Posts Tagged ‘Marine Le Pen’

France-Présidentielle: ralliements et guerre des nerfs à droite

janvier 22, 2022
Presidentielle: ralliements et guerre des nerfs a droite
Présidentielle: ralliements et guerre des nerfs à droite© AFP/Geoffroy VAN DER HASSELT

Les ralliements à droite sont à l’ordre du jour de la campagne présidentielle samedi, Valérie Pécresse (LR) se voyant adoubée par deux petits partis centristes, tandis qu’Eric Zemmour (Reconquête) chipe de nouveaux soutiens à Marine Le Pen (RN), attisant leur lutte sans merci.

A gauche, Anne Hidalgo (PS), éprouvée par les mauvais sondages et le feuilleton des primaires, poursuit vaille que vaille avec un meeting à Aubervilliers, dans la banlieue nord-est de Paris.

Tandis que le monde politique spécule sur la date de sa déclaration de candidature, Emmanuel Macron continue de faire la course en tête dans les sondages.

Le président sortant obtiendrait 25 % au premier tour si celui-ci avait lieu dimanche, devant Valérie Pécresse (LR) et Marine Le Pen (RN) à égalité à 15,5 %, selon une enquête Ipsos-Sopra Steria samedi pour Le Monde, la Fondation Jean Jaurès et le Cevipof auprès de plus de 12.500 personnes.

Au second tour, le quasi-candidat l’emporterait avec 54 % des voix face à Mme Pécresse (46 %), et 57 % contre Mme Le Pen (43 %).

Eric Zemmour (Reconquête), donné à 13 % au premier tour, fait campagne samedi à Cannes (Alpes-Maritimes), sur des terres qui lui sont a priori favorables.

Il a déambulé pendant deux heures sans incident dans la ville, entouré d’une cohue de supporters.

« On trinque au rassemblement du peuple de droite qui a été artificiellement divisé depuis 40 ans. On va le rassembler, et justement je suis là pour ça », a lancé l’ex-éditorialiste d’extrême droite dans un café.

Collard avec Zemmour

Eric Zemmour, qui avait envisagé une balade sur une île face à Cannes, doit finalement plutôt, selon son entourage, enchaîner avec des rencontres avec des élus. Et en fin de journée, il espère réunir 4.000 personnes dans un meeting où il affichera sa dernière prise, le médiatique eurodéputé RN Gilbert Collard.

Le camp Le Pen affecte pour l’instant de prendre de haut ce nouveau ralliement d’un responsable RN, après ceux de l’eurodéputé Jérôme Rivière et de l’ancien identitaire Damien Rieu.

Le maire RN de Perpignan Louis Aliot, l’un des vice-présidents du parti, a ainsi fustigé sur Twitter « les égos (qui) surchauffent et les trahisons ». De nombreux élus et militants RN postent aussi des photos de Marine Le Pen avec le mot-dièse #fidelite.

L’enjeu est d’autant plus brûlant à l’extrême droite que selon Ipsos-Sopra Steria, les sondés attirés par la candidature de Marine Le Pen sont 51 % à choisir Eric Zemmour en second choix, et ceux tentés par M. Zemmour sont 37 % à placer la candidate RN en second choix.

Samedi nettement plus serein pour la candidate des Républicains Valérie Pécresse, qui met en scène le soutien de son aile centriste, après avoir consolidé son côté droit la veille en affichant ses retrouvailles avec Laurent Wauquiez.

« Mon projet est de droite, il est de rupture, mais il est 100 % compatible avec vos valeurs », a assuré la candidate LR devant le petit parti Les Centristes, dont le président Hervé Morin fait déjà partie de son équipe de campagne.

La candidate LR est ensuite attendue au Conseil national de l’UDI. Le président de l’UDI, Jean-Christophe Lagarde, l’a appelée vendredi à « réunir la droite et le centre et aller chercher les électeurs qui votent Macron »

Plombée par les sondages – 3,5 % des intentions de vote pour Ipsos-Sopra Steria -, la socialiste Anne Hidalgo espère réunir un millier de personnes à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), comme à ses deux meetings précédents, à Lille et Perpignan.

