Posts Tagged ‘Malaisie’

Malaisie: l’ex-Premier ministre Najib Razak arrêté dans le cadre du scandale 1MDB

septembre 19, 2018

L’ex-Premier ministre malaisien Najib Razak à Kuala Lumpur, le 10 août 2018 / © AFP/Archives / Mohd RASFAN

L’ex-Premier ministre malaisien Najib Razak a été arrêté mercredi et va être mis en examen dans le cadre d’une enquête sur des soupçons d’appropriation illicite de 628 millions de dollars du fonds d’investissement public 1MDB, lié à un vaste scandale qui secoue le pays depuis trois ans.

La Commission anti-corruption malaisienne a indiqué avoir obtenu le placement en détention de Najib Razak dans son enquête sur des détournements de fonds présumés de 1MDB et « l’arrivée de 2,6 milliards de ringgits (628 millions de dollars) sur son compte personnel », selon un communiqué.

Ce scandale et les soupçons de détournement de vastes sommes de ce fonds d’investissement par l’ex-Premier ministre et ses alliés ont joué un rôle clé dans la défaite aux élections de mai de la coalition qu’il dirigeait face à l’alliance réformiste de Mahathir Mohamad.

L’actuel Premier ministre de 93 ans a fait son retour au pouvoir en se présentant contre son ex-protegé Najib Razak et a rouvert les enquêtes liées au fonds 1MDB qui avaient été étouffées par le précédent gouvernement.

Le nouveau gouvernement a annoncé qu’il souhaitait récupérer les fonds détournés de la société publique 1Malaysia Development Berhad (1MDB), créée initialement pour moderniser le pays.

Depuis qu’il a perdu le pouvoir, Najib Razak a déjà été placé en détention brièvement et mis en examen pour plusieurs chefs d’accusation liés au détournement présumé de quelque 10 millions de dollars d’une ancienne entité du fonds 1MDB.

Mais son arrestation mercredi est directement liée à l’une des accusations les plus graves à son encontre dans ce vaste scandale, à savoir le transfert d’importantes sommes vers son compte en banque avant les élections de 2013.

Après une première enquête sur ces faits, il avait été blanchi en 2015, le procureur ayant alors affirmé que les fonds étaient un don personnel de la famille royale saoudienne.

Alors que les accusations se multipliaient à son égard, Najib Razak avait pris un tournant plus autoritaire, évinçant les critiques du gouvernement et faisant voter des lois destinées, selon les analystes, à réduire au silence toute opposition.

Najib Razak va être présenté à la justice jeudi et sera mis en examen sur la base de ces accusations, a annoncé la Commission anti-corruption.

– 4,5 milliards de dollars détournés –

L’ex-Premier ministre et ses proches sont accusés d’avoir utilisé les fonds détournés pour acheter une grande quantité de biens, comme des oeuvres d’art, des sacs à main de luxe, des montres ou des propriétés aux Etats-Unis.

Le département d’Etat américain à la Justice, qui cherche à récupérer des biens acquis illégalement, estime que 4,5 milliards de dollars au total ont été détournés de ce fonds.

Pour James Chin, expert de la Malaisie de l’Université de Tasmanie, cette mise en détention est « plus significative » que les précédentes.

« Je pense que les Malaisiens vont êter très, très contents. Certains se plaignaient que le gouvernement n’avançait pas assez rapidement sur l’affaire 1MDB », a-t-il expliqué à l’AFP.

Romandie.com avec(©AFP / (19 septembre 2018 13h29)

Malaisie: saisie record de cornes de rhinocéros

août 20, 2018

Saisie record de cornes de rhinocéros pour une valeur estimée de 12 millions de dollars à l’aéroport de Kuala Lumpur / © AFP / Manan VATSYAYANA

Une saisie record de cornes de rhinocéros, d’une valeur estimée à 12 millions de dollars, a été faite à l’aéroport de Kuala Lumpur, ont annoncé lundi les autorités malaisiennes, selon lesquelles ce chargement était en route vers le Vietnam.

Les 50 cornes de l’animal pesaient 116 kilos et ont été découvertes le 13 août dans des boîtes en carton au terminal fret de l’aéroport, a précisé le responsable du département malaisien pour la faune sauvage, Abdul Kadir Abu Hashim.

