Posts Tagged ‘Mauricie-Centre-du-Québec’

Québec-Mauricie: Une camionnette fonce dans l’École forestière de La Tuque

septembre 20, 2021

Une camionnette de la Ville de La Tuque a percuté un mur de l’école forestière sur la rue Saint-François, lundi avant-midi. Le véhicule a fini sa course dans une classe située au sous-sol. Heureusement, les élèves qui devaient s’y trouver n’y étaient pas.

undefined

© Audrey Tremblay 

L’accident n’a fait aucun blessé. Seul le conducteur, un homme dans la cinquantaine, a dû être transporté à l’hôpital par mesure préventive.© Courtoisie

Selon la Sûreté du Québec, le conducteur pourrait avoir eu un malaise ou s’être endormi.

Avec Audrey Tremblay – Le Nouvelliste

Canada: Hospitalisations en forte augmentation en Mauricie et au Centre-du-Québec

septembre 14, 2021

Dans le bilan de la COVID-19 publié lundi, les hospitalisations liées au virus sont passées de cinq à neuf au cours de la fin de semaine. Parmi ces patients, quatre se retrouvent aux soins intensifs.

Le nombre de lits disponibles pour les patients atteints de la COVID-19 est limité et varie selon les besoins.

© Nathan Denette/The Canadian Press Le nombre de lits disponibles pour les patients atteints de la COVID-19 est limité et varie selon les besoins.

La situation inquiète le président directeur général adjoint du CIUSSS de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec. Gilles Hudon estime que le nombre de nouveaux cas n’est pas une donnée fiable puisque les gens se font moins dépister.

Le nombre d’hospitalisations est un indicateur qui est extrêmement fiable. On commence à avoir une inquiétude, je vous dirais, qui est assez relevée», affirme le directeur en entrevue à l’émission Toujours le matin.

Il répète que la majorité des lits dédiés à la COVID-19 sont occupés par des personnes qui ne sont pas vaccinées ou qui ne le sont pas adéquatement. Gilles Hudon ajoute que s’il reste un risque d’être infecté malgré la vaccination, le risque d’hospitalisation est 30 fois moins élevé.

On doit encore une fois redoubler d’ardeur dans la vigilance du respect des mesures [sanitaires]», insiste Gilles Hudon.

2000 employés non vaccinés

Alors que tout le personnel du milieu de la santé doit être doublement vacciné d’ici le 15 octobre sous peine d’être suspendu sans solde, il reste toujours environ 2000 employés du CIUSSS MCQ qui ne sont pas inoculés. Gilles Hudon se dit encore confiant que ceux-ci se feront vacciner avant la date limite.

Certains comme Linda, hygiéniste dentaire en Mauricie dont nous avons accepté de taire le nom de famille, affirment qu’ils ne le feront pas. Ça ne me tente pas de subir quelque chose de façon obligée. Je veux décider de façon éclairée», dit-elle au micro de l’émission Toujours le matin.

Cette professionnelle de la santé estime que plusieurs de ses questions demeurent sans réponse concernant le vaccin contre la COVID-19. Linda se questionne également sur son statut d’emploi. Elle se demande entre autres si la suspension sans solde prendra fin avec la levée des mesures sanitaires.

C’est mon employeur qui me suspend, donc moi je suis apte et disponible à travailler. Est-ce qu’à ce moment-là j’ai droit à l’assurance-emploi? Eux autres me mettent à pied parce que je ne réponds pas à leurs critères», ajoute-t-elle.

Linda s’inquiète de l’état du réseau après le 15 octobre alors que la pénurie de main-d’oeuvre se fait de plus en plus sentir. Elle-même songe à quitter sa profession à cause de la vaccination obligatoire.

Gilles Hudon affirme que des mesures sont prises pour que les services essentiels comme les chirurgies urgentes et les services d’obstétrique soient maintenus.

La pénurie existait déjà avant la période de COVID qui a débuté au printemps 2020. Tous les services qu’on a dû ajouter en période de COVID [ont] ajouté une pression très importante sur notre personnel», rappelle le directeur général du CIUSSS MCQ.

Il ajoute que des renforts arrivent par le biais du recrutement international. Gilles Hudon affirme que huit infirmières françaises viennent de s’établir dans la région.

