Posts Tagged ‘mariage gay’

L’Église anglicane du Canada rejette une motion approuvant le mariage gay

juillet 14, 2019

 

Le synode général de l’Eglise anglicane du Canada a rejeté une motion visant à modifier sa définition du mariage pour reconnaître le mariage entre personnes de même sexe, légalisé au Canada en 2005. La motion proposait de supprimer la définition du mariage comme «l’union d’un homme et d’une femme».

Pour être adoptée, elle devait recueillir les deux tiers des votes des trois ordres de délégués au synode, évêques, prêtres et laïcs. Lors d’un vote vendredi soir à Vancouver (ouest) où se tient le synode jusqu’à mardi, prêtres et laïcs ont voté largement en faveur de la motion mais elle n’a pas obtenu la majorité des deux tiers requise dans le groupe des évêques.

La motion avait été adoptée de justesse lors du précédent synode général mais elle devait être validée lors de deux synodes successifs pour entrer en vigueur. Le synode général, assemblée gouvernante de l’église anglicane du Canada, se réunit tous les trois ans.

Certains diocèses continueront à célébrer des mariages homosexuels

Le vote a provoqué des réactions de déception au sein même de l’église. L’évêque Andrew Asbil de Toronto a ainsi écrit sur Facebook qu’il s’agissait d’une «nouvelle dévastatrice pour les membres de la communauté LGBTQ, leurs familles et leurs amis» et qu’il «partageait leur désarroi».

Si le synode général n’a pas reconnu officiellement le mariage homosexuel, une autre motion adoptée à Vancouver laisse toutefois une certaine marge de manœuvre aux diocèses pour célébrer ou non des mariages de personnes de même sexe.

Certains diocèses permettent la célébration de ces unions depuis le premier vote sur la motion de 2016 et plusieurs d’entre eux entendent bien continuer, a indiqué Meghan Kilty, directrice des communications de l’Eglise, à la chaîne publique CBC. L’Eglise anglicane du Canada compte plus de 500.000 membres regroupés dans 1700 paroisses, selon son site internet.

Par Le Figaro.fr avec AFP

Allemagne : le mariage gay provoque une crise gouvernementale

juin 28, 2017

La Chancelière allemande Angela Merkel (d), le 28 juin 2017 à Berlin / © AFP / John MACDOUGALL

La légalisation du mariage homosexuel en Allemagne se précipite avec un feu vert des députés attendu dès vendredi mais elle provoque au passage une crise au sein de la coalition gouvernementale d’Angela Merkel.

Les députés allemands ont ouvert la voie mercredi à un vote ce jour-là au Bundestag, juste avant la pause estivale, en décidant en commission de le présenter à l’ordre du jour.

« La voie est libre pour l’égalité », a tweeté une députée écologiste, Renate Künast, favorable au projet qui doit pour la première fois accorder des droits étendus aux couples homosexuels en matière d’adoption.

L’inscription formelle à l’ordre du jour ne sera prise que vendredi matin en séance plénière mais cela ne devrait être qu’une formalité car les partisans du mariage pour tous sont majoritaires à la chambre basse du Parlement allemand.

– Prise de vitesse –

Cette accélération du calendrier ne fait pas les affaires d’Angela Merkel et de son camp conservateur : ils auraient préféré un vote sur cette question qu’après les élections législatives du 24 septembre.

Les membres de son parti, l’Union chrétienne-démocrate (CDU), se sont du reste prononcés mercredi en commission contre un vote dès vendredi. Mais ils ont été mis en minorité.

Angela Merkel a été prise de vitesse après avoir abandonné lundi son opposition de principe à l’union des personnes de même sexe et autorisé ses élus à voter librement, « en conscience », sur la question.

Par cette volte-face, elle entendait à la fois priver ses rivaux de gauche d’un thème porteur durant la campagne et se débarrasser d’un sujet de plus en plus encombrant pour elle : 73% des Allemands sont favorables au mariage pour tous, selon un récent sondage de la chaîne ZDF, et ses potentiels partenaires de coalition après les législatives font tous d’une légalisation une condition de leur participation.

Mais Angela Merkel avait en tête un vote seulement lors de la prochaine législature, le temps pour son parti très divisé de mener un débat.

Problème : le parti social-démocrate, à la traîne dans les sondages, y a vu une occasion de reprendre la main et de bousculer Angela Merkel en lui imposant un vote sans tarder.