La maire de Paris doit décliner son programme présenté il y a quelques jours, fort de 70 propositions pour répondre à « l’urgence sociale, l’urgence climatique et l’urgence démocratique », présenté il y a plus d’une semaine à Paris. Elle sera entourée d’une partie de son équipe de campagne, dévoilée jeudi.

Mme Hidalgo a répété une nouvelle fois vendredi qu’elle ne tiendrait « aucun compte » du résultat de la primaire populaire, une initiative citoyenne visant à départager les candidats de gauche, qui doit dévoiler dimanche soir le nombre définitif de personnes inscrites pour y voter, du 27 au 30 janvier. Ils revendiquaient déjà vendredi soir 352.000 inscrits.

« Ils peuvent retirer mon nom » de leur liste de candidats, a déclaré la candidate mais la primaire a déjà indiqué qu’elle « proposerait bien les sept noms de candidats » présélectionnés, dont celui d’Anne Hidalgo, et ceux de Jean-Luc Mélenchon et Yannick Jadot, qui refusent eux aussi d’y participer.

Par Jeune Afrique avec AFP

France: Le Pen accuse Zemmour de servir de « marchepied » à Pécresse pour le second tour

janvier 12, 2022
Le Pen accuse Zemmour de servir de "marchepied" a Pecresse pour le second tour
Le Pen accuse Zemmour de servir de « marchepied » à Pécresse pour le second tour© AFP/Archives/Pascal GUYOT

Marine Le Pen a accusé mercredi son rival à l’extrême droite Eric Zemmour de servir de « marchepied » à la candidate de la droite Valérie Pécresse pour le second tour de la présidentielle, avant que celui-ci ne taxe Mme Le Pen « d’Arlette Laguiller de la droite nationale » avec une « candidature de routine ».

« Est-ce qu'(Eric Zemmour) a l’ambition d’être au second tour, ce que je ne crois pas, ou est-ce qu’en réalité il sert de marchepied pour permettre à Valérie Pécresse d’être au second tour à la place de Marine Le Pen ? », a interrogé la candidate du Rassemblement national sur BFMTV et RMC.

« Si Eric Zemmour est là pour faire gagner Valérie Pécresse, alors il faut qu’il l’admette. Valérie Pécresse, c’est son actionnaire majoritaire », a ajouté Mme Le Pen, qui avait dit dimanche préférer « débattre avec le patron (Valérie Pécresse), plutôt qu’avec les sous-fifres » comme Eric Zemmour.

« Il y a une problématique de sincérité derrière cette candidature » d’Eric Zemmour, selon la candidate RN, en référence à des propos tenus par son concurrent sur C8 le 16 décembre, à propos des 500 parrainages nécessaires à une candidature à la présidentielle.

Eric Zemmour avait estimé que « si les LR font cette bêtise tactique » d’empêcher leurs élus de le parrainer, « Mme Le Pen sera à 25 % et Mme Pécresse ne sera pas au second tour ».

Les LR devraient-ils encourager les parrainages en sa faveur ? « S’ils (Les Républicains) étaient malins tactiquement, c’est ce qu’ils feraient », avait ajouté l’ancien éditorialiste.

Depuis, Marine Le Pen accuse la candidate LR de laisser des élus LR parrainer Eric Zemmour pour diviser l’extrême droite.

Eric Zemmour a vertement répondu à Mme Le Pen mercredi soir sur BFM. « Peut-être que Madame Le Pen a l’habitude de ce genre de combines politiciennes, moi, c’est pas mon truc », a-t-il souligné.

« Je n’ai pas vraiment de leçons à recevoir de Madame Le Pen. C’est quand même à cause d’elle et de son débat calamiteux que nous avons eu cinq ans d’Emmanuel Macron. C’était déjà d’ailleurs à cause d’elle, parce qu’elle avait refusé d’appeler à voter pour Nicolas Sarkozy, qu’on avait eu François Hollande », a ajouté le candidat Reconquête !.

« Marine Le Pen ne m’intéresse pas beaucoup, c’est une candidature de routine. Elle était là la dernière fois, elle était là l’avant-dernière fois, elle sera là la prochaine fois », a-t-il poursuivi.