By The Canadian Press 

Mauricie et au Centre-du-Québec (COVID-19): un rebond de cas à surveiller dans la région

septembre 10, 2021

La semaine avait pourtant bien débuté en ce qui concerne la tendance des nouveaux cas de COVID-19. Toutefois, les récentes données indiquent que la région vit un important rebond qui amène la santé publique à surveiller la situation de près, d’autant plus que le variant Delta est bien présent en Mauricie et au Centre-du-Québec.

Le variant Delta prend de plus en plus d'ampleur dans la région.

© Sylvain Mayer Le variant Delta prend de plus en plus d’ampleur dans la région.

Du 3 au 8 septembre, la région affichait une vingtaine de nouveaux cas par jour en moyenne, alors que le bilan dévoilé le 10 septembre fait état de 39 cas. La statistique au sujet des personnes hospitalisées se maintenait, elle aussi, autour de trois. Ce chiffre est maintenant de cinq.

«C’est une tendance à laquelle on s’attend avec la rentrée scolaire, la reprise des activités, et ça se traduit aujourd’hui (vendredi). On va voir ce qui va se passer en fin de semaine pour confirmer s’il y a une hausse. On souhaite toujours atteindre un plateau. Mais entre le début de la semaine et aujourd’hui, c’est une différence d’une vingtaine de cas», déclare la directrice régionale de la santé publique, la docteure Marie-Josée Godi.

Avoir cinq hospitalisations ne crée aucune pression sur le réseau de la santé, précise la directrice régionale de la santé publique, mais une recrudescence du nombre de cas laisse entrevoir un impact sur le nombre d’hospitalisations d’ici une dizaine de jours, d’autant plus que le variant Delta a été confirmé dans plus de 50 cas de contamination dans la région.

«Il faut voir la vitesse à laquelle il prend de la place, explique la spécialiste. Au début du mois d’août, le variant Alpha était prédominant. Depuis deux ou trois semaines, c’est le variant Delta. Ce n’est pas une surprise: on l’a vu dans d’autres régions et dans d’autres pays. Et ça crée une certaine préoccupation. Il y a environ 25 % de notre population qui n’est pas vaccinée. Ce variant touche principalement les gens qui ne sont pas vaccinés. C’est possible de voir une remontée des cas.»

Marie-Josée Godi, directrice de la santé publique en Mauricie-Centre-du-Québec.

© Stéphane Lessard Marie-Josée Godi, directrice de la santé publique en Mauricie-Centre-du-Québec.

Ce constat incite la docteure Godi à insister, une fois de plus, sur l’importance de se faire vacciner. Elle s’attend à ce que Santé Canada homologue la vaccination pour les 5-11 ans d’ici quelques semaines, ce qui entraînera le déploiement rapide de plusieurs équipes qui auront la responsabilité d’inoculer cette clientèle.

Les groupes d’âges de 18-29 ans (62,2 %) et de 30-39 ans (64,5 %) affichent toujours les plus faibles taux de vaccination complète dans la région. La mise en place du passeport vaccinal influence toutefois ces clientèles à se faire vacciner.

En outre, le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie et du Centre-du-Québec vit toujours le problème de mauvais comportement au sein de centres de vaccination de la part de personnes qui refusaient le vaccin, mais qui l’acceptent en raison de la contrainte associée au passeport vaccinal.

«Il y a des agents de sécurité pour calmer le jeu. Il y a toujours eu des agents de sécurité qui étaient là pour gérer les files d’attente. On rappelle aux gens de faire preuve de politesse et de courtoisie», indique Catherine Bergeron, agente d’information au CIUSSS régional.

Les propos désagréables prononcés à l’égard d’employés des centres de vaccination n’ont entraîné aucun départ de personnel jusqu’à maintenant.

Vaccination et accouchement

Les visiteurs des centres hospitaliers devront présenter un passeport vaccinal pour pouvoir y entrer d’ici la mi-octobre. Cette situation inquiète des conjoints non vaccinés, dont la partenaire est sur le point d’accoucher. La santé publique assure qu’elle comprend l’inquiétude des parents, mais les recommandations du ministère de la Santé et des Services sociaux en ce sens ne sont pas encore prêtes.

