Posts Tagged ‘massacres’

RDC : la police accuse des rebelles d’avoir massacré 39 agents

mars 27, 2017

Kinshasa – La police nationale congolaise (PNC) a accusé lundi des rebelles d’avoir massacré 39 de ses agents au Kasaï, région du centre de la République démocratique du Congo en proie à la violence depuis plus de six mois.

Selon un communiqué du porte-parole de la PNC, les victimes seraient tombées vendredi matin dans une « embuscade » tendue par des miliciens Kamwina Nsapu à Kamuesha, à environ 75 km au nord-est Tshikapa, capitale de la province du Kasaï, alors qu’elles circulaient à bord de deux camions de transport de troupes.

Les 39 « vaillants policiers » ont été « enterrés par leurs bourreaux dans une fosse commune (sur le) lieu du massacre », ajoute le colonel Pierre-Rombaut Mwanamputu.

Les assaillants ont également volé « deux camions de police de transport de troupes (…) avec en leur sein un importante cargaison (de matériel et d’)équipements de maintien de l’ordre », selon l’officier.

La PNC « condamne énergiquement ce massacre » et précise qu’elle « tient à rassurer l’opinion que des dispositions urgentes ont été prises pour mettre définitivement un terme à l’insécurité qui sévit dans cette partie de la République par la mise hors d’état de nuire » des partisans de Kamwina Nsapu.

La rébellion Kamwina Nsapu porte le nom d’un chef coutumier local entré en conflit avec le pouvoir central et tué par les forces de l’ordre en août. Elle a été accusée par l’ONU de recruter des enfants et d’avoir commis de nombreuses atrocités.

En face, les forces de l’ordre se voient régulièrement reprocher par les Nations unies de faire un usage disproportionné de la force contre des miliciens armés essentiellement de bâtons et de lance-pierres.

Depuis le début de la rébellion, les violences ont fait au minimum 400 morts au Kasaï. Mi-mars, la justice militaire congolaise a annoncé avoir arrêté sept soldats dans le cadre d’une enquête diligentée après la publication sur les réseaux sociaux d’une vidéo mettant en cause un peloton militaire dans un massacre présumé perpétré au Kasaï-oriental.

Romandie.com avec(©AFP / 27 mars 2017 23h31)                   

En RDC, la politique de la mort

mars 27, 2017

Au cœur de la République démocratique du Congo, dont les structures étatiques sont en déréliction, une myriade de foyers de violence fait couler le sang.

«  Chaque jour, on s’entre-tue ou on fuit la mort en RDC » (Dans l’un des charniers découverts dans la province du Kasaï, en République démocratique du Congo, des crânes des victimes des récents affrontements entre les forces armées congolaises et les partisans de Kamuina Nsapu. Photo prise le 12 mars).

«  Chaque jour, on s’entre-tue ou on fuit la mort en RDC » (Dans l’un des charniers découverts dans la province du Kasaï, en République démocratique du Congo, des crânes des victimes des récents affrontements entre les forces armées congolaises et les partisans de Kamuina Nsapu. Photo prise le 12 mars). REUTERS
Le temps des grandes rébellions soutenues par des pays voisins appartient au passé. De la deuxième guerre du Congo (1998-2002), impliquant neuf pays africains et causant des millions de morts, l’est de la République démocratique du Congo (RDC) a hérité la misère, l’abandon de Kinshasa et soixante-dix groupes armés, locaux et étrangers, qui errent toujours dans la région et poursuivent leurs exactions.

Ces derniers mois, des foyers de violence sont apparus aux confins du plus grand pays d’Afrique francophone. Des affrontements, des massacres, des déplacements massifs de populations. Chaque jour, on s’entre-tue ou on fuit la mort en RDC. Une myriade de conflits locaux font couler le sang et nul ne sait s’ils sont téléguidés ou attisés par les hommes politiques de la capitale, comme le soupçonnent l’opposition et certains diplomates occidentaux.

« La politique, c’est ce qui paie », dit l’adage que rappelle sans complexe un conseiller du président Joseph Kabila. La politique, en RDC, peut aussi tuer. Mais cela, on ne le disait pas. Jusqu’à ce que la crise en cours dans le Kasaï-Central le rappelle brutalement.

Cette province difficile d’accès, comme toutes celles de l’intérieur du pays, a pourtant offert à l’ancien Zaïre son plus grand héros, Patrice Lumumba, mais aussi son opposant historique, Etienne Tshisekedi. Le premier a été assassiné en janvier 1961. Le second est mort le 1er février, à Bruxelles, où son corps repose toujours dans une chambre froide en attendant un rapatriement sans cesse repoussé.

Sales besognes

Aujourd’hui, l’homme mort du Kasaï dont on parle est plus mystérieux. Kamwina Nsapu, chef coutumier et leader mystique, avait refusé de se soumettre au pouvoir central. Originaire de la région, l’ancien ministre de l’intérieur, Evariste Boshab, s’est chargé des sales besognes. Dès 2015, il a restructuré les chefferies coutumières en favorisant, à des fins politiques, des notables affiliés au Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD), le parti au pouvoir. Il a aussi imposé son frère à la tête de l’association qui les chapeaute.

De quoi provoquer l’ire de rois et chefs traditionnels, dont Kamwina Nsapu. Ce dernier, au nom de la préservation d’une gouvernance ancestrale, a allumé les feux de la révolte. Il sera tué en août 2016 au cours d’une opération de police.

