Posts Tagged ‘Mauricie’

Québec-Mauricie: La région se maintient dans des indicateurs de zone verte

juin 6, 2021

Au moment où la Mauricie-Centre-du-Québec s’apprête à basculer en zone jaune, lundi, les indicateurs démontrent toujours qu’elle se maintient aux portes de la zone verte.

Seulement un nouveau cas de COVID-19 a été confirmé en Mauricie, dimanche.

© ARCHIVES Seulement un nouveau cas de COVID-19 a été confirmé en Mauricie, dimanche.

Le bilan rendu public par le CIUSSS MCQ, dimanche, indiquait en effet que seulement cinq nouveaux cas de COVID-19 avaient été enregistrés dans la région, soit un en Mauricie et quatre au Centre-du-Québec.

Depuis l’annonce d’un passage en zone jaune plus tôt que prévu, mardi, le nombre de cas quotidiens s’est maintenu entre cinq et dix. Ce qui sera la cible à maintenir pour que la région passe en zone verte, avait précisé la directrice régionale de la santé publique, Dre Marie-Josée Godi.

Celle-ci souhaitera maintenant s’assurer que les assouplissements qui entreront en vigueur à partir de lundi n’entraîneront pas une détérioration de la situation épidémiologique au cours des deux prochaines semaines.

Le nombre de cas actifs a également continué de diminuer. Avec 10 personnes rétablies, la région compte maintenant 80 cas actifs, soit 31 en Mauricie et 49 au Centre-du-Québec. C’est une diminution constante depuis une semaine, alors que la région a passé sous la barre des 100 cas actifs, lors du bilan hebdomadaire de mercredi dernier.

Le proportion de variants est également en baisse dans la région. Dimanche, ce sont 72,5% des nouveaux cas des sept derniers jours qui avaient été testés positifs au criblage. Ce qui est sous la moyenne provinciale de 91,1%. Le total de variants confirmés par séquençage n’avait toutefois pas augmenté. On en comptait toujours un cumulatif de 95, soit 94 du Royaume-Uni et un de l’Inde.

Le nombre d’hospitalisations a connu une diminution au cours des derniers jours, alors qu’il tournait autour d’une dizaine depuis plusieurs semaines. On comptait seulement quatre personnes à l’unité COVID du CHAUR de Trois-Rivières, en fin de semaine. Il y avait toutefois deux personnes qui étaient aux soins intensifs.

Début de la deuxième dose

Pour ce qui est de la vaccination, il y a 373 429 doses qui ont été administrées en Mauricie-Centre-du-Québec selon les données rendues publicques dimanche par le gouvernement du Québec. Il s’agit d’une augmentation de près de 12 000 doses depuis le dernier bilan détaillé publié par le CIUSSS MCQ, vendredi.

Dans le but de rejoindre davantage de jeunes adultes, dont les taux de vaccination oscillaient vendredi entre 49,5% (18-29 ans), 58% (30-39 ans) et 70,1% (40-49 ans), le CIUSSS MCQ a pris des moyens pour diversifier son offre vaccinale au cours des derniers jours.

Des cliniques sans rendez-vous pour recevoir la première dose du vaccin de Pfizer ont été offertes dans les différents sites de vaccination de la région. La clinique mobile s’est aussi arrêtée au coin des Forges et Badeaux, à Trois-Rivières, vendredi, et au parc Woodhyatt, de Drummondville, samedi.

C’est à partir de cette semaine qu’il sera possible de devancer son rendez-vous pour recevoir la deuxième dose du vaccin. Le délai entre les deux doses a effectivement été réduit de 16 à 8 semaines. Comme annoncé la semaine dernière, les 80 ans et plus pourront prendre rendez-vous, lundi, sur le site de Clic Santé. Ce sera ensuite le tour des 75 ans et plus, mardi, des 70 ans et plus, mercredi, des 65 ans et plus, jeudi, et des 60 ans et plus, vendredi.

Avec Sébastien Lacroix – Le Nouvelliste

Mauricie/COVID-19: diminution des cas actifs et un nouveau décès dans la région

juin 6, 2021

La tendance se maintient dans la région, alors que le nombre de cas actifs de COVID-19 continue à diminuer. Alors que la Mauricie et le Centre-du-Québec s’apprêtent à passer en zone jaune, lundi, le CIUSSS rapporte cependant un nouveau décès lié à la pandémie.

La clinique de vaccination mobile sera à Drummondville jusqu'à 17h, samedi.

© Sylvain Mayer, Le Nouvelliste La clinique de vaccination mobile sera à Drummondville jusqu’à 17h, samedi.

Ce décès est survenu à domicile, comme la majorité des décès survenus depuis le début de la troisième vague. Il remonte au 3 juin, selon les informations disponibles sur le site internet du CIUSSS de la Mauricie et du Centre-du-Québec. Il s’agit du 15e décès depuis le début de la troisième vague et du 531e depuis le début de la pandémie, l’an dernier, dans la région.

Malgré cette ombre au tableau, la diminution du nombre de cas actifs s’est poursuivie, samedi. On ne compte plus que 85 cas actifs dans la région, soit 10 de moins que la veille. La Mauricie compte donc désormais 32 cas actifs et le Centre-du-Québec, 53.

