Posts Tagged ‘mbilia bel’

8 mars, journée internationale de la femme : Mbilia Bel a posé un gros lapin aux Brazzavillois!

mars 12, 2013
Mbilia Bel.

Vendredi 8 mars 2013, à l’occasion de la journée internationale de la femme, la star de la chanson congolaise (RDC) Mbilia Bel (Marie-Claire Mboyo Mosseka, à l’état civil) avait rencardé le public brazzavillois. Pour un concert avec son groupe, au night-club «Le Bourgeois 2», à Poto-Poto (le troisième arrondissement de la ville-capitale congolaise) goupillé par l’hôtel «Le Bourgeois». La participation aux frais était fixée à 10 000 F. Cfa par personne et 15 000 le couple. Les spots passaient dans les médias de la rive droite du fleuve Congo. Mais, le jour j, oh surprise! La chanteuse ne s’est pas présentée au lieu du spectacle. Elle est, plutôt, aller se produire du côté de Pointe-Noire, la capitale économique congolaise.

Au grand dam des nombreux spectateurs brazzavillois qui avaient effectué le déplacement du night-club «Le Bourgeois 2». Et des organisateurs de l’événement. Samedi 9 mars dernier, M. Aimé Blaise, directeur général de l’hôtel «Le Bourgeois», a battu le rappel de la presse, dans ledit hôtel. Pour présenter les excuses à ceux qui avaient payé les billets pour le concert. Et fustiger le «non-respect du contrat» par la «Cléopâtre de la musique congolaise».

«Nous sommes ici, aujourd’hui, d’abord, pour présenter des excuses à la population brazzavilloise, notamment aux mamans de Brazzaville qui attendaient que Mbilia Bel puisse prester, pour cette fête. Malheureusement, le concert n’a pas eu lieu. Ça a écœuré non seulement nous, les organisateurs, mais surtout, ceux qui avaient acheté leurs billets. Ce jour-là, je vous assure qu’on ne peut pas tout vous expliquer, sur les états d’âme, quelques conflits que nous avons reçus après l’échec de ce concert», a déclaré, d’entrée de jeu, M. Aimé Blaise.

Avant de préciser, que Mbilia Bel et l’hôtel «Le Bourgeois» avaient signé un contrat en bonne et due forme (qu’il a exhibé aux journalistes), grâce auquel la chanteuse a empoché 70% du cachet, soit 1 500 000 F. Cfa sur les deux millions prévus. «Elle a signé un contrat avec nous. Les gens ont acheté les billets. Malheureusement, ce jour-là, c’était un fiasco. Parce que maman (ndlr: Mbilia Bel) ne s’est pas présentée, pour des raisons qu’elle seule peut expliquer. Mais, nous, nous constatons qu’il y a eu non-respect des engagements, non-respect du contrat, comme prévu…Si maman Mbilia Bel a accepté même de faire les spots, c’est parce qu’elle était sûre de prester. Mais, nous avons été surpris, à la fin, qu’elle ne se présente pas, et sans justification aucune. Elle n’a même plus voulu nous recevoir, discuter avec nous, pour nous expliquer, peut-être, quelles étaient ses difficultés. On aurait pu trouver une solution à l’amiable», a expliqué l’orateur.

Et qu’attendent, maintenant, de Mbilia Bel les organisateurs de son concert avorté? La chanteuse doit, d’abord, «rembourser les 1 500 000 F. Cfa perçus», a martelé Aimé Blaise, qui a évalué les préjudices subis à près de 5 000.000 de F.cfa. L’ex-membre de l’orchestre Afrisa international, de Tabu Ley, a jusqu’à ce mardi 12 mars 2013, pour s’y conformer. Sans quoi, des poursuites judiciaires seront engagées à son encontre.

Qu’adviendrait-il, si Mbilia Bel demande à jouer pour une autre date? «Non, je pense que, dans un premier temps, la date qui était prévue, c’était le 8 mars. Même si rallonge il pourrait y avoir, mais avec qui décider de la rallonge, c’est avec l’artiste, qui, malheureusement, ne se présente pas pour dialoguer avec nous. Elle est repartie à Kinshasa, sans nous dire un mot, sans nous donner une promesse d’une petite discussion avec nous. Pour le moment, cette question n’est pas d’actualité, nous voulons, simplement, qu’elle nous rembourse», a lâché le directeur général de l’hôtel «Le Bourgeois».

Lasemaineafricaine.com par Véran Carrhol YANGA