Posts Tagged ‘Mariage’

Congo: Fils d’un franc-maçon, il fuit le jour de son mariage pour ne pas sacrifier sa femme

septembre 18, 2022
 Fils d’un franc-maçon, il fuit le jour de son mariage pour ne pas sacrifier sa femme

Il s’appelle yotchi Tchibinda, environ 35 ans, fils du chargé de mission du Président de la République répondant au nom de Jean Louis Tchibinda. Il s’apprêtait à épouser sa fiancée Marie Pascale à la mairie centrale de Pointe-Noire. Seulement le jour J, il ne s’est pas présenté à la mairie. On l’aurait vu à Brazzaville. Pour quelles raisons? Vous allez le savoir.

Le père de Yotchi et François Ndouna appartiennent à la même loge maçonnique. La dot s’étant déroulée quelques jours avant la date de la cérémonie officielle, déjà Yotchi disparaissait le soir de la dot. Il avait été convié par son père (qui a financé le mariage à hauteur de 16 millions) à une cérémonie maçonnique où François Ndouna aurait également été présent. Là-bas il lui a été dit qu’après le mariage il devait « faire passer » Marie Pascale mystiquement. Yotchi, amoureux de sa femme, a refusé de l’offrir en sacrifice. L’unique moyen pour lui de ne pas livrer sa future épouse était donc de renoncer à ce mariage. D’où sa disparition pour protéger sa chérie.

Pour donner une explication à cette disparition la famille a laissé courir la rumeur selon laquelle Yotchi avait consulté un pasteur qui lui a dit qu’il ne devait pas se marier sinon il leur arriverait un malheur. Cette version est naturellement fausse. La vérité est que Yotchi a agi en homme responsable en protégeant sa femme des appétits meurtriers et sataniques de la loge.

Avec Le Congolais.fr

France : 12 ans ensemble, il apprend par des tiers que sa femme a construit deux maisons à Brazzaville

septembre 2, 2022
 France : 12 ans ensemble, il apprend par des tiers que sa femme a construit deux maisons à Brazzaville

C’est ce qu’on appelle un mariage de convenance et qui a pris de l’ampleur dans la diaspora congolaise de France. Les gens se mettent ensemble sans vraiment se faire confiance et chacun veille à ses propres intérêts et ceux de sa famille restée au pays. On comprend pourquoi les enfants issus de ce genre de couples finissent toujours dans les petits-boulots et ne vont pas loin dans les études. Après 12 ans de vie commune, un congolais a appris par la cousine de son épouse que cette dernière serait propriétaire de deux villas à Brazzaville alors que lui-même n’a rien au pays.

G A est dans tous ses états et ne comprend pas comment son épouse peut-elle être méchante à ce point! Lui qui se sacrifie tous les jours pour le bien-être de ses deux enfants et de son foyer se sent comme un idiot. L’une des cousines de son épouse lui a confirmé que cette dernière a bel et bien construit deux villas à Brazzaville mises en location.

En France, le couple joue les apparences dans les fêtes des congolais alors qu’au fond c’est la méfiance qui règne entre les deux. Dormir et se réveiller ensemble n’est plus synonyme de complicité et confiance, mais de convenance. Flore B, mère de deux enfants que GA a fait venir du Congo via le Maroc a montré ses griffes.

Quand GA a décidé de faire venir sa femme du pays, il s’attendait à autre chose que celle qu’il vient d’apprendre. Un autre déçu de la phrase « qui trouve une femme trouve le bonheur». Le congolais s’est toujours sacrifié pour son foyer et ne se faisait aucun soucis quand son épouse à un moment ne voulait même plus parler de son salaire. Surtout que Flore est une amoureuse de la Bible qu’elle ne cesse de lire chaque nuit et au réveil.

Encouragée par ses parents restés au pays, elle a d’abord acheté deux parcelles avant de se lancer dans les travaux sans en parler à son époux. Le couple prévoyait acheter un terrain commun pour y construire des appartements à louer.

Le Congolais a aussi appris avoir contribué indirectement à la construction de ses deux villas avec de l’argent qu’il envoyait à sa belle-famille croyant payer les frais sanitaires de sa belle mère toujours donnée malade. GA a fait asseoir ses deux enfants pour leurs expliquer les raisons de se demande de divorce avec leur maman. Pour lui, il n’était plus utile de vivre avec son propre ennemi.