Quant aux nouveaux cas de COVID-19, ils étaient au nombre de 10, dans le bilan publié samedi par le CIUSSS. On en recense quatre à Trois-Rivières, quatre dans la MRC de Drummond et deux dans la MRC d’Arthabaska.

On compte par ailleurs une hospitalisation de moins que vendredi, pour un total de quatre. Deux des personnes hospitalisées sont toujours aux soins intensifs. Dix-neuf personnes de plus sont considérées comme rétablies.

Jusqu’à présent, 367 797 doses de vaccin contre la COVID-19 ont été distribuées dans la région. Après avoir passé l’après-midi et la soirée de vendredi à Trois-Rivières, la clinique de vaccination mobile du CIUSSS a passé la journée à Drummondville, samedi. Vendredi, près de la moitié des 200 doses disponibles a été écoulée à Trois-Rivières, selon le CIUSSS. La clinique mobile sera de retour à Trois-Rivières, de midi à 20h.

La vaccination mobile, sans rendez-vous, est une des manières par lesquelles le CIUSSS espère rejoindre davantage de jeunes, puisque la couverture vaccinale chez les 18 à 39 ans est encore très faible à son goût.

En plus de la clinique mobile, la vaccination sans rendez-vous pour une première dose se poursuivra dimanche pour les personnes de 12 ans et plus, dans les centres de vaccination de Shawinigan (Aréna Gilles Bourassa), de 8h30 à 15h30, et à Victoriaville (Complexe sportif Sani Marc), de 8h30 à 16h.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site du CIUSSS MCQ.

Rappelons qu’à partir de lundi, les personnes âgées de 85 ans et plus pourront devancer leur rendez-vous pour obtenir une seconde dose. Mardi, ce sera au tour des personnes de 80 ans et plus, mercredi, à celles de 75 ans et plus, et ainsi de suite, jusqu’au 23 juin. À ce moment-là, toutes les personnes de 18 ans et plus pourront devancer leur rendez-vous.

La campagne de vaccination en milieu scolaire devrait par ailleurs débuter au cours de la semaine prochaine.  

Avec  Matthieu Max-Gessler – Le Nouvelliste 

Canada-Québec: Un réseau de trafic de stupéfiants démantelé en Mauricie

juin 3, 2021

Un réseau de trafic de stupéfiants qui opérait dans les secteurs de Trois-Rivières et Shawinigan a été démantelé tôt jeudi matin par l’Escouade régionale mixte (ERM) Mauricie qui a procédé à des perquisitions et des arrestations en la matière. Résultat de l’opération d’envergure, 40 perquisitions, ainsi que 12 arrestations de personnes qui seraient impliquées dans un réseau de trafic de stupéfiants ont été effectuées.

40 perquisitions et 12 arrestations ont été effectuées tôt jeudi matin afin de démanteler un réseau de trafic de stupéfiants, notamment sur le boulevard Sainte-Madeleine, dans le secteur Cap-de-la-Madeleine.

© François Gervais 40 perquisitions et 12 arrestations ont été effectuées tôt jeudi matin afin de démanteler un réseau de trafic de stupéfiants, notamment sur le boulevard Sainte-Madeleine, dans le secteur Cap-de-la-Madeleine.

L’opération qui a mobilisé 150 policiers de différentes unités de la Sûreté du Québec et de la Direction de la police de Trois-Rivières s’est déroulée dans les secteurs de Trois-Rivières, Shawinigan, Saint-Tite, Saint-Boniface et Batiscan.

Selon La Presse, la résidence du Hells Angels de Trois-Rivières, René Monfette, à Saint-Boniface, et celle de l’aspirant membre Jean-Claude Binet, à Trois-Rivières, font partie des habitations visitées par les policiers. L’arrestation des deux motards ne serait toutefois pas prévue.

Il s’agit d’une opération majeure qui fait suite à une perquisition qui avait été réalisée en février 2021. À ce moment, plusieurs éléments de preuve avaient été saisis.

Cependant, cette vaste opération de démantèlement survenue jeudi matin découle d’une enquête amorcée en 2019 grâce à des informations du public.

Un poste de commandement a été érigé jeudi sur la rue P.-Dizy-Montplaisir, dans le secteur Cap-de-la-Madeleine.

© François Gervais Un poste de commandement a été érigé jeudi sur la rue P.-Dizy-Montplaisir, dans le secteur Cap-de-la-Madeleine.

Selon les informations obtenues en matinée jeudi, le réseau semblait opérer avec un modus operandi bien précis.

«Concernant le trafic de stupéfiants, on parle de trafic lié à certaines drogues et pour conserver l’exclusivité du trafic et du territoire, les têtes dirigeantes remettaient une taxe à un prospect des Hells Angels et lui la remettait ensuite à un membre en règle du chapitre de Trois-Rivières», explique la porte-parole de la SQ, Catherine Bernard.

À cet effet, bien que l’Escouade régionale mixte Mauricie procède régulièrement à des perquisitions en matière de stupéfiants, la sergente Bernard confirme qu’une opération d’une telle ampleur est somme tout assez rare dans la région.

«C’est en effet une opération d’une bonne ampleur pour la région, étant donné que les opérations du réseau se déroulaient spécifiquement à Trois-Rivières et Shawinigan et surtout qu’ils avaient l’exclusivité du territoire.»