« J’ai une pensée émue pour les électeurs du Rassemblement national. Est-ce qu’ils sont prêts à perdre avec Marine Le Pen en 2032 ? C’est un peu notre Arlette Laguiller de la droite nationale », a-t-il lancé, dans un parallèle avec l’ancienne porte-parole de Lutte ouvrière à l’extrême gauche, six fois candidate à l’élection présidentielle de 1974 à celle de 2007, un record.

Du côté de Valérie Pécresse, son directeur de la communication Geoffroy Didier a affirmé dimanche que les maires LR qui donneraient leur parrainage à Eric Zemmour « s’excluraient d’eux-mêmes » du parti mais qu’ils restaient « libres de leurs choix » et qu' »aucune consigne n’est donnée » par LR.

Par Le Point avec AFP

France-Présidentielle: Le Pen accuse Macron d’être « un pyromane », Zemmour le trouve « puéril » et « cynique »

janvier 7, 2022
Presidentielle: Le Pen accuse Macron d'etre "un pyromane", Zemmour le trouve "pueril" et "cynique"
Présidentielle: Le Pen accuse Macron d’être « un pyromane », Zemmour le trouve « puéril » et « cynique »© AFP/Archives/Bertrand GUAY

La candidate RN à l’élection présidentielle Marine Le Pen a accusé vendredi Emmanuel Macron d’être « un pyromane », tandis qu’Eric Zemmour trouve la situation « ridicule, puérile et cynique » après les propos du président sur les non-vaccinés.

« Avoir un pyromane qui vient faire sauter le débat en quelque sorte avec des propos qui sont d’une très grande violence ne m’apparaît pas susceptible d’améliorer les solutions pour sortir de la crise sanitaire », a déploré devant les journalistes la députée du Pas-de-Calais, sur les terres du maire Robert Ménard, qui doit lui apporter son parrainage.

« Quand on est face à une crise, quelle qu’elle soit, ce qu’il faut rechercher c’est l’unité du pays, c’est dans l’unité du pays qu’on résout les crises ( ?) et pas dans la division », a-t-elle ajouté.

« Est-ce qu’Emmanuel Macron se sert de la crise sanitaire pour entrer en campagne ? La réponse est oui, c’est un ton de candidat » qu’il a adopté dans son interview au Parisien, a-t-elle estimé.

« Est-ce que c’est utile ? La réponse est non. Est-ce que c’est efficace ? La réponse est non », a jugé la candidate du RN.

Eric Zemmour, en campagne à Châteaudun (Eure-et-Loir) a accusé le président de se faire « le champion des vaccinés », mettant ses opposants dans le camp des non vaccinés. « C’est ridicule, puéril et cynique », a-t-il déclaré.

Selon le candidat d’extrême droite, Emmanuel Macron « veut voler l’élection aux Français » en ne parlant que de la pandémie: « Je veux parler de la France aux Français […]. Je ne veux pas passer trois mois à parler du Covid ».

Vendredi, Emmanuel Macron a affirmé assumer « totalement » ses propos controversés de mardi sur les non-vaccinés, qu’il avait dit avoir envie « d’emmerder ».

A propos de la candidate LR Valérie Pécresse qui a promis jeudi de « ressortir le Kärcher » pour « nettoyer les quartiers », Marine Le Pen a affirmé qu’il s’agissait d’un « argument extrêmement faible » qui « met la lumière » sur les « promesses non tenues » du gouvernement auquel elle a participé.

« Elle pioche un peu chez nous, un peu chez Nicolas Sarkozy, elle n’a pas une pensée personnelle », a ajouté Mme Le Pen, en disant aussi son désaccord avec elle sur le rôle de l’armée qui « n’est pas faite pour rétablir l’ordre dans les banlieues ».

Par Le Point avec AFP

France: Marine Le Pen enrichit sa crèche de Noël avec un santon représentant Didier Raoult

décembre 24, 2021

Sur Internet, Marine Le Pen a partagé ses vœux de Noël et exhibé sa crèche, au milieu de laquelle un santon un peu spécial s’est immiscé, comme l’a souligné « Le Figaro ».

