les hommes présentent un risque plus important de MPOC et de maladies chroniques du foie. Les auteurs estiment donc que différentes mesures préventives devraient cibler les hommes et les femmes.

Ultimement, l’étude conclut que l’obésité cause ou contribue à la majorité des principales causes mondiales de décès qui ne sont pas attribuables aux maladies infectieuses.

Jean-Benoit Legault, La Presse canadienne

Le vieillissement de la population influe sur les causes de décès

juin 23, 2016

Maladies cardiovasculaires, cancers et démence restent les trois principales causes de décès en Suisse. En 2014, il y a eu 1000 décès de moins qu’en 2013. Et pour la première fois depuis 1995, la démence a fait moins de victimes.

En 2014, 63’938 décès ont été enregistrés en Suisse, a indiqué jeudi l’Office fédéral de la statistique (OFS). La probabilité de décéder a baissé dans toutes les classes d’âge. Parmi les personnes âgées de 80 ans et plus, il y a par exemple eu 700 décès de moins qu’en 2013. Aucune épidémie de grippe notable ni de canicule n’ont sévi.

L’âge moyen au moment de la mort continue d’augmenter, observe aussi l’OFS. La moitié des hommes décédés en 2014 avaient plus de 79 ans, la moitié des femmes plus de 85 ans. En 1969, cette médiane se situait à 70 ans pour les hommes et 75 ans pour les femmes.

Démence mortelle en recul
En raison du vieillissement de la population, le nombre de décès dus à la démence reste élevé. En 2014, elle a causé la mort de 5759 personnes comme maladie initiale, soit 150 cas de moins qu’en 2013. Il s’agit du premier recul depuis 1995, année où ce diagnostic a été enregistré pour la première fois.

Le taux de mortalité pour la démence est de 28,8 décès pour 100’000 hommes et de 31,9 pour 100’000 femmes. Il progresse moins fortement depuis quelques années.

Les maladies cardiovasculaires, qui ont causé la mort de 20’972 personnes (un tiers des décès), restent les principales causes de décès depuis des décennies. Leur part ne cesse toutefois de se réduire: de 41% en 1995, elle est passée à 33% en 2014.

Dans cette catégorie, le taux de mortalité a baissé de 318 à 156 pour 100’000 habitants chez les hommes, et de 187 à 103 pour 100’000 habitants chez les femmes. Le risque de mourir d’une maladie cardiovasculaire a donc diminué de moitié en près de 20 ans pour les hommes.

Taux de mortalité du cancer
Le cancer est la deuxième cause de décès, comme les années précédentes. Il a fait 16’765 victimes en 2014 (26% du total). La part des décès dus au cancer s’est accrue de 1,5 point depuis 1995.

Mais compte tenu de la croissance démographique et du vieillissement de la population, le taux de mortalité lié au cancer s’est réduit, de 228 à 164 décès pour 100’000 habitants chez les hommes (-28%) et de 133 à 105 pour 100’000 habitants chez les femmes (-21%).

Toutes catégories confondues, le cancer des poumons reste de loin celui qui tue le plus depuis plus de 40 ans. Il a causé la mort de près de 3200 personnes en 2014 (2012 hommes et 1184 femmes). Pour les hommes, il est suivi par celui de la prostate. Chez les femmes, c’est celui du sein qui arrive en tête.

Suicides en baisse
En 2014, 1028 suicides ont été enregistrés: 754 hommes et 274 femmes. Leur nombre est resté constant depuis 2009 environ. Par rapport à 1995, il a diminué de 350 cas ou de 25%. Depuis le taux « record » de 1980, le taux de suicide a baissé de 36,8 à 15,8 pour 100’000 habitants chez les hommes et de 15,0 à 6,0 pour 100’000 chez les femmes.

Les chiffres de 1995 incluent toutefois encore les cas de suicide assisté, nettement plus rares à l’époque. Ce nombre continue d’augmenter, surtout chez les plus de 65 ans: en 2014, 742 suicides assistés ont été rapportés (contre 587 en 2013), concernant 320 hommes et 422 femmes.

Une augmentation dans laquelle se reflète aussi le vieillissement de la population, indique l’OFS. Une analyse approfondie de cette tendance est en cours.

Romandie.com

Le pape dresse un catalogue des maladies menaçant le clergé

décembre 22, 2014

Le pape François a dressé lundi un catalogue de quinze maladies qui menacent le clergé et plus particulièrement la Curie (gouvernement de l’Église). Dans un discours d’une rare sévérité, il a condamné la mondanité, l’hyperactivité, les rivalités, les bavardages, les calomnies et la zizanie.

