Posts Tagged ‘Mathématiques’

France-Concours d’enseignants : le nombre de candidats admissibles en forte baisse

mai 12, 2022

Les premiers résultats au Capes de mathématiques attestent d’un niveau des candidats insuffisant pour couvrir les postes ouverts dans l’Éducation nationale.

Une classe d'ecole primaire a Perpignan (illustration).
Une classe d’école primaire à Perpignan (illustration).© Clementz Michel / MAXPPP / PHOTOPQR/L’INDEPENDANT/MAXPPP

Les syndicats enseignants s’inquiètent d’une baisse du nombre de candidats admissibles aux concours de recrutement de l’Éducation nationale, notamment en mathématiques. Une situation sur laquelle le ministère se veut cependant rassurant, affirmant qu’elle a été « anticipée ».

Selon de premiers résultats au Capes externe de mathématiques, publiés cette semaine, seuls 816 candidats sont admissibles pour 1 035 postes. « C’est deux fois moins qu’en 2021 [1 706 admissibles, NDLR], alors que cette année-là, 100 postes n’avaient pas été pourvus », s’alarme le Snes-FSU, premier syndicat du second degré, pour qui « des centaines de postes de profs de maths ne seront pas pourvus en 2022 », dans une discipline où le recrutement est déjà traditionnellement difficile.

Le ministère se veut rassurant

Selon le Snalc (collège et lycée), les candidats admissibles en mathématiques ne suffisent même pas à couvrir les postes ouverts. « D’autres concours connaissent le même sort, à l’instar du CRPE (concours de recrutement des professeurs des écoles) ou du Capes d’allemand », où les admissibles ne sont que 83 pour 215 postes. Le ministère de l’Éducation nationale, lui, se veut rassurant. Il souligne que cette baisse est essentiellement due à une réforme des concours de recrutement, qui pouvaient être passés auparavant par les étudiants dès le master 1 et ont lieu désormais en master 2. Ce qui fait « mécaniquement » qu’une partie des étudiants de master 2 ont déjà réussi le concours l’an dernier.

Concernant le primaire, la situation était là aussi « prévisible et prévue ». « Les élèves auront bien des professeurs devant eux à la rentrée », y compris en mathématiques, selon Édouard Geffray, directeur général de l’enseignement scolaire (Dgesco). Pour les mathématiques, la situation inquiète d’autant plus qu’Emmanuel Macron a promis de renforcer cette discipline en ajoutant 1 h 30 d’enseignement scientifique dans le tronc commun dès la Première, une mesure qui devrait intervenir à la rentrée prochaine.

Avec Le Point avec AFP

Nigeria : Faith Odunsi, la jeune reine africaine des mathématiques, une nouvelle fois couronnée

janvier 26, 2022
Faith Odunsi lors du tournoi qui lui a permis de remporter le titre de « championne du monde de mathématiques », en mars 2021. © DR

Déjà sacrée « championne du monde de mathématiques » en Europe, en 2021, la lycéenne de 16 ans vient de remporter un nouveau concours, renforçant encore son image d’icône de l’excellence continentale.

Un trophée – un de plus – va s’ajouter à tous ceux qui ornent déjà le mur de sa chambre de jeune fille. Le 24 janvier, Faith Odunsi, lycéenne âgée de 16 ans et scolarisée à l’Ambassador College d’Otta, une ville de l’État d’Ogun située à une quarantaine de kilomètres au nord-est de Lagos, a remporté sans difficultés l’édition 2022 du concours national des Olympiades.

Organisée par le Centre national de mathématiques du Nigéria, ce concours réunit les meilleurs élèves du pays et les soumet à des tests de rapidité. Ce 24 janvier, la jeune Faith a pulvérisé la concurrence, répondant au nombre record de 19 questions en soixante secondes. La vidéo de sa performance, disponible sur internet, permet de mesurer l’exploit.

SOUVENT, ELLE FOURNIT LA SOLUTION AVANT MÊME QUE L’ANIMATEUR AIT FINI DE LIRE LA QUESTION

On y voit la jeune fille, visiblement concentrée, se faire bombarder de questions par un animateur. Il s’agit de résoudre une opération mettant en jeu des règles ou des théorèmes plus ou moins complexes, mais surtout de trouver la solution le plus rapidement possible. Et c’est dans ce domaine que la lycéenne impressionne le plus. Souvent, elle fournit la solution avant même que l’animateur ait fini de lire la question.

Logique et méticuleuse

Dans le cercle des milieux académiques nigérians, Faith Odunsi n’a rien d’une inconnue. Elle bénéficie même déjà d’une petite notoriété au sein de la communauté internationale des mathématiciens. C’est en mars 2021 qu’elle a réalisé sa plus belle performance en remportant le Global Open Mathematics Tournament, organisé au Royaume-Uni. Réunissant des jeunes venus du monde entier, cette compétition couronne chaque année un ou une « champion du monde de mathématiques », et même si l’importance de ce titre reste toute théorique, la victoire a valu à la jeune fille un véritable moment de gloire médiatique lors de son retour au Nigeria.