Il est encore trop tôt pour faire des projections concernant l’impact sur les effectifs relié à l’obligation pour le personnel de la santé d’être pleinement vacciné d’ici le 15 octobre. La direction du CIUSSS rappelle qu’il est encore temps pour des employés de recevoir les deux doses du vaccin avant cette date. «On espère que cette mesure soit prise comme une approche bienveillante pour préserver un milieu sain pour offrir des soins», déclare la docteure Godi, en soulignant que le réseau a les ressources nécessaires pour vacciner un grand nombre de personnes.

Avec Martin Lafrenière – Le Nouvelliste 

Mauricie-et-du-Centre-du-Québec: le nombre de cas actifs de COVID-19 se maintient dans la région

août 30, 2021

Le nombre de nouveaux cas de COVID-19 augmente au même rythme que les personnes se rétablissent de la maladie dans la région. C’est ce que l’on observe une fois de plus dans le dernier bilan des trois derniers jours rendu public par le CIUSSS de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec, lundi. On note toutefois plus de personnes infectées au Centre-du-Québec qu’en Mauricie.

Ce sont 83 nouveaux cas qui ont été confirmés au cours des trois derniers jours en Mauricie-Centre-du-Québec.

© STÉPHANE LESSARD Ce sont 83 nouveaux cas qui ont été confirmés au cours des trois derniers jours en Mauricie-Centre-du-Québec.

Il y a en effet 83 personnes qui ont reçu un test positif pour la période du 28 au 30 août dans la région desservie par le CIUSSS MCQ, soit 59 au Centre-du-Québec et 24 en Mauricie. C’est dans les MRC de Drummond (24) et d’Arthabaska (23) que proviennent plus de la moitié des nouvelles infections.

On en compte également onze à Trois-Rivières, sept dans la MRC de Maskinongé, sept dans la MRC de l’Érable, cinq à Shawinigan, quatre dans la MRC de Nicolet-Yamaska, un dans la MRC de Bécancour et un dans la MRC des Chenaux.

L’augmentation des trois derniers jours est toutefois compensée par 88 personnes qui ont été déclarées «rétablies» de la maladie, ce qui a permis une légère baisse de six cas actifs.

Avec 42 personnes rétablies, le nombre de cas actifs a baissé de 18 dans les trois derniers jours en Mauricie pour un total de 104. Au Centre-du-Québec, les 46 personnes rétablies n’ont pas été suffisantes pour compenser la hausse des nouveaux cas, si bien que le nombre de cas actifs a augmenté de 12 depuis trois jours et s’établit présentement à 139.[object Object]

Le taux de cas actifs par 100 000 habitants s’élève présentement à 60,8 dans le Réseau local de santé (RLS) d’Arthabaska-l’Érable et à 58,0 dans le RLS de Drummond. Celui de Trois-Rivières a quant à lui baissé à 37,5 et se situe sous la moyenne régionale de 42,5.

Le nombre d’hospitalisations demeure encore très bas dans la région. Il n’a pas bougé au cours des trois derniers jours, si bien que l’on compte toujours seulement deux personnes qui sont alitées en raison de la COVID-19 en Mauricie-Centre-du-Québec, dont une qui se trouve aux soins intensifs.

Depuis le début de la quatrième vague, à la mi-juillet, ce sont maintenant 873 cas de COVID-19 qui ont été confirmés dans la région, dont 579 en Mauricie et 294 au Centre-du-Québec.

Plus de 59 000 doses administrées depuis l’annonce du passeport vaccinal

Depuis l’annonce de l’implantation du passeport vaccinal, le 5 août dernier, ce sont 59 707 personnes qui se sont fait vacciner en Mauricie et au Centre-du-Québec. Parmi celles-ci, plus de 13 700 personnes en étaient à leur première dose et près de 46 000 ont complété leur vaccination avec une seconde dose.

C’est donc dire que depuis cette annonce, la couverture vaccinale (1 dose) en Mauricie-Centre-du-Québec a augmenté de 2,6% et la population adéquatement vaccinée (2 doses) de 8,7%.