Depuis, ses fidèles ont recruté femmes et enfants pour constituer une milice et affronter les forces de sécurité. Ils sont armés de bâtons dotés de pouvoirs mystiques, de machettes et de pétoires. Ils ont été rejoints par une partie de la population exaspérée par la brutalité d’un régime considéré comme illégitime.

Plus de 400 personnes ont perdu la vie au Kasaï depuis septembre 2016, 200 000 autres ont été déplacées

Dans ce pays aux structures étatiques en déréliction, qui accueille la plus importante et coûteuse mission de l’histoire des Nations unies (Monusco), les adeptes d’un chef coutumier défunt peuvent donc mettre à feu et à sang toute une région. Plus de 400 personnes ont perdu la vie au Kasaï depuis septembre 2016, 200 000 autres ont été déplacées. Deux enquêteurs de l’ONU ont disparu dans la région et des dizaines de fosses communes ont récemment été découvertes.

« Il y a une multitude de foyers d’insécurité, de violences causées par des conflits fonciers, ethniques et identitaires, coutumiers ou politiques avec différents acteurs et agendas qui se superposent, souligne Séverine Autesserre, professeure associée à l’université Columbia. La RDC est bel et bien en état de guerre civile. »

Pour cette spécialiste de la résolution des conflits, la pauvreté conjuguée à la corruption des élites politiques alimente l’inexorable spirale de la violence. « Il est temps que l’ONU, les partenaires occidentaux et les ONG cessent de concentrer leur énergie sur Kinshasa et s’appuient sur les acteurs locaux dans les provinces meurtries, dit la chercheuse. Car la plupart des programmes dits de réforme de l’armée et de renforcement des capacités de l’Etat n’ont fait que renforcer le régime autoritaire de Joseph Kabila et professionnaliser ses soldats. »

Kinshasa n’est pas épargnée

Débordée par les crises et les violations massives des droits humains, en hausse de 30 % en 2016, la Mission de l’Organisation des Nations unies pour la stabilisation du Congo (Monusco) courbe la tête sous les pressions des autorités congolaises, à la veille du renouvellement de son mandat par le Conseil de sécurité de l’ONU. Le régime Kabila exige que soient réduites les prérogatives de cette force de maintien de la paix, certes incapable de tenir ses promesses, mais si cruciale pour empêcher le pays, donc la région, de s’embraser.

Cette année, en plus de tous les conflits répertoriés à l’est du Congo, la Monusco doit faire face à trois nouveaux fronts. A celui du Kasaï s’ajoute la région frontalière du Soudan du Sud, où elle appuie les opérations des forces armées congolaises préoccupées par un débordement du conflit qui ravage le plus jeune pays de la planète.

Il y a enfin la province du Tanganyika, dans le sud-est, théâtre ces sept derniers mois d’affrontements meurtriers entre deux ethnies qui a fait des centaines de morts, des dizaines de femmes violées et des centaines de milliers de déplacés. Les belligérants ont scellé un fragile pacte de non-agression en février.

La capitale n’est pas épargnée. Mais, à Kinshasa, ceux qui meurent sous les balles des forces de sécurité croient en connaître la raison : la politique, celle qui maintient la flamme des désespérés et enrichit ceux qui la dominent, un petit cercle de privilégiés manipulés par Joseph Kabila, dont le second mandat s’est achevé le 19 décembre 2016.

Le président a négocié son maintien à la tête d’un Etat quasi failli lors d’un dialogue en décembre 2016 avec l’opposition. Celle-ci s’est réjouie d’avoir obtenu le poste de premier ministre d’une transition censée mener à des élections à la fin de cette année. Trois mois plus tard, aucun des points de l’accord n’a été mis en œuvre par Joseph Kabila, qui se mure dans le silence pendant que son pays sombre.

Lemonde.fr par Joan Tilouine , Journaliste Le Monde Afrique

RD Congo : découverte de huit fosses communes dans le Kasaï Central, selon une enquête de RFI et Reuters

mars 20, 2017

Des soldats de l’armée congolaise lors d’une mission de reconnaissance à 25 km de Goma en Octobre 2013. © Joseph Kay/AP/Sipa

Selon une enquête de RFI et de l’agence de presse Reuters, huit fosses communes ont été découvertes dans le centre de la RDC, théâtre de violences depuis neuf mois.

Depuis le début de l’année, au moins huit fosses communes ont été découvertes par les habitants de Tshimbulu, chef-lieu du territoire de Dibaya, dans la province du Kasaï Central, révèle une enquête de RFI et de Reuters, publiée lundi 20 mars.

« Le matin, nous sommes partis du village pour aller au champs. Et quand nous venions, nous avons vu des mouches voler, il y avait une forte odeur », explique un habitant de Tshimbulu, cité par RFI. « On a vu des bras, des jambes et même des cadavres entiers, ils étaient mal enfouis », poursuit ce témoin, montrant les ossements humains qui affleurent toujours dans cette fosses de dix mètres par cinq.

Selon cette enquête, cinq fosses communes ont d’abord été découverte sur la route de Kananga début janvier, après l’incursion d’un groupe de miliciens du chef traditionnel Kamwina Nsapu, tué lors d’une opération de police le 12 août 2016. Les habitants ont découvert un mois plus tard l’existence de deux nouvelles fosses sur cette même route. « Ce sont les militaires qui ont creusé ça. On a vu leur camion passer. Il est resté ici plus de deux heures », explique une paysanne qui habite à Tshimbulu, citée par RFI.