Marine Le Pen enrichit sa creche de Noel avec un santon representant Didier Raoult
Marine Le Pen enrichit sa crèche de Noël avec un santon représentant Didier Raoult

En ornement des crèches de Noël, il est commun d’y retrouver des santons, ces figurines en argile à l’effigie de l’Enfant Jésus, Joseph, ou encore des Rois Mages. Et puis, il y en a de plus originaux, utilisés pour des décorations plutôt atypiques, à l’instar de la crèche de Marine Le Pen. Une statuette de Didier Raoult trône fièrement au milieu de la scène de la Nativité qu’a confectionnée la candidate à la présidentielle en cette fin d’année. Le Figaro a repéré la présence de cette version minuscule de l’infectiologue, à gauche de la Vierge Marie et d’un bœuf, en visionnant attentivement les vœux de fin d’année adressés par la présidente du Rassemblement national depuis YouTube, vendredi 24 décembre.

Blouse immaculée laissant entrevoir le col d’une chemise rose, barbe grisonnante, chevelure blonde mi-longue… Pas de doute, il s’agit du directeur sortant de l’Institut hospitalo-universitaire Méditerranée Infection (IHU), qui a promu l’utilisation de l’hydroxychloroquine dans la lutte contre le Covid-19. Marine Le Pen avait fait l’acquisition de ce santon lors d’un déplacement sur le Vieux-Port de Marseille, en novembre dernier.

Le santon Didier Raoult appartenant à Marine Le Pen.© Capture d’écran / Chaîne Youtube Marine Le Pen

« C’est parce qu’il est critiqué que je l’ai acheté »

Devant les caméras, la candidate à l’élection présidentielle de 2022 avait commenté son achat insolite : « C’est parce qu’il est critiqué que je l’ai acheté. L’unanimité contre lui est injuste. Je n’aime pas les lynchages. Cette forme d’hypocrisie me le rend sympathique. » Tellement « sympathique » que Marine Le Pen a intentionnellement choisi ne pas le laisser dans ses placards et d’afficher, à nouveau, son soutien au médecin décrié.

Avec Le Point

France-Sondage : Valérie Pécresse passerait au 1er tour face à Marine Le Pen

décembre 16, 2021

D’après OpinionWay, la candidate LR supplante l’ex-présidente du RN, tout en restant derrière Emmanuel Macron au second tour de la présidentielle.

Valerie Pecresse et Marine Le Pen lors du salon du Made in France, le 12 novembre 2021.
Valérie Pécresse et Marine Le Pen lors du salon du Made in France, le 12 novembre 2021.© Thomas Padilla / MAXPPP / /MAXPPP

Valérie Pécresse poursuit sa percée dans les sondages. D’après OpinionWay, la candidate LR arrive en deuxième position derrière Emmanuel Macron dans les intentions de vote pour le 1er tour de la présidentielle. Pour autant, la présidente de la région Île-de-France reste battue par le président au second.

Pour rappel, les intentions de vote ne constituent pas une prévision du résultat du scrutin. Elles donnent une indication des rapports de force et des dynamiques au jour de la réalisation du sondage. Selon cette enquête pour Les Échos, CNews et Radio Classique, l’actuel chef de l’État recueillerait 24 % (= par rapport à novembre) au 1er tour, devant Valérie Pécresse (17 %, + 6), Marine Le Pen (16 %, – 4) et Éric Zemmour (12 %, = ). À gauche, Jean-Luc Mélenchon est stable à 9 %, tout comme Yannick Jadot à 8 %, tandis qu’Anne Hidalgo (PS) perd deux points à 4 %.

Plus de la moitié des Français intéressés par la présidentielle

Au second tour, Emmanuel Macron serait réélu avec 54 % des suffrages face à Valérie Pécresse (46 %), mais 40 % des personnes interrogées n’expriment pas d’intention de vote. Il gagnerait avec 57 % face à Marine Le Pen (43 %). À la question « selon vous, qui sera élu en avril ? », 41 % (- 2) répondent Emmanuel Macron et 17 % (+ 15) Valérie Pécresse. Pour la première fois, une majorité de personnes interrogées se disent intéressées par la présidentielle (54 %), tandis que 46 % ne s’y intéressent pas encore. Le pouvoir d’achat (53 %) reste l’enjeu principal de l’élection, devant la protection sociale (45 %) et la sécurité (44 %).