Un vote qui, en l’état des rapports de force au Bundestag ne peut être que positif pour le mariage entre personnes de mêmes sexe : les conservateurs y sont minoritaires face aux trois partis de gauche (SPD, écologistes et gauche radicale), tous favorables au mariage pour tous.

En précipitant les choses, les sociaux-démocrates actent de facto le divorce de la coalition qu’ils forment avec les chrétiens-démocrates depuis 2013. Et ce trois mois avant les élections législatives où Angela Merkel briguera un quatrième mandat.

– Rupture –

Le chef du groupe parlementaire conservateur, Volker Kauder, a dénoncé « une rupture de confiance » du SPD.

L’adoption du mariage pour tous ne figurait pas en effet dans le contrat de coalition conclu après les précédentes élections entre conservateurs et sociaux-démocrates.

Le climat entre les deux mouvements s’était déjà passablement envenimé ces derniers jours à mesure que la campagne électorale entre dans le vif du sujet et que le SPD passe à l’offensive pour tenter de réduire son retard de quinze points dans les sondages sur les conservateurs.

Le chef de file du SPD Martin Schulz vient ainsi d’accuser Angela Merkel d' »attenter à la démocratie » en refusant selon lui de parler des sujets qui préoccupent la population et en se reposant uniquement sur son bilan.

En passant en force sur le mariage gay, le SPD a aussi réussi à provoquer des remous à droite. « La CDU devrait se garder de détruire les dernières valeurs conservatrices », a prévenu un responsable de l’allié bavarois (CSU) du parti de la chancelière, Peter Ramsauer.

La droite nationaliste et anti-immigration de l’AfD veut tirer profit de l’opération. « En un coup de crayon, la chancelière a rayé un des derniers bastions du conservatisme à la CDU », a dit sa dirigeante Frauke Petry.

Romandie.com avec(©AFP / 28 juin 2017 15h36)                

Trump ferme sur l’avortement et les armes, accepte le mariage gay

novembre 13, 2016

New York – Le président élu des Etats-Unis Donald Trump a adressé dimanche des signaux contrastés sur les sujets de société, réaffirmant ses convictions anti-avortement et pro-armes à feu mais disant accepter le mariage homosexuel, lors de sa première interview télévisée depuis sa victoire mardi dernier.

Au cours de cet entretien diffusé par la chaîne CBS, Donald Trump a cherché à calmer les tensions qui traversent le pays depuis son élection. N’ayez pas peur. Nous allons rétablir notre pays, a-t-il lancé aux milliers de manifestants qui le défient quotidiennement dans plusieurs villes des Etats-Unis.

Il a également condamné des actes de violence et de harcèlement contre des minorités (musulmans, noirs ou hispaniques) qui, selon l’opposition démocrate et des associations, se seraient multipliés depuis son élection.

Je suis si triste d’entendre cela. Et je dis: arrêtez cela. Si cela peut aider, je le dis et je le dis face à la caméra: arrêtez cela.

Lors de cet entretien télévisé, accordé chez lui à New York (nord-est), le président élu a confirmé qu’il nommerait à la cour suprême des juges anti-avortement et favorables au port d’armes à feu.

Voici ce qui va se passer. Je suis pro-life (anti-avortement) et les juges seront pro-life, a-t-il dit.

Ils vont être très favorables au Deuxième amendement de la Constitution, qui fait du port d’armes un droit pour chaque citoyen américain, a-t-il ajouté.

Donald Trump va devoir nommer un juge à la Cour suprême car un siège est actuellement vacant. Mais il pourrait procéder au cours de son mandat à d’autres nominations en cas de décès ou de départ en retraite d’autres juges. La Cour suprême, dont le pouvoir sur les questions de société est déterminant, pourrait ainsi prendre une coloration très conservatrice.

Concernant l’avortement, Donald Trump estime que le dernier mot devrait revenir aux Etats qui devraient pouvoir chacun choisir sa législation.

En revanche, le président républicain n’a pas l’intention d’œuvrer à une remise en cause du mariage homosexuel. Il a rappelé que la Cour suprême avait statué sur le sujet. C’est la loi (…) Cela me convient, a-t-il dit. Dans une décision de juin 2015, la Cour suprême avait affirmé le droit au mariage pour les personnes de même sexe.

Elu sur un programme populiste de rejet des élites, Donald Trump a annoncé au cours de cette interview qu’il renonçait à sa rémunération de président, qui se monte à environ 400.000 dollars par an.

Non, je ne vais pas prendre ce salaire. Je ne le prends pas, a dit l’homme d’affaires. Il devrait donc percevoir un dollar symbolique comme l’exige la loi, a-t-il ajouté.