Selon la chaîne de radio, la Monusco a déjà transmis des informations au gouvernement congolais concernant dix fosses communes : trois à Tshimbulu et sept autres à Nkoto.

Plus de 200 morts depuis août

Partie du Kasaï Central, la rébellion de Kamwina Nspau a progressivement gagné le Kasaï Oriental et le Kasaï Occidental. Au total, les violences commises dans ce conflit auraient fait au moins 200 morts.

Dans un communiqué publié le 18 mars, la Monusco avait exprimé « ses vives préoccupations » au sujet de nouvelles allégations faisant état de violences à Kananga, capitale du Kasaï Central entre le 14 et le 17 mars. « Un nombre important de personnes auraient été tuées au cours d’affrontements entre des miliciens de Kamwina Nsapu et des membres des forces de sécurité congolaises », affirmait la mission onusienne dans le pays.

À ce titre, la Monusco s’était dit autant « préoccupée par les attaques des miliciens de Kamwina Nsapu contre les institutions et symboles étatiques » que par « l’utilisation disproportionnée de la force par les forces de défense et de sécurité, notamment en ciblant des civils, dont des femmes et des enfants ». Le chef de la Monusco, Mamam S. Sidikou avait donc demandé l’ouverture d’une enquête sur ces événements.

Pointées du doigt, le gouvernement congolais avaient déjà annoncé la création d’une commission d’enquête le 22 février dernier, après la diffusion d’une vidéo mettant en cause l’armée dans un massacre de civils.

Le ministre de la Communication Lambert Mende, contacté pour commenter les informations de RFI et Reuters, était pour l’heure injoignable par téléphone.

Jeuneafrique.com par

Vidéo d’un massacre en RDC : sept soldats arrêtés au Kasaï

mars 18, 2017

Des soldats des FARDC à Goma, dans l’est de la RDC, en 2012. © Jérôme Delay/AP/SIPA

La justice militaire congolaise a annoncé samedi avoir arrêté sept militaires accusés de crimes de guerre dans le centre de la République démocratique du Congo secouée par une rébellion de miliciens d’un chef coutumier tué ayant fait 400 morts.

Par ailleurs, la mission de l’ONU en RDC (Monusco) s’est déclarée « préoccupée » suite à des informations faisant état d’ »un nombre important de personnes tuées » en deux jours d’affrontements entre les forces de sécurité et les miliciens du chef Kamwina Nsapu, dans un communiqué samedi.

En février, une vidéo tournée dans un village du Kasaï central (centre de la RDC) largement partagée sur les réseaux sociaux montre des hommes en uniforme tirer sur des villageois non armés, ou simplement de lance-pierres ou de bâtons, puis insulter et achever leurs victimes.

Mais le gouvernement l’avait qualifiée de « montage grossier » avant de décider de mener des enquêtes « par précaution » face aux allégations persistantes de violations graves des droits de l’Homme attribuées à des éléments des Forces armées de la RDC (FARDC) dans le village de Mwanza Lomba dans le Kasaï central.

« En rapport avec cette vidéo, nous avons mis la main sur sept suspects, tous éléments des FARDC, qui sont actuellement en détention », parmi eux des officiers et des sous-officiers, a déclaré lors d’une conférence de presse le général-major Joseph Ponde, auditeur général des FARDC.

« Crimes de guerre »

« De l’instruction entreprise, de l’exploitation de la vidéo et des descentes sur les lieux des crimes, les préventions ci-après ont été retenues à charge des suspects: crimes de guerre par meurtre, crimes de guerre par mutilation, crimes de guerre par traitements cruels inhumains et dégradants et refus de dénonciation d’une infraction commise par des justiciables de juridictions militaires », a ajouté le général Ponde.

Pour approfondir les investigations, « l’auditorat général se propose de requérir l’expertise exigée pour l’exploitation de données sur les téléphones cellulaires saisis, ainsi que l’exhumation de deux tombes localisées dans la périphérie de Mwanza Lomba », a indiqué le général, afin « d’identifier » les victimes et de déterminer « le mode opératoire de leurs bourreaux ».

L’auditeur général des FARDC a déclaré avoir sollicité l’appui des Cellules d’appui aux poursuites (CAP) de la mission de l’ONU en RDC (Monusco) depuis le 25 février 2016 pour la suite de l’enquête.

Samedi, la Monusco se déclare « préoccupée par les attaques des miliciens de Kamwina Nsapu contre les institutions et symboles étatiques, mais également par l’utilisation disproportionnée de la force par les forces de défense et sécurité, notamment en ciblant des civils, dont des femmes et des enfants ».

« Dans la nuit du 14 au 15 mars 2017, les opérations des forces de sécurité à Kananga ont conduit à un grand nombre de victimes », note le document.

Région du centre de la RDC, le Kasaï est le théâtre depuis septembre 2016 d’une rébellion née de la mort, le mois précédent, lors d’une opération militaire, du chef coutumier Kamwina Nsapu, entré en conflit avec le pouvoir central. Les violences y ont fait au moins 400 morts depuis septembre.

Dans la même province, deux experts onusiens et leurs quatre accompagnateurs congolais ont été enlevés le 11 mars, et, depuis, sont portés disparus.