S’adressant aux membres de la Curie, le pape a souligné que comme tout « corps humain », celle-ci souffrait « d’infidélités » à l’Évangile et de « maladies » qu’il faut apprendre à guérir. Il en a cité quinze, usant de formules comme « l’Alzheimer spirituel », « le terrorisme des bavardages » ou « l’exhibitionnisme mondain ».

« La guérison est le fruit de la prise de conscience de la maladie », a conclu le pape. Il a invité les évêques et cardinaux à laisser le Saint-Esprit inspirer leurs actions et à ne pas compter uniquement sur leurs dons intellectuels ou organisationnels.

Douche froide
Après ce discours reçu comme une douche froide, le souverain pontife a salué les cardinaux un à un, dans une ambiance lourde malgré les amabilités de façade.

Depuis son élection en mars 2013, le pape a engagé une profonde réforme de la Curie qui se heurte à des oppositions internes et suscite de nombreuses inquiétudes.

Romandie.com

Dengue, chikungunya: découverte d’une nouvelle espèce de moustique

septembre 11, 2013

Une nouvelle espèce de moustique susceptible de transmettre la dengue et le chikungunya a été découverte à Mayotte, selon une étude rendue publique jeudi. Il s’agit d’une espèce autochtone.

Baptisé Stegomyia pia, le nouveau moustique a été identifié par des chercheurs de l’Institut de recherche pour le développement (IRD) et de l’Agence régionale de santé de l’Océan Indien.

Il appartient au groupe d’espèces dont font partie deux autres moustiques particulièrement invasifs, Aedes albopictus, plus connu sous le nom de moustique tigre qui peut transmettre à la fois le chikungunya et la dengue, et Aedes egypti, le principal vecteur de la dengue et de la fièvre jaune.

« C’est une espèce dont on a de bonnes raisons de penser qu’elle pourrait être vectrice », relève Vincent Robert, directeur de recherche à l’IRD qui a mené l’étude publiée dans Parasite, la revue de la société française de parasitologie.

Espèce autochtone

Il souligne que le nouveau moustique est une espèce autochtone, non introduite à partir d’une autre région du monde, comme c’est le cas de son cousin, le moustique tigre, originaire du sud est asiatique, mais qu’on trouve désormais dans environ 80 pays dont le sud de la France.

Il a été identifié dans 6% des sites étudiés dans le département d’outremer, et retrouvé principalement dans les trous d’arbres et de bambous coupés.

Selon M. Robert, il est également « extrêmement proche » du moustique Aedes egypti, originaire d’Afrique et qu’on trouve aujourd’hui dans toutes les régions tropicales du monde.

Améliorer les connaissances

« La découverte de cette nouvelle espèce mahoraise permet de mieux connaître les moustiques à combattre, leurs particularités et leurs habitudes, notamment alimentaires. Elle pourra conduire à mieux prévenir le risque de transmission des maladies », conclut l’étude.

La dengue et le chikungunya se manifestent par une forte fièvre, des maux de tête, vomissements, douleurs articulaires et musculaires, voire des hémorragies. Il n’existe à ce jour pas de traitement ni de vaccin.

Romandie.com

Congo: M.c.d.d.i (Mouvement congolais pour la démocratie et le développement intégral) : La journée «portes ouvertes» a mobilisé de nombreux militants

mai 24, 2013
Le scanner pour le dépistage des maladies.

Le M.c.d.d.i (Mouvement congolais pour la démocratie et le développement intégral), parti allié à la majorité présidentielle, a organisé, lundi 20 mai 2013, une journée «portes ouvertes» du parti, à travers six arrondissements de la ville-capitale, en vue de sa visibilité. Cette journée «portes ouvertes» a connu plusieurs activités, comme le dépistage des maladies à l’aide d’un scanner, la campagne d’adhésion au parti, les jeux de nzango, de dame, de sac, la danse traditionnelle Kongo, etc. De nombreux militants y ont participé.

 
Les activités étaient organisées dans six arrondissements de Brazzaville (Makélékéké, Bancongo, Mfilou, Moungali, Ouenzé et Talangaï), par les présidents des comités M.c.d.d.i d’arrondissement, à l’initiative du secrétaire général, chef du parti, Guy-Brice Parfait Kolélas.