Au cours de cet entretien, dont des extraits ont été distillés tout au long du week-end, Donald Trump a en outre annoncé son intention d’expulser jusqu’à 3 millions de clandestins. Il y montre également une certaine flexibilité sur Obamacare, la loi qui permet à tous les Américains d’avoir une assurance santé mais dont le fonctionnement est très critiqué.

Romandie.com avec(©AFP / 14 novembre 2016 01h18)

Fonctionnaire américaine condamnée pour avoir refusé le mariage gay

septembre 3, 2015

En refusant obstinément d’appliquer la nouvelle loi permettant le mariage gay aux États-Unis, Kim Davis, une simple fonctionnaire du Kentucky, est devenue l’égérie de millions d’Américains. Mais la chrétienne évangélique a été condamnée jeudi à la prison.

« Ce tribunal ne peut accepter que l’on désobéisse volontairement à ses décisions légales », a martelé le juge David Bunning, cité par les médias. Il infligeait ainsi un nouveau revers judiciaire à la greffière.

La greffière du comté de Rowan, dans le Kentucky, avait assumé sans vagues, durant plus d’un quart de siècle, la routine des tâches administratives. D’abord comme adjointe, puis reprenant le poste occupé par sa mère.

Ces derniers jours, la photographie de la femme de 49 ans, aux longs cheveux tombant jusqu’aux reins, n’a pourtant pas quitté la une de la presse nationale. Et Mme Davis a prouvé que son profil apparemment falot cachait une détermination de fer.

Cela, précisément depuis que la Cour suprême des États-Unis a légalisé fin juin le mariage des homosexuels dans tout le pays, une victoire emblématique pour le président Barack Obama. Quelques heures seulement après cette décision historique, Kim Davis entrait en résistance.

Délivrer un certificat de mariage à des personnes de même sexe « violerait » mes convictions religieuses, a-t-elle assuré. Dans son esprit, l’échelle hiérarchique est simple: Dieu est au-dessus, Washington et ses lois humaines en dessous.

« Aucun a priori »
La fonctionnaire, qui affectionne les amples jupes descendant jusqu’aux chevilles, n’est pas la seule à avoir adopté une telle posture de défi. Mais c’est elle qui est devenue le symbole de ce combat éternel aux États-Unis, opposant modernité et conservatisme, suprématie du droit et libertés religieuses.

Confessant avoir « remis (sa) vie entre les mains de Jésus-Christ », Kim Davis s’est rallié de très nombreux soutiens dans la galaxie des groupes religieux conservateurs américains. Elle affirme n’avoir aucun a priori contre les homosexuels.

« Je n’ai aucune animosité envers qui que ce soit et ne véhicule aucune mauvaise intention. Pour moi, il ne s’agit pas d’un problème concernant les gays ou les lesbiennes. Il s’agit du mariage et de la Parole de Dieu. Cela relève de la liberté de culte, protégée par le Premier amendement » de la Constitution, se défend Mme Davis.

« Pas de certificat aujourd’hui »
Au coeur de la tempête médiatique où elle est plongée se trouvent aussi deux hommes: David Moore et David Ermold se sont présentés cet été au bureau d’état civil du comté de Rowan, prêts à convoler en justes noces.

Le couple a pris soin d’enregistrer le refus qu’ils se sont vu opposer par Kim Davis, dans une vidéo consultée des centaines de milliers de fois. D’autres couples ont fait la même démarche, cette fois entourés d’une nuée de journalistes, essuyant de Mme Davis la même fin de non-recevoir.

« Nous ne délivrons pas de certificats de mariage aujourd’hui », affirme posément la rondelette greffière du comté, dans une des vidéos consultables sur internet. « Au nom de quelle autorité? », lui demande alors quelqu’un. « Au nom de l’autorité de Dieu », répond-elle calmement.

MM. Moore et Ermold, avec un autre couple d’homosexuels et deux couples d’hétérosexuels, ont porté l’affaire devant la justice. Tour à tour, un tribunal de district fédéral et une cour d’appel ont donné tort à Kim Davis. La femme a alors saisi la Cour suprême, qui l’a également déboutée lundi dernier. Elle a finalement été écrouée jeudi.

Jeuneafrique.com

Nigeria: la police islamique arrête 12 hommes accusés de préparer un « mariage gay »

janvier 27, 2015

Douze jeunes hommes ont été arrêtés à Kano, grande ville du nord du Nigeria, sous l’accusation de préparer un « mariage gay », a annoncé mardi l’agence chargée de faire respecter la loi islamique.