Jeuneafrique.com

RDC : pas de poursuites pour « crimes » contre les militaires inculpés après la vidéo du massacre au Kasaï

février 20, 2017

 

 

Les poursuites annoncées samedi par Kinshasa contre deux soldats, après la publication d’une vidéo mettant en cause l’armée congolaise dans un massacre de civils au Kasaï, ne portent pas sur des « crimes », a annoncé lundi le gouvernement.

« Il ne s’agit nullement de poursuites pour crimes de guerre ou crimes contre l’humanité », a précisé le porte-parole du gouvernement congolais, Lambert Mende, à l’AFP, qualifiant de « grossier montage » la vidéo diffusée ces derniers jours sur les réseaux sociaux « pour accuser faussement les FARDC » (Forces armées de la RDC).

« Un major et un sous-officier sont poursuivis devant la Cour supérieure militaire de Mbuji-Mayi, pour des faits de violations des consignes, et pour extorsion des biens des civils lors d’une opération militaire à Mwanza Lomba », a-t-il ajouté.

Samedi 18 février, après la diffusion sur les réseaux sociaux d’une vidéo non authentifiée mettant en cause l’armée dans un massacre de civils au Kasaï, le gouvernement avait reconnu que des soldats congolais avaient pu commettre des « excès » en réprimant la rébellion Kamwina Nsapu, qui déstabilise cette région du centre du pays depuis septembre. Tout en évoquant, là encore, un « montage », les autorités avaient annoncé par voie de communiqué qu’un officier et un sous-officier répondaient « d’ores et déjà devant la justice militaire » de ces « excès » ou « abus », sans préciser devant quelle juridiction, ni les charges retenues contre eux.

La France et les États-Unis demandent une enquête

La France a par ailleurs demandé ce lundi 20 février au gouvernement congolais de faire « au plus vite la lumière » sur la vidéo en question. « Nous exhortons les autorités congolaises […] à identifier les responsables, qui devront répondre de leurs actes », détaille le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, Romain Nadal, dans un communiqué.

La veille, le département d’État américain avait également appelé le gouvernement congolais à « lancer une enquête immédiate et complète, en collaboration avec les organisations internationales chargées de veiller au respect des droits de l’Homme » afin de faire la lumière sur les suspicions de « graves violations des droits de l’Homme ».

Au moins 20 morts au Kasaï oriental

D’une durée de plus de sept minutes, la vidéo semble avoir été tournée à l’aide d’un téléphone portable par un membre d’un groupe de huit soldats en treillis parlant lingala et swahili. Elle montre le petit détachement ouvrir un feu nourri sur un groupe de personnes à quelques dizaines de mètres, chantant en tshiluba (langue parlée au Kasaï) « Notre terre, notre terre ».

Les hommes en uniforme achèvent ensuite leurs victimes, parmi lesquelles trois femmes, et insultent les cadavres en se vantant que les « FARDC [sont] toujours au rendez-vous », tout en localisant la scène dans le village de Mwanza Lomba, au Kasaï oriental. La vidéo montre pas moins de vingt cadavres.

Jeuneafrique.com avec AFP

Vidéo de tuerie en RD Congo : « montage » dit Kinshasa, l’ONU enquête

février 18, 2017

Le porte-parole du gouvernement congolais Lambert Mende, le 13 avril 2015 à Kinshasa,. © AFP/FEDERICO SCOPPA

Le gouvernement de la République démocratique du Congo a qualifié samedi de « montage » une vidéo sur laquelle enquête l’ONU et qui met en cause l’armée congolaise dans un massacre de civils dans une province troublée.

« Ce sont des montages ridicules. Quelle est cette armée qui accepte de filmer comment elle tue ? » a déclaré à l’AFP le porte-parole du gouvernement congolais Lambert Mende, à propos de cette vidéo non authentifiée.

« C’est l’œuvre de personnes au bout du rouleau. C’est trop grossier et ridicule », a ajouté M. Mende, « c’est digne d’un montage de film de Rambo ».

La vidéo, qui dure un peu plus de sept minutes, a été transmise vendredi soir à l’AFP par un spécialiste du Congo, selon qui elle aurait été tournée le 11 ou le 12 février, alors que des informations non confirmées faisaient état de 50 à 100 morts dans des affrontements entre l’armée congolaise et la rébellion Kamwina Nsapu dans le sud de la province du Kasaï central.

Samedi, elle circulait et était abondamment commentée sur les réseaux sociaux. Un examen des données associées à la vidéo n’a pas permis à l’AFP de déterminer la date de réalisation des images, ni le lieu du tournage.

Le porte-parole de la Mission de l’ONU au Congo (Monusco) n’avait pas pu être joint samedi en début d’après-midi, mais selon des sources au sein de la mission onusienne, celle-ci enquête sur cette « vidéo et d’autres allégations » en relation avec ce qui se passe dans les trois provinces du Kasaï.

Le 11 février, la Monusco avait exprimé son inquiétude face à la persistance de la violence dans cette région du centre de la RDC et dénoncé « les atrocités commises par les miliciens Kamwina Nsapu » tout comme « un usage disproportionné de la force par les Forces armées de la RDC (FARDC) », qu’elles avaient appelées « à agir dans le respect des normes acceptables du droit national et international ».

A en juger par sa qualité, la vidéo semble avoir été tournée à l’aide d’un téléphone portable par un membre d’une unité militaire de huit soldats en treillis parlant lingala (la langue en usage dans l’armée congolaise) et swahili (langue parlée dans l’Est du Congo).