Les perquisitions du jour qui se sont somme toute bien déroulées dans le contexte visent entre autres la consolidation de la preuve et la saisie d’éléments utiles à démontrer l’implication de ces suspects dans une organisation criminelle.

La Sûreté du Québec mentionne que toutes les personnes concernées ont été arrêtées lors de l’opération matinale.

Un bilan complet de l’opération sera d’ailleurs transmis par la SQ en fin de journée, jeudi.

Toute information sur des actes criminels ou des événements suspects peut être communiquée à la Centrale de l’information criminelle de la Sûreté du Québec au 1 800 659-4264.

Avec Le Nouvelliste par Amélie Houle

Maurice, Centre-du-Québec et Trois-Rivières: Très bientôt en jaune?

mai 29, 2021

Malgré quelques petits soubresauts qui ont fait craindre de nouvelles flambées de la pandémie, la Mauricie et le Centre-du-Québec connaissent depuis plusieurs semaines une baisse du nombre moyen de nouveaux cas quotidiens. Si bien qu’en ce début de déconfinement, la région a toutes les chances de passer au palier d’alerte jaune avant l’objectif du 14 juin fixé par Québec, estime la directrice régionale de la Santé publique, la Dre Marie-Josée Godi.

«La tendance est favorable en ce sens. La courbe est à la baisse. C’est très positif comme données et évolution», affirme-t-elle.

«Nous espérons vraiment que le changement de palier puisse se faire avant le 14 juin, si cette baisse se poursuit ou se maintien. Je crois que la région sera favorable à passer à un autre palier, car nous sommes à l’orange depuis longtemps.»

Au cours des dernières semaines, la population de la région a su rapidement s’adapter, croit la Dre Godi, lorsque le nombre de nouveaux cas était en progression d’abord au Centre-du-Québec puis en Mauricie.

«Les messages qui ont été adressés à la population ont quand même été bien reçus. Il faut se rappeler que oui nous avons eu des données plus préoccupantes, mais la région est tout de même restée au palier orange pendant plus de dix semaines. Nous avons évité à notre région le yoyo», indique la directrice régionale de la Santé publique.

La directrice régionale de la Santé publique, la Dre Marie-Josée Godi.

© FRANÇOIS GERVAIS La directrice régionale de la Santé publique, la Dre Marie-Josée Godi.

«L’objectif d’aller vers un retour un peu à la période précovid fait en sorte que la population collabore. Et on espère que ça va se poursuivre.»

Vendredi, le bilan quotidien de la Santé publique régionale rapportait 16 nouveaux cas de COVID-19 dans la région, dont 4 en Mauricie et 12 au Centre-du-Québec. Les territoires les plus touchés sont la MRC de Drummond (7), la MRC d’Arthabaska (5) et Trois-Rivières (3). Le nombre de cas actifs dans la région poursuit donc sa diminution, pour s’établir à 180.[object Object]

Le nombre d’hospitalisations demeure stable avec 12. De ce nombre, trois personnes sont admises aux soins intensifs.

Un déconfinement progressif

Tout le Québec a entrepris une étape importante dans son déconfinement vendredi, avec la fin du couvre-feu et la possibilité de se réunir à huit personnes (ou les occupants de deux résidences) à l’extérieur.

«La prudence et le fait d’y aller progressivement sont bénéfiques pour tous. Ce n’est pas comme une liberté qu’on va nous enlever du jour au lendemain», indique la Dre Godi qui souhaite que la population respecte ce plan progressif de déconfinement proposé par la Santé publique.

«S’il y a une remontée des cas, c’est un retour en arrière et on ne le souhaite pas. Malgré le déconfinement, on peut se retrouver à devoir encore refermer. Mais ce n’est vraiment pas ce que nous souhaitons tous.»

© Infographie Le Nouvelliste

Les stades et les grandes salles intérieures ont aussi la possibilité de faire plusieurs zones de 250 personnes et d’accueillir un maximum de 2500 personnes.

Si la région atteint la zone jaune prochainement, les occupants de deux résidences pourront se voir à l’intérieur. À condition qu’ils portent un masque et qu’ils respectent la distanciation. De plus, le télétravail obligatoire prendra fin.

De nombreux jeunes se rendent ces jours-ci dans les centres de vaccination, comme celui de la Bâtisse industrielle de Trois-Rivières.

© STÉPHANE LESSARD De nombreux jeunes se rendent ces jours-ci dans les centres de vaccination, comme celui de la Bâtisse industrielle de Trois-Rivières.

Vaccination: le cap des 60 % atteint ce week-end

Vendredi, 58,7 % de la population de la région avait reçu sa première dose de vaccin. Considérant les rendez-vous du week-end, le cap des 60 % devrait être franchi. Et à la lumière des données obtenues par Le Nouvelliste, les effets de la vaccination pour contrer la propagation du coronavirus dans la région sont probants. Les personnes vaccinées sont sous-représentées dans les statistiques de nouveaux cas d’infection.

En effet, sur les 293 078 personnes qui avaient eu une première dose jeudi, seulement 404 personnes ont contracté la COVID-19, selon les données transmises par le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie et du Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ). Cela signifie donc que seulement 0,13 % des personnes vaccinées ont été infectées.