Par Le Congolais.fr

France : divorcé juste 6 mois après, un Congolais obligé de rembourser 30000 Euros à sa banque de son pompeux mariage

août 29, 2022
 France : divorcé juste 6 mois après, un Congolais obligé de rembourser 30000 Euros à sa banque de son pompeux mariage

Quand il se regarde au miroir, il se voit pour un idiot, têtu et naïf ayant refusé d’écouter son entourage qu’il a qualifié à ce moment de jaloux. Aujourd’hui, il leur donne raison et regrette amèrement de s’être engagé dans cette voie d’un mariage pompeux à 30000 euros pour une fille qui ne valait pas le méritait pas. Six mois à peine après cette grande fête, elle lui a quitté pour son ex petit-ami arrivé du Congo. Aimé le P, continue malgré tout de rembourser à sa banque cet argent emprunté pour ce mariage.

C’est comme acheté une voiture à crédit de trois ans et être victime d’un accident six mois plus tard. Bien que la voiture soit irrécupérable, le remboursement du crédit suivra son cours normalement avec pincement au cœur. Un Congolais appelé Aimé le P a été trahi par le complexe d’infériorité qui caractérise tous ces Congolais n’ayant pas vécu une bonne vie au pays et une fois en France veulent se venger.

A ses 32 ans et après 8 ans de séjour en France, Aimé le P est tombé sur une fille fraîchement arrivée du pays via le Sénégal, lors d’une fête. Sans réfléchir froidement, il a mis la fille dans son appartement de Noisy-Le -Sec et a programmé un mariage pompeux malgré les réticences de cette dernière qui demandait un peu de temps encore.

Elle savait dans sa réticence que son véritable amour resté en Afrique devrait la rejoindre sous peu, mais c’était vu contrainte de se mettre en couple à cause des réalités de France. Aimé le P, qui a assisté à plusieurs mariages des Congolais rêvait faire mieux et imiter les voleurs du Congo an alignant trois jours de fête.

Son entourage auprès duquel il a demandé le lui a déconseillé, certains le suggérant même d’aller au pays s’acheter des terres que de gaspiller de l’argent pour un simple mariage dont les issues en France sont connues. Mais pour Aimé le P, sa future femme était spéciale, très différente d’autres Congolaises amoureuses de la CAF.

C’est avec un budget de 30000 euros, emprunté à sa banque que ce mariage somptueux va se faire avec un bonus de trois jours de fête et une lune de miel dans un hôtel de luxe de la côte d’Azur.

Un mariage qui n’a duré que 6 mois, le temps que le véritable homme de la fille n’arrive en France et l’extraie de la maison du P Aimé. Dans ses « bimpoyilas », il raconte partout que sa femme est une idiote en se mettant en couple avec un sans papiers, alors que lui devrait lu donner un titre de séjour. Aimé le P, a juste oublié que pour certaines filles, l’amour prime plus que les papiers. Il rembourse un argent qui ne lui a profité en rien, sinon que faire manger et boire ses invités.

Avec Le Congolais.fr

Grande-Bretagne: Après sa démission, Boris Johnson reporte sa fête de mariage

juillet 8, 2022

Au lendemain de l’annonce de son départ du Parti conservateur, l’actuel Premier ministre britannique a décidé de bousculer son agenda.

Boris Johnson a decide de reporter sa fete de mariage, vue d'un mauvais oeil par l'executif et les Britanniques. (Photo d'illustration)
Boris Johnson a décidé de reporter sa fête de mariage, vue d’un mauvais œil par l’exécutif et les Britanniques. (Photo d’illustration)© JACK HILL / POOL / AFP

L’heure n’est plus à la fête chez les Johnson. Boris Johnson et sa femme, Carrie, n’ont plus l’intention d’organiser une grande fête de mariage à la fin du mois dans la résidence de campagne mise à la disposition des Premiers ministres britanniques, ont indiqué vendredi 8 juillet des sources à Downing Street.