« Vous mourez pour rien »

Elle montre le petit détachement marcher sur un chemin vers un groupe de personnes à quelques dizaines de mètres chantant en tshiluba (langue parlée au Kasaï) « Notre terre, notre terre ».

Puis un ordre : « Avancez ! tirez ! ». Le peloton ouvre alors un feu nourri et progresse sans avoir besoin de s’abriter : personne ne réplique en face. Le feu cesse. Les hommes s’avancent et achèvent plusieurs personnes gisant au sol, en commençant par une femme, et insultent les cadavres, tiennent des propos obscènes en contemplant le sexe de deux femmes gisant à terre. La caméra s’attarde longtemps sur l’une d’elle en train d’agoniser. « Vous mourez pour rien, pour rien », dit un homme.

« Ici nous sommes au village Mwanza-Lomba, nous les avons croisés aujourd’hui. Nous leur avons prouvé que la force reste à la loi. Ils sont nombreux mais on va les poursuivre jusqu’à l’infini », commente la personne qui tourne les images.

Mwanza-Lomba est situé au Kasaï-oriental, entre Mbuji-Mayi, capitale de cette province, et Kananga, la capitale du Kasaï-central voisin. La région est le théâtre depuis septembre d’une rébellion provoquée par un conflit entre le pouvoir central et un chef coutumier local, Kamwina Nsapu, tué en août lors d’une opération militaire.

La vidéo montre pas moins de vingt cadavres. Les femmes ont laissé échapper en tombant une balayette. Quelques hommes, certains la tête ceinte d’une tresse de liane, tiennent encore un lance-pierre ou un bâton.

« FARDC toujours au rendez-vous, voilà, nous faisons notre travail », continue le commentateur, qui cite à un moment le nom d’un officier supérieur censé commander les opérations dans le secteur.

Partie du Kasaï-Central, la rébellion Kamwina Nsapu a progressivement gagné le Kasaï-oriental et le Kasaï-occidental. Les violences commises dans ce conflit ont fait au moins 200 morts.

Jeuneafrique.com avec AFP

Noël sanglant en RDC : 22 civils massacrés au Nord-Kivu

décembre 25, 2016

Goma (RD Congo) – Vingt-deux civils ont été massacrés à l’arme blanche samedi et dimanche, dans l’Est de la République démocratique du Congo, a-t-on appris dimanche de sources concordantes.

Le drame s’est produit à Eringeti et dans ses environs, dans le territoire de Beni, zone du nord du Nord-Kivu ensanglantée depuis plus de deux ans par une vague de massacres ayant fait plus de 700 morts, ont indiqué à l’AFP l’administrateur territorial, Amisi Kalonda, un porte-parole militaire et un militant associatif.

M. Kalonda a imputé l’attaque aux Force démocratiques alliées, rébellion ougandaise musulmane installée dans la région depuis plus de vingt ans et accusée par les autorités congolaises d’être responsables des tueries en série dans la région.

Les ADF ont encore endeuillé la population de Beni territoire à Eringeti et dans ses environs. Hier, ils ont tué dix civils à Eringeti, a déclaré à l’AFP M. Kalonda, joint par téléphone de Goma, la capitale du Nord-Kivu.

Douze autres corps ont été retrouvés [dimanche] dans des villages environnants par l’armée qui poursuivait les assaillants, a-t-il ajouté.

Selon lui, l’attaque a commencé en début d’après-midi samedi contre la ville d’Eringeti, déjà frappée par plusieurs massacres similaires.

Le mode opératoire, c’est toujours le même, a dit M. Kalonda : les victimes ont été tuées à l’arme blanche et à la machette.

Confirmant l’attaque, un porte-parole des Forces armées de la RDC (FARDC) a déclaré que l’armée avait tué quatre rebelles ADF. Le bilan est très lourd pour les civils, a ajouté l’officier sans donner de chiffre des victimes.

Les ADF ont attaqué Eringeti et ses environs, a déclaré pour sa part Teddy Kataliki, président de la Société civile du territoire de Beni, coalition d’associations locales.

Déjà hier, 10 corps ont été retrouvés, et aujourd’hui 12 autres corps de civils, a-t-il ajouté, estimant qu’il s’agissait d’un bilan encore provisoire.

Nous ne comprenons pas cette situation qui continue à endeuiller le territoire de Beni, a-t-il dit.

Joint vers 19h45 (17h45 GMT), il a fait état d’une autre attaque en cours contre la ville d’Oicha, plus au sud depuis 16h00 (14h00 GMT). Le capitaine Hazukay a confirmé que l’armée était en opération dans cette zone, et a refusé de donner plus de détails avant que celle-ci ne soit achevée.

Romandie.com avec(©AFP / 25 décembre 2016 20h01)             

Congo-Brazzaville: Les massacres dans la région du Pool doivent s’arrêter immédiatement (IDC-FROCAD).

novembre 1, 2016

pool2pool3pool5

          Depuis  avril   2016,    les   paisibles  et   laborieuses  populations   de la  région   du Pool,  au  Congo Brazzaville,   sont  martyrisées   par l’armée,  les   milices et les     forces   supplétives  de  Mr  Sassou  Nguesso. Après   une légère  accalmie,  le temps   de  l’été,  les  exactions ont   repris  avec  gravité  début  octobre  et   s’intensifient    de  plus belle.

