Posts Tagged ‘Mark Rutte’

Coronavirus: Les Pays-Bas instaurent un nouveau confinement de cinq semaines

décembre 14, 2020
CORONAVIRUS: LES PAYS-BAS INSTAURENT UN NOUVEAU CONFINEMENT DE CINQ SEMAINES

© Reuters/YVES HERMAN

AMSTERDAM (Reuters) – Un confinement d’au moins cinq semaines va entrer en vigueur à partir de mardi aux Pays-Bas face à l’épidémie due au nouveau coronavirus, avec fermeture des commerces jugés non-essentiels, des écoles et des lieux accueillant du public tels que les cinémas, les musées ou les bibliothèques, a annoncé lundi le Premier ministre néerlandais, Mark Rutte.

« Les Pays-Bas se ferment », a-t-il déclaré dans une rare adresse télévisée à la nation, tandis que des manifestants réunis devant ses bureaux à La Haye tapaient sur des casseroles. « Nous avons conscience de la gravité de nos décisions, juste avant Noël. »

Outre la fermeture des commerces et des écoles, Mark Rutte a invité les Néerlandais à ne pas sortir de chez eux, à travailler à domicile et à éviter autant que possible les contacts hors foyer.

Les rassemblements de plus de deux personnes vont être interdits et il ne sera pas possible d’accueillir plus de deux personnes à son domicile. Cette règle sera assouplie pendant trois jours au moment de Noël, lorsque chaque foyer pourra accueillir un maximum de trois adultes.

« Moins nous avons de contacts, mieux c’est. Nous devons tout faire pour parvenir à une meilleure situation. Et oui, elle va devenir meilleure », a dit Mark Rutte.

Le chef du gouvernement a aussi prôné le report au-delà de la mi-mars de tous les voyages à l’étranger non essentiels, soit deux mois plus tard que la consigne en vigueur jusqu’à présent.

« La réalité, c’est que nous n’avons pas affaire à une grippe innocente, comme certains de ceux qui manifestent dehors le pensent, mais à un virus qui peut atteindre tout le monde », a souligné le Premier ministre.

Ce nouveau confinement est plus contraignant que le premier instauré face à la première vague de l’épidémie de mars à mai, lorsque les commerces étaient autorisés à ouvrir.

Comme la plupart des pays d’Europe, les Pays-Bas sont confrontés à une hausse des contaminations par le nouveau coronavirus depuis le début de l’automne. Ils ont ainsi enregistré près de 10.000 cas dimanche, le nombre le plus élevé depuis plus de six semaines.

Les nouveaux cas ont légèrement baissé ce lundi à environ 8.500.

Le bilan de l’épidémie dans ce pays de 17 millions d’habitants s’établit à environ 10.000 morts pour plus de 600.000 personnes contaminées.

Malgré les restrictions déjà en vigueur, les commerces ont connu une forte affluence ces dernières semaines et les contaminations ont grimpé à la suite de la Saint-Nicolas, fête au cours de laquelle les Néerlandais s’offrent traditionnellement des cadeaux.

Avec Reuters en (version française Bertrand Boucey) par Anthony Deutsch et Bart H. Meijer

MH17 : une mission militaire internationale n’est pas réaliste

juillet 27, 2014

La Haye – L’envoi d’une mission militaire internationale pour sécuriser le site de la catastrophe aérienne dans l’est de l’Ukraine n’est en ce moment pas réaliste, a estimé dimanche à La Haye le Premier ministre néerlandais Mark Rutte.

M. Rutte a souligné, au cours d’une conférence de presse, l’importante présence armée des séparatistes dans cette région proche de la frontière russe et conclu qu’il (n’était) pas réaliste d’y envoyer une mission militaire internationale.

Même une intervention militaire de très grande ampleur ne permettrait pas d’avoir l’avantage, a-t-il soutenu, dix jours après la destruction en vol d’un Boeing effectuant la liaison entre Amsterdam et Kuala Lumpur avec 298 personnes à son bord, dont 193 Néerlandais et 28 Australiens.

Le risque qu’une mission internationale se retrouve directement impliquée dans le conflit en Ukraine et que ce dernier prenne alors une dimension internationale est réel, a affirmé le Premier ministre.

Le succès de la mission de rapatriement (des corps, ndlr) dépend de la capacité à éviter une escalade (dans les combats, ndlr) dans cette zone, a affirmé Mark Rutte.

Il a assuré que toutes les options avaient été examinées en vue de sécuriser le site. La sécurité sur place est évaluée quotidiennement.