Plus précisément, 267 personnes, soit 0,11 % des personnes vaccinées dans la région, ont contracté la COVID-19 moins de 21 jours après avoir reçu le vaccin. Sur ces 267 personnes, 20 ont dû être hospitalisées et trois de celles-ci ont succombé à la maladie.

«La protection n’était soit pas optimale ou bien les personnes avaient déjà la COVID-19 lorsqu’ils ont passé le test de dépistage. Chez une personne plus âgée, ça peut prendre quatre semaines avant de développer une certaine protection», explique la Dre Godi.

De plus, 137 personnes (0,05 %) ont eu la COVID-19 plus de 22 jours après avoir été vaccinées. De ce nombre, 15 personnes ont été hospitalisées et quatre d’entre elles sont mortes. Ces personnes avaient plusieurs facteurs de risques, note CIUSSS MCQ.

«La première dose n’offre pas une protection totale. De plus, on constate que la première dose offre une protection qui varie en fonction de l’âge de la personne», précise la directrice régionale de la Santé publique qui rappelle l’importance des deux doses des vaccins.

On apprenait cette semaine que les personnes qui ont reçu une première dose du vaccin d’AstraZeneca avant le 3 avril pourront dès samedi recevoir leur seconde dose lors de journée de vaccination sans rendez-vous à la Bâtisse industrielle de Trois-Rivières, à l’aréna Gilles-Bourassa de Shawinigan, au Centrexpo Cogeco de Drummondville et au Complexe sportif Sani Marc de Victoriaville.

Les horaires précis des centres de vaccination sont affichés sur le site internet du CIUSSS MCQ. Un peu plus de 3600 doses d’AstraZeneca sont disponibles dans la région.

Ceux qui ont reçu une première dose d’AstraZeneca et qui préfèrent recevoir une dose d’un vaccin ARNm de Pfizer ou de Moderna pourront le faire. Ils doivent toutefois attendre les 112 jours initialement prévus.

© Infographie Le Nouvelliste

Une 1re clinique de vaccination mobile en Mauricie et au Centre-du-Québec

mai 18, 2021

Une clinique de vaccination contre la COVID-19 sillonnera le territoire de la Mauricie et du Centre-du-Québec. Les autorités régionales de la santé dévoilent cet avant-midi le véhicule choisi pour cette première clinique de vaccination mobile dans la région sociosanitaire.

Archives

© CBC/Evan Mitsui Archives

Il s’agit d’un modèle créé en collaboration avec nos partenaires, notamment la société Kruger et l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR)», indique le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ) par voie de communiqué.

La clinique de vaccination mobile permettra d’offrir de la vaccination de proximité dans plusieurs milieux», ajoute le CIUSSS MCQ. 

Le dévoilement de cette clinique a lieu à l’usine Kruger Wayagamack, près de l’île Saint-Quentin, à Trois-Rivières.

Avec CBC/Radio-Canada 

Québec/COVID-19 : le nombre de cas repart à la hausse en Mauricie

mai 9, 2021

Le nombre de nouveaux cas de COVID-19 est reparti quelque peu à la hausse en Mauricie, dimanche. Contrairement aux dernières semaines, la différence était effectivement moins importante qu’avec le Centre-du-Québec.

La Mauricie a enregistré 18 nouveaux cas, dimanche, dont 10 à Trois-Rivières.

© STÉPHANE LESSARD La Mauricie a enregistré 18 nouveaux cas, dimanche, dont 10 à Trois-Rivières.

Sur les 44 nouveaux cas confirmés par le CIUSSS de la Mauricie-Centre-du-Québec, dimanche, la Mauricie en comptait effectivement 18 contre 26 pour le Centre-du-Québec.

Une tendance qui s’observe depuis quelques jours en Mauricie, avec 11 cas samedi et 15 vendredi, alors que la région avait été sous-représentée pendant plusieurs jours dans les bilans de la santé publique.

C’est tout de même la MRC de Drummond qui était la plus problématique, dimanche, avec 15 nouvelles infections. Dans les MRC d’Arthabaska et de l’Érable, où la situation est considérée comme étant «préoccupante», le CIUSSS MCQ a recensé respectivement sept et trois nouveaux cas.

Les autres nouveaux cas de COVID-19 confirmés dimanche étaient répartis à Trois-Rivières (10), dans la MRC de Maskinongé (6), des Chenaux (2) et de Bécancour (1).

Avec 55 nouvelles guérisons, le nombre de cas actifs est reparti à la baisse dans la région et s’établissait à 357, dimanche. Le nombre de cas actifs en Mauricie a toutefois continué de grimper (+14) et il était de 76, dimanche. Au Centre-du-Québec, le nombre de cas actifs a diminué de 25 pour un total de 281.

La différence est toujours importante entre les deux, mais l’écart est moins grand qu’il y a environ une semaine alors qu’il y avait près de six fois plus de cas actifs au Centre-du-Québec qu’en Mauricie. On en compte désormais 3,7 fois plus au sud de la région.