L’homosexualité est interdite par la législation fédérale au Nigeria, où a été votée l’an dernier une nouvelle loi interdisant le mariage entre personnes du même sexe.

Dans les Etats du nord, où la charia (loi islamique) s’applique parallèlement aux systèmes judiciaires étatique et fédéral, l’homosexualité est passible de la peine de mort, mais cette peine est très rarement prononcée.

Les 12 hommes, dont la plupart sont des adolescents, ont été arrêtés lundi dans un hôtel populaire des faubourgs de la ville, a indiqué Aminu Daurawa, le chef de la Hisbah, l’agence chargée de faire respecter la charia.

« Nous avons 12 hommes en détention, dont +la mariée+. Nous les avons arrêtés dans la salle où devait se tenir un mariage gay », a déclaré M. Daurawa à l’AFP. « Nos hommes ont investi la salle alors que le mariage allait commencer ».

De nombreuses personnes ont réussi à s’enfuir pendant l’opération, a-t-il ajouté.

Un des participants arrêtés, Faruk Maiduguri, 18 ans, a expliqué à la presse, dans les locaux de la Hisbah, que lui et ses amis célébraient en fait un anniversaire.

« C’était ma fête d’anniversaire, pas un mariage gay », a-t-il lancé, en larmes.

M. Daurawa a affirmé que les suspects, qui viennent de Kano et d’autres villes du nord (Maiduguri, Kaduna et Bauchi) et du sud-ouest (Ibadan et Osogbo), « avaient une apparence et un comportement féminins », ce qui a entraîné leur arrestation.

Il n’a pas précisé s’ils allaient être poursuivis mais leurs familles ont été convoquées.

En janvier 2014, une dizaine d’hommes accusés d’organiser un mariage homosexuel avaient été arrêtés et inculpés à Bauchi par la police islamique. Certains avaient été relâchés et d’autres libérés sous caution.

Condamnée par la communauté internationale, la « loi sur le mariage entre personnes du même sexe du Nigeria » punit d’une peine allant jusqu’à 14 ans de prison toute personne engagée dans une union homosexuelle.

Le gouvernement assure que cette législation reflète l’opinion publique du pays, dont la population se compose quasiment à parts égales de chrétiens, essentiellement établis dans le sud, et de musulmans dans le nord.

Jeuneafrique.com avec AFP

Egypte: 8 hommes seront jugés pour avoir simulé un mariage gay

septembre 22, 2014

Egypte: 8 hommes seront jugés pour avoir simulé un mariage gay Egypte: 8 hommes seront jugés pour avoir simulé un mariage gay © AFP

Huit hommes arrêtés récemment en Egypte pour être apparus dans une vidéo sur les réseaux sociaux dans laquelle des gens simulaient un mariage gay seront jugés pour « incitation à la débauche », a indiqué un responsable du parquet.

Si la loi égyptienne n’interdit pas formellement l’homosexualité, plusieurs personnes ont été condamnées pour « débauche » ces dernières années, accusées d’avoir pris part à des fêtes rassemblant des homosexuels, des affaires qui ont défrayé la chronique dans des médias égyptiens toujours prompts à les dénoncer, voire publier leurs photos.

Sept des prévenus avaient été arrêtés le 6 septembre à la suite de la diffusion sur les réseaux sociaux d’une vidéo montrant un couple d’homosexuels en train de célébrer, dans un bateau sur le Nil au Caire, leur union en petit comité, échangeant des alliances et entourés par leurs amis qui chantent et lancent des youyous. Le 8e a été arrêté un peu plus tard à Alexandrie, dans le nord.

« Ils ont été renvoyés devant un tribunal correctionnel » notamment pour « incitation à la débauche » et « atteinte à la pudeur », a indiqué à l’AFP un responsable du parquet égyptien.

Les huit hommes, identifiés grâce à la vidéo selon la presse gouvernementale, avaient été placés en détention provisoire et le parquet avait ordonné un « test médical » pour les prévenus, selon l’agence de presse officielle Mena. Une pratique fréquemment dénoncée par les défenseurs des droits de l’Homme pour qui ces « tests » sont destinés à déterminer si un accusé est homosexuel ou non.

Le 9 septembre, Human Rights Watch (HRW) avait appelé l’Egypte à libérer les accusés, dénonçant des « tests médicaux » imposés aux prévenus pour déterminer leur orientation sexuelle.

Romandie.com avec AFP