LE JEUNE FRÈRE DE FAITH, OLAPIDO, PARTICIPE LUI AUSSI À DES CONCOURS DU MÊME GENRE

Les chaînes de télévision ont défilé dans la classe et au domicile de la lycéenne, interrogeant camarades, professeurs et parents. Tous évoquent une élève « calme », « très logique et méticuleuse », et affichant depuis son plus jeune âge des capacités hors normes. Le jeune frère de Faith, Olapido, participe lui aussi à des concours du même genre. Et leur père, Afolabi, chirurgien, a lui-même brillé dans ces compétitions de calcul lorsqu’il était étudiant. « J’ai participé à des concours au niveau national, se souvient-il. Mais ma fille a déjà largement dépassé mon niveau. »

Fierté africaine

Cela fait plusieurs années déjà que la lycéenne dispute des compétitions mathématiques nationales, panafricaines ou internationales, et elle n’en est pas à sa première couronne nigériane de « reine des mathématiques ». Mais c’est le titre mondial décerné en 2021 au Royaume-Uni qui a provoqué le plus d’enthousiasme dans les médias du continent. Beaucoup l’ont alors érigée au rang de fierté africaine, soulignant qu’elle avait triomphé d’élèves venus des cinq continents, y compris de pays réputés pour leur excellence dans les matières scientifiques. Lors de la phase finale du concours, elle était opposée à deux garçons, l’un venu d’Indonésie et l’autre des Philippines.

L’Afrique tient-elle, avec Faith, une future scientifique de très haut niveau ? Président de l’association pour la promotion scientifique de l’Afriquele physicien et mathématicien français Vincent Rivasseau tient tout de même à relativiser la portée du titre de « championne du monde » attribué à la jeune fille. « Des concours comme celui qu’elle a remporté sont avant tout axés sur les jeunes, et il s’agit d’abord de mesurer la vitesse à laquelle ils parviennent à répondre à des questions mathématiques assez faciles », souligne-t-il. Avant d’avouer qu’il n’avait, personnellement, jamais encore entendu parler de Faith Odunsi. « Ce qui ne veut pas dire grand chose, tempère-t-il, car je ne suis absolument pas sur les réseaux sociaux ou ce genre de choses. »

L’appel de l’étranger

La « génie des maths » d’Ibuje a encore beaucoup à prouver, c’est certain. Mais en matière de maîtrise des principaux concepts mathématiques et de vivacité d’esprit, elle se situe déjà très au-dessus du niveau des adolescents de son âge. Lorsqu’on l’interroge sur son avenir, la jeune fille, sagement vêtue de l’uniforme de son lycée, évoque son intérêt pour les nouvelles technologies… Et se verrait bien poursuivre son cursus à l’étranger.

Ses parents, quant à eux, estiment que leur fille ne doit pas négliger le symbole que représentent ses succès pour son pays, et même son continent. « Elle montre de quoi les Africains sont capables, et je pense que cela doit tous nous inciter à essayer de conserver nos talents. À faire en sorte qu’ils ne quittent pas leur pays pour aller réussir ailleurs, comme c’est trop souvent le cas. Surtout pour les filles », insiste son père. Reste à savoir si Faith, qui a maintenant 16 ans et accomplit son année de terminale, écoutera leur conseil.

Avec Jeune Afrique par Olivier Marbot

Mort du géant des mathématiques John Nash dans un accident de voiture

mai 24, 2015

New York – Le géant américain des mathématiques John Nash, célèbre pour son travail sur la théorie des jeux qui lui a valu le prix Nobel d’économie en 1994, est décédé samedi avec femme dans un accident de la route sur la côte est des Etats-Unis, a-t-on appris dimanche auprès de la police.

Le scientifique âgé de 86 ans et sa femme, Alicia Nash, 82 ans, incarnés dans le film Un homme d’exception, réalisé en 2001, ont été éjectés d’un taxi dont le chauffeur avait perdu le contrôle sur une autoroute du New Jersey (est), a précisé la police.

Les passagers du taxi ont été éjectés et sont morts samedi, a indiqué à l’AFP le sergent Gregory Williams, en expliquant que le chauffeur avait perdu le contrôle du véhicule et heurté une barrière de sécurité sur le bord de l’autoroute.

John Nash et un autre mathématicien Louis Nirenberg, décrits comme deux géants du XXe siècle de la discipline, s’étaient vu attribuer le 25 mars le prix Abel de mathématiques.

Ils avaient été récompensés pour leurs contributions fondamentales et absolument remarquables à la théorie des équations aux dérivées partielles non linéaires, et à ses applications à l’analyse géométrique, selon l’Académie norvégienne des sciences et lettres.

John Nash a fait carrière à l’Université de Princeton et à l’Institut de technologie du Massachusetts (MIT).

Dans Un homme d’exception, réalisé par Ron Howard, son personnage est interprété par Russell Crowe. Le film décrit à la fois son génie mathématique et sa schizophrénie qui lui faisait imaginer un agent fédéral américain qui lui a proposé d’aider secrètement le gouvernement pour décrypter des messages d’espions russes dans la presse. Après une hospitalisation et l’aide de sa femme il parvient à contrôler ses hallucinations.

Russell Crowe s’est dit, sur Twitter, sous le choc. Mes pensées vont à John et Alicia et à leur famille. Ce fut une collaboration extraordinaire. Des esprits d’exception, de très grands coeurs, écrit-il.

Romandie.com avec(©AFP / 24 mai 2015 17h08