La région n’a pas enregistré de nouveaux cas de variants sous surveillance rehaussée par séquençage. On en comptait toujours 39 de souche britannique en Mauricie-Centre-du-Québec selon les données rendues publiques par l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), dimanche avant-midi. Le taux de positivité au criblage indique que plus de 9 cas sur 10 ont été des variants au cours des sept derniers jours.

Le nombre d’hospitalisations a été légèrement en hausse, dimanche, alors que le CIUSSS MCQ rapportait trois patients de plus à l’unité COVID du CHAUR de Trois-Rivières. Il y avait effectivement douze patients pris en charge, dont quatre aux soins intensifs.

Enfin, dans la nuit de samedi à dimanche, la police de Trois-Rivières indique avoir remis 18 constats d’infraction en lien avec les restrictions liées à la COVID-19, dont cinq pour le non-respect du couvre-feu. Les policiers sont aussi intervenus à deux endroits pour des rassemblements. À l’un d’entre eux, il y avait huit mineurs qui s’étaient réunis et à l’autre il y avait cinq adultes.

Près de 10 000 doses en deux jours

La vaccination a continué de s’accélérer en fin de semaine. Le nombre de doses administrées en Mauricie-Centre-du-Québec s’élevait à 235 979, dimanche en fin d’avant-midi, selon les données publiées par le gouvernement du Québec.

Ce sont 9855 doses de plus que dans le dernier bilan rendu public par le CIUSSS MCQ, vendredi, qui comprend le nombre de deuxièmes doses qui ont été administrées et le pourcentage de la population de la région qui a reçu au moins une dose. Ces données ne sont pas mises à jour durant la fin de semaine.

Rappelons que depuis vendredi, les 35-39 ans peuvent d’inscrire pour prendre rendez-vous pour se faire vacciner. Au cours de la prochaine semaine, trois nouveaux groupes d’âge vont s’ajouter. Il s’agit de 30-34 ans, lundi, des 25-29 ans, mercredi, et de 18-24 ans, vendredi.

Avec Sébastien Lacroix – Le Nouvelliste

Les vignobles d’ici s’épanouissent malgré le gel et la pandémie

avril 24, 2021

Le gel et la neige qui se sont abattus sur la région, au cours des derniers jours, n’ont pas eu d’effet dramatique sur les vignobles de la Mauricie et du Centre-du-Québec comme ce fut récemment le cas en Estrie et en France.

Les ventes des vins régionaux ont connu du succès depuis le début de la pandémie.

© LA PRESSE Les ventes des vins régionaux ont connu du succès depuis le début de la pandémie.

Comme l’explique Dany Bergeron du Vignoble Prémont, à Sainte-Angèle-de-Prémont, c’est que les vignes «n’ont pas encore débourré. Elles sont encore en dormance.» Elles en sont toujours à un stade de développement qui leur permet de tolérer environ — 6⁰C, ajoute Luc Beauchemin du Vignoble et Domaine Beauchemin de Yamachiche.

Dany Bergeron estime que le coup de chaleur inhabituel qui est survenu il y a environ deux semaines a eu quelque chose de positif. «On a pu démarrer plut tôt les travaux de viticulture. On aime ça», dit-il.

Luc Beauchemin était toutefois soulagé, lui, de voir les conditions plus normales du mois d’avril revenir à la charge, dans les derniers jours. «Ça allait trop vite», dit-il en parlant de la hausse précédente des températures parce qu’en mai, «on a souvent un gel», rappelle-t-il. «Ça, ça me fait beaucoup plus peur que des –3⁰C, ou –4⁰C à ce temps-ci», assure-t-il.

Si pareil gel était survenu en mai, ça aurait été une tout autre chose pour les vignes. Et ça arrive, malheureusement. Au mois de mai, durant la période de la peine lune, «si le ciel est découvert, on a des risques de gel au sol», indique M. Beauchemin.

Les vignobles de la région n’ont pas souffert non plus de la pandémie si l’on en croit Daniel Harrisson du Vignoble du Clos de l’Isle, à Bécancour. La dernière année a été une bonne année, affirme celui qui prévoit encore une saison fructueuse. «On est en train de faire la taille. Le bois est très, très beau. On prévoit une grosse saison, cette année. Le vin sera au rendez-vous. Il n’y a pas de problème», assure celui qui a gagné de nombreux prix à la Coupe des Nations.

À cause de la pandémie, «les gens voyagent au Québec», rappelle-t-il. «Nous avons eu une excellente année», dit-il.

Le Vignoble Prémont et le Clos de l’Isle sont tous deux membres de Terego (anciennement Terroir en VR). L’organisme recrute des emplacements exceptionnels, comme les vignobles par exemple, afin de permettre à ses membres d’aller y faire du camping. Du même coup, «ils sont invités à acheter nos produits», raconte M. Harrisson.

«L’an passé, on a eu des campeurs presque tous les soirs», dit-il en précisant que trois emplacements, dans son domaine, ont été réservés à cette fin. «La première année, ça a été assez tranquille, mais l’an dernier, avec la COVID, les gens ont acheté des campeurs et voyagent beaucoup au Québec», constate-t-il.

Les voyageurs en VR qui ont visité le Domaine du Clos de l’Isle ont confié qu’ils étaient portés à aller aux États-Unis, habituellement, mais qu’ils se réjouissaient maintenant de découvrir le Québec.

