Posts Tagged ‘Manuel Hélder Vieira Dias’

Angola : Isabel dos Santos, Dino et Kopelipa dans le viseur des États-Unis

décembre 11, 2021
Isabel dos Santos fait l’objet de restrictions et sanctions de la part des États-Unis pour corruption. © MIGUEL RIOPA/AFP

Trois anciens pontes du régime dos Santos, dont la fille aînée de l’ancien président José Eduardo dos Santos, sont sous le coup de sanctions des États-Unis pour corruption.

En disgrâce en Angola, les voici maintenant persona non grata outre-Atlantique. Isabel dos Santos, la fille aînée de l’ancien président angolais José Eduardo dos Santos, et deux généraux très proches de l’ex-homme fort de l’Angola, Leopoldo Fragoso do Nascimento « Dino » et Manuel Hélder Vieira Dias « Kopelipa », font l’objet de restrictions et sanctions de la part des États-Unis pour corruption.

Intervenue le 9 décembre, date de la journée internationale de lutte contre le phénomène, l’annonce, qui concerne une série de personnalités en Amérique latine, en Afrique et en Europe, émane du département américain du Trésor, dirigé par Antony Blinken.

Détournements

La femme d’affaires angolaise Isabel dos Santos, un temps à la tête de la compagnie nationale de pétrole Sonangol, est interdite de visa américain « en raison de son implication dans de la corruption via l’appropriation pour son bénéfice personnel de fonds publics », a indiqué le département américain. Une décision prise dans le cadre d’un programme de sanctions appelé « Global Magnitsky ».

Les deux généraux angolais, leur épouse et leurs enfants vont visés par la même mesure. Concernant Dino et Kopelipa, le Trésor américain pointe « leur implication dans le détournement et l’appropriation de milliards de dollars de fonds publics pour leur intérêt personnel ».

À la tête de plusieurs groupes, dont Cochan, Geni et Baia, les généraux sont accusés de détournements dans le cadre de contrats d’infrastructures et de fournitures d’équipements militaires ainsi que d’actes de corruption dans le cadre de marchés publics.

Gel des avoirs

Pour les deux généraux, anciens hommes de confiance du président dos Santos (à la tête de l’Angola de 1979 à 2017), la sanction se double d’une mesure plus sévère, définie par l’OFAC (Office of Foreign Assets Control), un organisme de contrôle financier du Trésor : le placement sur la liste SDN (Specially Designated Nationals) des États-Unis, ce qui se solde par le gel de l’ensemble de leurs actifs, possessions et intérêts sur le sol américain.

Les trois personnalités angolaises visées, qui n’ont pas officiellement réagi, constituaient la garde rapprochée de l’ancien président dos Santos. Autrefois très puissants en Angola, ils sont en situation difficile depuis l’arrivée au pouvoir du successeur de dos Santos, João Lourenço.

Ce dernier, pourtant issu du même parti que dos Santos, le MPLA, a engagé une série de réformes et déclaré la guerre à la corruption dans une croisade soutenue par la communauté internationale et les bailleurs de fonds mais qui divise son camp.

Avec Jeune Afrique par Estelle Maussion