Dans chacun des six arrondissements, les militants sont venus nombreux, pour réaffirmer leur soutien au parti, lequel a enregistré de nouvelles adhésions. En effet, depuis la tenue de sa deuxième convention nationale, en janvier 2013, à Kinkala, qui a mis en place les nouvelles instances dirigeantes, le M.c.d.d.i a pris l’option de faire la politique autrement. Conscient de ce qu’une population malade ne peut produire, le M.c.d.d.i a associé une opération santé à sa journée «portes ouvertes». Il s’agit, notamment, du dépistage des maladies, la prise de tension, de l’examen de la vue, etc.

De Mfilou à Talangaï, en passant par le Centre sportif de Makélékélé, le siège de l’arrondissement 4, Moungali, il y avait un grand engouement de la part des militants et sympathisants. Nombreux sont ceux qui ne se sont pas lassés d’attendre, dans les files d’attente, le dépistage des maladies au scanner. D’autres, par contre, se sont intéressés aux différents jeux. «Nous offrons à la population un examen qu’on appelle le condom analyseur. C’est un scanner qui donne les informations à partir de la main ou du pied. Il est parmi les méthodes de la médecine traditionnelle chinoise qui, effectivement, nous permet de donner toutes les informations sur l’état de santé d’une personne. Après, nous proposons un traitement naturel. On peut aussi faire des recommandations sur l’hygiène alimentaire ou l’hygiène de vie», a expliqué un technicien du corps médical déployé sur le terrain.

Les militants du M.c.d.d.i  ont exprimé leur gratitude au secrétaire général du parti, Guy-Brice Parfait Kolélas, qui a offert, gratuitement, cette opération de dépistage de maladies, suivie des conseils sur l’hygiène alimentaire et d’une prise en charge par le corps médical.

Lasemaineafricaine.com par Pascal-Azad DOKO

Les bienfaits de la masturbation

avril 30, 2012

Masturbation partout toujours

99% des gens se masturbent dans le bain.

La masturbation est bonne pour la santé

Les sexologues sont d’accord pour dire que la masturbation ne nuit pas à la sante. Il est faux aussi de penser que la masturbation pourrait déformer ou user les organes génitaux. L’idée comme quoi le fait de se masturber fréquemment rendrait frigide ou impuissant est tout aussi fausse. Au contraire! Plus on se sert de ses organes génitaux, mieux ils fonctionnent.

POUR LES HOMMES

Ainsi quand on se masturbe souvent, la qualité du sperme s’en trouvera augmentée, vu qu’il y a moins de ‘vieilles’ semences qui restent dans les testicules. Deuxièmement, la masturbation semble être bonne pour lutter contre le cancer de la prostate et la prostatite, car la glande de la prostate est également plus souvent ‘vidée’.

Pour les hommes, des études démontrent que le risque de développer un cancer de la prostate est nettement moins élevé s’ils éjaculent régulièrement. Alors qu’avant on disait que la masturbation rendait sourd et qu’elle provoquait tout un tas de maladies, il semble au contraire que ce soit un moyen pour vieillir en bonne santé.
On peut aussi se sentir coupable de se masturber en dehors des rapports sexuels. Mais tous ces problèmes ne proviennent pas de la masturbation en soi. Il y a des gens qui sont très timides et réservés. Par conséquent, ils ont du mal à avoir des relations amoureuses. Logiquement, ils se sentent malheureux de pouvoir seulement se masturber et de ne pas pouvoir faire l’amour. Ils pensent parfois qu’ils sont déviants et pensent que leur déviance provient du fait qu’ils se masturbent souvent. Au contraire, dans ces cas-là, il faudrait mieux considérer la masturbation comme une consolation.
D’ailleurs, la plupart des gens continuent à se masturber quand ils se marient ou qu’ils ont une relation amoureuse de longue durée.

POUR LES FEMMES

La masturbation est aussi à conseiller aux femmes. C’est par exemple un bon moyen de combattre les douleurs menstruelles ou même la migraine. La femme qui se masturbe entraîne également ses muscles pelviens, ce qui pourra être d’une aide très utile lors de ses éventuels accouchements futurs.

La masturbation a une influence positive sur le système immunitaire, cela combat le stress et tu peux aussi utiliser celle-ci afin de mieux pouvoir dormir.

Nigeria: obsèques nationales du chef de la rébellion du Biafra, Emeka Ojukwu

mars 1, 2012

Le Nigeria a rendu hommage jeudi au chef de la rébellion du  Biafra, Emeka Odumegwu-Ojukwu, décédé en novembre à l’âge de 78 ans, avec une  cérémonie d’obsèques nationales dans sa région d’origine du sud.

Environ 2. 500 personnes étaient présentes à Enugu, sur une place entourée  d’un important dispositif de sécurité en raison des nombreux attentats  d’islamistes qui secouent le pays depuis des mois, a constaté un journaliste de  l’AFP sur place.