Jusqu’à présent, le pourcentage de la population vaccinée (1 dose) s’élève à 76 % dans la région et à 84,5 % pour les 12 ans et plus. Pour ce qui est de la population adéquatement vaccinée, c’est 68,7% de la population de la région qui a reçu ses deux doses et 77,7% des 12 ans et plus.

À quelques heures de la mise en application du passeport vaccinal, qui entrera en vigueur le 1er septembre, les pourcentages de couverture (1 dose) continuent d’augmenter dans les différentes tranches d’âge, les 12-17 ans (80,4%) et les 40-49 ans (80,0%) ont franchi la barre des 80 % dans la région. Les 18-29 (71,3 %) et les 30-39 ans (72,4 %) de la Mauricie-Centre-du-Québec s’approchent quant à eux de la cible minimale de 75%.

Le dernier bilan de la vaccination fait quant à lui état de plus de 4500 doses qui ont été administrées en fin de semaine en Mauricie-Centre-du-Québec, dont 1269 premières doses et 3313 deuxièmes doses.

L’opération se poursuit dans les huit sites de vaccination avec ou sans rendez-vous. À partir de mardi, les horaires seront toutefois ajustées à la baisse. Ceux-ci seront ouverts d’une à trois journées par semaine, selon les endroits, en fonction des nouveaux horaires. Rappelons que le site de Saint-Tite fermera de façon définitive à partir de ce vendredi, à 16h.

La clinique mobile et les brigades de vaccination continueront leur travail au cours des prochains jours. L’autobus de la clinique s’arrêtera au Cégep de Drummondville, mardi de 9h à 15h, au Carrefour de Trois-Rivières-Ouest, jeudi, de 13h à 20h, au Festival de la poutine de Drummondville, vendredi, de 13h à 20h, et à la Grande Place des Bois-Francs de Victoriaville, samedi, de 9h30 à 17h.

Des brigades de vaccination feront le tour de plusieurs écoles secondaires, centres de formation professionnelle, cégeps et campus universitaires au cours des prochaines semaines afin d’intensifier la vaccination dans le cadre de la rentrée scolaire. Des équipes se déplaceront également au centre municipal de Notre-Dame-de-Montauban, vendredi, de 12h à 20h, et au camping Lac Morin de Notre-Dame-du-Mont-Carmel, samedi, de 9h à 15h.

Par  Sébastien Lacroix – Le Nouvelliste 

Canada: Le Québec devient un peu plus vert lundi

juin 21, 2021

Le Québec continue son déconfinement progressif et quatre régions passent en zone verte à compter de lundi : le Bas-Saint-Laurent, le Saguenay–Lac-Saint-Jean, la Mauricie et le Centre-du-Québec.

À la Voie Maltée, au Saguenay, la direction a décidé de cesser la vente d'alcool à 23 h, de façon à ce que les gens partent au plus tard à minuit.

© Philippe L’Heureux/Radio-Canada À la Voie Maltée, au Saguenay, la direction a décidé de cesser la vente d’alcool à 23 h, de façon à ce que les gens partent au plus tard à minuit.

Voici ce à quoi ressemble la vie en zone verte pour leurs habitants.

Rassemblements

Le nombre de personnes pouvant se réunir augmente. Désormais, un maximum de 10 personnes provenant d’adresses différentes ou les habitants de trois logements est permis dans les domiciles privés et les unités d’hébergement touristiques.

La distanciation physique et le port du masque sont fortement recommandés», peut-on lire sur le site du gouvernement du Québec.

Le nombre de personnes pouvant se réunir pour un mariage ou des funérailles demeure toutefois à 50. Les règles demeurent aussi les mêmes dans les salles de cinéma ou dans les lieux de culte où un maximum de 250 personnes peuvent être réunies.

Restaurants et bars

Dans les restaurants, le maximum de personnes pouvant s’asseoir à une même table passe également à 10 personnes ou aux habitants de trois logements. Un registre de la clientèle doit être tenu.

Les bars doivent également respecter un maximum de 10 personnes par table, mais le reste des mesures qu’ils devaient respecter en zone jaune sont maintenues :

  • 50 % de la capacité maximale prévue au permis d’alcool;
  • distance de deux mètres entre les tables;
  • les clients doivent demeurer assis à leur table;
  • pas de danse ni de chant;
  • obligation de tenir un registre des clients;
  • fermeture à 2 h du matin (la vente d’alcool doit cesser à minuit).