Par Le Point avec AFP

France: Zemmour et Le Pen à l’assaut de l’électorat de Ciotti

décembre 4, 2021

Après la victoire de Valérie Pécresse lors du congrès LR, les deux candidats à la présidentielle ont appelé les électeurs « déçus » à les rejoindre.

Dans la foulee de la victoire de Valerie Pecresse lors du congres LR, Eric Zemmour et Marine Le Pen tentent de seduire les electeurs d'Eric Ciotti.
Dans la foulée de la victoire de Valérie Pécresse lors du congrès LR, Eric Zemmour et Marine Le Pen tentent de séduire les électeurs d’Eric Ciotti.© Quentin reix / MAXPPP / PHOTOPQR/ECHO REPUBLICAIN/MAXPPP

Le malheur des uns fait-il le bonheur des autres ? Quelques heures après la victoire de Valérie Pécresse, désignée samedi comme candidate du parti Les Républicains à l’élection présidentielle, Marine Le Pen puis Éric Zemmour ont appelé les adhérents LR partisans de son rival malheureux à les rejoindre.

À l’annonce des résultats du second tour, samedi, le député des Alpes-Maritimes a immédiatement rallié Valérie Pécresse, mais parmi les milliers d’adhérents qui lui ont apporté leur suffrage, certains pourraient s’en détourner. Avec un peu plus de 39 % des suffrages exprimés : Éric Ciotti dispose d’un joli butin qui a immédiatement attiré les convoitises de Marine Le Pen et d’Eric Zemmour, tous deux bien déterminés à chasser sur les terres du député, à la ligne plus « dure » que Valérie Pécresse sur les questions de sécurité et d’immigration notamment.

Samedi en fin d’après-midi, Eric Zemmour a donc adressé une lettre aux sympathisants d’Éric Ciotti, sur les réseaux sociaux. « Je partage la déception d’Eric [Ciotti] et de ses sympathisants », écrit l’ancien journaliste, qui salue dans le candidat battu « un indiscutable patriote (…) droit, fiable et sincère » dont il « s’enorgueillit d’entretenir avec lui une réelle amitié ». Surtout, le candidat souligne partager toutes les valeurs portées par Éric Ciotti : « la fierté nationale, la sauvegarde des piliers essentiels de notre civilisation, la liberté d’esprit, la grandeur de notre culture, la profondeur du legs chrétien, la puissance de notre armée, de notre industrie, de notre paysannerie, de notre commerce (…) ».

Un large tronc commun de valeurs, selon Eric Zemmour, qui le pousse à appeler les militants LR à le rallier : « Nous sommes si proches et avons tant en commun ! (…) Nous pouvons faire ensemble des choses inoubliables. (…) Vous pouvez compter sur moi et je sais que c’est réciproque. Je vous attends, demain [une référence au meeting que tiendra le candidat dimanche 5 décembre], bientôt ».

Pécresse, « la plus macroniste »

Quelques heures plus tôt, la candidate du RN à la présidentielle Marine Le Pen a également appelé samedi les électeurs LR « déçus » par la désignation de Valérie Pécresse, « la plus macroniste », à la rejoindre.

« Je suis malheureuse pour les électeurs LR » car Valérie Pécresse, qui a remporté la compétition interne face à Éric Ciotti au second tour, est « la plus macroniste » des prétendants de la droite dans la course à l’Élysée, a affirmé Mme Le Pen devant la presse, en marge d’une réunion à Varsovie des partis européens souverainistes d’extrême droite et conservateurs.

Selon elle, Mme Pécresse a « quasiment exactement le même profil qu’Emmanuel Macron » et a « très certainement sur un nombre considérable de sujets les mêmes positions », à tel point que se posait la question qu’elle devienne son Premier ministre, a-t-elle accusé.