Cette saisie « est la plus importante dans l’histoire (de la Malaisie) en ce qui concerne le nombre des cornes et leur valeur », a ajouté le responsable à l’AFP.

La corne de rhinocéros est très prisée au Vietnam, beaucoup lui attribuant des vertus médicinales dans la classe moyenne qui est en voie d’expansion.

Le trafic de cornes de rhinocéros a été interdit en 1977 au niveau mondial par la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (Cites).

Mais les braconniers continuent de décimer les populations de rhinocéros pour répondre à une demande persistante en Asie de l’Est.

Beaucoup dans cette région du monde considèrent la corne de rhinocéros comme un moyen de lutter contre le cancer. Un seul kilo peut valoir jusqu’à plusieurs dizaines de milliers de dollars.

Toutes les espèces de rhinocéros sont menacées d’extinction, selon l’Union internationale pour la conservation de la nature (IUCN).

Abdul Kadir Abu Hashim n’a pas été en mesure de fournir l’origine de ces cornes qui généralement, dans ce type d’affaire, proviennent d’Afrique.

Les responsables de l’aéroport de Kuala Lumpur ont découvert dans le même chargement une importante quantité d’os d’animaux, qui seraient ceux de tigres et de léopards.

Aucune arrestation n’a eu lieu pour l’instant das le cadre de cette affaire.

Elizabeth John, de Traffic, une organisation de défense de la faune sauvage, a qualifié la saisie d' »impressionnante » et a pressé les autorités de retrouver les responsables du réseau.

Romandie.com avec(©AFP / (20 août 2018 19h01)

Assassinat de Kim Jong Nam: la défense dénonce une enquête « bâclée »

juin 27, 2018

La Vietnamienne Thi Huong (2e d) et l’Indonésienne Siti Aisyah (2e g arrière-plan), escortées par des policiers à l’issue de leur comparution devant la Haute cour de Shah Alam, le 27 juin 2018 à la périphérie de Kuala Lumpur, en Malaisie / © AFP / Mohd RASFAN

L’enquête sur l’assassinat en Malaisie Kim Jong Nam, demi-frère en disgrâce du dirigeant de la Corée du Nord, a été « bâclée », a critiqué mercredi un avocat des deux femmes accusées de cet homicide digne de la guerre froide.

L’Indonésienne Siti Aisyah et la Vietnamienne Thi Huong comparaissent devant la Haute cour de Shah Alam, un district à la périphérie de la capitale Kuala Lumpur, proche de l’aéroport où le demi-frère de Kim Jong Un avait été assassiné le 13 février 2017.

Les deux femmes sont accusées de lui avoir projeté au visage une substance qui s’est révélée être du VX, un agent neurotoxique, version hautement mortelle du gaz sarin considérée comme une arme de destruction massive. Kim Jong Nam avait succombé peu après.

Au cours de sa plaidoirie, l’avocat de l’Indonésienne, Gooi Soon Seng, a estimé que les accusations contre sa cliente étaient « vagues » et qu’il n’y avait pas de preuve que celle-ci ait manipulé du VX.

L?Indonésienne Siti Aisyah (c), escortée par des policiers à l’issue de sa comparution devant la Haute cour de Shah Alam, le 27 juin 2018 à la périphérie de Kuala Lumpur, en Malaisie / © AFP / Mohd RASFAN

« L’enquête n’a pas été seulement bâclée mais aussi déséquilibrée », a lancé l’avocat.

Le procès, qui a débuté l’an passé, a repris mercredi après avoir été suspendu pendant près de trois mois.

Depuis le début de l’affaire, les deux femmes, qui risquent la peine de mort, ont nié toute intention de tuer. Elles affirment avoir été recrutées pour participer à ce qu’elles croyaient être une farce du style « caméra cachée », mais qui s’est révélé être un complot fomenté par des agents nord-coréens.

Kim Jong-Nam, frère du leader nord-coréen Kim Jong-Un, le 11 février 2007 à l’aéroport de Pékin, en Chine / © JAPAN POOL/AFP/Archives / JIJI PRESS

Lors d’une précédente audience, l’avocat de Thi Huong avait déclaré que l’un des quatre suspects nord-Coréens en fuite avait recruté la Vietnamienne et lui avait fait commettre ce qu’elle pensait être une plaisanterie.