         Du   mercredii  26  au  vendredi  28  octobre, des    hélicoptères de   combat ont   bombardé des   localités de Kibouendé, Magneto, Bonga  Kopa,  Nkampa, Malengo, Mardi   et  Kinsasa  dans  le district de  Kinkala. Ces    bombardements   ont   été   suivis   d’opérations militaires   terrestres   qui   ont  semé   la terreur  et   la désolation   au sein des   populations   civiles.   Des    villages   entiers   ont été    incendiés,  certains   habitants ont   péri   brûlés dans   leurs  cases,   d’autres   se   sont   vus   obliger   de fuir   dans  les   forêts.

          On   ne   compte   plus les   morts,   les   disparus   et   les   blessés.

          Ces  violences  sur les  populations du Pool   se déroulent  sans  que la  communauté   internationale,  si  diserte   sur  d’autres   points   chauds du  monde,   ne  réagisse.

          Les  organisations   humanitaire, de  leur   côté,  n’agissent   past, laissant   ces  populations  dans la   douleur et la désolation.

          Les   Plateformes    congolaises  FROCAD-IDC-Composante Jean Marie Michel Mokoko dénoncent,   avec la   plus grande fermeté,  ce silence   coupable et l’indifférence  générale  devant   les   malheurs de  ces   populations.

          Les   Plateformes    congolaises  FROCAD-IDC-Composante Jean Marie Michel Mokoko  exigent   de  la  communauté   internationale   que tout   soit   mis  en  oeuvre  immédiatement, au  nom  du  droit  d’assistance  aux  populations  injustement   décimées et  en danger,  qu’elle  obtienne  de  Mr  Sassou  Nguesso  l’arrêt  des   violences. Elles  exigent  également   des organisations   humanitaires  que  celles  ci  interviennent  de  la  manière  la  plus   urgente  pour   secourir   ces   populations  du  Pool  en  détresse.

                                 Fait    à  Paris   le  31  octobre  2016

Joseph OUABARI-MARIOTTI

Congo: C’est Sassou-Nguesso qui tue dans le Pool et non N’Tumi

octobre 6, 2016

Dans le silence total de l’Union Africaine (UA), de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), du Conseil de sécurité des Nations-Unies et de la France, le régime politique de M. Sassou-Nguesso est en train d’exercer une tentative d’extermination des peuples « Kongo » dans la région du Pool au Congo-Brazzaville. La situation actuelle est pire que celle connue par ces mêmes populations entre 1997 et l’an 2000, après le coup d’Etat sanglant de MM. Jacques Chirac et Charles Pasqua pour réinstaller M. Sassou-Nguesso au pouvoir.

Nous savons que malgré les accords de paix de 1999, du reste jamais, respectés par ledit régime politique, les populations de la région du Pool ont, toujours, été ciblées par M. Sassou-Nguesso et ses parrains internationaux. Et, il est, d’ailleurs, important de le rappeler, relativement, aux assassinats et massacres perpétrés par le régime politique de M. Sassou-Nguesso dans la région du Pool, depuis plus de quarante ans (40) ans, dont cette situation qui s’est, gravement, détériorée depuis  quelques jours à cause d’une asphyxie de ces populations assiégées, qui était planifiée par ledit régime politique depuis le mois d’octobre 2015 dans la région du Pool, après leur échec au soi-disant référendum ainsi qu’aux élections présidentielles gagnées en mars 2016 par Guy Brice Parfait Kolelas et JM Michel Mokoko au premier tour, ainsi, il nous revient, donc, de rappeler certaines vérités devant l’opinion publique pour barrer cette campagne de contre-propagande et de désinformation, manœuvrée par les réseaux de ce régime du PCT ( le parti politique de M. Sassou-Nguesso)…

Curieusement, nous constatons, tristement, que de nombreux soi-disant cadres de ce PCT, dont certains sont originaires de la région du Pool, sont, aussi, cooptés  pour jouer à ce jeu macabre de M. Sassou-Nguesso et ses parrains alors que tous savent que le Plan du pouvoir et desdits parrains,  consiste à tenter une extermination des populations « Kongo ». Tous ces cadres proches du régime politique de Brazzaville, tentent de tromper l’opinion publique en attribuant, injustement, les charges de ce drame vécu par les populations civiles « Kongo », à la personne du Pasteur N’Tumi (sur notre photo, guitariste à ses heures perdues), ce qui est, véritablement, faux. Parce que, les Congolais savent que dans tout le cursus de M. Sassou-Nguesso, de directeur de la sécurité d’Etat (Police politique) en passant par le poste de commandant des bérets rouges et celui de Ministre de la Défense jusqu’à ses fonctions de président de la République, depuis plus de 40 ans, ce dictateur a, énormément, assassiné et massacré dans la région du Pool. Donc, il avait commencé ce sale boulot commandité par ses réseaux internationaux au moment où le Pasteur N’Tumi n’avait qu’une dizaine d’années d’âge.