Malgré un fragile cessez-le-feu décrété aux abords direct du site où sont tombés les débris de l’avion, des tirs d’artillerie étaient entendus à un kilomètre de là et il y avait de la fumée noire, selon un photographe de l’AFP.

Les Pays-Bas sont chargés du processus d’identification des victimes et mènent l’enquête sur les causes du drame.

Trente experts médicaux-légaux néerlandais ainsi que des policiers non armés des Pays-Bas et de l’Australie s’apprêtaient à se rendre sur le site de la catastrophe dimanche matin, mais y ont finalement renoncé pour des raisons de sécurité.

De nombreux corps ont déjà été emmenés aux Pays-Bas, où leur identification doit avoir lieu. Mais des fragments de corps et des débris sont toujours éparpillés sur le site, où les inspecteurs n’ont jusqu’à présent eu qu’un accès limité.

Le Premier ministre australien Tony Abbott a indiqué que 49 policiers néerlandais et australiens se rendraient sur place dimanche et qu’il y’en aurait considérablement plus sur le site les prochains jours.

Plus tôt dans la journée, le gouvernement malaisien avait annoncé un accord avec les séparatistes prorusses sur le déploiement d’une mission de police internationale pour sécuriser le site et y permettre une enquête indépendante.

Le ministre néerlandais des Affaires étrangères Frans Timmermans et son homologue australienne Julie Bishop se devaient se rendre à Kiev dimanche afin d’obtenir que le parlement ukrainien approuve le déploiement d’une importante mission de police pour sécuriser le site.

Le gouvernement a décidé aujourd’hui de renforcer sa présence (en Ukraine, ndlr) pas à pas, a conclu le Premier ministre néerlandais.

Romandie.com avec(©AFP / 27 juillet 2014 18h47)

Vol MH17 : les premières dépouilles attendues mercredi aux Pays-Bas

juillet 22, 2014

La Haye – Un avion transportant les premières dépouilles des victimes du vol MH17 arrivera mercredi aux Pays-Bas, où l’identification des corps pourrait prendre jusqu’à plusieurs mois, a assuré mardi le Premier ministre néerlandais Mark Rutte.

Nous nous attendons à ce que le premier avion parte demain dans le courant de la journée, a déclaré le Premier ministre lors d’une conférence de presse, à La Haye.

L’avion atterrira à Eindhoven, dans le sud des Pays-Bas, d’où les dépouilles seront transportées vers une base militaire à Hilversum, au sud-est d’Amsterdam, à environ 100 kilomètres de l’aéroport.

Le Premier ministre a confirmé que le train réfrigéré dans lequel des dépouilles ont été rassemblées est arrivé mardi matin dans la ville de Kharkiv, en territoire loyaliste, après avoir quitté Torez, contrôlée par les rebelles prorusses, lundi soir.

Le nombre exact de dépouilles se trouvant à bord n’est pas connu mais selon l’OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe), quelques 200 corps y seraient entreposés.

Des informations non confirmées font état de 282 corps, a précisé Mark Rutte.

En Ukraine, des préparatifs sont effectués pour que l’identification puisse être réalisée de la meilleure manière qui soit aux Pays-Bas, précisé Mark Rutte: dès qu’un certain nombre de victimes seront prêtes à être transportées, un avion partira.

Dès qu’une victime sera identifiée, la famille sera informée en priorité, et personne d’autre. Parfois cela peut aller très vite, parfois cela peut prendre des semaines ou même des mois, a affirmé le Premier ministre.

Celui-ci a refusé d’aborder le sujet de possibles sanctions contre la Russie, qui aurait fourni le missile qui a abattu l’avion, alors que les ministres des Affaires étrangères sont réunis à Bruxelles, dont le ministre néerlandais Frans Timmermans.

Les Pays-Bas ne sont pas opposés à des sanctions, a-t-il simplement déclaré.

Il a également confirmé que les Pays-Bas seraient en charge de l’enquête à la demande de Kiev: nous découvrirons toute la vérité, a-t-il affirmé.

Un Boeing 777 de la compagnie Malaysia Airlines, assurant la liaison Amsterdam- Kuala Lumpur, s’est écrasé jeudi dans l’est de l’Ukraine, dans une zone contrôlée par des séparatistes prorusses, avec 298 personnes à bord, dont 193 Néerlandais.

Il a très probablement été abattu par un missile. Les accusations se sont principalement portées en direction des séparatistes, qui auraient utilisé un missile fourni par Moscou, qui accuse de son côté le gouvernement ukrainien.

Romandie.com avec(©AFP / 22 juillet 2014 14h42)