Kim Jong Nam était un critique du régime nord-coréen qui vivait en exil. Dès le début de l’affaire, la Corée du Sud a accusé le Nord d’avoir orchestré l’assassinat, ce que Pyongyang a toujours démenti.

Romandie.com avec(©AFP / 27 juin 2018 12h54)

Malaisie: Mahathir Mohamad revient au pouvoir à 92 ans

mai 10, 2018

L’ex-Premier ministre malaisien Mahathir Mohamad, revenu au pouvoir 15 ans l’avoir quitté, s’exprime lors d’une conférence de presse, le 10 mai 2018 à Kuala Lumpur / © AFP / ROSLAN RAHMAN

Mahathir Mohamad a prêté serment jeudi comme Premier ministre de la Malaisie, devenant à 92 ans le plus vieux dirigeant élu au monde, au lendemain de la victoire historique de l’opposition aux législatives qui a sonné le glas d’une coalition au pouvoir depuis 61 ans.

Quinze ans après avoir quitté le pouvoir, Mahathir Mohamad, Premier ministre de 1981 à 2003, a effectué un retour spectaculaire sur le devant de la scène politique en évinçant son ex-protégé, le Premier ministre sortant Najib Razak, infligeant une défaite cinglante au Barisan Nasional (Front national, BN), la coalition qui dirigeait le pays depuis l’indépendance en 1957 de l’ex-colonie britannique.

A la tête d’une coalition d’opposition formée de nombreux politiciens qui s’étaient opposés à lui du temps où il était chef du gouvernement, Mahathir Mohamad a déjoué tous les pronostics en réussissant à déloger Najib Razak, au pouvoir depuis 2009 mais empêtré dans un énorme scandale de détournements de fonds.

Mahathir Mohamad a promis de le faire traduire en justice pour répondre des accusations de détournements au détriment du fonds souverain 1MDB, créé par Najib Razak à son arrivée au pouvoir en 2009 et aujourd’hui endetté à hauteur de 10 milliards d’euros.

Depuis 2015, la Malaisie est secouée par ce scandale de corruption qui fait l’objet d’enquêtes dans plusieurs pays, notamment en Suisse, à Singapour et aux Etats-Unis.

Le gouvernement sortant a aussi été accusé d’avoir effectué peu avant les élections un redécoupage électoral favorable à sa coalition, certains dénonçant une fraude électorale avec l’apparition de personnes décédées sur les listes d’émargement.

Romandie.com avec (©AFP / 10 mai 2018 17h46)                

Un professeur et membre du Hamas assassiné à KualaLumpur

avril 21, 2018

Un poster du professeur palestinien et membre du Hamas Fadi el-Batch tué le 21 avril en Malaisie. Photo prise à l’extérieur de la maison de sa famille dans la bande de Gaza. / © AFP / MAHMUD HAMS

Un professeur palestinien et membre du Hamas a été assassiné samedi à Kuala Lumpur en Malaisie, a annoncé le mouvement islamiste à Gaza, la famille de la victime accusant le Mossad israélien.

Fadi el-Batch, 35 ans, a été tué par balles par deux suspects probablement liés à des services de renseignement étrangers en se rendant à une mosquée pour la prière de l’aube, selon les autorités malaisiennes.

M. Batch était « un ingénieur électrique et un expert dans la fabrication de roquettes », a affirmé le ministre malaisien de l’Intérieur Ahmad Zahid Hamidi, cité par l’agence de presse officielle Bernama.

« Il était probablement devenu un élément gênant pour un pays hostile à la Palestine », a-t-il ajouté, précisant que le professeur devait se rendre samedi en Turquie pour participer à une conférence internationale.

Selon le ministre, la police malaisienne fera appel à Interpol pour retrouver les suspects, probablement de nationalités européennes.

Le mouvement islamiste Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, a affirmé que le chercheur dans le domaine de l’énergie faisait partie de ses membres. Il n’a pas pointé du doigt des responsables, alors qu’il accuse souvent immédiatement Israël, son ennemi juré, de tels assassinats.

Mais la famille el-Batch, a elle aussitôt accusé le Mossad, le service de renseignement israélien, dans un communiqué. Elle a appelé les autorités malaisiennes « à retrouver les suspects avant qu’ils ne prennent la fuite » et à faciliter le transfert de sa dépouille à Jabaliya, dans la bande de Gaza, afin qu’il y soit inhumé.