De ce fait, le mensonge d’Etat ne passe plus chez les Congolais. Ces fameux cadres du Pool ne sont en fait que des poltrons, qui ont souillé la franc-maçonnerie par le sang humain qui leur colle aux mains. Pourquoi oublier que M. Sassou-Nguesso n’a aucune légitimité au Congo-Brazzaville, et, il ne s’impose que par la force des armes, et, depuis son retour au pouvoir, en 1997, par un coup d’Etat sanglant, il n’a, jamais, gagné aucune élection, il nomme même les maires, les députés, les sénateurs, etc… Il a procédé à un accaparement du Congo-Brazzaville. Est-ce que cela peut, aussi, se débattre, qui ne le sait pas dans ce pays ? Les Congolais sérieux peuvent-ils oublier que des religieux kimbanguistes, salutistes, orthodoxes, catholiques romains et protestants, envoyés pour une campagne de paix dans le Pool, furent massacrés à Mindouli  par les milices du pouvoir dans l’impunité la plus absolue ? Ce qui est  plus étonnant, c’est le fait que les religieux n’en parlent jamais. Oubliez-vous les massacres des couloirs « humanitaires » mieux des couloirs de la mort à Nganga Lingolo, aux deux ponts du Djoué et au boulevard des armées ? Oubliez-vous les massacres des disparus du Beach ? Oubliez-vous le carnage des gares du CFCO de Goma Tsé-Tsé jusqu’à Mindouli par des troupes militaires conduites par un officier général originaire de cette même région du Pool, lui,  qui n’a, jamais, gravi les marches pour occuper le poste de Chef d’Etat major général ?   Dans toute cette litanie des situations macabres, il n’y a pas la main du Pasteur N’Tumi. C’est honteux de faire cette vassalité à M. Sassou-Nguesso quand la criminalité de son régime politique, est connue du monde entier, et, dire sans gène  qu’on est originaire de la région qui est martyrisée…

Par ailleurs, cela prélude à notre publication qui sera éditée en début d’année prochaine, il est important de mettre à la connaissance de l’opinion publique que les membres du Conseil National de la République et le Pasteur N’Tumi ont le statut de « Résistant ». Ainsi, au Congo-Brazzaville, il n’existe pas des rebelles, mais, nous avons des populations civiles qui s’organisent en mouvement de résistance. D’ailleurs, les Nations-Unies (ONU) qui avaient enregistré  et financé certaines opérations de démilitarisation dans ce pays, les savent bien. Alors, nous demandons à l’opinion publique de lire, minutieusement, un extrait ci-joint dudit accord de paix de 1999 pour mieux comprendre  nos affirmations.

En effet, le monde doit, aussi, noter que le Pasteur N’Tumi ne s’est, jamais, autoproclamé leader de la résistance. Auparavant, il ne s’occupait que de sa mission spirituelle avec une spécialité de guérison miracle, et, les preuves sont nombreuses à ce sujet. Finalement, nous sommes, à Komono, entre le 20 et le 30 septembre 1999 quand tous les mouvements de la résistance des régions de la partie Sud du Congo-Brazzaville, ceux de Nkayi, Mossendjo, Sibiti et du Pool s’étaient unifiés pour créer le CNR comme seul mouvement de résistance et, aussi, pour plébisciter, unanimement, le Pasteur N’Tumi comme guide et leader incontesté. Le reste n’est que mensonge sur mensonge comme on dit. M. Sassou-Nguesso est dans ce plan de tentative d’extermination des populations « Kongo » dans le but de la pérennisation de la dictature. Ce tyran fatigué et malade projette, aussi, de préparer sa succession par un autre membre de son clan, et, dans la visée des réseaux de ce régime politique de Brazzaville, il y a les populations « Kongo » qui vont faire obstacle à cette continuité de la forfaiture. Voilà pourquoi il faut organiser, maintenant, des crimes parfaits dans la région du Pool, dans cette zone où les organisations des Droits de l’Homme comme Amnesty International, le CICR, la FIDH, la Commission Justice et Paix, la RPDH, l’OCDH, etc… sont chassées systématiquement…

Fait le 04 octobre 2016
Le FPDD / Congo-Brazzaville
( Association de développement démocratique et des Droits de l’Homme)

Avec Afriqueeducation.com

Congo/Coup de sang : la folie meurtrière de Sassou dans le Pool.

octobre 2, 2016

arton7354-86171

 

Au moment où l’on parle de « dialogue » » et du « vivre ensemble » au Congo-Brazzaville, Denis Sassou Nguesso s’amuse à son exercice favori : casser du « Moukongo ».

Ayant rompu avec ce Dieu que Freud appelle le logos ou la raison, le khalife d’Oyo continue le bombardement des localités du Pool sous le regard indifférent de la communauté internationale qui à les yeux tournés à Alep en Syrie, à Beni, à Kinshasa en RDC, à Libreville au Gabon. Un véritable vent de folie souffle à Mpila après la tricherie électorale. Sassou embastille tout azimut, tue à tour de bras, flambe l’argent du Congo comme un forcené. Face à la folie meurtrière de Nguesso en pays Kongo/lari, Claude Alphonse Nsilou, Isidore Mvouba, Adelaïde Mouhani, Hellot Mampouya, Euloge Landry Kolelas, Théodorine Kolelas, Manoukou Kouba, Aimé Emmanuel Yoka, député de Vinza, Prosper Nkonta Mokono, Kakou Aron, Rosalie Matondo ne sont pas capables d’occuper la presse pour dénoncer. Aucun sentiment d’indignation comme le recommande Stéphane Hessel. De condamnation de principe, point. Aucun geste d’accusation comme Zola, même pour la forme. Ils sont aphones.