Le cercueil d’Ojukwu, décédé dans un hôpital londonien, était recouvert du  drapeau nigérian blanc et vert.  21 coups de canon ont salué son arrivée.   Beaucoup dans le public portaient des robes et des tenues confectionnées avec  des tissus frappés de son portrait, avec les inscriptions « Tu vis dans nos  coeurs » ou « Héros national ».

Figure historique et héraut de l’ethnie Igbo (ou Ibo) majoritaire dans le  sud-est, le lieutenant-colonel Ojukwu avait lancé en mai 1967 une tentative de  sécession alors qu’il était gouverneur militaire de la région Est, l’une des  trois que comptait le pays, aujourd’hui une fédération de 36 Etats.

Il accusait le pouvoir fédéral dominé par les musulmans du nord de  marginaliser sa communauté, notamment après l’assassinat en juillet 1966 du seul  président d’origine Igbo, le général Thomas Aguiyi-Ironsi.  Sa déclaration  d’indépendance était venue après des pogroms contre les Igbos dans le nord qui  avaient fait des milliers de victimes.

En janvier 1970, au bout de deux ans et demi, la guerre du Biafra s’est  achevée après avoir fait plus d’un million de morts, victimes en majorité de la  faim et de maladies.

Le vice-président nigérian Namadi Sambo – qui a salué un « patriote et  humaniste rare » – l’ex-dirigeant ghanéen Jerry Rawlings, des gouverneurs, des  ministres, la veuve d’Ojukwu et le lauréat nigérian du Nobel de littérature Wole  Soyinka étaient présentse.

Wole Soyinka, ardent dénonciateur des abus du pouvoir, avait été emprisonné  durant la guerre civile, accusé de soutenir la cause du Biafra.

Dans une oraison funèbre, il a rendu hommage à son « camarade » et cité Ojukwu  quand il avait déclaré la « République du Biafra » et enclenché ainsi la guerre  civile.

L’émir de Kano, la plus haute autorité musulmane de l’Etat septentrional de  Kano, avait aussi fait le déplacement.  Le nord est majoritairement musulman et  Kano est la deuxième ville du pays.

Le chef de l’Etat Goodluck Jonathan, un chrétien du sud, devait se rendre  vendredi à l’inhumation d’Ojukwu dans sa ville d’origine Nnewi (70 km d’Enugu),  selon la présidence.

Le porte-parole d’un mouvement qui veut préserver « l’esprit du Biafra »,  Uchenna Madu, a déclaré à l’AFP : « Ojukwu a vécu et est mort pour l’émancipation  des Igbos.  Nous allons continuer la lutte ».

La dépouille n’avait été rapatriée de Londres que lundi lundi et avait reçu  les honneurs militaires à l’aéroport de la capitale Abuja.

« Il a défendu la justice, refusé le compromis.  Il a défié l’absence  d’humanisme de l’homme envers l’homme (. . . ) il s’est battu et a quitté le  Biafra avec le dernier avion », avait alors déclaré le vice-président Sambo.

Ojukwu s’était exilé en Côte d’Ivoire après la capitulation des  indépendantistes.  Il n’était revenu au Nigeria que 13 ans plus tard, après une  grâce présidentielle.

Des centaines de membres des forces de l’ordre avaient été déployés jeudi,  alors que les islamistes du groupe Boko Haram multiplient les attaques et  attentats meurtriers, surtout dans le nord.

Jeuneafrique.com avec AFP

Entre la prison et le désert

octobre 2, 2011

Sous l’angle de la prison et la traque du désert
Le pouvoir a pris des ailes d’airain sans nerfs
Fuyant ma personne aux senteurs malheureuses
Entre privations de liberté et quête heureuse
D’une vie accomplie dans le refus du départ
Proposé mais freiné dans l’orgueil du rempart
Sentant ma fin très proche aux relents exécrables
Mes amis un à un m’étiquetait d’une marque détestable
Après avoir savouré aux délices de ma belle richesse
J’étais bon comme un signal dangereux de détresse
Un danger interdit de tout conseil d’approche
Muré et traqué comme une pauvre et sale mouche
Animal sans rendement utile mais cause de maladies
Dans un monde ingrat à grande soif de roupies
A ceux qui veulent aujourd’hui et demain du pouvoir
De vite le quitter sans cri au-dessus de l’entonnoir
Au lieu de chercher d’emprunter la piste dangereuse
Pouvant vous conduire dans l’impasse piteuse.

Bernard NKOUNKOU