Interrogé par l’AFP, un responsable gouvernemental israélien, qui a requis l’anonymat, n’a souhaité faire aucun commentaire.

– « Il était la cible » –

A Kuala Lumpur, la police avait annoncé tôt le matin la mort du Palestinien, tué par deux hommes armés circulant à moto.

« L’un des deux suspects a tiré 10 balles, dont quatre ont atteint la tête et le corps du professeur qui est mort sur le coup », a précisé le chef de la police, Datuk Seri Mazlan Lazim, cité par l’agence Bernama.

Le professeur était également un imam à la mosquée près de son lieu de résidence et était marié et père de trois enfants, a-t-il ajouté.

Selon des images enregistrées par des caméras de vidéo-surveillance, les deux assaillants ont attendu pendant vingt minutes avant qu’il ne sorte de chez lui.

« Il était la cible », a indiqué le chef de la police malaisienne en soulignant que la police allait s’employer à identifier les suspects.

Le représentant de l’Autorité palestinienne à Kuala Lumpur, Anwar al-Agha, a déclaré à l’AFP que Fadi al-Batch vivait en Malaisie depuis 10 ans, et confirmé qu’il était membre du Hamas.

A la question de savoir si le Mossad pouvait être tenu pour responsable de ce meurtre, il a répondu: « Je ne peux pas faire de commentaire à ce sujet. Nous devons attendre les résultats de l’enquête officielle ».

Romandie.com avec (©AFP / 21 avril 2018 18h30)                

Meurtre de Kim: la police malaisienne soupçonne cinq Nord-Coréens

février 19, 2017

Kuala Lumpur – La police malaisienne soupçonne cinq Nord-Coréens d’être impliqués dans l’assassinat du demi-frère en exil du dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un, une annonce présentée dimanche par Séoul comme la preuve que Pyongyang est derrière ce meurtre.

Fils aîné de l’ancien dirigeant nord-coréen Kim Jong-Il, Kim Jong-Nam, 45 ans, a été attaqué le 13 février par deux femmes qui lui auraient jeté un liquide au visage à l’aéroport de Kuala Lumpur, où il devait embarquer pour Macao. Il a succombé pendant son transfert à l’hôpital.

Tan Sri Noor Rashid Ibrahim, haut responsable de la police malaisienne, a annoncé dimanche lors d’une conférence de presse que les enquêteurs recherchaient quatre ressortissants nord-coréens âgés de 33 à 57 ans qui ont tous fui la Malaisie le jour de l’assassinat.

La police malaisienne a arrêté samedi un Nord-Coréen de 46 ans, un certain Ri Jong Chol, présenté lors de la conférence de presse comme travaillant dans l’informatique.

Une femme détentrice d’un passeport vietnamien, une autre d’un passeport indonésien, ainsi que le petit ami de cette dernière, un Malaisien, ont également été interpellés.

La Vietnamienne, Doan Thi Huong, 28 ans, travaille dans un « lieu de divertissement », a indiqué la police dimanche, et l’Indonésienne Siti Aishah, 25 ans, est une masseuse dans un spa.

Le gouvernement sud-coréen a estimé dimanche que l’annonce de la police malaisienne prouvait que Pyongyang était responsable de l’assassinat de Kim Jong-Nam.

« Plusieurs facteurs font que notre gouvernement est certain que l’homme tué est Kim Jong-Nam et, compte tenu du fait que cinq suspects sont Nord-Coréens, nous pensons que le gouvernement nord-coréen est responsable de cet incident », a déclaré Jeong Joon-Hee, porte-parole du ministère sud-coréen de l’Unification.

De son côté, Tan Sri Noor Rashid Ibrahim a ajouté que trois autres Nord-Coréens étaient recherchés pour l’aide qu’ils pourraient apporter aux enquêteurs.

Des experts malaisiens ont effectué vendredi des analyses d’échantillons du corps du défunt, afin de déterminer la substance toxique qui lui a été lancée au visage.

Samedi, le ministre malaisien de la Santé avait prévenu que cette analyse pourrait prendre jusqu’à deux semaines, et qu’aucune information ne serait communiquée « tant que nous n’aurons pas trouvé quelque chose de certain ».