L’annonce qu’une fête était prévue à Chequers, superbe manoir du XVIe siècle avec piscine intérieure, au nord-ouest de Londres, avait suscité de nombreuses critiques après la démission de Boris Johnson jeudi. Il a été poussé vers la sortie par une crise de confiance majeure, marquée par quelque 60 démissions en 48 heures dans son gouvernement. Boris Johnson a cependant précisé qu’il resterait à Downing Street jusqu’à l’arrivée de son successeur, une procédure qui durera plusieurs semaines.

Certains l’avaient accusé de vouloir assurer l’intérim uniquement pour sauver sa fête de mariage, dont les invitations avaient déjà été lancées. « Il s’accroche pour une dernière fête », titrait vendredi le tabloïd de gauche The Daily Mirror, avec en médaillon une photo du couple lors de son mariage en mai 2021. Selon les mêmes sources à Downing Street, les Johnson cherchent un nouveau lieu.

Le troisième mariage de « BoJo »

Boris Johnson, 58 ans, et Carrie Symonds, 34 ans, s’étaient mariés religieusement l’an dernier à la cathédrale catholique de Westminster en petit comité. À l’époque, les restrictions anti-Covid limitaient les rassemblements à 30 personnes.

« On aimerait tous avoir un mariage grandiose aux frais du contribuable à Chequers, mais il ne pourra pas le faire parce que les Britanniques trouveront ça odieux », avait réagi jeudi sur la radio LBC le maire travailliste de Londres, Sadiq Khan. Le couple a deux enfants, Wilfred, 2 ans, et Romy, 7 mois. Boris Johnson, dont c’était le troisième mariage, a cinq autres enfants.

Par Le Point avec AFP

Près du front en Ukraine, des mariages en treillis au son des sirènes

juin 12, 2022
Pres du front en Ukraine, des mariages en treillis au son des sirenes
Près du front en Ukraine, des mariages en treillis au son des sirènes© AFP/ARIS MESSINIS

Les sirènes anti-bombardement se font entendre et la mariée est en tenue de camouflage: dans le petit village de Droujkivka dimanche, à une quarantaine de kilomètres du front dans l’est de l’Ukraine, deux jeunes couples de soldats ukrainiens se sont dit « oui ».

Sous un soleil radieux, les compagnons d’armes des mariés ont apporté des bouquets de fleurs pour les deux couples, qui se sont rencontrés il y a peu au sein de l’armée combattant l’invasion toute proche des troupes russes, lancée le 24 février.

L’une des deux mariées, Kristina Liouta, 23 ans, n’a pas quitté son attirail militaire: elle s’est présentée en treillis couleur camouflage et bottes de l’armée, vêtue d’une blouse ukrainienne traditionnelle fleurie. « Je me suis habituée à cet uniforme », justifie-t-elle.

Kristina a rencontré son mari Volodymyr, 28 ans, il y a deux mois, lorsque celui-ci a été mobilisé. Ils habitaient à seulement cinq kilomètres l’un de l’autre, dans la région de Vinnytska, dans le sud-ouest de l’Ukraine, mais auraient pu ne jamais se rencontrer s’il n’y avait pas eu la guerre.

« La guerre, c’est la guerre, mais la vie continue », explique Kristina. Son mari se défend de toute « décision hâtive »: « Le principal, c’est qu’on s’aime et qu’on veut être ensemble », dit-il.

L’autre mariée, également prénommée Kristina et également âgée de 23 ans, travaille dans les communications militaires et a opté pour une robe blanche classique avec de la broderie rouge traditionnelle. Elle épouse Vitali Orlitch, 23 ans.

« Il s’agit de construire une nouvelle famille. Peu importe où et comment cela arrive », affirme-t-elle.

Les deux mariés, eux, sont en uniforme militaire. Aucun membre de famille n’était présent, mais les époux assurent qu’ils sont compréhensifs.

Le même jour, les deux couples doivent retourner en zone de guerre.

« Je ne peux pas leur donner de congés. La seule chose, c’est qu’ils ne seront pas au front. Ils resteront à l’arrière », assure le commandant de brigade Oleksandre Okhrimenko. Grâce à la loi martiale en vigueur, il a le droit de certifier les mariages.

« Pas le temps »

Ils sont tous de la 14e brigade mécanisée séparée, qui combat les forces russes et prorusses depuis mai dans l’Est. Les jeunes couples se sont mariés devant les bureaux locaux de l’état civil, fermés en raison de la guerre.

