Posts Tagged ‘Maroua’

Le Cameroun meurtri par un nouvel attentat-suicide portant la marque de Boko Haram

juillet 26, 2015

Yaoundé – Le Cameroun a été la cible samedi soir d’un nouvel attentat, perpétré par une kamikaze adolescente qui a fait au moins 20 morts dans la ville de Maroua, dans l’Extrême-Nord, une attaque portant la marque des islamistes nigérians de Boko Haram.

Malgré la mobilisation des armées de la région, les attaques ne cessent pas dans les pays concernés. Dimanche matin, c’est Damaturu, capitale de l’Etat de Yobe, dans le nord-est du Nigeria, qui a été touchée par un attentat-suicide: au moins 14 personnes ont péri sur le marché central.

Chef-lieu de la région camerounaise de l’Extrême-Nord, frontalière des fiefs nigérians de Boko Haram, Maroua se remettait à peine d’une double attaque-suicide commise mercredi par deux adolescentes, qui avait coûté la vie à 13 personnes, quand l’explosion a retenti samedi soir.

20 personnes ont été tuées et 79 blessées dans cette dernière attaque, selon un bilan donné dimanche par la télévision d’Etat camerounaise.

D’après cette source, une adolescente a déclenché sa bombe dans un bar d’un quartier populaire de cette ville commerçante, jadis animée et majoritairement peuplée de musulmans.

Une fillette d’une douzaine d’années s’est fait exploser entre deux ventes à emporter au lieu-dit +Pont vert+. Les forces de sécurité ont bouclé la zone de l’attentat-suicide et procédé à plusieurs arrestations, selon la télévision.

Un habitant de la ville a expliqué avoir entendu une forte explosion. Nous avons appris qu’il y a eu une attaque au grand bar le +Boucan+, très fréquenté en soirée, a-t-il raconté, ajoutant: c’est la psychose.

Maroua vivait déjà dans la peur et sous étroite surveillance militaire depuis des mois. La circulation des deux-roues, connus pour être le moyen de transport privilégié par les insurgés islamistes, était interdite dès la tombée de la nuit.

Désormais affiliés au groupe jihadiste Etat islamique (EI), les insurgés de Boko Haram multiplient les attaques au Nigeria, mais aussi chez ses voisins, Cameroun, Tchad et Niger.

– Attaques quasi quotidiennes –

Ces pays ont lancé en début d’année une vaste opération miliaire contre les islamistes, leur infligeant de lourdes pertes sans parvenir à les neutraliser. Les attaques sont devenues quasi quotidiennes.

Dimanche, une femme connue pour souffrir de troubles psychiques s’est fait exploser sur le marché central de Damaturu, ville du nord-est du Nigeria: au moins 14 personnes ont été tuées et 47 blessées, selon des témoins et une source hospitalière.

Cette kamikaze avait une quarantaine d’années. Les gens pensent qu’elle a été utilisée, (…) qu’elle ne savait pas ce qu’elle transportait, a expliqué à l’AFP Garba Abdullahi, un commerçant.

Une nouvelle vague de violences a déjà fait plus de 800 morts depuis l’investiture, fin mai, du nouveau président nigérian Muhammadu Buhari, qui a érigé en priorité la lutte contre les insurgés.

Les attaques perpétrées par Boko Haram et la répression de l’insurrection par les forces nigérianes ont fait plus de 15.000 morts et 1,5 million de déplacés au Nigeria depuis 2009.

Au Cameroun, il s’agissait du cinquième attentat-suicide en deux semaines. Ces attaques sans précédent en territoire camerounais marquent un tournant, même si, depuis deux ans, les islamistes nigérians ont enchaîné raids meurtriers et enlèvements dans l’Extrême-Nord.

Pour prévenir ces attaques, le gouverneur de la région a interdit le port du voile islamique intégral, régulièrement utilisé par des kamikazes de Boko Haram pour dissimuler leurs explosifs. Cette interdiction a été étendue à d’autres zones du territoire camerounais, sans être généralisée à tout le pays.

Le Tchad voisin a, lui, totalement proscrit le voile intégral après avoir été la cible d’attentats similaires à N’Djamena. La capitale tchadienne a été frappé à deux reprises en moins d’un mois, et le dernier attentat-suicide avait fait 15 morts et 80 blessés le 11 juillet sur le marché central.

Romandie.com avec(©AFP / 26 juillet 2015 16h34)

Double attentat de Maroua: le football camerounais sous le choc

juillet 23, 2015
Le Camerounais Samuel Eto'o.REUTERS/Andres Stapff

Le Camerounais Samuel Eto’o.REUTERS/Andres Stapff

« Je suis Maroua ». Le football camerounais a exprimé sa peine au lendemain du double attentat-suicide qui a fait 13 morts et 32 blessés sur le marché de Maroua, dans le nord du pays. De Samuel Eto’o à Raïssa Feudjio en passant par Aurélien Chedjou et Benoît Assou-Ekotto, Lions et Lionnes Indomptables ont exprimé leur solidarité.

Le double attentat de Maroua, qui a fait une dizaine de morts et une trentaine de blessés dans le nord du Cameroun ce mercredi, a laissé le pays pantois. Chez les expatriés aussi, c’est la colère et l’incompréhension qui dominent. Et notamment chez les footballeurs.