La Corée du Nord a demandé à la Malaisie la restitution du corps de Kim Jong-Nam. Mais Kuala Lumpur a estimé que la dépouille devait rester en Malaisie tant qu’elle n’était pas formellement identifiée par une comparaison de son ADN avec celui d’un membre de sa famille.

« Nous espérons qu’un membre de la famille vienne nous aider dans l’enquête », a déclaré M. Noor Rashid, ce qui n’a pas été le cas.

Samedi, l’ambassadeur nord-coréen en Malaisie Kang Chol a affirmé que son pays rejetterait les résultats de l’autopsie, car « la Malaisie l’a imposée, sans notre autorisation et sans que nous y participions ».

Les relations entre Pyongyang et Kuala Lumpur étaient jusqu’à présent cordiales, et les visiteurs des deux pays sont exemptés de visa, un cas rare pour les ressortissants nord-coréens.

Romandie.com avec (©AFP / 19 février 2017 12h04)             

Un demi-frère du dirigeant nord-coréen assassiné en Malaisie (Yonhap)

février 14, 2017

Séoul – Un demi-frère du dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un a été assassiné en Malaisie, a rapporté mardi l’agence sud-coréenne Yonhap.

L’agence cite une source gouvernementale à Séoul selon laquelle ce demi-frère, Kim Jong-Nam, a été tué lundi, sans autre précision. Aucune source officielle n’était joignable à Séoul dans l’immédiat.

Kim Jong-Nam, âgé de 45 ans, a été empoisonné avec des aiguilles par deux femmes non identifiées à l’aéroport international de Kuala Lumpur, selon la chaîne de télévision sud-coréenne Chosun.

Selon cette chaîne, affirmant citer plusieurs sources gouvernementales, les deux femmes ont hélé un taxi et se sont enfuies immédiatement après.

En Malaisie, le responsable de la police à l’Aéroport international de Kuala Lumpur, le commissaire adjoint Abdul Aziz Ali, a déclaré à l’AFP qu’un quadragénaire coréen avait été découvert malade lundi à l’aéroport.

Les autorités de l’aéroport l’ont immédiatement transporté à l’hôpital et il est mort en route, a ajouté ce responsable de la police. « Nous n’avons aucun autre détail sur ce Coréen. Nous ne connaissons pas son identité », a-t-il précisé.

Kim Jong-Nam a été un temps considéré comme l’héritier potentiel de son père Kim Jong-Il avant de tomber en disgrâce suite à une tentative manquée en 2001 d’entrer au Japon avec un passeport falsifié pour visiter Disneyland.

Depuis, il a vécu en quasi-exil, principalement dans le territoire chinois de Macao.

Kim Jong-Un est devenu le dirigeant de la Corée du Nord à la mort de leur père en décembre 2011.

Kim Jong-Nan, connu comme un partisan des réformes en Corée du Nord, avait déclaré à un journal japonais s’opposer au mode de succession dynastique du pouvoir.

Si son décès est confirmé, ce serait le plus important sous le régime de Kim Jong-Un depuis l’exécution de l’oncle du dirigeant nord-coréen Jang Song-Thaek en décembre 2013.

Romandie.com avec (©AFP / 14 février 2017 13h23)             

Malaisie: 25 Chinois à bord d’un bateau porté disparu retrouvés vivants

janvier 29, 2017

Kuala Lumpur – Vingt-cinq touristes chinois qui se trouvaient à bord d’un bateau porté disparu en Malaisie ont été retrouvés sains et saufs, mais six autres passagers étaient toujours recherchés, a annoncé dimanche un ministre.

« Vingt-cing (personnes) ont été retrouvées vivantes aujourd’hui. Six manquent toujours », a déclaré Shahidan Kassim, ministre au bureau du chef du gouvernement, au lendemain du naufrage du catamaran au large de l’île de Bornéo.

Cinq Chinois et un membre d’équipage sont toujours portés disparus, a-t-il précisé lors d’une conférence de presse.

« Selon le skipper, le bateau s’est cassé après avoir été heurté par des vagues et il a coulé », a précisé dans un communiqué Ahmad Puzi Kahar, chef de l’Agence malaisienne de surveillance maritime (MMEA).