Dans les rues, peu de trafic et des sacs de sable protègent les devantures des cafés et des magasins.

Au cours de la cérémonie, les jeunes couples, comme le veut la tradition, ont été enveloppés dans une serviette à motif pour symboliser leur union. Et le chapelain militaire les a aspergés d’eau bénite et a placé des couronnes sur leur têtes.

Selon l’ecclésiastique, Iouri Zdebsky, il s’agit du premier mariage au sein de la brigade depuis le début du conflit. « C’est la guerre, et on n’a pas le temps pour de grandes célébrations », expliq Liouta ()ue-t-il.

Droujkivka est à 40 kilomètres à vol d’oiseau de trois fronts, les troupes russes menaçant les villes de Sloviansk au nord-est, de Bakhmout à l’est et de Gorlivka au sud-est.

Quelques heures après la cérémonie, les journalistes de l’AFP ont constaté des bombardements dans la zone et vu de la fumée grise s’élever, sur fond de duel d’artillerie en direction de Bakhmout.

Si la petite ville a été relativement épargnée par les combats, des maisons ont été détruites plus tôt en juin et un obus a ravagé le toit d’une église.

Pendant le mariage, des sirènes d’alerte anti-bombardement se sont fait entendre à trois reprises, sans susciter de réactions chez les personnes présentes, endurcies par la guerre.

Par Le Point avec AFP

Canada-Québec: L’industrie du mariage est plus que florissante en 2022

juin 11, 2022
Deux mains de mariés dont l'une met une bague à l'autre.

De nombreuses cérémonies de mariage ont été reportées depuis 2020. Photo : Shutterstock/ Kirlyv

Après deux ans de pandémie, de nombreux mariages pourront être enfin célébrés cet été. Les entreprises offrant des services font des affaires d’or, mais sont aussi débordées. Pour la majorité, il est impossible de prendre de nouvelles réservations avant 2023.

Pour plusieurs futurs mariés et membres de leur cortège, repousser la date du mariage a eu pour conséquence que les vêtements ne font plus. Si bien que les ateliers de couture sont submergés. Chez Aiguille et bouton d’or, à Drummondville, la propriétaire, Caroline Lemieux, raconte que plusieurs clients arrivent désespérés, mais que des solutions existent.

Quand c’est une fermeture dans le dos, on est capable de tout découdre ça, d’aller poser un lacet [à la place], donne-t-elle en exemple. Mais si le vêtement est devenu réellement trop petit, il faudra le refaire en entier et souvent, ça ne vaut pas tant la peine. Caroline Lemieux suggère de ne pas s’y prendre à la dernière minute parce que, en ce moment, les retouches occupent l’agenda pratiquement jusqu’au mois d’août.

Une allée menant jusqu'à l'autel de mariage.

L’industrie du mariage connaît une saison chargée. Photo : Istock

Pas de nouvelles réservations avant 2023

Les carnets de commandes débordent du côté des fleuristes. L’entreprise Il était une fleur, à Trois-Rivières, doit refuser des mariages pour la première fois de son histoire. Elle ne peut plus offrir de services pour les futurs mariés d’ici le mois d’octobre et, déjà, elle a commencé à prendre des réservations pour l’année 2023.

Cette situation prévaut également chez les hôteliers, qui affichent complet pour 2022. À l’auberge Le baluchon, à Saint-Paulin, la directrice des ventes de groupes, Caroline Lemire, raconte qu’on y célèbre deux mariages chaque fin de semaine depuis le mois d’avril et que la saison se prolonge jusqu’à la fin du mois d’octobre.

L’inflation vient toutefois influer sur le budget des futurs époux, même si leur mariage est réservé depuis trois ans. Le prix du menu a été révisé depuis ce temps. La directrice souligne que les clients demeurent compréhensifs et qu’elle parvient à trouver un terrain d’entente. C’est certain que l’établissement en absorbe une partie et le client aussi.

Comme l’auberge travaille beaucoup avec les produits locaux, elle parvient à maintenir des tarifs intéressants, puisqu’ils sont moins soumis à la valeur marchande internationale et que les frais de transport sont moins élevés.