Silence du Nord

A Brazzaville, on continue de vaquer tranquillement à ses occupations. Les généraux Nianga-Mbouala, Ndenguet, le lieutenant Ata circulent librement. Leurs avoirs à l’étranger ne sont pas gelés comme ceux des généraux de la RDC. Pourquoi n’observe-t-on pas une solidarité à l’endroit des populations du Pool bombardées régulièrement par les escadrilles de la mort de Sassou Nguesso ? (Ezali ba kongo pamba pamba se dit-on mezzo voce dans les quartiers nord). Tous les yeux sont braqués sur celui qui, semble-t-il, est arrivé en tête des élections du 20 mars 2016. Guy Brice Parfait Kolelas devrait-il être le seul à monter au créneau ? Où sont passés les dignitaires de cette région ? Aux abonnés/absents ? Pour l’honorable Aimé Emmanuel Yoka, on peut comprendre car c’est un démago. Il reste qu’aucune voix de la partie septentrionale n’a condamné les tueries de Sassou Nguesso dans la région du Pool. Pourquoi ? Parce que « La locomotive » compte pour quantité négligeable ? Mais a-t-on jamais vu, dans le système ferroviaire, un convoi de trains sans locomotive ?

Deux poids, deux mesures

Depuis la discrimination autour de la béatification du Cardinal Emile Biayenda (Cf.Congo Liberty « l’apartheid sévirait-il toujours au Vatican ?) » , L’Eglise catholique du Congo-Brazzaville a avalé sa langue sur les déboires du peuple Kongo contrairement à celle de la RD Congo qui a donné de la voix suite aux événement survenus le 19 et 20 septembre 2016 à Kinshasa. Le pape François s’est fendu d’un communique pour condamner les exactions commises par les hommes de Joseph Kabila Kabangé. Il y a deux poids, deux mesures car on ne comprend pas pourquoi les expéditions meurtrières de Denis Sassou Nguesso ne suscitent aucune indignation de la communauté internationale ! Pourquoi redoute-t-on la perspective de voir la locomotive du Congo (métaphore du développement ) se remettre sur les rails depuis l’accident politique de 1969 provoqué par le marxisme de Marien Ngouabi ? Car il faut bien que ce pays émerge réellement un jour.

Des prisonniers à n’en plus finir

Devrait-on se rendre à l’évidence que les populations du Pool sont les « Bala ban sana » (orphelins) ? Ici, on peut parler de corruption et d’anathème. En effet, L’épiscopat du Congo-Brazzaville qui a reçu un don immobilier de la part de Sassou Nguesso n’a jamais prêché la théologie de la libération chère aux églises de l’Amérique latine. Depuis sa victoire au forceps Denis Sassou Nguesso (8%) a les coudées libres. Il bombarde et tue au vu et au su de tout le monde. Foin des Droits de l’Homme. Il jette sans ménagement en prison des leaders de l’opposition. « Des prisonniers à la pelle » déplore-ton sur les réseaux sociaux. Les derniers en date sont : Augustin Kala-Kala et Igance Romain Ngambou alias Nzété. La communauté internationale observe sans broncher. « Circuler, il n’y a rien à voir » semblait avoir dit, en définitive, François Hollande à l’écrivain Alain Mabanckou.

Résistance Ninja

Face à un arsenal militaire, aussi coûteux que sophistiqué, manipulé par des experts israéliens à la solde de Sassou, c’est un véritable miracle quand les Ninja de Ntoumi arrivent à faire des morts dans les rangs de l’ennemi composés de mercenaires tchadiens, rwandais et centrafricains. Les Viet infligeaient les mêmes pertes dans les rangs yankee pendant la guerre du Vietnam. En raison de la trahison de ses propres leaders, la région du Pool est touchée au cœur de plein-fouet comme La France sous Pétain. Personne ne vient à sa rescousse. Ntoumi serait-il le Ho Chi Min local comme on le lit sur les sites, les blogs et les tweets ? Il y a quelque chose de surréaliste dans la traque de Ntoumi par Sassou. Les mystiques prédisent la débacle du général de l’Alima : il est plus facile pour ce dernier de retrouver une aiguille dans une botte de foin que de mettre la main sur le Pasteur de Soumouna. Mais soyons prosaïques, car, en vérité « paille dans une botte de foin », Ntoumi dans le Pool est partout et nulle part, comme l’Arlésienne. Il connaît la région comme sa poche. Son message à destination de Monsieur 60 % est à la fois dramatique et comique : « Viens me cherchez si j’y suis. »

Faux prophètes

Pour l’heure on assiste à des fausses doctrines religieuses clamées par des marchands du temple. Les églises de réveil qui pullulent au Congo-Brazzaville observent un mutisme coupable alors que La Bible regorgent de versets d’insoumission et de rédemption qui n’attendent que d’être prêchés dans leurs sermons quotidiens. Mais, disions-nous, le culte du veau d’or prévaut, ici, sur les commandements divins.

Qui détruit la terre gagne la guerre

Quand les Cobras arrivent dans les localités de la région, ils abattent arbres fruitiers, saccagent les potagers, tuent les animaux domestiques. « Qui a terre a guerre » écrivait H. de Balzac. Sous le prétexte de traquer Frédéric Binsamou alias Pasteur Ntoumi, l’homme d’Edou/Penda déstabilise l’écosystème de la région du Pool qui commençait à peine de se remettre d’une longue période de guerre déclenchée par le même Sassou Nguesso contre le Pasteur Ntoumi, devenu entre-temps, dans l’entre-guerre, conseiller à la présidence de la République chargé de la réparation des séquelles de guerre.

Congo-liberty.com par Benjamin BILOMBOT BITADYS