Parti de Kota Kinabalu, la capitale de l’Etat de Sabah, le multicoque devait rallier l’île de Pulau Mengalum, à une soixantaine de kilomètres à l’ouest.

Le skipper et un des deux membres d’équipage du bateau avaient été retrouvés vivants dimanche après-midi dans l’eau au large d’une île à proximité de Pulau Mengalum, selon la MMEA.

Une zone d’un millier de kilomètres carrés faisait l’objet dimanche des recherches impliquant la MMEA, la police, la Marine et l’armée de l’Air malaisienne.

Romandie.com avec(©AFP / 29 janvier 2017 13h26)             

Malaisie: un rappeur en détention préventive pour insulte à l’islam

août 22, 2016

Kuala Lumpur – Un rappeur populaire en Malaisie a été placé en détention provisoire lundi par un tribunal pour avoir insulté l’islam en tournant un clip vidéo en partie dans une mosquée de ce pays d’Asie du Sud-Est à majorité musulmane, a indiqué la police.

Le rappeur Namewee, dont la véritable identité est Wee Meng Chee, sera détenu pendant quatre jours, a déclaré à l’AFP un responsable de la police de l’Etat du Penang (nord-ouest), Mior Faridalathrash Wahid.

Le rappeur est interrogé pour avoir profané un lieu de culte avec l’intention d’insulter une religion, a précisé cette même source.

L’artiste, qui est aussi réalisateur de cinéma, risque une amende et/ou une peine de prison allant jusqu’à deux ans.

Il lui est également reproché d’avoir utilisé le mot Allah et des sons de l’appel à la prière chez les musulmans dans ce clip vidéo de quatre minutes titré Oh mon Dieu.

Namewee et d’autres chanteurs y apparaissent à l’intérieur d’une mosquée et d’une église, de même que dans des temples hindous, bouddhistes, et taoïstes. Ils portent des habits représentant différentes cultures et religions.

Le rappeur a été interpellé à l’aéroport international de Kuala Lumpur dimanche soir à son retour de l’étranger.

Son arrestation a été critiquée lundi par Amnesty International, pour qui il s’agit d’un nouveau signe de l’intensification de la répression exercée par les autorités malaisiennes contre ceux, qui critiquent le gouvernement, y compris les artistes.

La Malaisie est généralement connue pour sa pratique modérée de l’islam, mais des tensions religieuses sont apparues ces dernières années. Des musulmans modérés et des représentants d’autres religions se disent régulièrement préoccupés par la montée de pratiques conservatrices de l’islam.

En juillet, plusieurs associations ont déposé plainte affirmant que la vidéo de Namewee insultait l’islam.

En réponse, le rappeur a publié une vidéo sur YouTube expliquant qu’il n’avait aucune intention d’insulter une quelconque religion et que cette chanson avait été écrite pour promouvoir l’harmonie.

Le clip vidéo controversé n’est plus disponible en ligne, mais une version éditée sans les scènes dans la mosquée a été téléchargée le weekend dernier sur YouTube.

Romandie.com avec(©AFP / 22 août 2016 14h47)

Angola, Nouvelle-Zélande, Venezuela, Malaisie élus au Conseil de sécurité

octobre 16, 2014

Nations unies (Etats-Unis) – L’Angola, le Venezuela, la Malaisie et la Nouvelle-Zélande ont été élus jeudi membres non permanents du Conseil de sécurité de l’ONU lors d’un vote à l’Assemblée générale des Nations unies.

Un deuxième tour de scrutin devra départager la Turquie et l’Espagne, candidats pour le cinquième siège qui est encore à pourvoir.

L’Angola a obtenu 190 voix sur les 193 pays membres, la Malaisie 187, le Venezuela 181, la Nouvelle-Zélande 145, alors que le minimum requis était les deux tiers des votants, soit 129.

L’Espagne a obtenu 121 voix et la Turquie un score de 109 voix, à l’issue de ce vote à bulletins secrets.

Le Conseil, qui compte 15 membres dont cinq permanents, renouvelle chaque année la moitié de ses dix sièges non permanents, sur une base régionale.

Les nouveaux membres entameront en janvier un mandat de deux ans.

Romandie.com avec(©AFP / 16 octobre 2014 18h01)