Radio-Canada avec les informations de Pascale Langlois

RDC-Noces : Verckys Kiamuangana s’est marié le week-end dernier

avril 26, 2022

Le remarquable saxophoniste et patron des éditions Vévé a épousé, le 23 avril, en présence de quelques invités triés sur le volet au Chapiteau de GB, celle qui partage sa vie depuis vingt-quatre ans, Séraphine Kondoli Kiamutu.

Le couple Verckys -Kiriza et leurs parrains à la table d’honneur (Adiac)

1- Le couple Verckys -Kiriza et leur ses parrains à la table d’honneur /

La pluie qui s’est abattue sur Kinshasa, en début d’après-midi du samedi dernier jusqu’en soirée, n’a pas empêché les tourtereaux de convoler en justes noces. Deux cérémonies ont été organisées à cet effet dans un des chapiteaux du GB. Georges Kiamuangana Mateta, alias Verckys, et son épouse, née Séraphine Kondoli Kiamutu, plus connue sous le nom de Kiriza, se sont dit oui devant le pasteur. La bénédiction nuptiale célébrée sous une pluie battante, dans le cadre immaculé, était le moment crucial du jour d’où les deux tourtereaux sont sortis la bague au doigt. Leurs alliances scintillantes ont scellé une union nourrie par vingt-quatre ans de vie commune. Sous le regard attendri de leurs deux enfants encadrés par d’autres membres de famille, notamment une de leurs aînés, d’un autre lit, Sarah. Cette dernière s’est personnellement occupée de l’organisation de cette journée mémorable.

Le couple Kiamuangana a été honoré par quelques invités privilégiés triés sur le volet. Une salve d’acclamations a retenti dans le chapiteau à l’annonce de l’entrée fort attendue des nouveaux mariés aux alentours de 23h 00. En compagnie de leurs parrains, le pasteur célébrant le mariage et son épouse, ils sont apparus main dans la main dans une marche ponctuée par un des morceaux de Moïse Mbiye. En robe blanche immaculée assortie à la chemise blanche de son époux en costume-nœud papillon noirs, les mariés rayonnaient. En évidence assis à la table d’honneur, Verckys et Kiriza étaient l’objet de toute l’attention.

Les classiques de la rumbaMadame Kiamuangana présentée à la soirée (Adiac)

Adiac 2 – Mme Kiamuangana présentée à la soirée /

Le gros de la soirée, agrémentée par l’orchestre féminin Nkento Bakaji, a été un délice pour les contemporains du musicien. Les jeunes dames se sont livrées à l’interprétation réussie de plusieurs tubes d’époque, parmi lesquels de nombreux classiques de la rumba. Toutes les générations ont trouvé leur compte dans le répertoire de la soirée qui a pris en compte les pères de la rumba, en l’occurrence Wendo Kalosoy dont le tube « Marie-Louise » a été repris, « Dit Moninga » de Lucie Eyenga, plusieurs titres de l’OK Jazz, de Zaïko, de Wenge Musica et même de Fally, pour ne citer qu’eux, ont assuré l’ambiance de la soirée. Sans oublier les titres personnels du marié dont le fameux tube « Nakomitunaka ». Rappelons que le saxophoniste fut aussi chanteur, auteur-compositeur, arrangeur et producteur. Et, comme il a été rappelé à ses noces, il fut parmi les premiers mécènes de la musique congolaise. L’écurie Vévé, composée de plusieurs orchestres, dont il assurait le management à l’époque du Zaïre, ont bénéficié de son savoir-faire. Outre les enregistrements réalisés dans son studio, les Editions Vévé, il a doté plusieurs jeunes orchestres de l’époque d’instruments contribuant à leur développement.

Avec Adiac-Congo par Nioni Masela

France : un Congolais découvre que la femme qu’il est allé épouser au pays est une lesbienne

février 26, 2022

Alors que le pauvre Congolais regrette son argent dépensé pour faire venir cette fille en France, ses amis, son ex femme et sœurs se moquent de lui. « Tu es tellement Youma que tu ne t’es pas rendu compte avoir épousé une lesbienne» lui rappelle sa sœur aînée, qui a tenté en vain de le réconcilier avec la mère de ses deux enfants. Le P Rapha est en arrêt maladie pour anxiété depuis cette découverte.