« C’est triste pour les électeurs LR » qui « ont exprimé leur souhait de sortir de ce côté Macron compatible » et « n’auront pas réussi à faire cela », d’après la candidate du Rassemblement national. « Ils ont toujours la possibilité de venir participer à ma campagne où ils trouveront une défense assumée, décomplexée, de la Nation, de l’identité, des frontières », a-t-elle enchaîné.

« Le positionnement qu’a exprimé Éric Ciotti sur beaucoup de points correspond à la fermeté que nous souhaitons voir mettre en œuvre dans le domaine de l’insécurité et de l’immigration », a-t-elle appuyé au sujet du très droitier député des Alpes-Maritimes, qui a été défait avec 39 % des voix contre 61 % à la présidente de l’Ile-de-France.

Par Le Point

France-Présidentielle : Éric Zemmour gagne du terrain, Marine Le Pen recule

septembre 28, 2021

D’après un sondage Harris Interactive réalisé pour « Challenges », Éric Zemmour récolterait 13 % des voix à la présidentielle, contre 16 % pour Marine Le Pen.

Éric zemmour

Àsept mois de la présidentielle de 2022, le potentiel duel entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron au second tour est des plus incertains. Une nouvelle enquête d’opinion, publiée par Harris Interactive pour Challenges ce mardi 28 septembre, démontre la progression d’Éric Zemmour dans les intentions de vote (entre 13 et 14 % des voix), au détriment de sa rivale d’extrême droite, Marine Le Pen, avec 16 %.

Marine Le Pen baisse dans les intentions de vote

Ainsi, plus les semaines passent, plus il grignote des points à Marine Le Pen. Alors que la candidate RN affichait 18 % la semaine passée, selon l’avant-dernier baromètre de Harris Interactive pour Challenges, Éric Zemmour était à 11 % des intentions de vote. L’écart entre les deux personnalités est donc passé de 7 à seulement 3 points en une semaine seulement, une diminution très significative.

À noter que des sondages plus anciens prédisaient que l’ex-dirigeante du RN obtiendrait 28 % des voix début juin dernier tandis qu’à cette même période Éric Zemmour affichait seulement 5,5 % d’intentions de vote, selon l’Ifop pour Le Point.

Éric Zemmour a également de quoi faire trembler la droite. En effet, Xavier Bertrand, potentiel candidat, obtiendrait, lui, 14 % des voix, juste devant le polémiste controversé. Ce dernier devancerait l’autre potentielle candidate, Valérie Pécresse, qui ne remporterait que 12 % des voix. Dernière possibilité, enfin, celle d’une candidature d’un autre candidat de droite, Michel Barnier, qui ne remporterait que 8 % des voix.

Toutefois, en dépit des rivalités, les deux tiers des électeurs potentiels d’Éric Zemmour (66 %) se rallieraient à Marine Le Pen au second tour, contre 7 % à Emmanuel Macron et 27 % de votes blancs, nuls ou d’abstention, en cas de duel Macron-Le Pen. « Marine Le Pen est donnée au second tour de l’élection présidentielle, ce qui n’est le cas ni du candidat des Républicains ni du candidat (potentiel) Éric Zemmour », s’est défendu Jordan Bardella sur France Inter ce mardi, ajoutant ne pas vouloir « commenter les sondages ».

Ainsi, si Emmanuel Macron distance tous ses concurrents dans ce dernier sondage Harris Interactive, avec entre 23 et 26 % des intentions de vote, la deuxième place est désormais bel et bien disputée entre Marine Le Pen, le candidat LR, Éric Zemmour et Jean-Luc Mélenchon, qui affiche 13 % des voix, contre 7 % pour la socialiste Anne Hidalgo, 6 % pour l’écologiste Yannick Jadot, devant Arnaud Montebourg (2 %).

* Enquête réalisée en ligne du 24 au 27 septembre 2021 sur un échantillon de 1 379 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, dont 1 048 personnes inscrites sur les listes électorales. Méthode des quotas et redressement appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle, région et comportement électoral antérieur de l’interviewé(e).

