Posts Tagged ‘Marine’

Canada: La construction de deux brise-glaces lourds pour la Garde côtière coûterait 7,25 G $

décembre 16, 2021

OTTAWA — Les projets du gouvernement fédéral de construire de nouveaux navires pour la Marine et la Garde côtière coûtent de plus en plus cher.

© Fournis par La Presse Canadienne

Dans un rapport publié jeudi, le directeur parlementaire du budget, Yves-Giroux, estime ainsi que la décision d’Ottawa de construire deux nouveaux brise-glaces polaires pour la Garde côtière coûterait 7,25 milliards $. 

Or, cela représente une augmentation spectaculaire par rapport à l’estimation la plus récente du gouvernement, publiée en 2013, qui était alors de 1,3 milliard $ pour un brise-glaces. 

Bien qu’une partie de l’explosion des coûts puisse évidemment être liée à la décision de construire deux de ces brise-glaces lourds au lieu d’un seul, le rapport de M. Giroux indique que le plan du gouvernement de faire construire les navires dans deux chantiers navals différents contribue également à cette hausse.

Le gouvernement libéral a annoncé sans prévenir, en mai dernier, qu’il achèterait finalement deux brise-glaces polaires au lieu d’un seul: l’un doit être construit au chantier naval Davie, à Lévis, et l’autre à Vancouver.

La décision d’ajouter un deuxième brise-glaces et de diviser le contrat a été considérée par certains analystes comme une façon pour les libéraux d’améliorer leurs chances électorales dans ces deux régions.

Avec La Presse Canadienne

Israël annonce un nouveau contrat de livraison de systèmes anti-aériens à l’Inde

mai 21, 2017

Israël a annoncé dimanche un nouveau contrat de 630 millions de dollars pour la fourniture à la marine indienne de systèmes de missiles anti-aériens / © AFP/Archives / INDRANIL MUKHERJEE

Israël a annoncé dimanche un nouveau contrat de 630 millions de dollars pour la fourniture à la marine indienne de systèmes de missiles anti-aériens.

Le mois dernier, Israël avait vendu à l’Inde des missiles et technologies militaires pour la somme record de 1,6 milliard d’euros, une transaction considérée comme « le plus gros contrat » d’exportation d’armes d’Israël.

Le contrat annoncé dimanche pour la livraison de systèmes LRSAM sera mené à bien par l’entreprise publique Israel Aerospace Industries (IAI) avec la société publique indienne Bharat Electronics Limited, qui sera le principal contractant dans le projet, a indiqué IAI dans un communiqué.

« Ce nouveau contrat s’ajoute aux accords signés par IAI depuis 10 ans avec les forces de défense indiennes et renforce la position de notre société dans le domaine de la défense aérienne », a déclaré Avi Weiss, le directeur d’IAI, dans une vidéo diffusée à la presse.

Le contrat porte sur la version marine du LRSAM, un missile sol-air développé en coopération avec le ministère de la Défense indien, qui doit donner des réponses à toutes menaces aériennes, terrestres ou marines contre des bateaux et bâtiments de la marine, selon M.Weiss.

Les missiles en question ont été testés avec succès la semaine dernière en Inde, selon le communiqué de l’IAI.

Les contrats conclus par les entreprises israéliennes d’armement ont atteint 6,5 milliards de dollars en 2016, une hausse de 14% par rapport à l’année précédente.

Premier importateur d’armes au monde, l’Inde est engagée dans un important programme de modernisation de son arsenal, datant souvent de l’époque soviétique, pour faire face à la montée en puissance de la Chine en Asie.

Romandie.com avec(©AFP / 21 mai 2017 18h41)                

France: Le Pen prévient Marine d’un risque d’implosion du FN

avril 9, 2015

La rupture entre Marine Le Pen et son père Jean-Marie pourrait achever la dédiabolisation du Front national (FN). Mais elle n’est pas sans risques à deux ans de l’élection présidentielle, surtout si le fondateur du parti d’extrême-droite partait avec ses proches.

Jean-Marie Le Pen a prévenu jeudi sa fille que son éventuelle exclusion comportait « un risque d’implosion » du FN. Une telle décision « serait complètement folle parce que le prestige que je conserve assez naturellement au sein du Front national provoquera des remous considérables et, pour elle, une perte d’influence qu’elle ne mesure sans doute pas », a-t-il dit sur RTL.

La présidente du FN et les cadres du parti se sont massivement désolidarisés du patriarche qui a accumulé les sorties polémiques dans un entretien paru jeudi dans l’hebdomadaire d’extrême droite « Rivarol ». Marine Le Pen a jugé qu’il ne pourrait pas conduire la liste en Provence-Alpes-Côte d’Azur pour les régionales de décembre.

Bureau politique le 17 avril
La crise provoquée par Jean-Marie Le Pen sera évoqué lors d’un bureau exécutif préalable à la tenue du bureau politique du 17 avril où une décision sera prise pour la région PACA, a indiqué le secrétaire général du parti, Nicolas Bay, sur BFM TV.

Florian Philippot, le numéro 2 du parti, qui souhaite que le fondateur du FN « démissionne » de lui-même, avait affirmé mercredi que « toutes les options [étaient] sur la table ». Mais Marine Le Pen a démenti jeudi à Reuters vouloir proposer l’exclusion de son père, auquel le titre de président d’honneur ne peut être théoriquement retiré.

« Jean-Marie Le Pen pense que les statuts le protègent. Je pense que l’exclusion ne se fera pas parce qu’elle est très compliquée », a estimé le chercheur Jean-Claude Camus, spécialiste de l’extrême droite. « Marine Le Pen passerait pour quelqu’un qui refuse de reconnaître tout ce que son père a apporté au parti. »

Episode « d’une grande violence »
Pour l’historien Nicolas Lebourg, la mise à l’écart du fondateur du parti serait une des conditions « pour que le FN achève sa transformation en grand parti autoritaire et conservateur, capable de devenir une alternative à l’UMP ».

Mais « la mise à mort politique de Jean-Marie Le Pen sera inévitablement un épisode d’une grande violence », dit-il dans « Libération », rappelant la réaction du « Menhir » lors de la scission mégrétiste de 1998. « Se laissera-t-il faire, cette fois, ou pourrira-t-il plutôt la vie du FN en lançant régulièrement ses petites bombes ? », demande Nicolas Lebourg.

Risque de scission
Le fondateur du FN pourrait être ainsi tenté de mener une liste dissidente dans la région PACA. « Marine Le Pen souhaite ma mort, peut-être, c’est possible, mais elle ne doit pas compter sur ma collaboration », a-t-il dit jeudi sur RTL.

« La question est: Le Pen, combien de divisions ? S’il part seul ou avec d’autres ? », dit Jean-Claude Camus, rappelant que l’ancien numéro 2 Bruno Gollnisch n’a pas exclu de quitter le parti en cas de départ forcé de l’ancien patron du FN.

« Les scissions ne mènent jamais nulle part », ajoute le chercheur, pour qui il n’existe pas « d’espace politique » en France pour deux formations de ce type.

Une telle option risquerait de « créer des dommages en termes d’image » et un « découragement qui viendrait gripper la mobilisation » après « une séquence électorale sans faute », de Marine Le Pen, ajoute Jean-Claude Camus.

Romandie.com