C’est maintenant qu’un Congolais vivant dans le 95 en banlieue parisienne se rappelle que la majorité des copines de sa femme au pays avaient un style à la garçonnet et un langage peu féminin. Il ne fait que dire à tout le monde avoir perdu plus de 25000 euros entre dot, mariage et le voyage de sa femme en France par Air France.

Après s’être séparé de la mère de ses deux enfants qu’il a connu en France, le P Rapha a pris la résolution d’aller chercher l’amour à Pointe-Noire, sa ville natale. C’est lors de ce voyage d’inspection amoureuse qu’il a fait connaissance lors d’un enterrement de Flavie qui va devenir plus tard sa fiancée.

Les deux vivent le grand amour à Pointe-Noire avant que Rapha reparte en France se préparer pour le mariage. Selon ses témoignages, Flavie était toujours accompagnée d’une autre fille présentée comme sa cousine. Les trois vivaient dans l’appartement loué par Rapha à Songolo dans une auberge. Le pauvre homme a appris que cette cousine était en réalité la femme de sa femme Flavie.

Flavie qui joue le rôle de l’homme dans sa vie de lesbienne, sort avec les hommes pour se faire des sous afin de s’occuper de sa femme. Ayant trouvé son parisien, les deux lesbiennes se sont convenues de se défaire de la jalousie pour leur intérêt.

Quelques mois plus tard, le P Rapha revenait à Pointe-Noire pour officialiser sa relation avec Flavie qui vivait avec sa supposée cousine dans la maison que le couple a pris en location au quartier Mpita, très loin des regards de leurs connaissances de Tié Tié.

Flavie va obtenir un visa de regroupement familial et rejoindre son époux Rapha en France.« Dès son arrivée, elle m’a dit ne pas être prête à assumer la maternité et qu’elle devrait trouver d’abord du travail». C’est avec les économies de son travail que Flavie a fait venir en France sa cousine de femme avec ses papiers.

«On a tout vu dans ce pays, mais jamais on pouvait s’imaginer que notre propre frère pouvait ramener du pays une femme qui s’avérerait être une lesbienne en réalité!» commentent les sœurs de Rapha qui traitent Flavie de véritable sorcière.

Les deux lesbiennes ont quitté la banlieue parisienne pour Strasbourg à l’Est vivre leur amour et espère bien se marier après l’obtention de la part de Flavie de son divorce avec le P Rapha.

Avec Sacer-infos par Stany Frank

France : deux fois divorcée, une Congolaise épouse leur ancien taximan du pays

juin 26, 2021

Une déception amoureuse peut pousser une femme à embrasser parfois l’impossible. Une Congolaise, résidente en France depuis plus de 15 ans a porté le dernier choix de sa vie amoureuse sur leur ancien taximan au pays. Après deux divorces tumultueux, elle a cru bon trouver enfin le bonheur en Frédéric S, lui aussi installé en France et père de deux enfants. Le couple vit dans le 93 malgré les protestations de la famille de la femme.

Pour la famille et ses proches, c’est une relation contre nature dans laquelle elle s’est lancée ! Pourquoi avoir porté son choix sur l’ancien employé de ses parents au pays ? Une vie au rabais pour ses proches…Mais ne dit-on pas que le cœur a ses raisons que la raison ignore  et que l’amour est aveugle ?

Il y a quelques années au pays, dans sa jeunesse, Flore B voyait comment Frédéric S venait chaque matin prendre le taxi et le ramener chaque soir avec la recette qu’il remettait à ses parents. A l’époque, il était quasiment impossible que Flore B s’imagine dans les bras de leur chauffeur. Mais on France, tout le monde est égal.

Alors que que Flore B est envoyé en France par ses parents poursuivre ses études, Frédéric S lui rejoindra Paris grâce aux économies sur le salaire du Taxi des parents de Flore B.

La rencontre fortuite a eu lieu au Château Rouge où les deux faisaient leurs courses. Dans leurs échanges, ils se sont rendu compte avoir les deux, échoué en amour. Une relation amoureuse va naître de ces retrouvailles. Flore B justifie son choix sur la sincérité de Frédéric S qu’elle connaît du reste depuis son enfance.