Par Le Point avec AFP

Régionales : après la défaite, Le Pen donne « rendez-vous aux Français »

juin 27, 2021

Alors que son parti n’a pas réussi à remporter une région, la présidente du Rassemblement national lance un appel à la mobilisation pour la présidentielle.

Malgré l’échec du Rassemblement national (RN) aux élections régionales, Marine Le Pen, la candidate du RN à la présidentielle, a donné « rendez-vous aux Français, dès demain, pour construire tous ensemble l’alternance dont la France a besoin ». « Ce soir nous ne prendrons pas de région », a-t-elle reconnu, dénonçant des « alliances contre-nature » de la part des présidents sortants et affirmant que le résultat en Paca « démontre que la mobilisation est la clé des victoires à venir ».

« Ce soir nous ne prendrons pas de région », a-t-elle reconnu, dénonçant des « alliances contre-nature » de la part des présidents sortants et affirmant que le résultat en Paca « démontre que la mobilisation est la clé des victoires à venir. » « Je suis plus que jamais déterminée à mettre toute mon énergie et ma volonté à réhabiliter la politique », a-t-elle assuré, s’alarmant d’une « désaffection civique historique ».

« Une organisation désastreuse et erratique des scrutins »

La présidente du RN a expliqué l’abstention quasi record de 66 % notamment par « une organisation désastreuse et erratique des scrutins par le ministère de l’Intérieur » et « un désenchantement à l’égard des élections intermédiaires ».

« Information des électeurs, proportionnelle, référendum d’initiative citoyenne: tout doit être aujourd’hui débattu pour rendre à nos compatriotes le goût de décider de leur avenir », a déclaré Marine Le Pen. « La présidentielle apparaît plus que jamais comme l’élection qui permet de changer de politique et les politiques », a-t-elle analysé, affirmant que « les Français nous apportent leur soutien dans cette mission ».

Par Le Point avec AFP

France: La gifle à Macron, « acte isolé » produit d’une « bouillie idéologique », selon Le Pen

juin 10, 2021
La gifle a Macron, "acte isole" produit d'une "bouillie ideologique", selon Le Pen
La gifle à Macron, « acte isolé » produit d’une « bouillie idéologique », selon Le Pen© AFP/Archives/JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN

Marine Le Pen s’est dite jeudi à Villandry (Indre-et-Loire) « d’accord » avec Emmanuel Macron pour considérer que la gifle contre le président de la République était un « acte isolé », produit selon elle d’une « bouillie idéologique ».

« Son profil est en réalité une véritable bouillie idéologique », a déclaré la présidente du Rassemblement national, interrogée lors d’un point presse sur le profil de l’auteur de la gifle, proche selon le procureur de la République de « la mouvance des gilets jaunes » et partageant des « convictions politiques traditionnelles de droite ou d’ultra droite ».

Elle s’est dite aussi « assez d’accord avec » Emmanuel Macron sur le fait « qu’il s’agit là d’un acte isolé » et que son auteur « peut faire l’objet d’une condamnation extrêmement ferme car ce type de comportement est inadmissible dans une démocratie ».

L’auteur de la gifle, Damien Tarel, a été condamné jeudi à Valence à 18 mois de prison dont 14 avec sursis. Le parquet avait requis une peine de 18 mois de prison. Cette gifle, « parfaitement inadmissible » est un « acte de violence délibérée », avait soutenu le représentant du ministère public.

« Ce geste justifiait une condamnation sévère », a commenté Mme Le Pen après le verdict.

La cheffe du RN et candidate à l’Elysée était venue dans la région Centre-Val de Loire soutenir le candidat RN aux régionales Aleksandar Nikolic, donné en tête au premier tour, avec un second tour qui s’annonce incertain.

Marine Le Pen a plaidé pour « l’alternance » à ce scrutin, où le RN est donné en tête dans six régions, dont celle-ci, selon de récents sondages.

« L’alternance permet de sortir des mauvaises habitudes, de voir les problèmes d’une autre manière, de réfléchir à d’autres solutions (…) Il n’y a rien de plus saint et de plus normal en démocratie, ou alors on supprime les élections s’il s’agit d’avoir toujours les mêmes, la même politique », a-t-elle fait valoir.