Le Domaine Beauchemin, lui, n’est pas ouvert au public. Toutes ses bouteilles sont vendues dans les restaurants et dans les épiceries spécialisées. Dans son cas, les périodes de confinement qui ont forcé la fermeture des restaurants ont affecté un peu plus son entreprise par rapport à d’autres vignobles. «Toutefois, nous sommes dans des épiceries spécialisées et ça continue de bien fonctionner. En 2019, on avait fini les ventes à la mi-octobre. Nous produisons à peu près 10 000 bouteilles. En 2020, ça a été au 1er novembre», précise-t-il.

L’autorisation gouvernementale, en 2016, de vendre leurs vins produits au Québec dans les épiceries avait déjà été bénéfique pour les vignobles. La pandémie, elle, semble avoir donné un coup de pouce supplémentaire, selon Daniel Harrisson. «Depuis l’an passé, on a vu une augmentation d’environ 70 % des ventes en épicerie», constate-t-il. «On n’a pas besoin d’aller vers les épiceries, c’est elles qui nous contactent pour pouvoir vendre notre vin.»

On ne parle pas d’une bouteille de temps en temps, précise-t-il. Certains de ces commerces, notamment à Trois-Rivières, «répètent de grosses commandes de vin aux 4 à 6 semaines», constate-t-il.

Selon lui, la pandémie a «beaucoup aidé» à faire connaître au Québec les vins produits ici.

Le Vignoble Prémont écoule également une partie de sa production dans les épiceries de la région. Récemment, M. Bergeron a été approché par des commerces d’alimentation des Laurentides. Chez lui aussi, la pandémie a créé un accroissement des ventes surtout parce que les vignobles, classés parmi les commerces essentiels, faisaient partie des très rares endroits agrotouristiques encore accessibles.

M. Harrisson rappelle que «sur la scène internationale, les vins du Québec compétitionnent avec les plus grands vins de partout sur la planète.» C’est le cas tout particulièrement du côté des vins blancs, précise-t-il. Du côté des vins rouges, «il ne faut pas s’attendre à des vins extrêmement corsés, mais dans les vins semi-corsés et corsés, on a des produits excellents», assure-t-il.

Luc Beauchemin s’est fait lui aussi dire par des connaisseurs européens que les vins québécois se sont énormément améliorés depuis dix ans. «Des Suisses ont comparé, dans le blanc, les vins que je fais ici à ce qu’ils font là-bas», souligne-t-il.

Avec  Brigitte Trahan – Le Nouvelliste 

Mauricie et au Centre-du-Québec: Une semaine déterminante pour éviter de basculer en zone rouge

avril 18, 2021

La région reviendra-t-elle en zone rouge? La question est sur toutes les lèvres depuis que le nombre de cas est reparti à la hausse au cours des derniers jours en Mauricie et au Centre-du-Québec atteignant la moyenne des 50 cas quotidiens. Pendant ce temps, le casse-tête se poursuit dans les écoles qui doivent composer avec des cas de variants.

 Ce sont 31 nouveaux cas de COVID-19 qui ont été enregistrés, dimanche, en Mauricie et au Centre-du-Québec.

© undefined Ce sont 31 nouveaux cas de COVID-19 qui ont été enregistrés, dimanche, en Mauricie et au Centre-du-Québec.

Le nombre d’hospitalisations sera également à surveiller, alors que celui-ci a doublé au cours des derniers jours, passant d’une dizaine à une vingtaine de patients traités pour la COVID-19. Avec les nouveaux cas qui se sont ajoutés au cours de la dernière semaine, les prochains jours devraient être déterminants à ce chapitre puisqu’il faut généralement un certain temps avant que les gens se retrouvent à l’hôpital.

«Si ça continue comme ça, on n’aura pas le choix, mais si les gens font attention et que le nombre de cas freine, on devrait être correct», croit le Dr Frédéric Picotte, un médecin de famille qui fait également de l’urgence, à Shawinigan, et qui fait partie des personnalités et des experts de la région qui se sont joints à la campagne «Comptez-sur moi» pour encourager la vaccination.

«Par contre, si on continue de se voir et qu’on suit plus ou moins les mesures parce qu’on est fatigué, on risque de voir le nombre d’hospitalisations augmenter de manière proportionnelle, c’est mathématique, continue-t-il. C’est vraiment au cours de la prochaine semaine que l’on va voir si ça augmente encore. Elle sera déterminante pour savoir si on se ramasse en zone rouge.»

«On voit ce qui se passe en Ontario et à Québec. On sait que quand le nombre de variants prédomine, le nombre de cas augmente. C’est un signe pour nous en Mauricie qu’il faut continuer d’appuyer les mesures, le temps qu’on vaccine le plus grand nombre de personnes, poursuit-il. Notre meilleure protection pour prévenir un nouveau variant encore plus contagieux, c’est la vaccination.»

Celui-ci se réjouit d’ailleurs de l’engouement que l’on a pu observer au cours des dernières semaines pour la vaccination, notamment avec les files d’attente que l’on a pu voir un peu partout dans la région pour recevoir une première dose d’AstraZeneca.