Ainsi, Aurélien Chedjou et Benoît Assou-Ekotto, tous deux défenseurs des Lions Indomptables, ont exprimé leur désarroi sur Twitter. Chedjou, qui évolue en Turquie, a ainsi apporté son soutien « aux familles endeuillées », réclamant la paix. Même son de cloche chez son comparse, tout frais débarqué à Saint-Etienne, qui ne comprend pas ce geste.

Joël Epalle ou Ambroise Oyongo Bitolo ont emboîté le pas de leurs coéquipiers, tout comme les Lionnes Indomptables. A commencer par la jeune Raïssa Feudjio, qui à l’image de nombreux athlètes, a choisi les réseaux sociaux pour exprimer sa « compassion aux familles attristées…MAROUA fait partie de moi ».

Alexandre Song, lui, est allé sur Instagram pour mettre des mots sur sa peine. « Maroua, c’est chez moi. Stop Boko Haram. Mes sincères condoléances aux familles endeuillées, je partage votre peine. Le terrorisme ne l’emportera pas. Le Cameroun est un pays uni, tous ensemble nous combattrons Boko Haram », déplore le milieu de terrain du FC Barcelone, prêté la saison dernière à West Ham, dans une vidéo.

Mais c’est Samuel Eto’o qui a délivré le message le plus poignant. L’ancien capitaine et buteur des Lions s’est fait le porte-parole des Camerounais, assurant être « touché en plein coeur » par cette tragédie. « Il y a un adage qui dit « le roseau plie mais ne rompt pas ». Aujourd’hui mon Afrique en miniature a été ébranlée, des pertes importantes en vies humaines ont été enregistrées dans la ville de Maroua au nord Cameroun, mais nous ne fléchirons pas. Mes sincères condoléances aux familles endeuillées. Je partage votre PEINE. Le terrorisme ne triomphera pas!!! », a confié l’attaquant de 34 ans, qui évolue désormais à Antalyaspor, dans un message sur son compte Facebook. « Le Cameroun est UN, UNI et INDIVISIBLE. Nous, AFRICAINS levons-nous comme un seul peuple afin qu’ils comprennent qu’ils n’auront JAMAIS le dernier MOT!»

Rfi.fr

Cameroun : double attentat-suicide dans le Nord, une dizaine de morts

juillet 22, 2015

Des militaires camerounais déployés dans l'Extrême-Nord. © Noel Quidu

Des militaires camerounais déployés dans l’Extrême-Nord. © Noel Quidu

Ce double attentat kamikaze a eu lieu mercredi à Maroua, capitale régionale de l’Extrême-Nord. 13 personnes, dont les deux kamikazes, sont mortes, 32 ont été blessées.

Mercredi 22 juillet aux alentours de de 15h30 (13h30 TU), deux kamikazes, « deux fillettes qui faisaient de la mendicité », selon une source gouvernementale, ont déclenché des engins explosifs en deux endroits de la ville, dans le marché central et dans le quartier voisin et très peuplé de Haoussa.  Selon un communiqué de la présidence, le bilan est de 11 morts plus les deux kamikazes, et de 32 blessés.

« Le président de la République condamne avec la plus grande fermeté ces attentats lâches et ignobles perpétrés contre des populations innocentes et présente ses condoléances les plus attristées aux familles des victimes », dit le communiqué. Paul Biya « appelle la population à la vigilance et à une collaboration étroite avec les forces de sécurité », assurant que « les instructions données aboutiront inéluctablement à la mise hors d’état de nuire de ces criminels sanguinaires. »

Maroua, capitale régionale de l’Extrême-Nord, abrite l’état-major de l’opération militaire du Cameroun contre les terroristes de Boko Haram.

C’est la deuxième fois que le Cameroun est victime de ce type d’attentat. La semaine dernière, une double attaque kamikaze avait visé la localité de Fotokol.

Jeuneafrique.com

Cameroun: les trois religieux enlevés en avril ont été libérés

juin 1, 2014

Maroua (Cameroun) – Les deux prêtres italiens et la religieuse canadienne enlevés début avril dans le nord du Cameroun ont été libérés dans la nuit de samedi à dimanche et ont quitté l’aéroport de Maroua (nord) à bord d’un avion militaire dans la matinée, a constaté un journaliste de l’AFP.

Les trois otages ont été libérés cette nuit autour de deux heures. Nos militaires les ont récupérés dans un village près d’Amchidé, localité camerounaise située à la frontière du Nigeria, pays où ils étaient retenus, a indiqué une source sécuritaire camerounaise.

Nous avons passé une semaine au Nigeria dans le cadre des négociations. Finalement, ils nous ont été remis dans la nuit, a expliqué sans plus de détails à l’AFP une source militaire sous le couvert de l’anonymat.

Dimanche matin, des militaires du Bataillon d’intervention rapide (BIR) camerounais et un hélicoptère militaire étaient stationnés à l’aéroport de Maroua.

Les trois religieux avaient été enlevés début avril par des hommes armés dans leur paroisse de Tchéré, à 20 km environ de Maroua (800 km au nord de Yaoundé), la capitale de la région de l’Extrême-Nord.

Les enlèvements n’ont pas été revendiqués mais les forces de sécurité camerounaises les ont rapidement attribués aux islamistes armés nigérians de Boko Haram.

Romandie.com avec(©AFP / 01 juin 2014 11h40)