Au second tour, la cheffe du RN, qui a ouvert ses listes à des candidats extérieurs au parti, a estimé que ses réserves de voix se trouvaient « chez les électeurs qui sont en désaccord avec ces fusions » entre les partis, citant le candidat LR en Paca, Renaud Muselier, qui a accueilli sur sa liste des candidats LREM. « Je vous parlais de bouillie idéologique, on y est aussi un peu », a ajouté la dirigeante d’extrême droite.

Marine Le Pen s’est aussi défendue d’être « d’extrême droite », un « terme péjoratif » à ses yeux « dont le but est évidemment de nuire », après un échange tendu entre un journaliste à la Nouvelle République se plaignant d’avoir un accès limité à certains candidats et M. Nikolic, qui s’est dit « agacé » d’être présenté comme « d’extrême droite » vu son parcours.

La cheffe du RN avait auparavant visité le château de Villandry, saluant un lieu « de la transmission » qui n’est « pas le repli sur soi », ainsi qu’un vignoble.

Par Le Point avec AFP

France: Marine Le Pen salue la « grandeur » de Napoléon Ier

mai 5, 2021

« Vive l’empereur, vive la grandeur », écrit la présidente du Rassemblement national dans une tribune diffusée à la veille de commémorations.

Marine Le Pen a loue les qualites de Napoleon Bonaparte dans une tribune.
Marine Le Pen a loué les qualités de Napoléon Bonaparte dans une tribune.© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP

La candidate à l’Élysée Marine Le Pen a salué « la grandeur » de Napoléon Ier, figure controversée de l’histoire de France, qui a œuvré à la « réorganisation de la France comme (à) l’unité de la Nation » dans une « volonté pacificatrice ». « Vive l’Empereur, vive la grandeur », écrit la présidente du Rassemblement national dans une tribune diffusée mardi soir sur le site de la Revue politique et parlementaire, à la veille de commémorations des 200 ans de sa mort. La cheffe du RN a « regretté » mardi matin sur RTL qu’Emmanuel Macron « commémore à la va-vite » la mort de Napoléon Ier. « Il a tant fait pour le pays, il a tant donné au monde qu’on aurait pu au moins faire une année Napoléon », selon elle.

Le président de la République doit marquer mercredi cet anniversaire avec un discours dans lequel il va « regarder en face » l’héritage laissé par l’empereur, mort le 5 mai 1821 en exil sur l’île britannique de Sainte-Hélène, célébré comme le dirigeant visionnaire ayant posé les bases de l’État moderne mais aussi accusé d’avoir rétabli l’esclavage en 1802.

Le Pen loue la « volonté pacificatrice » de l’Empereur

Ce bicentenaire « est une invitation à puiser dans notre histoire la puissante évocation de l’âme de notre peuple », souligne dans sa tribune Marine Le Pen. La candidate, qui reproche souvent à l’exécutif son inaction, cite le philosophe allemand Hegel qui « voyait en ce héros épique l’homme d’action par excellence ». « C’est lui qui, dans une France “en combustion” » après la Révolution, « dans cette France tragiquement régicide, dompta cette furie fratricide qui aurait emmené les Français au chaos si sa volonté pacificatrice et unificatrice ne s’était imposée », estime la dirigeante d’extrême droite, qui veut elle-même être la présidente de la « paix civile » et considère que la réélection d’Emmanuel Macron à l’Élysée conduirait à un « chaos général ».

« Même si aucun personnage historique n’est exempt de reproches […], faut-il se limiter à l’ingratitude historique, à ses tristes jérémiades dans laquelle sombrent de prétendues élites, asservies à l’idéologie de la déconstruction ? » demande en outre la cheffe du RN, qui critique la politique de la « repentance » d’Emmanuel Macron sur les dossiers mémoriels comme l’action de la France en Algérie ou au Rwanda.

Le souverainiste Nicolas Dupont-Aignan, également candidat à la présidentielle, s’est indigné dans un communiqué d’une commémoration « en catimini » et se rendra mercredi aux Invalides pour « célébrer l’empereur ».

Par Le Point avec AFP