Sports et loisirs

À l’extérieur, les activités de sport et de loisir, y compris les cours et les entraînements guidés, sont permises à l’extérieur dans des lieux publics lorsque réalisées en groupe d’un maximum de 50 personnes», est-il écrit.

La distanciation physique doit être respectée si possible lors de la pratique d’activités physiques ou sportives, mais les contacts ou rapprochements de courte durée et peu fréquents sont permis.

À l’intérieur, le nombre de personnes maximum passe à 25.

Résidences pour aînés

Dans les résidences pour aînés, telles que les CHSLD, les ressources intermédiaires (RI) et les résidences privées pour aînés (RPA), un maximum de neuf personnes à la fois (10 personnes avec le résident) pourront se trouver avec leur proche autant à l’intérieur qu’à l’extérieur de la résidence, pourvu que la pièce ou le terrain permette de maintenir une distance de deux mètres entre chaque personne. Au palier précédent, le maximum était de cinq personnes.

Spectacles et festivals

Les mesures pour les manifestations, les établissements scolaires, le télétravail, les musées, les salles de spectacle, les bibliothèques, les spas et les camps de jour demeurent les mêmes qu’en zone jaune.

À noter cependant que, à partir du 25 juin, les festivals et les grands événements extérieurs pendant lesquels les spectateurs sont debout ou assis sans place assignée pourront se tenir.

Les ciné-parcs pourront accueillir 3500 personnes et la possibilité d’organiser des événements extérieurs sportifs et récréatifs de plus grande envergure avec la présence de spectateurs sera permise, et ce, partout au Québec. Il faudra toutefois s’assurer de respecter certaines mesures sanitaires.

Huit régions en zone verte

Avec les quatre régions qui passent au premier palier d’alerte, on compte désormais huit régions au Québec en zone verte.

Les autres régions de la province – Capitale-Nationale, Chaudière-Appalaches, Estrie, Lanaudière, Laurentides, Laval, Montérégie, Montréal et Outaouais – se trouvent toutes en zone jaune, soit le deuxième palier d’alerte.

Il n’y a plus aucun endroit dans la province qui se trouve en zone orange ou rouge.

Avec Radio-Canada par Anaïs Brasier 

Pas de livraison d’AstraZeneca pour les prochaines semaines en Mauricie-Centre-du-Québec

mai 14, 2021

Le CIUSSS-MCQ ne recevra pas de doses d’AstraZeneca au cours des prochaines semaines, a confirmé son pdg adjoint Gilles Hudon, à l’émission Toujours le matin.

La santé publique va privilégier les vaccins de Pfizer et de Moderna en Mauricie-Centre-du-Québec.

© Laurent Rigaux/Radio-Canada La santé publique va privilégier les vaccins de Pfizer et de Moderna en Mauricie-Centre-du-Québec.

J’ai le calendrier de livraison jusqu’à la mi-juin, et il n’y a aucune dose d’AstraZeneca qui est prévue pour l’instant», a-t-il précisé.

Dans un courriel, le CIUSSS-MCQ rappelle que le vaccin d’AstraZeneca ne sera plus offert comme première dose. Pour les personnes ayant reçu une première dose de ce vaccin, le même vaccin demeure recommandé pour la seconde pour le moment. Une personne pourrait préférer recevoir une dose de vaccin ARNm (Pfizer ou Moderna) comme deuxième dose, selon les doses qui seront disponibles», indique Catherine Bergeron, porte-parole au CIUSSS-MCQ.

Libérer les arénas?

Gilles Hudon a aussi affirmé à Toujours le matin que ses équipes travaillent à trouver de nouveaux endroits de vaccination, de sorte que la santé publique pourrait libérer les arénas pour les équipes sportives, qui vont entamer leur saison à la fin de l’été.

Il y a une semaine, des associations de hockey et de patinage artistique de Louiseville s’inquiétaient pour leur saison de l’automne. Elles demandaient à la santé publique de déplacer ses opérations de vaccination dans d’autres lieux.

Par CBC/Radio-Canada avec les informations de Pierre-André Cloutier