Posts Tagged ‘mbaye’

Remaniement au Sénégal : l’Intérieur et les Affaires étrangères changent de main

octobre 30, 2012
Macky Sall, le 12 octobre à Abidjan. Macky Sall, le 12 octobre à Abidjan. © AFP

Sept mois après la nomination du Premier ministre Abdoul Mbaye par Macky Sall, premier remaniement ministériel d’envergure au Sénégal. Le gouvernement passe de 26 à 31 membres, et les ministères de l’Intérieur et des Affaires étrangères changent de main.

Remanié par Macky Sall lundi 29 octobre, le gouvernement sénégalais prend de l’ampleur. Il passe de 26 à 31 membres (y compris le Premier ministre Abdoul Mbaye), avec le départ de sept ministres et l’arrivée de douze. Les changements les plus notables concernent l’Intérieur, où Mbaye Ndiaye est remplacé par le général et ex-haut commandant de la gendarmerie, Pathé Seck, et les Affaires étrangères, où Alioune Badara Cissé cède la place à Mankeur Ndiaye, précédemment ambassadeur du Sénégal en France.

Ministres sanctionnés

Plusieurs ex-ministres payent leur gestion très critiquée de certains dossiers. Mbaye Ndiaye est ainsi vraisemblablement sanctionné pour n’avoir pas su encadrer convenablement la manifestation menée à Dakar, le 22 octobre dernier, par les disciples d’un chef religieux incarcéré pour complicité d’homicide, Cheick Bethio Thioune. Celle-ci avait dégénéré en violences, trois personnes étant blessées et 127 véhicules sérieusement endommagés. La police avait procédé à 33 arrestations et Macky Sall en personne avait dû admettre « des erreurs de gestion dans nos dispositifs ».

Le ministre des Sports, El Hadji Malick Gakou, quitte lui aussi son poste. Il est remplacé par Mbagnick Ndiaye, qui était depuis 2008 président de la Confédération africaine d’escrime. Le sortant se savait en sursis depuis l’élimination du Sénégal pour la phase finale de la CAN 2013, lors d’un match contre la Côte d’Ivoire (0-2) arrêté à la 72e minute pour cause de violences provoquées par des supporteurs des Lions de la Teranga.

Mais Malick Gakou ne sort pas du gouvernement puisqu’il est nommé ministre du Commerce, de l’Industrie et du Secteur informel à la place de Mata Sy Diallo, qui figure parmi les sept ministres non reconduits. De même que l’ancien chef de la diplomatie, Alioune Badara Cissé, dont les raisons du limogeage ne sont pas claires.

« Nous avons constaté qu’il était possible de faire mieux, le réaménagement a été effectué dans un souci de rendre l’action plus efficace », a simplement expliqué à la presse le Premier ministre. « Certains ministères étaient trop volumineux », a-t-il ajouté. Par exemple, la Culture est retirée à Youssou Ndour, et confiée à un des nouveaux ministres, Abdoul Aziz Mbaye. Le chanteur conserve néanmoins le Tourisme auquel s’adjoint désormais le portefeuille des Loisirs.

Chaises musicales

Outre les ministres reconduits à leurs postes – comme Augustin Tine (Forces armées), Aminata Touré (Justice, Garde des Sceaux), Awa Marie Coll Seck (Santé et Action sociale) ou Amadou Kane (Economie et Finances) – d’autres changent simplement de maroquins. Celui de l’Éducation nationale est retiré à Ibrahima Sall et remis à Serigne Mbaye Thiam, précédemment ministre de l’Enseignement supérieur et porte-parole du gouvernement. Quant à Mor Ngom, candidat malheureux au premier tour de l’élection présidentielle, il cède son fauteuil de ministre des Infrastructures et des Transports au nouveau-venu Thierno Alassane Sall. Mais il est nommé ministre directeur de cabinet du président Sall.

Enfin, parmi les entrées les plus remarquées, on compte Khadim Diop, auquel est confié le tout nouveau ministère de la Restructuration et de l’Aménagement des zones d’inondations. Le recteur de la deuxième université publique du pays, Mary Teuw Niane, devient quant à lui ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Et le poste de porte-parole du gouvernement échoie désormais à Abdou Latif Coulibay, journaliste et écrivain, qui occupe en plus le nouveau ministère de la Promotion de la bonne gouvernance. Tout un symbole…

Jeuneafrique.com avec AFP

Sénégal : Abdoul Mbaye nommé Premier ministre de Macky Sall

avril 4, 2012

C’est un inconnu de la sphère politique sénégalaise que Macky  Sall a  nommé mardi au poste de Premier ministre. Entrepreneur et ex-banquier,  Abdoul  Mbaye, 59 ans, a désormais la lourde tâche de mettre le Sénégal sur la  voie de la  prospérité.

Un profil définitivement technocratique. En nommant mardi soir Abdoul Mbaye,  chef d’entreprise et ex-banquier, au poste de Premier ministre, le nouveau président sénégalais Macky Sall fait passer un  message clair : les dissensions politiques doivent désormais céder le pas à  l’efficacité économique. En un sens, le vainqueur d’Abdoulaye Wade n’a pas  vraiment le choix, puisque c’est d’abord à cause de l’effritement constant du pouvoir d’achat que le  président sortant a été désavoué par les électeurs.

La liste du nouveau gouvernement devrait être rendue publique mercredi. Âgé  de 59 ans, réputé intègre et sérieux, Abdoul Mbaye doit former une équipe  réduite de 25 membres. « Ce sera un gouvernement qui devra conduire les  affaires publiques dans la plus grande transparence, selon les principes de  bonne gouvernance », a déclaré Mbaye juste après sa nomination. « La  principale priorité sera de se mettre au travail. Le président Macky Sall tient  à ce que ses engagements devant le peuple soient respectés », a-t-il  indiqué.

Premier discours de Sall

Avant de donner le nom du nouveau chef de l’exécutif, Macky Sall a tenu son  premier discours à la nation sénégalaise, annonçant une rupture dans la gestion publique. « Tout est urgent », a-t-il affirmé, en citant notamment l’école, la  santé et les prix des denrées de première nécessité dont le riz, l’huile et le  sucre…

Sall prétend aussi lutter contre la corruption, précisant qu’il « ne  protégera personne » car, dit-il, « le pouvoir est fait pour servir et  non se servir. (…) Gouverner autrement, c’est bannir les passe-droits, la  favoritisme et le trafic d’influence, mettre l’intérêt public au dessus de toute  autre considération ».

Train de vie de l’État

À l’image du gouvernement, dont l’équipe sera restreinte, Sall entend  imprimer un nouveau style de gouvernement, plus économe : « L’État et ses  démembrements [représentations, NDLR] réduiront leur train de vie », évoquant notamment une rationalisation des missions à l’étranger et de la carte  diplomatique.

Enfin, Macky Sall a également annoncé la dissolution prochaine de l’Assemblée  nationale et un report au 1er juillet des élections législatives, initialement  prévues le 17 juin. « Compte tenu des délais courts qui nous séparent de la  date des législatives, j’ai consulté la nouvelle opposition (pour un report du  scrutin). Faute de consensus, l’Assemblée nationale sera dissoute conformément  aux dispositions constitutionnelles », a-t-il dit. Le scrutin doit  permettre de renouveler les 140 députés dans une Assemblée nationale  actuellement largement dominée par le Parti démocratique sénégalais (PDS)  d’Abdoulaye Wade.

Jeuneafrique.com avec AFP