«Ce qui me motive beaucoup, ce sont les données scientifiques. C’est de voir que les pays qui ont mis ça à l’avant-plan et qui ont réussi à vacciner massivement leur population, ils n’ont pas eu de troisième vague. Si on regarde l’Angleterre, on voit dans les chiffres que ça fait une grosse différence, rappelle-t-il. C’est la meilleure façon de retrouver notre liberté et j’ai bien hâte que l’on retrouve une vie normale. Oui c’est important de continuer d’appliquer les mesures en attendant, mais c’est le vaccin qui va faire une différence.»

Deux fois moins de cas que la veille dans la région

Il y avait d’ailleurs quelques nouvelles encourageantes en ce qui concerne le portrait de la COVID-19 en Mauricie et au Centre-du-Québec, dimanche, alors que le nombre de nouveaux cas déclarés était deux fois moins élevé que la veille et que les hospitalisations étaient reparties à la baisse. 

Après plusieurs journées avec un nombre de cas qui demeurait élevé, le CIUSSS de la Mauricie et du Centre-du-Québec a en effet déclaré 31 nouveaux cas, dimanche, soit 17 en Mauricie et 14 au Centre-du-Québec. Les nouveaux cas étaient répartis entre Drummond (5), Arthabaska (5), Shawinigan (5), Trois-Rivières (4), Maskinongé (3), Mékinac (3), des Chenaux (2), Nicolet-Yamaska (2), Bécancour (1) et L’Érable (1).[object Object]

Avec 30 nouvelles personnes qui se sont rétablies de la maladie, c’est seulement un cas actif de plus qui s’est ajouté pour un total de 370, soit 161 en Mauricie et 209 au Centre-du-Québec. La tendance de la dernière semaine avait tout de même eu une incidence sur le taux de cas actifs qui s’élève à 70,9 par 100 000 habitants. Ce qui se rapproche de l’Estrie (75,9) et du Saguenay-Lac-Saint-Jean (79,0).

Pour ce qui est des hospitalisations, on comptait 17 personnes hospitalisées, dont seulement deux se trouvaient aux soins intensifs. C’est une baisse marquée par rapport à vendredi, alors que sept patients occupaient l’un des dix lits disponibles aux soins intensifs du CHAUR de Trois-Rivières.

Le nombre de variants est toutefois beaucoup plus élevé que la veille. Ce sont en effet 404 cas présomptifs qui avaient été déclarés positifs au criblage dans la région, dimanche, ce qui représente une augmentation de 60 par rapport à samedi. Le nombre de cas confirmés comme étant de la souche britannique demeurait toutefois toujours à six, selon les données de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ).

Pour ce qui est de la vaccination, ce sont 141 499 doses qui ont été administrées en Mauricie et au Centre-du-Québec. C’est 3517 de plus que ce qui avait été déclaré, la veille, sur le site du gouvernement du Québec.

Rappelons qu’après une pause, en fin de semaine, la vaccination sans rendez-vous avec les doses d’AstraZeneca reprendra lundi. Des cliniques auront lieu à Sainte-Tite, de 8h30 à 16h, et à Nicolet, de 12h à 19h.

Par ailleurs, pour une deuxième nuit consécutive, la police de Trois-Rivières indiquait ne pas avoir remis de constat d’infraction en lien avec le non-respect du couvre-feu, dans la nuit de samedi à dimanche.

Des cas de variants à la Riveraine

Le centre de services scolaire de la Riveraine a également fait savoir, dimanche, que des cas de variants dans certains établissements entraînent la rupture de certains parcours du transport scolaire pour une période indéterminée.

Le CSS rapporte un cas de variant à l’école primaire Jean-XXIII, à Saint-Wenceslas, ce qui implique l’isolement à la maison d’un groupe classe et de plusieurs membres du personnel jusqu’au 28 avril. Cela occasionne aussi la fermeture du service de garde pour une période indéterminée en raison d’un manque de personnel.

Un cas de variant à l’école secondaire la Découverte, à Saint-Léonard-d’Aston, oblige aussi la fermeture de tous les groupes du premier cycle (1re et 2e secondaire) du 19 au 30 avril inclusivement. 

Il y a aussi les élèves de 5e secondaire du Séminaire Saint-Joseph qui devront faire l’école à distance jusqu’au 30 avril. Selon ce qu’indiquait Radio-Canada Mauricie, dimanche, neuf enseignants doivent se placer en isolement après avoir été en contact avec un élève ayant contracté la COVID-19.

Avec  Sébastien Lacroix – Le Nouvelliste 

Canada-Québec: Une 4e école ferme ses portes en raison des variants en Mauricie

avril 12, 2021

L’École secondaire des Chutes, à Shawinigan, sera fermée jusqu’au 22 avril en raison de la présence de deux cas de variants. Les élèves devront donc suivre tous leurs cours en ligne.

Archives

© /iStock Archives

Environ 750 élèves fréquentent cet établissement, selon le site Internet du Centre de services scolaire de l’Énergie.

«Nous savons maintenant que 2 cas positifs du COVID reliés à un variant ont été identifiés à notre école», a indiqué dimanche la direction de l’école sur sa page Facebook. Il s’agit d’un élève et d’un membre du personnel.

Comme il y a présence d’un variant, 40 élèves et 14 membres du personnel, majoritairement des enseignants, sont donc en isolement préventif.