« J’ai connu deux hommes totalement malhonnêtes et méchants qui m’ont utilisé, Frédéric m’a vu grandir et je ne suis pas sûre qu’il me fasse du mal. Il connaît toute ma famille et la famille le connaît aussi..» ne cesse de répéter Flore aux douteux.

Avec Sacer-infos par Stany Frank

Grande-Bretagne: Une dure semaine et un mariage pour le premier ministre Boris Johnson

mai 30, 2021

LONDRES — Le premier ministre britannique Boris Johnson a épousé sa fiancée, Carrie Symonds, lors d’une petite cérémonie privée qui s’est déroulée à la fin d’une semaine tumultueuse au cours de laquelle un ancien haut fonctionnaire a déclaré qu’il n’était pas apte à occuper ses fonctions.

© Fournis par La Presse Canadienne

Le couple s’est marié samedi à la cathédrale catholique romaine de Westminster devant un petit groupe d’amis et de membres de la famille, a déclaré dimanche le bureau de Boris Johnson, confirmant les informations d’articles de journaux publiés dans la nuit. Des photos prises après la cérémonie dans le jardin de la résidence du premier ministre montraient Carrie Symonds portant une longue robe blanche et un bandeau fleuri. Boris Johnson portait un costume noir.

«Le Premier ministre et Mme Symonds se sont mariés hier après-midi lors d’une petite cérémonie à la cathédrale de Westminster», a déclaré Downing Street. «Le couple célébrera son mariage avec la famille et les amis l’été prochain.»

Le couple aurait envoyé des cartes d’invitation à la famille et aux amis pour une célébration le 30 juillet 2022. Sous les restrictions actuelles liées à la pandémie, pas plus de 30 personnes peuvent assister à un mariage.

Boris Johnson, 56 ans, et Carrie Symonds, une employée du Parti conservateur de 33 ans et militante pour l’environnement, ont annoncé leur engagement en février 2020. Leur fils, Wilfred, est né en avril de l’année dernière.

Le mariage est le troisième de Boris Johnson. Il a au moins cinq autres enfants issus de relations antérieures.

Les mariages précédents de Boris Johnson ne l’empêchent pas d’avoir un mariage catholique parce qu’ils n’avaient pas eu lieu dans l’Église catholique, a déclaré Matt Chinery, un avocat ecclésiastique et canoniste, à Times Radio.

«Aux yeux de l’Église catholique, Boris Johnson s’est réveillé la semaine dernière en tant que personne qui n’était pas mariée et qui n’avait jamais été mariée et qui était donc libre de se marier dans la cathédrale ce week-end», a-t-il déclaré.

Boris Johnson a été baptisé dans l’Église catholique, mais il a été confirmé comme membre de l’Église d’Angleterre à l’adolescence.

Le dernier premier ministre britannique à se marier en fonction était Lord Liverpool en 1822.

Semaine politique difficile pour Boris Johnson

Son ancien conseiller principal, Dominic Cummings, a déclaré mercredi aux législateurs que Boris Johnson avait gâché la réponse du gouvernement à la pandémie de coronavirus et a déclaré qu’il était «inapte à l’emploi».

La Grande-Bretagne a le plus grand nombre de décès liés au coronavirus en Europe, avec plus de 128 000 personnes, mais elle a également produit l’un des programmes de vaccination les plus réussis au monde, inoculant 74% de ses adultes. Les décès quotidiens ont chuté sous la barre de la dizaine ces derniers temps, comparativement à plus de 1 800 par jour en janvier.

Vendredi, un conseiller en éthique du gouvernement a publié ses conclusions très attendues sur le scandale du «cash contre rideaux» dans lequel Boris Johnson a été critiqué pour ne pas avoir révélé qu’un riche donateur du Parti conservateur avait payé pour la redécoration de la résidence officielle du premier ministre à Londres. Bien que Boris Johnson ait par la suite réglé la facture, l’enquête a révélé qu’il avait agi «imprudemment» en effectuant les travaux sans savoir d’où provenait l’argent.

Le parti travailliste d’opposition n’a laissé à Boris Johnson aucun espace pour une lune de miel.  Le député  travailliste, Jon Trickett, a même suggéré que le mariage du week-end était «un bon moyen d’enterrer les mauvaises nouvelles de cette semaine».

Avec Danica Kirka, The Associated Press