160 périodes d’enseignement et de surveillance auraient été à combler en l’absence d’autant d’employés. La direction n’a donc eu d’autre choix que de suspendre l’enseignement en présentiel.

Les élèves peuvent aller récupérer leurs effets personnels lundi, à l’exception de ceux qui se trouvent dans les groupes visés par les cas et qui seront contactés par la direction à ce sujet.

Trois autres écoles du Centre de services scolaire de l’Énergie sont déjà fermées en raison du grand nombre de personnes en retrait préventif, ce qui nuit au fonctionnement des établissements scolaires.

Il s’agit de l’École secondaire Paul-Le Jeune et de l’École primaire La Providence, toutes deux situées à Saint-Tite, ainsi que de l’École du Rocher à Shawinigan où les élèves font l’école à distance.

Au Centre de services scolaire du Chemin-du-Roy, neuf classes sont fermées dans six écoles différentes.

Par  CBC/Radio-Canada avec des informations de Jacob Côté

Mauricie/Trois-Rivières: Malgré une hausse du dépistage, le nombre de cas demeure bas dans la région

mars 29, 2021

Malgré les augmentations de cas un peu partout dans la province et les déclarations du ministre de la Santé à l’effet que la troisième vague est bel et bien commencée, la Mauricie et le Centre-du-Québec affichent encore un bon bilan lundi, et ce, malgré le fait qu’on enregistre une recrudescence du dépistage.

Environ 1600 à 1700 tests de dépistage se font chaque jour dans la région depuis environ deux semaines.

© FRANÇOIS GERVAIS Environ 1600 à 1700 tests de dépistage se font chaque jour dans la région depuis environ deux semaines.

Ce sont en effet seulement 11 nouveaux cas de COVID-19 qui ont été déclarés par la Santé publique dans la région. De ce nombre, on en compte neuf au Centre-du-Québec, dont cinq dans la MRC d’Arthabaska, et seulement deux en Mauricie.

Avec huit personnes qui se sont rétablies dans la région, le nombre de cas actifs est toujours quelque peu à la hausse (+3). On en compte 60 en Mauricie et 112 au Centre-du-Québec, selon le dernier bilan du CIUSSS MCQ. Le taux de cas actifs par 100 000 habitants de la région (28,2) est toujours l’un des plus bas parmi celles qui sont en zone orange.

Pour ce qui est des variants, se sont six autres cas présomptifs qui se sont ajoutés en Mauricie-Centre-du-Québec, lundi, pour un total de 63 qui ont été positifs au criblage. Un seul est toujours confirmé comme étant de souche britannique. «La menace est réelle. C’est quelque chose qui pourrait faire rapidement changer le portrait de notre région», rappelle l’agente d’information du CIUSSS MCQ, Kellie Forand.

La région est toutefois l’une des moins touchées par les variants actuellement avec un taux de 12,0 par 100 000 habitants. Une situation qui peut s’expliquer par le fait qu’au moment où ils sont apparus, la transmission communautaire avait diminué dans la région.

Celle-ci est toujours faible dans la région, puisque le taux de positivité des tests de dépistage se situe à environ 1%. Ce qui est très bas par rapport à ce qui avait été enregistré au cours des derniers mois, alors qu’il avait monté jusqu’à 9%, en janvier, avant de redescendre autour de 3% à 4% dans les semaines précédent le passage en zone orange.

La menace des variants a possiblement fait en sorte d’inciter les gens à se faire dépister dans la région puisque le CIUSSS observe une hausse du nombre de tests au cours des derniers jours. Lundi, ce sont 100% des rendez-vous disponibles qui avaient d’ailleurs été comblés à la clinique de Trois-Rivières. Depuis environ deux semaines, il se fait environ 1600 à 1700 tests par jour dans la région, alors que le nombre avait redescendu à environ 1200.

Pour ce qui est du nombre d’hospitalisations, il demeure toujours bas dans la région. On comptait sept patients, lundi, soit une hausse de deux personnes qui ont été admises à l’unité COVID du CHAUR de Trois-Rivières. Une seule se trouvait aux soins intensifs.

Vaccination: encore un bon rythme

D’ici dimanche prochain, ce sont plus de 15 000 personnes qui auront été vaccinées en Mauricie et au Centre-du-Québec. De lundi à dimanche, ce sont en effet 15 663 rendez-vous qui ont été donnés dans les différents sites de vaccination de la région. Selon les dernières données, 67 395 doses ont été administrées dans la région.

Pour le moment, le CIUSSS MCQ n’avait toujours pas eu de nouvelles concernant des arrivages additionnels en lien avec les 3,3 millions de doses supplémentaires qui sont attendues au Canada cette semaine, ce qui pourrait permettre d’ajouter des plages de rendez-vous.

Pour ce qui est de la consigne concernant le fait que le vaccin d’AstraZeneca ne devra pas être administré aux personnes de moins de 55 ans, ça ne devrait pas poser trop de problèmes pour le moment. Quelques plages de rendez-vous pourraient être touchées chez les travailleurs du réseau la santé et des résidences privées pour aînés. «L’attention sera surtout portée sur ceux qui l’ont déjà reçu», nous a fait savoir Kellie Forand.

Avec  Sébastien Lacroix – Le Nouvelliste